Aller au contenu principal
Body

Rebond

Quand le cinquième mandat devient caduc !

Le secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbès, le premier ministre, Ahmed Ouyahia, et le président du Sénat, Abdelkader Bensalah, ont tous appelé le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, à briguer un cinquième mandat, oubliant que rien n’est définitivement acquis dans notre pays, le président Liamine Zeroual pouvant en témoigner.

C’est Abdelkader Bensalah, en se mettant de la partie au nom de l’auguste institution qu’il préside, qui avait rendu l’option du cinquième mandat quasi certaine, mais c’était sans compter avec un grain de sable qui allait enrayer une machine pourtant bien huilée. Vous l’avez deviné, il s’agit bien sûr de l’affaire des 701 kg de cocaïne.

L’affaire est maintenant entre les mains de la justice, des têtes ont commencé à tomber, et tout porte à croire qu’on n’en restera pas là. Les scénarios les plus invraisemblables sont évoqués. Même le coup d’Etat, qu’on croyait révolu, fait un retour en force dans les discussions du citoyen lambda.

C’est le plan B, toutefois, qui semble être, pour le moment du moins, la solution idoine pour parer au plus pressé. Mais évoquer le plan B est une chose, le mettre en place en est une autre.

On est presque dans la même situation que ces souris qui avaient trouvé une astuce pour pouvoir voir venir le chat. «On lui met une clochette autour du cou», a suggéré judicieusement l’une d’elles. «Oui, mais qui ira la lui mettre cette clochette ?» a rétorqué une autre.

La peur est dans tous les camps. Ce qui est arrivé au désormais ex-DGSN, le Général Abdelghani Hamel, est dans tous les esprits. Du coup, tout le monde parle pour ne rien dire, à l’image du clown de la République, Djamel Ould Abbès pour ne pas le nommer.

Avril 2019 se profile déjà à l’horizon, mais rien n’a encore été décidé. Comme d’habitude sûrement, la décision sera prise en catimini, dans un cercle restreint et fermé, peut-être même dans la précipitation, au grand dam des amateurs d’une élection présidentielle ouverte.

Des lignes ont bougé après l’affaire des 701 kg de cocaïne. La rentrée sociale s’annonce chaude, très chaude, et une surprise n’est pas du tout à écarter. Pourvu que ceux qui mettent  en garde contre le dépassement des lignes rouges ne dépassent pas eux-mêmes ces lignes.                                                                                    

Auteur
Ahcène Bettahar      
 

Commentaires

Permalien

Si ça ce n’est pas ce qu’on appelle parghli pour ne rien dire c’est que je n’ai vraiment rien compris. Ou plutôt c’est justement parce que je n’ai rien compris que c’est paghli pour ne rien dire. Toute l’astuce consiste à donner au lecteur le sentiment que c’est trop compliqué pour lui pour qu’il n’aille pas croire qu’on trouve rien à dire sur un sujet dont il n’en sait pas plus.
H.U

Permalien

Et pendant ce temps...le thuriféraire Benyounes ne sait pas quoi faire. Il est indécis. Pour l'instant il garde sa salive, soit qu'Il crache dans la soupe de son ex-chikour ou continuer à lécher son chikour de toujours. ca dépend de son chikour!!!!

Permalien

Je pense pas que c l'affaire de cocaine qui fait effet. Il ya hésitations car ils se demandent si d'abord bouteflika pourrait tenir 5 années,et si l'opinion va encore avaler cette mascarade 5 autres années

Permalien

Les journalistes algériens n'ont rien à envier aux autres. Mais sont-ils seulement capables d'avancer des noms de présidentiables capables d'endosser le costume -et la responsabilité qui va avec-de Président de la République Algérienne Démocratique et Populaire ?? ?

Permalien

en attendant , nous les algériens (100%) sommes obliges de demander un visa pour venir au bled : raison = passeport étranger+ 60 euro .
les marocains (ne vous déplaise ) délivre un cachet special sur tout les passeports étrangers de leurs ressortissants. ce cachet est valable toute la duree de validité du passeport ...

Permalien

Il est où mon commentaire posté hier?

Permalien

Le peuple s'est fait voler son indépendance par des étrangers nés au MAROC et en Tunisie et par les collaborateurs de FAFA le plus gradé d'entre eux ayant le grade de Sergent ainsi que les planqués de l'armée de l'extérieur.

Le peuple s'est fait avoir en 1962 croyant sorti l'ennemi mais l'ayant remplacé par pire encore, il suffit de voir le mort-vivant qui nous gouverne s'accrocher au pouvoir pour s'en rendre compte.

A un âne répondant au nom de BEN BELLA se sont succédé d'autres tyrans ou crapules jusqu'à obtenir le crapaud que nous avons aujourd'hui. Sans honte, ni pudeur, ne parlant pas, ne bougeant pas, ne marchant pas mais il est encore là à vouloir un 5ème mandat alors que les éternels approbateurs et applaudisseurs des gens debout sont toujours là pour plus applaudir et plus approuver encore qu'ils l'avaient fait hier.

Nos parents et grands-parents se sont trompés d'ennemis et nous le payons aujourd'hui... un ennemi illettré, inculte et un éternel ruseur même avec le bon dieu et ses petits saints...

Permalien

"Qui l’eût cru ? Après la pénurie des médicaments, voici la pénurie des dispositifs médicaux qui paralyse de nombreux hôpitaux algériens. Désormais, les patients algériens sont contraints d’acheter eux-mêmes les couteaux ou le visqueux, des outils médicaux indispensables aux opérations chirurgicales, des outils qui font cruellement défaut dans plusieurs centres hospitaliers répartis à travers le territoire national, a-t-on appris au cours de nos investigation. "
SOURCE :ALGERIEPART
Où sont nos députés, nos sénateurs, nos ministres et, leur chef bien entendu.
On supporte de moins en moins que nos vip se soigent pour leurs bobos à Paris, Londres et autres capitales occidentales et que les citoyens lambda se fasse déplumer pour êtres envoyés dans ces mouroirs appelés "hôpitaux" . Bien sûr il y a de véritables médecins qui font tout ce qui est possible pour soulager, guérir nos malades mais et le reste….
Ayant honte, il y a quelque chose de véritablement indécent voire immoral chez ceux qui ont en charge ce secteur vital qu'est la SANTÉ, lorsqu'ils ne font rien pour y remédier, ou le font partiellement.
Pourquoi nos députés et sénateurs n'interpellent-ils pas le gouvernement, nous voyons quelquefois des images de l'état de vétusté et de dégradation des équipements, vraiment insupportables.
La santé est malade, voulez-vous la tuer ??

Ajouter un commentaire