Aller au contenu principal
Body

DECRYPTAGE

Ali Ghediri est-il l'homme de rupture avec le système ?

Ali Ghediri est-il vraiment un opposant au régime ? La question est loin d'être tranchée par nombre d'Algériens, dont certains y voient déjà un Macron à l'algérienne. Mais Ghediri n'a pas l'âge de Macron ni son affiliation technocrate ni moins encore son parcours de banquier.

Il est contre toute attente un général-major de l'armée à la retraite qui se prête au jeu des urnes, alors que l’establishment affiche son soutien à Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat.

La donne change complètement ! un général, quelle belle affaire ! On peut le comparer alors, disent certains, à De Gaulle, l'homme du 18 juin qui a sauvé la France du nazisme, ou à Liamine Zeroual, le général-major qui a désobéi aux ordres du président Chadli dans la répression des événements d'Octobre 1988, et a su tenir tête, courant les années 1990, à l'hydre du terrorisme au moment où l'Etat algérien est presque à terre, crise économique et sécuritaire oblige.

Mais là encore, on peine à replacer dans son contour exact le personnage. Pas de comparaison possible ! hurlent beaucoup. Ali Ghediri est un homme jaloux de son pays et basta ! Très touché par «la situation misérable» que vit l'Algérie, il s'est porté candidat pour redresser les choses, combattre la corruption et la bureaucratie à la racine, couper les bras longs qui infestent l'économie et la noient dans l'informel, ramener du dynamisme à des institutions étatiques frappées par l’anomie, la mauvaise gestion et le culte de la personnalité, aider la jeunesse et la remobiliser pour le changement et la liste est encore longue ! Comprendre par là, que Ghediri est le sauveur qui sort du bois pour chasser les loups de la bergerie.

Mais pourquoi a-t-il attendu jusqu'à aujourd'hui pour se manifester ? lancent bien d'autres voix sceptiques dans l'autre côté du spectre. Mystère !

Visage aussi sévère que débonnaire, grosses lunettes qui lui donnent l’allure d’un intello trempé dans les livres et le savoir, l'homme semble déterminé à conquérir le palais d’El-Mouradia. Sûr de lui-même et surtout confiant en sa capacité à rafler la mise le 18 avril prochain, il parle sans la moindre crainte et n'hésite pas à critiquer, au passage, ceux qui gèrent le pays.

En revanche, trop conscient que la parole a son poids dans un système obnubilé par l'intox et les rumeurs, il tempère déclarant qu'il n'est pas venu pour des règlements des comptes. Craint-il de déverser du venin sur certains apparatchiks du régime aux commandes des appareils de l'Etat, qui peuvent influer négativement sur son élection à la magistrature suprême ? Craint-il aussi de s’attirer la colère de la grande muette, toujours dans le stand-by concernant son cas ? Ou n'est-il là que dans une dynamique de rassemblement des voix pour un projet de consensus national à même de jouer en sa faveur, vu l'état de santé déplorable du président Boutefilka ? Autrement dit, Ali Ghediri pense-t-il à la date précise du 18 avril prochain, ou à l’après présidentielle ?

En faisant une petite analyse du discours du militaire, on trouve que ses éléments de langage sont bien étudiés et ciblés. En ce sens, il n'est dans l'attaque d'aucune partie, loyaliste ou opposante au pouvoir soit-elle, et se positionne au-dessus de la mêlée. Il parle à double-voix à la fois pour ceux qui soutiennent et ceux qui s’opposent au «Système».

Ce qui lui donne de la hauteur par rapport aux autres candidats et le place en position de favori, au cas où malheur arrive ou Bouteflika renonce à se porter candidat la dernière minute (recours possible de l’armée et de la nomenclature).

Deuxième élément important, Ghediri affirme qu'il est sorti du peuple dont il se réclame, manière de dénigrer implicitement la politique claniste en vigueur, d’insister sur sa condition sociale modeste (son patrimoine étant déclaré à la presse) et de s’allier d’office le soutien populaire.

A cet effet, il parle ainsi aux masses : «si voulez le changement...», comme si la clé de la serrure est aux mains du peuple, alors que tout un chacun sait qu’en plus de la caution étrangère (occidentale) exigée, les choses se décident d’en haut, dans l’opacité en Algérie. Ghediri accédera-t-il alors au palais ? Disons qu’il a des chances, à condition que…

Auteur
Kamal Guerroua
 

Commentaires

Permalien

Si Makri et Benflis seront officiellement candidas je voterai Boutef.

Permalien

Moua je vous dirai : Khediri ? Combien de divisions ?
Vous croyez que c'est avec les trois pelés et les quatre tondus qu i le soutiennet comme une corde qu'il va deviendre président. Surtout maintenant que Madani en a fait une charpie.
Vous l'avez dit , à la fin . C'était par là qu'il eu phallus commencer. Car ce ne sont pas les élections qui font le président.
Vous disiez, pour broder votre laïus, qu'il a les capacités et les kouiyes pour être président. Je vous répondrai qu'heueuheueu je ne crois pas que c'est là un atout qui fait les présidents. Sinon, ma tante en a aussi, et elle n'y songe même pas.

Après que reste-il ? Du vent !
HU

Permalien

Bonjour,
Comment prétendre que ce monsieur est l’homme de rupture avec le système. Mais quel système dont vous parlez. Il a le grade d’un général au sein de l’armée. Mais vous allez me dire qu’il est à la retraite, qu’il devenu un citoyen comme tous les autres citoyens. Mon père affirme que cet homme est l’une des têtes de l’hydre.
La langueur des articles dans la presse nous renseigne sur l’état de santé de l’algérien. Un algérien désemparé qui se cherche et ne sait pas quoi faire face a une telle situation. La honte a vous les personnes qui nous gouvernent, honte a vous pour cette Algérie, honte a vous pour les générations future. Mais qu’il est ce sentiment qui vous pousse pour agir ainsi. L’Algérie est à genoux est, vous en rajoutez chaque jour. Honte vous monsieur et mesdames les décideurs. Mon père disait, la seule réponse à toutes ces questions est que ces personnes n’ont aucun sentiment d’amour pour cette Algérie. Oui, il a rajouté que c’est tout à fait normal, car ils ne sont pas les fils légitimes de cette chère patrie. Comment peut on martyrisée sa mère. Une mère, on l’honore à ce que je sache.
L’Algérie a besoin de son fils Héraclès pour la sortir des ténèbres obscures. Un jour, les masques tomberont, les fils et les filles légitimes se soulèveront pour assainir le coup de grâce, pas aux multiples têtes de l’animal, mais plutôt au cœur, un cœur sans amour envers cette chère ALGÉRIE. Din rabkoum.

Permalien

une petite toilette a notre belle algerie lui fera du bien: il faut juste de l eau un peut de savon un petit balai j en suis sur que son sourir nous eblouira: voila c est aussi simple que sa:

Ajouter un commentaire