Aller au contenu principal
Body

Lu dans la Libre Belgique

Algérie : drogue, corruption et prières de rue

Sur fond de scandales gigognes et d’agitation islamiste, les clientèles du régime tentent de faire diversion en appelant le président Bouteflika à briguer un 5e mandat.

Au pouvoir depuis 1999, le président Bouteflika, 81 ans, cloué par un AVC sur un fauteuil roulant depuis 2013, pourrait rempiler pour un 5e mandat ! Depuis quelques jours, ses partisans multiplient les appels au  » grand résistant »  prié de « consentir d’autres sacrifices pour poursuivre son œuvre ! » Derniers flagorneurs en date, Djamel Ould Abbès, secrétaire général du Front de libération nationale (ex parti unique, majoritaire) et Ahmed Ouyahia, premier ministre et patron du Rassemblement national démocratique qui se regardaient jusque-là en chiens de faïence, font désormais cause commune. Au delà des  » réalisations du Grand timonier »  déclinées comme une liste à la Prévert, leur argument sonne comme une menace :  » la stabilité avec Bouteflika ou le chaos! » Et comme pour appuyer cette prémonitoire mise en garde, sept militaires ont été tués le 30 juillet, à Skikda (470 km à l’est d’Alger) dans une embuscade terroriste.

Prières salafistes contre musique raï

Au même moment, et dans plusieurs villes, des groupes de salafistes ont relancé leur offensive de moralisation de la société. Pour empêcher les concerts de musique raï, ils occupent les terrains ou les salles prévus pour les spectacles par des prières collectives, que les autorités suivent avec une étrange bienveillance. Une stratégie de la tension qui rappelle par bien des aspects, les prémices de la terreur des années 1990.

Comme les pathétiques suppliques au président Bouteflika, cette brusque fièvre islamiste survient au cœur d’un scandale gigogne, qui a secoué les plus hautes sphères du sérail. Le 29 mai dernier, les garde-côtes, alertés par les autorités espagnoles, ont arraisonné un navire en provenance du Brésil qui transportait de la viande surgelée et qui devait accoster au port d’Oran (500 km à l’ouest d’Alger) ; à son bord, 700 kg de cocaïne !

Sitôt arrêté, Kamel Chikhi, l’Escobar présumé, passe à table. Ce boucher de 40 ans qui a fait fortune dans le négoce de viande, a étendu ses tentacules dans l’immobilier de luxe ; ses constructions dans les quartiers chics de la capitale obtiennent les autorisations avec une étrange facilité.

Corruption en caméras cachées !

En perquisitionnant ses bureaux, le juge d’instruction tombe sur une mine de pièces à conviction, qui vont donner au dossier une dimension d’affaire d’Etat. Le très pieux Kamel « Le Boucher » qui arrosait confortablement ses « bienfaiteurs », avait pris la précaution de les filmer au moment de leur remettre de confortables enveloppes, accompagnées d’un Coran, d’un tapis de prière et d’une bouteille d’eau bénite de la Mecque ! Preuves providentielles, ces caméras cachées vont confondre fils de ministres, élus locaux, officiers supérieurs, magistrats et hauts fonctionnaires, qui ont mis le doigt dans le pot de confiture. Mis en examen, la plupart des suspects ont été placés en détention provisoire ; les chef de la police et de la gendarmerie, et plusieurs de leurs subordonnés de province ont été limogés.

Ce séisme, qui révèle les liaisons glauques entre argent sale et pouvoir, est d’autant plus violent que les techniques habituelles pour étouffer le scandale sont inopérantes ; car, Interpol et les agences internationales de lutte contre la drogue suivent l’affaire de très près. Tout juste si les manipulateurs de l’ombre ont réussi jusque-là à limiter les dégâts, en fixant un plafond de verre au-dessus duquel l’enquête ne peut s’aventurer.

Autorité supérieure

Devant le juge d’instruction, Kamel « Le Boucher » reconnaît volontiers ses méthodes peu orthodoxes pour bâtir son empire immobilier, et révèle force détails sur ses influents complices. Mais, selon des sources proches du dossier, il refuse de porter le chapeau dans le trafic de cocaïne. Difficile en effet de voir dans le personnage,  » timide, réservé et bigot «  décrit par ses relations, le cerveau de la pieuvre. Car, la filière a maillé le trajet par d’influentes protections qui ne peuvent obéir qu’à une autorité supérieure ; le port d’Oran était « sécurisé » pour accueillir les stupéfiantes cargaisons sans attirer la curiosité des douaniers ou de la Police aux frontières. Tout au plus si Kamel « Le Boucher » a joué « la mule », consentante ou involontaire, pour le compte d’un intouchable parrain.

