Aller au contenu principal
Body

Chronique du temps qui passe

Allah, Novembre et les forbans (II)

Glorieuse Révolution de Novembre a été une épopée pleine de sacrifices consentis par notre peuple tout au long d’une éprouvante guerre, qui a duré huit années, opposant nos populations animées d’une volonté inébranlable et d’une profonde foi en Dieu, d’une part à une puissance militaire appuyée par tous les moyens de l’Alliance atlantique, d’autre part.

Mais, Allah, le Tout-puissant, a voulu que cette guerre non-égale se solde par la victoire de l’Algérie, même si elle nous a coûté un million et demi de Chahid, des millions de blessés, d’invalides, de déplacés, d’orphelins, de veuves, ainsi que des milliers de villages détruits et des centaines de forêts brûlées par les bombardements au napalm, utilisé avec une férocité démesurée, sans oublier la torture dans les formes les plus abjectes qu’a connues l’Humanité, au fil des siècles.

Mais alors, ce combat populaire, cette résistance à une armée disposant des « moyens de l’Alliance atlantique », ce 1er novembre dont on célèbre le 64e anniversaire, ils sont venus, ils sont tous là, même le fils maudit, Ali Benflis, pour donner, une fois de plus raison à Coluche : « C'est pas compliqué, en politique, il suffit d'avoir une bonne conscience, et pour ça il faut avoir une mauvaise mémoire ! »

Conscience et mémoire : tout est là. Existe-t-il une conscience sans mémoire ? Bouteflika a, de tout, temps, laissé croire, laissé dire. Qui n’a lu ou entendu ces hommes politiques ou ces journalistes affirmer, avec gravité, et sur la foi de « sources bien informées », que Bouteflika ne postulerait pas pour un cinquième mandat. «Trop malade ! », disent-ils.

Je lis que l’entourage d’Ali Benflis juge « probable » l’hypothèse d’une annonce de la candidature de l’ancien Premier ministre pour le 1er novembre, qu’il se dit résolu et confiant puisque, clame-t-il, «Nous ne sommes plus en 2004» Vraiment ? Mais qu’y-a-t-il donc de changé, depuis l’année 2004, en dehors du calendrier, de quelques nouveaux cheveux blancs et de l’AVC du président ? L’Algérie serait-elle, entre-temps, et à notre insu, devenue un charmant pays démocratique où l’élection du chef de l’État ne dépendrait, enfin, que du scrutin populaire ?

Finis donc le trucage, le monopole des médias lourds, l’utilisation des finances de l’État pour le seul candidat officiel ?

Il faut le croire, à entendre l’entourage d’Ali Benflis ou ce groupe de 14 partis qui proclament, sans rire, leur farouche détermination à « aller aux élections avec un seul candidat de l’opposition ». Il faut le croire, à lire ces analyses savantes que nous apprennent qu’Ahmed Ouyahia entretiendrait le suspense autour de sa candidature pour 2014.

Depuis quand les élections algériennes s'accompagnent-elles de suspense ? Il en est même qui chuchotent à l’oreille des journalistes que Benflis ne compte pas entamer sa campagne « trop tôt » afin, assure-t-on avec un air tout ce qu’il y a de plus solennel, « de ne pas gâcher ses chances dans la course à la présidence. » Il y aurait donc une « course à la présidence », en Algérie, transparente, démocratique, incertaine comme toutes les grandes élections occidentales ?

Conscience et mémoire. Ce n’est pas parce qu’une élite a la mémoire courte et les dents longues, qu’elle peut s’autoriser à duper le peuple au moyen de ces mêmes fadaises grâce auxquelles, depuis 50 ans, les autocraties se sont reconduites avec les honneurs démocratiques.

En 2004, on ne savait pas, du moins pour certains. En 2018, on n'ignore plus rien. En 2004, on avait agi en ingénus. En 2018, on agit en complices.

Il faut le crier haut et fort : les présidentielles en Algérie, depuis 1962, sont des élections truquées et décorées de quelques rituels démocratiques qui servent au régime en place à se reconduire avec les honneurs d’une légitimité contrefaite, aux yeux de l'opinion internationale. Les prochaines élections de 2014, comme celles qui les ont précédées, n'apporteront aucune alternance. Elles consisteront en un référendum populaire qui viendrait consacrer un choix préalablement fait en conclave.

