Aller au contenu principal
Body

TRIBUNE

Abdelaziz Bouteflika : L’épave du statu quo à tout prix

Dans un entretien accordé au quotidien La Croix du 03 avril 2018, le chercheur Mohammed Hachemaoui (enseignant à Sciences Po de Paris) assertait au sujet de l’élection présidentielle du 18 avril 2019 que « ceux qui spéculent sur un cinquième mandat de l’actuel locataire du palais de Zéralda doivent manger leur chapeau.

C’est Ahmed Ouyahia qui va régner sur l’Algérie, (…) le président Bouteflika ne peut assurer aucune de (ses) missions (et) les indices de la future intronisation d'Ouyahia à la tête de l'Algérie sont évidents ».

Pour ce spécialiste de la sociologie politique «l’élévation du tamazight comme langue officielle dans la Constitution de 2016 et la décision en janvier 2018 de décréter le nouvel an berbère jour férié ont surtout vocation à remédier à l’impopularité et à légitimer en amont l’élection, pour la première fois dans les annales de l’Algérie, du futur président kabyle Ouyahia ».

Quant à Lahouari Addi, l’autre professeur à Sciences Po (cette fois de Lyon), celui-ci avançait suite à l’interrogation « Que pensez-vous de l’élection présidentielle prévue en avril 2019 ? » (question posée par le journal en ligne Maghrebemergent du 13 janvier 2019) que lors du quatrième mandat (en regard duquel ledit sociologue entrevoyait la victoire d’Ali Benflis) «Les militaires entretenaient la fiction que Bouteflika voulait se représenter et qu’ils ne pouvaient s’y opposer du fait qu’il est le chef suprême des forces armées. İls ne peuvent répéter ce même scénario pour le 5ème mandat du fait que Bouteflika est à peine conscient de ce qui se passe autour de lui.

Certains avancent le nom d’Ouyahia pour être le prochain président. C’est possible. Mais les militaires ont peur qu’une fois installé dans la fonction, il leur échappe et s’autonomise du MDN (…). İl est possible que les généraux fassent appel à Lakhdar Brahimi qui présente l’avantage d’être sans ambitions politiques. »

Voilà donc ce qu’argumentait récemment l’auteur du fameux oxymore "Régression-féconde" (il induisait en janvier 1992 la poursuivre d’un processus électoral dont la finalité aurait probablement conduit à l’éradication d’une partie du commandement militaire, comme cela s’était produit en İran après l’arrivée au pouvoir de Khomeiny).

Scrutant depuis des années la scène artistique algérienne (plus particulièrement celle inhérente aux plasticiens), nous rédigeons des contributions démontrant que les groupes de la légitimation (ou domination) symbolique pèsent sur un champ culturel qui, comme l’économie, a beaucoup de mal à s’autonomiser de la vigilance du politique et de ses discours ou slogans idéologiques.

Les analyses de Mohammed Hachemaoui et Lahouari Addi étant dorénavant discréditées, nous réitérons ici le document "Abdelaziz Bouteflika : pièce décomposée du système prémoderne", déjà publié dans le webzine Lematindalgerie.com.

Les deux universitaires cités reconnaîtront, peut-être, que notre sociologue de l’art a plus de perspicacité que leurs analyses prédictives. Texte "Abdelaziz Bouteflika : pièce décomposée du système prémoderne" du 27 septembre 2018.

A la remarque interrogative, « Le président Bouteflika est en mauvaise santé, on peut dire les choses ainsi ? », que lui exposait l’animateur des matinales de "France Culture", Guillaume Erner, l’écrivain Boualem Sansal répondra ce même 31 août 2018 : « Oui, oui, c’est un légume (…), il ne gouverne pas, on ne sait pas par qui est gouverné le pays ». Dans l’esprit de nombreux analystes, le locataire d’El Mouradia (plus exactement l’assigné à la résidence médicalisée de Zeralda) est depuis longtemps passé du statut de Grosse légume à légume, c’est-à-dire de personnage incontournable à malade en état végétatif, tellement arrivé au stade primaire de l’alacrité diplomatique que l’ancien ambassadeur de France à Alger, Bernard Bajolet, stipulait le vendredi 21 septembre 2018 (au sein du quotidien Le Figaro) qu’il est « (…) maintenu artificiellement en vie ».