A 9 mois du scrutin présidentiel, la guerre de succession, confinée jusque-là dans les coulisses feutrées du sérail, a débordé sur la place publique. Sauf improbable consensus entre les clans les plus influents, ces débordements risquent de prendre une tournure tragique.

Auteur
Arezki Aït Larbi/La Libre Belgique
 

Commentaires

Permalien

un personnage timide, réservé et bigot qui fait dans la corruption, le trafic d'influence, qui obtennait ce qu'il voulait, et qui accompagnait ses pots de vin (en billets de banque) qu'il remettait à ses valets de l’administration, d'un livre saint le coran, d'une bouteille d'eau ramener de la mecque, d'un chapelet, d'un tapis de prière, et filmait tout ça pour en faire un moyen de pression et de chantage pour obtenir toujours plus; un type pareil ne serait pas capable de faire dans le trafic de la cocaïne à l’échelle internationale, et ne serait qu'une mule qui travail qui travail pour un bourricot, même les belges (sans méchanceté) ne croirait pas à ça,
les méthodes de ce boucher sont celles d'escobar, lucky luciano,, d'al capone, toto riina ( eux aussi avaient leurs affaires de couvertures et ne seraient eux aussi que des mules agissant pour des tiers) ce boucher avait le pouvoir de dégommer n'importe quel administrateur qui lui mettrait des bâtons dans les pattes, acquérir des biens illégaux implique des méthodes mafieuses et dans la plupart des cas des expropriations et des expulsions des anciens occupants,
en réalité le coran, le tapis de prière, le chapelet, l'eau bénite, c'était le trousseau pour quand il enverrait ses corrompus en prison, il se sentait intouchable et au dessus de tout le monde, il avait peut être ses entrées partout, mais comme tous les types avides et vils il oublia que le plus important c'est d'avoir ses sorties, la mentalité idiote qui fait oublier que le corrupteur et le corrompu sont dans le même panier pour la justice,

Permalien

donner le coran, un chapelet, un tapis de prière, une bouteille d'eau bénite, comme pot de vin, on ne peut être timide, réservé, bigot, pieux, sage, innocent, naïf, idiot, simple d'esprit, mais être un hypocrite de première catégorie et avoir un esprit criminel des plus dangereux et être capable de n'importe quel autre crime que la corruption,

Permalien

Que l'on me cite une seule bataille à laquelle a pris part le comploteur BOUTESRIKA durant la guerre d'Algérie.
Un petit monsieur qui a atterri dans la révolution algérienne parce que la gendarmerie royale n'en a pas voulu pour cause de sa toise.

Un voleur des caisses consulaires à partir des années 1966 sans compter tous les trésors qu'il a englouti dans les boites de nuit au Maroc et ailleurs durant le temps que les valeureux moudjahidine se faisaient tirer comme des lapins à l'intérieur du pays et cela avec les moyens du bord car ils ne recevaient pas d'armes et de munitions de l'extérieur.
Le pays de BEN MHIDI, ABANE, AMIROUCHE? LOTFI et BENBOULAID et de tant d'autres valeureux tombé entre les mains d'un nain et d'un escroc de la trempe de cet homme de cire que l'on nous présente comme un sauveur.

Depuis l'arrivée de cet escroc à la tête du pays, il est devenu un pays entre les mains de la mafia et en plus avec un territoire, un drapeau et un peuple de plus de 40 millions d'âmes.

Permalien

Des escobars en casquette militaire et policière protégés par des juges et des procureurs de la République..

Permalien

Quelle alacrité , cette photo!

Permalien

laissez nous continuer notre pillage du pays sinon c'est vous que nous allons piller et on vous donne quelques exemples en avant première...

Permalien

Si les occidentaux ne donnaient pas leur appui à ce régime,il n aurait pas durer aussi longtemps....
Ils leur ont montré toutes les techniques pour étouffer la moindre contestation...
Le peuple est soumis à un diktat pire que celui de la colonisation...
S ils ont voulu se venger de l indépendance,ils ont bien réussi !!!

Ajouter un commentaire