Aller au contenu principal
Body

Tribune

Le premier Saïd s'en va !

Nous sommes l'un des rares pays au monde où nous nous étonnons qu'une personne au pouvoir puisse partir. C'est que parfois la maladie vient leur rappeler qu'ils ne sont pas éternels. Quant à celui qui s'en va, je ne verserai pas une larme sur la situation dans laquelle il se soignerait où vivrait, une question qui effraie pourtant des millions de travailleurs algériens à leur fin de période professionnelle.

Abdelmadjid Sidi Saȉd a consacré sa vie au service d'un régime militaire totalitaire. Il a été l'instrument d'une démagogie populiste dont on connaît les désastres depuis 1962. Il a été soutenu par un tyran et il le lui a bien rendu, nous lui reconnaissons une fidélité certaine.

Nous pouvons aujourd'hui librement émettre notre sentiment de dégoût sans qu'il soit question d'insultes ou de diffamation. Il suffit de rappeler que cet homme est l'un des piliers du régime algérien pour mesurer notre dégoût légitime.

Nous sommes des humanistes et nous ne nous réjouissons jamais des maladies humaines. Nous sommes des humanistes qui haïssons la peine de mort, la torture mentale et la dictature pour quiconque, y compris pour ceux qui ont passé leur vie à soutenir un régime qui a pratiqué toutes ces actions immondes.

Il ne m'a jamais impressionné avec sa gouaille de vieux Gavroche, sa casquette de « faux prolétaire » et ses emportements de tribun d'un autre âge. Ce sont des gesticulations outrancières qui ne me font pas rire car lorsque Sidi Saȉd faisait son numéro, c'est plutôt la colère qui m'envahissait. Autrement, ce serait oublier qu'il est issu d'une mouvance qui a fait plus de mal aux ouvriers algériens que toutes les plaies qui se sont abattues sur la planète en un millénaire.

Il se disait le défenseur des petites gens et a soutenu un régime qui a créé des fortunes monstrueuses sur leur dos. Il devrait être l'avocat des humbles et a soutenu à bout de bras ceux qui les ont mis à genoux.

Non, aujourd'hui je ne pleure pas le départ et la maladie de celui qui est à la racine du régime militaire algérien. Je pleure plutôt ses victimes qui ne peuvent ni se reposer de leur maladie dans une situation financière correcte ni aller à l'étranger pour se soigner.

Il est de la génération francophone mais nous n'avons pas pris le même chemin. Je viens d'écouter une de ses interventions de tribune sur Internet et je suis stupéfait par le ton populiste, presque vulgaire, du personnage. Non, nous ne sommes pas du même pays ni du même monde.

Un premier Saȉd s'en va, la moitié du travail est fait. Non, je ne pleurerai pas sa maladie et son départ car la démocratie ne l'aurait jamais porté à ce niveau mais aurait permis à tous les Algériens d'affronter la maladie à égalité des chances.

Entre un Sidi Saȉd et moi, il y a des millions d'opprimés du régime, je ne verserai aucune larme.

Auteur
Boumediene Sid Lakhdar, enseignant
 

Commentaires

Permalien

J’ai le même réflexe sans trop verser dans le ridicule. Son état de santé avec le cancer est peut-être meilleure que sans la maladie.
Désolé!

Permalien

Je me rappelle bien ce petit personnage dans le temps où il était à la kasma FLN de Tizi Ouzou; je le voyais traverser la rue, dans sa tenue de faux prolétaire, pour aller quotidiennement faire son sale labeur de chiat. Faut dire qu'il est parti de très bas pour gravir les échelons et il a dû en faire des courbettes pour arriver là où il est. Faut dire qu'il tient cela de sa famille, une famille maraboutique bourgeoise originaire de Haute Kabylie. C'est son frère, wali de Tizi Ouzou au moment des événements du Printemps berbère, qui était à l'origine de l'interdiction de la conférence que devait faire Mouloud Mammeri à l'université de Tizi Ouzou. Cette famille me répugne à tel point que j'ai dû mettre fin à une idylle avec une fille dont la soeur a eu la malencontreuse idée de se marier à quelqu'un de cette famille. C'est vous dire que je partage parfaitement le propos de Sid Lakhdar.

Permalien

Vous avez raison il reste l'autre Saïd le plus nuisible cupide et sournois. vivement qu'il parte à jamais. Que de tristes mémoires. Ils nous ont volé 20 ans de votre vie

Permalien

D'abord, je plains le Cancer à qui le créateur a confié la tâche de désagréger cette loque humaine sans foi ni loi!......Il VA ESSAYER DE SE FAIRE SOIGNER EN FRANCE COMME TOUS LES VULGAIRES "KAM-KOUMS", ce pays, que les vaillants ont combattu pour que les RACAILLES DE VENDUS COLLABOS Utilisent pour essayer d'échapper à la mort!.......Le va-nu-pied laissera à sa famille des tonnes d'argent en Dinar et en Euro volés pendant toute son insignifiante errance sur terre!...... Il se fera rapatrier dans une boîte de Sardine en héros de la révolution et aura droit au sacrements ultimes destinés aux quarante voleurs d'Ali Baba!.....Ce jour sera un jour faste pour les vrais ALGERIENS!......Un de moins......

