Aller au contenu principal
Body

Lu dans les médias

Bouteflika est-il au courant qu’il est candidat ou pas ?

Pratiquement tous les quotidiens français, belges et allemands ont commenté l’intention d’Abdelaziz Bouteflika de briguer un cinquième mandat par le biais d'une lettre largement diffusée par l’Agence Presse Services algérienne.

Le quotidien Le Parisien visiblement sur place a réussi à toucher l’échantillon de l’ensemble des catégories de la population Algérienne des vendeurs à la sauvette, chômeurs, étudiants, intellectuels rencontrés à la librairie du Tiers Monde jusqu’aux femmes d’affaire, il ya apparemment une même réponse : « Bouteflika arrange les affaires de tous » « 2019 ressemblera à 2014 ».

Pourtant l’intéressé cette fois-ci n’a pas manqué d’avertir que «bien sûr, je n'ai plus les mêmes forces physiques qu'avant, chose que je n'ai jamais occultée à notre peuple mais la volonté inébranlable de servir la Patrie ne m'a jamais quitté et elle me permet de transcender les contraintes liées aux ennuis de santé auxquels chacun peut être un jour confronté ».

Dans son message, Abdelaziz Bouteflika désamorce les critiques de ceux qui l'accusent de vouloir accaparer, à son profit ou celui de son clan, le pouvoir, en promettant, s'il est élu, la convocation d'une « Conférence nationale » regroupant « toutes les forces politiques, économiques et sociales de la nation ».

Cette conférence sera chargée de faire émerger un « consensus sur les réformes et les changements » que devra engager l'Algérie, indique la lettre, qui précise toutefois que c'est lui qui s'occupera de la concrétisation des conclusions de la conférence.

Parmi les thèmes qui seront abordés figurent « une présence plus forte des jeunes » (sic !) au sein des institutions politiques, la volonté de « vaincre le fléau de la bureaucratie », la « mise en place de mécanismes de démocratie participative », ou encore des réformes économiques « sans dogmatisme » pour ne pas répéter son adversaire Ali Ghediri qui lui parle du « sans reniement » Pour le quotidien Libération, il s’agit « de la fin d’un faux suspens » car les Algériens « semblent s’accommoder faute de mieux ». « L’avenir de l’Algérie c’était et ce sera lui » lit-on dans Les Dernières nouvelles d’Alsace.

Diminué, la lippe figée, mutique en public depuis des années, Abdelaziz Bouteflika se succédera à lui-même si les circonstances lui prêtent vie et que les petits califes dans son dos cajolent les urnes comme il se doit, ajoute-il. Le président algérien a été toujours élu avec plus de 80 % des voix, soulevant à chaque fois des accusations de « fraude » sans présentations de preuves tangibles. « L’illustre octogénaire n'a plus l'usage de ses jambes et peut-être pas toute sa tête », commente l’éditorialiste.

Son âge et ses problèmes de santé n'en font pas moins le « favori » de la prochaine course, parie Jean Levallois dans La Presse de La Manche. Si l'hypothèse d'un abandon du pouvoir n'a jamais été d'actualité, celle d'éluder l'élection a été envisagée, croit savoir Le Monde.  

Le quotidien du soir, s’est étalé longuement sur l’option du report fortement souhaité par le candidat « Le but était d'éviter de revivre la campagne de 2014 qui avait été menée avec un candidat absent, incapable de s'adresser aux électeurs. L'option du report, intenable sur le plan constitutionnel, a finalement été rejetée » le quotidien de droite Le Figaro confirme « Il y a quelques semaines, les choses ont bien failli prendre une tout autre tournure. »

Mais l'option du report « qui aurait permis de maintenir Bouteflika à son poste et aux différents courants du pouvoir de trouver un consensus sur la succession » a été finalement abandonnée.

Enfin s’interroge une caricature d’Alex, le dessinateur du Courrier Picard « si Bouteflika est lui-même au courant qu’il est candidat à un cinquième mandat »

Auteur
Rabah Reghis
 

Commentaires

Permalien

c'eût été à voumim qu'il eût phalus vous poser la question de savoir s'il est candidat ou pas!