Cette parodie a besoin de lièvres, de bonnes pommes et de quelques tonnes d'hypocrisie. C'est ce à quoi s'emploient, consciemment ou inconsciemment, tous ceux-là qui, avec un air entendu, nous inondent de sornettes qui, au final, vont servir au clan le président B.. à exhiber aux yeux du monde une mascarade électorale « démocratiquement acceptable ».

L'attitude responsable consiste à ne pas se mêler de cette mascarade-là, à la dénoncer comme grossière manœuvre par laquelle l'État policier qui s'est imposé, par la force, en 1962, se redonne une légitimité factice.

C'est en cela, en rejoignant l'état d'esprit populaire qui, lui, ne se fait aucune illusion, que l'on contribuera à isoler ce régime de fier-à-bras et à créer les conditions d'une nouvelle république démocratique. (A suivre)

Auteur
Mohamed Benchicou
 

Commentaires

Permalien

Il ne faut pas oublier qu'entre 70 et 80% du "peuple" ne vote plus, tellement les gens sont blasés et désintéressés par des choix politiques à sens unique qui dure depuis le coup de force de l'armée des frontières contre le GPRA de Youcef Ben Khedda, en juillet 1962. Rappelez-vous de la guerre des wilayas historiques. Wilaya I contre Wilaya II, puis Wilaya I , II et V contre Wilayas III et IV, guerre qui avait déjà engendré plusieurs centaines de morts. Et qui préfigure les drames futurs que connaîtra l'Algérie. Car la République Algérienne Démocratique et Populaire qui fut proclamée à l'époque n'était en fait qu'une illusion, une vue de l'esprit, une utopie.
Pour en revenir à 2018, tout le monde sait que le premier Parti en Algérie, est l'absentéisme. Car les Algériens ne sont pas bêtes. Ils savent que les jeux sont joués d'avance. Et que les élections du genre ne sont qu'une comédie et une pièce de théâtre où seuls les acteurs enrichis sur le dos de la population sont en mesure de "triompher". Par conséquent, seuls des partis comme le FLN et le RND, disposant des grands moyens de l'Etat, comme vous l'avez si bien souligné, d'un dispositif de propagande sans faille dans toutes les wilayas, et surtout de la "chkara" des hommes d'affaires enrichis grâce aux barons du régime, de walis soumis et grassement payés, sont à même d'imposer leur candidat. Pour qu'une opposition démocratique digne de ce nom, puisse leur faire face, il faudrait que cette dernière puisse disposer des mêmes moyens matériels, financiers et populaires. Ce qui est loin d'être le cas. En effet et en tout état de cause, cette opposition est bloquée et empêchée de s'exprimer sur tous les plans. Le régime lui barre la route, chaque fois qu'elle désire entreprendre des tournées d'explication, de manifester pacifiquement, d'aller du nord vers le sud et l'est vers l'ouest pour présenter ses programmes politiques, économiques , culturels et sociaux, d'attirer plus d'adhérents et de sympathisants. de montrer sa bonne volonté pour sortir le pays du sous-développement, de projeter à long terme ses visées modernistes et de modernisation du pays...etc. Il suffit de citer l'exemple de Mouwatana pour s'en convaincre.
En clair, nous avons en face une dictature militaro-policière qui ne veut rien lâcher, dans ses efforts de continuité d'un même régime obsolète, formé de "vieux" se prévalant toujours de cette légitimité historique et soi-disant révolutionnaire destructrice. Notre jeunesse, (surtout les jeunes diplômés), peut toujours bien attendre. C'est pour cela qu'elle fuit ou cherche à fuir vers d'autres cieux plus cléments où elle trouvera les possibilités de mieux s'épanouir, dans des cadres de vie beaucoup plus agréables, accueillants et surtout de liberté d'entreprendre et de s'exprimer (Etats-Unis, Australie, Canada, Royaume-Uni, France...etc).

Permalien

Participer à la prochaine mascarade des présidentielles c'est être complice , une autre échéance pour se faire Hara Kiri , c'est le pot de fer contre le pot de terre car les jeux sont déjà faits avec Bouteflika. Cet article en a donné les raisons. Même le désaveu des moudjahidines et moudjahidates , celui des ex condamnés à mort de la révolution ne pourront rien y faire. La haine machiavélique est plus forte.

Ajouter un commentaire