Aller au contenu principal
Body

Anissa Boumediene enfonce le clou

"Chadli et d'autres responsables ont décidé de la mort de Boumediene sans me consulter"

Mme Anissa Boumediene, veuve du défunt président, Houari Boumediene, a réagi aux propos de Chadli Bendjedid dans El-Khabar, assurant qu’ils sont truffés de contrevérités.
Elle accuse Chadli et d’autres responsables d’avoir décidé de débrancher les appareils de réanimation, lorsque Boumediene se trouvait dans le coma.
Elle assure par ailleurs que les informations parues dans l’entretien avec Chadli sont fausses, notamment en ce qui concerne le désir du président Boumediene d’abandonner ses convictions et de changer d’option.
L’interview :
El Khabar
: Quel commentaire faites-vous de l’entretien avec Chadli Bendjedid publié par El Khabar, au sujet du président Houari Boumediene, d’autant plus qu’il a été fait mention de plusieurs points positifs sur la vie de Boumediene, qu’on ne s’attendait pas à entendre de la bouche de Chadli.
Anissa Boumediene : Je suis très en colère après cette interview, j’en ai assez du mensonge, tout le monde veut exploiter la mémoire de Boumediene.
 

El Khabar : Vous n’êtes donc pas d’accord avec les informations parues dans l’entretien ?
Anissa Boumediene :
Absolument pas, surtout en ce qui concerne la dernière partie de l’entretien qui ne comporte aucun point positif, car Chadli a voulu justifier les réformes qu’il a entreprises après la mort du président Boumediene, et qui nous ont conduit aux évènements du 5 octobre 1988, puis au terrorisme qui a frappé l’Algérie durant presque 15 ans. Boumediene n’a jamais cru qu’il allait mourir d’une maladie mais il pensait qu’il allait être assassiné. Chadli ment comme à son habitude, je ne comprend pas pourquoi il prétend que Boumediene voulait tenir un congrès du parti, comme celui qu’a tenu Chadli, mon mari voulait consacrer le congrès du parti à la lutte contre la corruption, et j’ai déjà dit qu’il réfléchissait à la création de tribunaux populaires pour tous les responsables.
 

El Khabar : Avez-vous un commentaire à faire sur les déclarations de Chadli à propos de ses doutes sur la mort de Houari Boumediene, d’autant plus qu’il a effectué un parallèle entre sa mort et celle de Yasser Arafat ?
Anissa Boumediene :
Personne ne sait si Boumediene est mort empoissonné ou non, y compris Chadli, mais je peux dire aujourd’hui que lui-même et d’autres responsables ont décidé de débrancher les appareils de réanimation, lorsque Boumediene était dans le coma, et ils ont décidé de sa mort.
 

El Khabar : Ce sont des propos graves, c’est donc Chadli qui pris la décision de débrancher les appareils de réanimation qui maintenaient le président défunt Boumediene en vie ?
Anissa Boumediene :
Oui et je sais parfaitement ce que je dis. C’est Chadli Bendjedid qui a décidé de retirer les appareils, sans me consulter, car si j’avais été mise au courant, j’aurais refusé. Lorsque Boumediene est entré à l’hôpital, l’activité du cerveau atteignait 8,5 degrés, et après une hémorragie elle est descendue jusqu’à 8 degrés, puis 7,5 degrés. C’est là qu’ils ont décidé de retirer les appareils et de le laisser mourir. Savez-vous que la Cour fédérale des Etats-Unis a refusé de répondre à la demande de familles dont les enfants sont dans le coma, car ils voulaient retirer les appareils de réanimation qui les maintenaient en vie, et pourtant l’activité de leur cerveau ne dépassait pas deux degrés.

 

Auteur
La rédaction
 

Commentaires

Permalien

une femme resterait auprès de son mari h24 7/7, mais bon,
et les médecins dans tout ça, il font quoi? ils obéissent aux ordres
et puis il y a la famille du malade, qu'il faut consulter,
les ordres sont les ordres,
en fait il y a tellement d'histoires sur le sujet,
boumediéne a était liquidé par la france tout comme boudiaf,
dans un plan diabolique pour détruire certains pays, dont l'algérie, l'irak, la libye, la syrie, le yemen,
le roi fayçel, boumédiéne, sadam, kadhafi, sont les victimes de ce complot international et dont le suivant sera bechar assad dont macron fixe -dans une entrevue sur france 2- la date limite de vie à fin février 2018, la mort de bechar assad et sa famille est programmée par sarko, puis par hollande mais les autres puissants ne suivaient pas,
mais macron fera le nécessaire pour réussir cet assassinat -avec massacre d'une famille dont une jeune femme et des enfants en bas age- et avoir ainsi le quitus pour un son second mandat 4ans la fin du premier et surtout faire plaisir à ses amis les riches émirs du golfe qui feront la fête et distribueront beaucoup de milliards de dollars,

Permalien

La liquidation de Boumediene a été programmé depuis la visite de Valéry Giscard d'Estaing en Algérie , convaincu qu'il était hostil à France.

Permalien

حدثنا سليمان بن حرب ومحمد بن عيسى قالا: ثنا حماد بن زيد، عن أيوب، عن أبي قلابة، عن أبي أسماء، عن ثوبان قال:
قال رسول اللّه صلى اللّه عليه وسلم: "إن اللّه تعالى زوى، لي الأرض" أو قال: "إنَّ ربِّي زوى لي الأرض، فرأيت مشارقها ومغاربها، وإن ملك أمتي سيبلغ ما زوِيَ لي منها، وأعطيت الكنزين الأحمر والأبيض، وإني سألت ربي لأمتي أن لا يهلكها بسنةٍ بعامةٍ ولا يسلط عليهم عدوّاً من سوى أنفسهم فيستبيح بيضتهم، وإن ربي قال لي: يا محمد، إني إذا قضيت قضاءً فإِنه لا يرد، ولا أهلكهم بسنةٍ بعامَّةٍ، ولا أسلط عليهم عدوّاً من سوى أنفسهم فيستبيح بيضتهم، ولو اجتمع عليهم من بين أقطارها، أو قال بأقطارها، حتى يكون بعضهم يهلك بعضاً، وحتى يكون بعضهم يسبي بعضاً، وإنّما أخاف على أمتي الأئمة المضلين، وإذا وضع السيف في أمتي لم يرفع عنها إلى يوم القيامة، ولا تقوم الساعة حتى تلحق قبائل من أمتي بالمشركين، وحتى تعبد قبائل من أمتي الأوثان، وإنه سيكون في أمتي كذابون ثلاثون كلهم يزعم أنه نبيٌّ، وأنا خاتم النَّبيِّين لا نبيَّ بعدي، ولا تزال طائفةٌ من أمتي على الحقِّ" قال ابن عيسى: "ظاهرين" ثم اتفقا "لايضرهم من خالفهم حتى يأتي أمر اللّه تعالى".

Ajouter un commentaire