La3qouva le 6 ème mandat, qu'il le suce ou pas!

Permalien

C’est l’histoire du film japonais « Kagemusha » importée en Algérie. Dans le film, un seigneur de guerre est tué d’une balle tirée au jugé dans l’obscurité. Les seuls à avoir vu le seigneur mourir sont ses généraux les plus proches. Même le tireur ennemi n’est pas certain de l’avoir touché.
Alors que les généraux débattaient comment ils allaient annoncer la nouvelle sans démoraliser leurs troupes, ils découvrent un petit voyou qui ressemble comme un jumeau au mort. Ils l’enlévent et le forcent à se faire passer pour le mort. Ils l’entraînent pour qu’ils se comporte comme le seigneur de guerre mort et le traitent ostensiblement comme si c’était lui mais en réalité ils le surveillent et ne lui laissent aucune liberté. Il ne sert que de façade, de symbole. Les généraux prennent toutes les décisions.
Au Japon c’est de la fiction, mais en Algérie c’est la réalité.

Permalien

Et le peuple corrompu aussi
Seul un reformatage complet de ce pays mettra le navire Algérie en cale sèche et restructurer des territoires et des populations "indigènes" et indigentes mentales : Remettra l'Algérie au départ puisque le premier gouvernement G P R A est Encore en session ouverte à ce jour et aucune constituante n'a pu être effectuée par le peuple algérien d'indépendance en 1962.
Les mercenaires de houari.boumediene avec les djou ouds du cessez-le-feu des frontières en complicité avec les services secrets français du. Général De Gaulle ont fait capoter l'indépendance en une neocolonisation conjointe avec les traîtres des frontières .
Bouteflika la queue de cette.batarde filiation pompeusement appellee régime algérien.....et donc le dernier de la succession des Imposteurs qui ont détruit ce pays
Il attend la mort qui semble tardive si ce n'est un double châtiment du pouvoir et populace par le Divin dans une humiliation terrible.
Il ne partira que dans un cercueil peut être après son frère cadet Saïd atteint d'un cancer de la tête du pancréas le plus souvent fulgurant et mortel rapidement.
Comment gérer les pressures 10 milliards d'euros de Saïd le voleur masqué en post mortem povre Haddad et les autres ...
Hamid Salama Toufik et ces généraux de pacotilles tous voleurs ont peur après Bouteflika l'imposteur Pour leur sécurité et leurs avortons.
Le temps ils n'ont plus et la mort semble faire son entrée biologique chez les vieillards du diable Medelci au tour de qui la suite bendalah Bouteflika 1 et 2 gaid Salah belaiz a qui ...le tour pour la faucheuse qui prendra leurs vies et âmes en enfer .....
Avec leur mort d'une manière naturelle ou autre chose car tout dévient possible après le 19 avril jusqu'à l'exécution les uns par les autres tout devient possible devant tant d'insolence et de prétentions de forces des caciques du pouvoir ..?
Et oui reste seule la voie des violences que semble choisir Abdelaziz Bouteflika et ses mercenaires ainsi soit il et Dieu préservera les siens.
Eux ils n'ont qu'à invoquer les diables pour les protéger en dernier ressort au-delà de 2020 2032 les puissances étrangères remettrons les choses en ordre dans ce hammam Bouteflika.

Permalien

Mieux encore, dans son texte, la souris dit aux KhraBRiens qu'il n'a accepte' de continuer a parenter que parce qu'ils a ete' prie' par tans de leurs(khraBRiens) representants. Plus meprisant que ca tu meurs... La seule question que personne ne pose est: meritent-ils autrechose? Comme repondrait Trump "absolutely NOT, we need a big, a very big wall !!!!!" - Que je prolonge avec la precision: "entre Tamurt et la jamahiria al-khara i ya, a chabia, al kawada, etc etc "

Ajouter un commentaire