Aller au contenu principal
Body

Les Accords artistiques

Björk et le Riesling

L'excentrique Björk, de son nom complet Björk Gudmunsdottir, cristallise sur « Life’s Too Good » paru en 1988 tous les éléments qui ont la force de la musique électronique. Cet album met en lumière sur la scène internationale un pays jusque-là connu uniquement pour ses geysers et ses volcans.

A cheval entre le côté halluciné de ses albums les plus complexes et l'électro pop de ses futures productions, Björk propose ici un son à la fois exigeant et entraînant, cérébral mais hypersensible. Son album « Médulla » est totalement déroutant et inattendu puisque la chanteuse et son groupe n’utilisent qu’un seul instrument, la voix de Björk.

Björk s'amuse avec notre cerveau, tant par son esthétique musicale que par ses idées.

Le Riesling

A l'image de l'éclectisme de Björk, le vigneron alsacien, de quelque parcelle que ce soit, le long de la célèbre route des vins d’Alsace, est une sorte d'érudit excentrique. Il est un des artisans qui a fait de cette région « un territoire d’empire».

Il produit des vins très éclatés en n'intervenant presque pas sur le travail de la nature qui agit pratiquement seule. Si on ne sait jamais ce que nous allons retrouver vraiment dans notre verre comme me l'a si bien expliqué un jour un producteur de Niedermorschwihr, le résultat est toujours agréable et original.

Je propose un Riesling de base, millésime 2015, qui fut une très belle année pour les vins d’Alsace.

Le Riesling peut donner des vins plutôt secs, austères et tendus, mais les grands connaisseurs apprécient ses profondeurs qui ne demandent qu'à être testées.

Auteur
Kamel Bencheikh
 

Ajouter un commentaire