Si aux yeux des habituels observateurs du champ politique algérien, son assertion n’apporte rien de nouveau, confirme en somme un mensonge qui divulgue la vérité, elle provoquera par contre quelques remous au niveau des cercles d’une "Famille révolutionnaire" manœuvrant depuis plusieurs semaines pour faire accepter à l’opinion le quatrième renouvellement d’Abdelaziz Bouteflika.

Le scénario mis en place ressemble en tous points à celui orchestré dès octobre 2013, lorsque le Premier ministre d’alors, Abdelmalek Sellal, martelait le vocable "stabilité" et soulignait en gras « Les lignes rouges à ne pas franchir». Trois mois avant le 17 avril 2014 (date du scrutin présidentiel), le chef de l’Exécutif visitait la wilaya de Mila et arguait à l’auditoire que « les prochains jours seront décisifs pour l’Algérie qui a entamé son parcours vers le progrès et la modernité (…). Maintenant, nous nous dirigeons vers le développement (grâce) aux vertus apaisantes des quinze dernières années, de la politique de réconciliation nationale (…) » (Horizons, 16 fév. 2014).

Annonçant le proche 13ème anniversaire de cette charte pour la paix, le journal El Moudjahid du 20 septembre 2018 la perçoit lui-même comme le point de départ ou colonne vertébrale des vastes réformes de l’Algérie.

Lorsque plus de 6.000 djihadistes de l'Armée islamique du salut (AİS) quittaient le 11 janvier 2000 les bastions perchés de Jijel, déposaient les armes en échange de la "grâce amnistiante" (loi consentie après des pourparlers secrets débutés en octobre 1997), les dialoguistes (militaires et membres des services secrets) tournaient le dos à la modernité politique, économique, sociétale, culturelle et artistique.

Devenue le passe-partout de l’importation tous azimuts, leur rahma (pardon) restait d’autant plus synonyme de reddition face à l’ordre archaïque que la guerre s’éternisait avec les têtes brûlées du GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat), que les pensées rétrogrades du Front islamique du salut (FİS) imprégneront les nomenclatures sociales, que les victimes ne peuvent porter plainte ou dénoncer publiquement le moindre préjudice, que le pardon sans la justice caractérise « (…) une forme de violence », soulignera le psychiatre Mahmoud Boudarène.

İnvité le 13 septembre 2018 de l’émission littéraire "La grande Librairie" (diffusée chaque mercredi sur la chaîne "France 5"), l’ex-officier Mohammed Moulessehoul, plus connu sous le pseudonyme Yasmina Kadra, dira à son interlocuteur (le présentateur François Busnel) : « En Algérie on a essayé une stratégie qui a été payante, celle d’aider les repentis à intégrer la société, ça a marché ». Cela fonctionne tellement bien que le poids des conservatismes inhibe depuis davantage encore le potentiel réactif d’Algériens traumatisés, étouffe toute velléité de changement chez une jeunesse corsetée d’autoritarismes postrévolutionnaires et de subordinations politico-religieuses. İl y a une sorte de brouillage intellectif du côté de l’ancien directeur du Centre culturel algérien pourtant lucide lorsqu’il évoquera en mai 2014 la « (…) fuite en avant suicidaire » du quatrième mandat de Bouteflika (l’intervention conduira à son limogeage).

C’est donc en 2005 que ce dernier fera approuver (par 97 % des votants) le protocole offrant une seconde chance à ceux toujours dans le maquis et annihilant de manière concomitante « (….) toute allégation visant à faire endosser par l’État la responsabilité d’un phénomène délibéré de disparition ». Le blanchiment général voilera les comportements sociaux de religiosité et les prédateurs affairistes accapareront les rouages propres à la financiarisation occulte de l’économie de bazar. Au nom de la lutte en faveur de « L’éradication du terrorisme », des menaces exogènes avérées ou fictives, de la souveraineté nationale et de l’image positive de l’Algérie, les citoyens devraient se résoudre à maintenir sur le trône suprême celui incarnant (de l’avis de ses thuriféraires) la légitimité historique.

