Aller au contenu principal
Body

HOMMAGE

Mohand Aarav Bessaoud (1924- 2002) : un homme, un combat, un symbole

Si je décide d’évoquer aujourd’hui Mohand Aarav à travers mon papier, c’est d’abord une façon de rendre hommage à ce chantre de la culture et l’identité berbère, ensuite, je voudrais apporter des éclaircissements sur l’histoire de l’Académie Berbère (1966-1978). 

dirai d’emblée à toutes celles et ceux qui souhaiteraient découvrir et connaitre Mohand Aarav Bessaoud qu’il était originaire de Taguemount Lejdid (Les Ouadhias).Né en 1924, ce nationaliste de la première heure s’engage dès 1955 dans la guerre de libération et deviendra officier de l’ALN- Armée de Libération Nationale- dans les wilayas 03 et 04. A l’indépendance de l’Algérie, il est nommé sous- préfet de Maghnia mais il n’occupera jamais ce poste. 

Opposant irréductible à la dictature de Ben Bella et de Boumediène, il rejoignit le maquis du FFS- Front des Forces Socialistes aux côtés de H. Aït Ahmed, Abdelhafidh Yaha et du colonel Mohand Oulhadj.

Entre 1963 et 1965, Mohand Aarav publiera « Heureux les martyrs qui n’ont rien vu » où il évoque les luttes fratricides pour le pouvoir et la crise de l’été 1962 et le « FFS, espoir et trahisons » où il parle avec une certaine amertume de cette révolte et insurrection kabyle. 

En 1966, il fonda à Paris avec d’autres militants (Taous Amrouche, Younès Bouchek, Abdelkader Rahmani et Mohand Saïd Hannouz) l’ABERC- Académie Berbère d’Etudes et de Recherches Culturelles-, laquelle deviendra en 1969 Agraw Imazighène. Je dirai a priori qu’en dépit de la méfiance de M. S Hannouz et de A. Rahmani à l’égard de Mohand Aarav qu’ils trouvèrent activiste, cependant, celui-ci trouva une aide sans limite et un soutien indéfectible auprès de ses amis (Jacques Bénet, Saïd Aït Ameur, Ould Slimane, Mohand Saïd Hamiche, Ahmed Berkouk, Rachid Oubaya, etc… !

Les amnésiques de l’histoire et les militants de la dernière heure devraient savoir que feu MAB s’est tôt engagé pour la défense et la promotion de la langue et l’identité berbères en réaction, d’une part au système colonial, d’autre part, au système du pouvoir militaire dictatorial qui plombe le FLN et à l’arabisation forcée décrétée en haut lieu.

Etant le seul et unique homme qui ait assumé son berbérisme, il travailla à promouvoir la berbérité : il conçut le drapeau amazigh, réédifia le calendrier et les prénoms amazighs, diffusa l’alphabet tifinagh et, à la fin des années 1960, il milita pour créer une « ère berbère » afin d’honorer une civilisation très ancienne trop méconnue au regard des ères musulmane et chrétienne. 

Victime d’une abjecte cabale orchestrée bassement par dame l’Amicale des Algériens en Europe et le nommé C. Oukaci, Mohand Aarav passera six (06) mois de prison et à sa sortie de Fresnes en septembre 1978, l’auteur de l’identité provisoire quitta la France pour l’Angleterre jusqu’au 1er novembre 1997, date de son retour en Algérie. Je dirai sans risque de me tromper que grâce à l’Académie berbère - Agraw Imazighène-, un cours de berbère était assuré aux étudiants de l’université de Vincennes par le professeur Lapassade.

Compte tenu de ce qui précède, les lecteurs et lectrices de ce papier devraient savoir sans ambages que dix-sept (17) ans après sa mort, feu Mohand Aarav continue de déranger beaucoup. 

Certains de ses détracteurs et ils sont nombreux ne cessent de le dénigrer pour le rabaisser en oubliant a posteriori que ce père de l’Académie berbère avait réussi là où tout le monde a échoué. Quant aux imposteurs qui souhaiteraient récupérer son combat, ce sont indubitablement des militants de la dernière heure qui jouent désormais les séances de rattrapage. 

En guise de conclusion, je terminerai ce papier par une citation de Casimir Delavigne qui disait ceci : « Plus une calomnie est difficile à croire, plus, pour la retenir, les sots ont de la mémoire ».

Fait à Paris le 05 janvier 2019
Mohand Harouz (Enseignant et critique littéraire)

(*) Cet hommage a été publié sur la page facebook de l'auteur

Auteur
Mohand Harouz
 

Commentaires

Permalien

En 1965, Jacques Bennet proche du mossad rencontre à Paris Mohand Arab Bessaoud un militant Algérien de la cause berbère, ancien combattant de la guerre d'indépendance, opposant au régime de Boumédiène et réfugié en France. Avec un groupe de militants berbères, Mohand Arab Messaoud projette de créer une académie berbère à Paris, avec le parrainage de Jacques Bénet qui a aidé plus tard Mohand Arab Bessaoud a s'exiler en Angleterre, ce dernier se sent menacé par les services secrets algériens. L'académie voit le jour en 19664. Cette académie, cristallisera les énergies militantes en faveur de la cause berbère et contribuera à l'éclosion d'une conscience et à l'éveil revendicatif pour la reconnaissance de l'identité et la culture amazigh.

Mohand Arab Bessaoud n’a cessé de parler de Jacques Bénet, engagé dans le combat pour l’identité amazigh. Il écrit à son propos dans son livre L’Histoire de l’Académie berbère

« Si les Berbères, mes frères, devaient un jour se souvenir de moi au point de vouloir honorer mon nom, je leur demanderais instamment de lui associer celui de Jacques Bénet, car sans l’aide de ce grand ami des Berbères, mon action en faveur de notre identité n’aurait peut-être pas connu le succès qui est le sien. Ce serait donc faire preuve de justice que de dire : Mohand Arab-Jacques Bénet comme on dit Erckmann-Chatrian." »

Permalien

Bonjour je suis tres curieux sur le phenomene du Berberisme et ses origines coloniales, pourriez vous fournir des sources sur ce Jacques Benet et ses origines juives?
Merci d'avance

Permalien

pour ses gens la qui nous parle de moussad et que la question berbère et une création de moussad aller vous faire f.....................??? POU vous même quant il plu pas en Algérie si a cause de moussad de Israël et la France et même quant vous avez mâle au dent si a cause de Israël et la France jaques bennet et un français de Normandie il a rien a voire avec votre moussade de merde c'est un amie de la Kabylie et des militants berbère comme l’Algérie a eu des militants étranger pendant la guerre d’Algérie arrêtez donc de salir et de diabolisé la Kabylie et les kabyles bande de raciste de merde nous somme arabe et on le serais jamais vive le mak et vive la Kabylie libre

Ajouter un commentaire