Aller au contenu principal
Body

DERNIERE MINUTE

Abdou Semmar et Merouane Boudiab : les dernières informations de leur procès

Comme nous l'avions annoncé c'est aujourd'hui jeudi 8 novembre qu'a eu lieu le procès d'Abdou Semmar et Merouane Boudiab. De lourdes accusations pèsent sur les frêles épaules des deux journalistes.

Ennahar Tv réclame des deux journalistes rien de moins que 2 millions de dinars comme dédommagement. Quant à Abdelkader Zoukh (wali d'Alger), il demande une année de prison ferme et la rondelette somme de 50 millions de dinars comme dommage et intérêt, soit l'équivalent de 5 milliards de centimes.

Sous l'accusation de diffamation le parquet a requis un complément d'information ou une année de prison ferme pour les deux confrères. Le procès se poursuit encore à l'heure où nous écrivons, selon des confrères sur place.

Contenu de l'affaire

Deux articles où dans le premier, Abdou Semmar reprend une déclaration de Amir Dz contre Anis Rahmani et l'autre, concerne Abdelkader Zoukh et un terrain situé dans une forêt algéroise que voulait récupérer un homme d'affaire. Soupçonné d'être un proche de Zoukh, cet homme d'affaires aurait bénéficié du favoritisme de ce dernier.

Il est manifeste, selon des avocats, que l'affaire entre dans le cadre du délit de presse dépénalisé depuis 2012. Aussi ces journalistes n'ont rien à faire en prison. 

Anomalie

C'est un collège de 43 avocats qui ont pris part à la défense des deux journalistes. L'accusation n'a retenu que la diffamation. Selon certaines sources, l'affaire recèle de nombreuses anomalies. Exemple ? Les deux journalistes ont été interpellés le 23 octobre à 13h30 et la plainte n'a été rédigée qu'à... 17h. En clair, la détention a commencé avant le dépôt de plainte ne soit notifié par écrit.

Auteur
Khaled Ouragh 
 

Commentaires

Permalien

C'est un scandale de voir un wali de pacotille et Anis Rahmani, un imposteur de première catégorie, demander des sommes faramineuses à de pauvres journalistes. Ils veulent déplumer des gens qui arrivent juste à joindre les deux bouts, après avoir empoisonné tout un peuple, avec la propagande mortifère de leur chaîne à deux sous.

Permalien

LES ÉLITES ALGÉRIENNES ONT TROIS CHOIX :

L'EXILE OU SE TENIR À L'ÉCART SINON LA PRISON.
---------------------------------------------------------------------------------------
AINSI LES BONNES AFFAIRES DES PUISSANCES ÉTRANGÈRES SERONT PRÉSERVÉS SOUS L'OEIL VIGILANT DU DRS, GENDARMERIE, GOUVERNEMENTS, ET LA PRÉSIDENCE.
-------------------------------------------------------------------------------------
QUANT À L'OPPOSITION POLITIQUE ET AUX NATIONALISTES ALGÉRIENS...IL VAUT MIEUX NE PAS EN PARLER, EN PLUS UN PEUPLE RÉSILIÉ, ET UNE JEUNESSE ÉGARÉE !!!

Permalien

Le monde suspecte sérieusement l’Algérie d’avoir un système de justice civile qui ne sert plus la personne moyenne, et ou même lIl « nantis » cad l’ensemble de la classe moyenne sont horrifiées de se présenter au Tribunal.
Aujourd'hui, la plupart des investisseurs supposent qu’un procès moyen coûtera des centaines de milliers de dollars en honoraires d'avocat (sans compter les coûts mous du temps employé consacré aux demandes et aux dépositions de documentEtc.), peut prendre des années pour conclure, et pourrait bien conduire à un résultat qui n'a rien à voir avec la culpabilité. Ce risque est pris en compte par tous les investisseurs potentiels qui attendent à l’affut que la demande algérienne en investissements s’accroisse.

Permalien

eux aussi étaient pour bouteflika à un moment donné,
et là il jouent aux opposants, un rôle tout aussi important que celui de partisans,
tous ces bouffons qui ont le droit d’être virulent envers le pouvoir en place, finissent par se trahir,
pour, tout systéme autoritaire ou dictatorial, l'opposition est une source de survie, et quand il n' y a pas d'opposition il faut l'inventée,
tous les partis politiques existants étant affiliés au pouvoir, il fallait crées un autre type d'opposition sans base populaire, des marionnettes qu'on peut remettre dans la caisse facilement, et dont le premier rôle est de donner l'impression que le régime est démocratique, une entente tacite entre magouilleurs,

Ajouter un commentaire