En claironnant que Bouteflika « (…) n’a pas besoin de faire campagne, son histoire et son parcours parlent pour lui.» (in La Tribune, 08 mars. 2014), Abdelmalek Sellal traçait déjà le sillon emphytéotique du grabataire souffrant d’un ulcère hémorragique, physiquement et intellectuellement inapte à assumer les charges du poste coopté, audible uniquement à travers des subalternes s’ingéniant à ce qu’il sorte vainqueur d’un simple "tour de choof" se décidant au final selon le rapport de force prévalant au sein de l’armée (au cœur des intrigues et des business, elle adoube l’élu de son choix, gère ses intérêts militaro-industriels) et des cordiales complicités à l’intérieur du clan de la représentation présidentielle.

Celui-ci se structure en quadrature institutionnelle : Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), Front de libération nationale (FLN), Forum des chefs d’entreprises (FCE) et Union générale des travailleurs algériens (UGTA).

Ce socle cohésif compose l’appareil de la nomenklatura, nébuleuse rentière des lobbies monopolistiques et de la rumination mémorielle permanente. Sa survie se coagulant autour de la figure de Bouteflika, elle fait acte d’allégeances (moubayaâs), se moque de la promesse ou "tab djenana" du 08 mai 2012 à Sétif (quand l’actuel Président laissait supposer que «le temps de ma génération est révolu ») et de surcroît du bilan comptable de la Concorde civile qui a hypothéqué pour longtemps une réelle montée en modernité.

Croire que celle-ci se concrétisera grâce à l’armée, que cette entité la symbolise, cela équivaut à proroger un mythe.

Après la charge goupillée par Bernard Bajolet (autrefois patron de la Direction générale de la sécurité extérieure et de la cellule "Maghreb" du Comité interministériel du Renseignement), le haut commandement militaire confectionnera lui-même des leurres dont participe la récente interview que l’ex-ministre de la Communication Abdelaziz Rahabi concédera au quotidien arabe Al-Quds Al-Arabi.

D’après lui, Abdelaziz Bouteflika ne briguera pas un autre fauteuil en raison d’un corps chancelant et de l’absence de motivations. Les baltaguia (nervis) de la prébende ou du pseudo-Front populaire, de la Hogra (mépris), de la rechoua (corruption) ou chkara (argent sale servant à l’achat frauduleux de voix) ne l’entendent certainement pas de la même oreille.

En fond sonore résonne d’ailleurs le refrain d’une chanson de Francis Cabrel : et ça continue encore et encore, d’accord ?!, d’accord ?!

Auteur
Saâdi-Leray Farid, sociologue de l’art
 

Commentaires

Permalien

vous avez raison de dénoncer ces pseudos intellectuels biberonnés aux écoles de ''sciences'' politiques d'où sortent les Hollande, Macron. L'histoire n'est pas un dîner de gala comme semblent le croire ces ''penseurs''. Ils participent à cette entreprise consistant à décerveler le peuple on leur ouvre les médias pour que les castes d'analphabètes continuent à faire suer le burnous, une expression des colons n'est-ce pas !

Permalien

Bouteflika malade les complices et le peuple algérien avec son silence des morts Bouteflika candidat normal la fin de Bouteflika et la fin du monde Février 2019 INCHAALLAH aux non musulmans de se convertir a l'islam pour éviter l'enfer et le froid de l'enfer Zamharir THADAZ THAFRAZ AMINE Benghubrit la prière a l'enfer.

Permalien

Le premier Ministre déclare - toute honte bue - que c'est le peuple qui demande le 5e mandat !!!!???
Il ne peut tromper le monde toute le temps et en tout lieu.
Où est ce président ? Montrez le ! Juste pour faire un signe de bonjour. le président est gravement malade.
Dans aucun pays au monde, et à travers toute l'histoire de l'humanité nous n'avons trouvé une telle forfaiture ! Vous serez jugés vous et vos semblable pour avoir réduit le pays à cette condition misérable et honteuse.

Ajouter un commentaire