Permalien

ces gens la sont pire que la peste et le cholera reunis je ne ressens aucune compassion ni pitie devant leurs malheurs quils crevent tous dune mort longue et atroce dans ce bas monde car je ne crois ni a l enfer ni au paradis

Permalien

Il s'en ira et je n'en verserai aucune larme ...mais pour le temps qu'il lui restera à vivre je ne cesserai de pleurer cet argent .... L'argent des travailleurs avec laquelle il va se soigner et du coup prolongera sa vie au même temps que nos souffrances

Permalien

Je ne pense pas qu`il peut prolonger sa vie ce n`est pas son maitre fakhamatouhou qui decide sur ces choses il y a l`absolu qui decide pas une minute de moins ni une minute de plus azul salam.

Permalien

Qui trahit l’idéal populaire de justice, reconnaissance et respect !! Trahit soi même ,sa croyance, son honneur et sa conscience...sa disparition est plus honorable à son existence

Permalien

La fin des voleurs de l'argent de pétrole des algériens les civils et les militaires par cancer et arrêt cardiaque le pire après la mort l'enfer ils ont payer pour leurs crimes chah fihoum

Permalien

Leurs parents ont toujours fait les poches des pauvres Kabyles (je veux parler des marabouts) et lui a toujours fait les poches des salariés.

Il suffit de voir sa tronche pour savoir qu'il est incapable de faire du bien à quiconque.

Il paiera comme tous ceux qui ont contribué à affamer les plus pauvres, à tricher avec les martyrs et leurs enfants et leurs épouses et toutes les bonnes âmes qui ont contribué de loin ou de près à la libération de ce pays.

Permalien

sa tete montre qu'il est vraiment malade d'autre chose : il a trop bouffer du systeme!

Permalien

D'abord sidi Lakhdar,je vois oas le rapport avec "francophone,les premiers cadres de l'Algérie étaient tous francophones,et ils étaient excellents et patriotes. Tu devrais le savoir puisque ton nom est celui de boumediene le grand. Fait le bilan de cette période 65/78 dans l'industrie et dis nous ce que tu en penses.
Quant à sidi said,j'oublierai jamais qu'il a insulté les algeruens:" inaldinyemethoum!!" Et g toujours posé la question de son statu pour résider au club des pains!
Salutations

Permalien

Si il n y a pas de réparation dans l'autre monde, alors la vie serait une véritable tragédie! J'ai beau rationalisé, mais ma haine envers cette espèce exécrable et telle que je leur souhaite une terrible souffrance ici bas et dans l'au delà!

Permalien

Il y a des visages qui inspirent différents sentiments qui vont de la sympathie à la compassion et le respect.
Celui de l'individu, dont je ne veux même pas cité le nom, possède cette caractéristique ,rare Dieu merci, qui ne reflète en rien ces qualités. Il est à l'image de l'escroc, de la brute et du traître.
Un vrai doulos au sens grec et argot.

Permalien

Le premier Said s'en va mais vous y suivrez y a si Boumédienne tot ou tard et d'autre ne verseront aussi meme pas une larme pour vous comme comme on dit les chiens( les (traitres) meurent toujours seuls et cette phrase a été dite par D Moh dans le file le'Opium et le Baton".

Permalien

il sera temps heureusement que la maladie a contraint ce faut syndicaliste a partir autrement il ne lachera jamais son poste bon débarras oust

Permalien

il sera temps heureusement que la maladie a contraint ce faut syndicaliste a partir autrement il ne lachera jamais son poste bon débarras oust

Permalien

Quand on se dit syndicaliste on ne réside pas au Club des Pins ya SIDI SAID. Cachez moi cette gueule de truand que je ne saurais voir.

Permalien

il a la même gueule que Messahel l'alcolisé ,il doit siroter pas mal en cachette celui la aussi !!

Permalien

Oh .. Lui aussi habite au club des Pins ? Incroyable! Tout comme l'autre Said .. l'ex leader du RCD ... Tous voisins des Tonton Macoutes du systeme! On se rend compte que le regime et l'opposition habitent a la meme place. peut etre meme jouent aux dominos le soir ensemble et en dehors du club des Pins ils jouent tous leurs roles bien connues.

Permalien

Le paradis et l'anfer n'existent pas. Tout comme Allah et Mohhamed. Ce que tu fais dans ta vie, va te ratraper dans ton avenir. On va tous payer pour ce que l'on a fait. Bon ou mauvais. Sid Said en est parfait example.

Permalien

Le paradis et l'anfer n'existent pas. Tout comme Allah et Mohhamed. Ce que tu fais dans ta vie, va te ratraper dans ton avenir. On va tous payer pour ce que l'on a fait. Bon ou mauvais. Sid Said en est parfait example.

Ajouter un commentaire