Aller au contenu principal
Body

DEBAT

"Les décideurs militaires doivent ouvrir des négociations"

Les Algériennes et les Algériens ainsi que la majorité des acteurs politiques, associatifs et syndicaux autonomes ont rapidement signifié une fin de non-recevoir à une prolongation du 4ème mandat maquillée par des propositions qui remettraient en scène le personnel politique dirigeant.

Il faut que cela soit définitivement admis : le peuple algérien est déterminé à en finir avec non seulement la clique « présidentielle » mais avec l'ensemble d'un système qui a mené le pays au désastre et à la ruine.

Aucune ruse, aucun stratagème, aucune entourloupe ne brisera l’irrésistible élan populaire pour une nouvelle Algérie, libre, démocratique et heureuse.

La légitimité populaire ne saurait être contrariée par le maintien d'une fausse légalité continuellement violée par ceux en charge de la respecter.

Aujourd’hui, l'Algérie est devant une situation exceptionnelle.

Le départ de Bouteflika est une exigence incontournable pour lever l’hypothèque pesant sur un peuple qui se réapproprie pacifiquement sa souveraineté et son droit légitime à l’autodétermination, trop longtemps bafoué

Le système politique politico-institutionnel actuel étant en complète décomposition, c'est l'Armée, source du pouvoir depuis l'indépendance,  qui devient de fait l'unique détentrice du pouvoir.

Elle est plus que jamais face à ses responsabilités.

Plus  aucune instance n'a la légitimité ni la légalité d'engager le pays et de faire des promesses de changement. L'ensemble de la classe politique dirigeante est définitivement disqualifiée.

Persister, comme semble maladroitement  le faire l'actuel chef d'Etat-major à refuser le rôle politique que les évènements historiques lui imposent  en feignant se réfugier derrière une légalité factice mènera inévitablement le pays devant une impasse très dangereuse.

Personne aujourd’hui n’a intérêt à reproduire, comme en octobre 88, un face à face entre la jeunesse et l’Armée.

Les déclarations de Gaid Salah célébrant une symbiose entre le peuple et l’Armée, si elles se veulent sincères, doivent être accompagnées d’actes concrets.

Des décisions courageuses, parmi lesquelles l’invalidation de la désignation de Bédoui en tant que Premier ministre et la dissolution du parlement,  doivent être prises sans attendre par les dirigeants militaires pour rassurer le peuple algérien sur leur volonté de mettre fin définitivement au système et d’empêcher sa résurgence sous quelques formes que ce soit.

Les décideurs militaires doivent prendre l’initiative d’ouvrir des négociations avec les acteurs politiques et les personnalités de la société civile crédibles et reconnues par les Algériennes et les Algériens pour définir ensemble les étapes nécessaires d’un processus politique constituant qui consacrera la souveraineté populaire et fondera la nouvelle république algérienne.

Samir Bouakouir est un ancien porte-parole du FFS

Auteur
Samir Bouakouir
 

Commentaires

Permalien

L'armée doit garantir la defense du territoire, qu'elle cesse d'etre le bras armé des faiseurs de coup d'Etat. Si l'armée veut etre la référence Amazigh elle aura des racines fortes pour garantir la puissance et la croissance future. Une armée arabe est une gloire éphémère car elle ne repose un mensonge, qui du reste est decomposition là où l'arabisme est né figurez vous où il n'a jamais eu de racines. On n'invente pas de peuples par volonté de puissance contre un peuple silencieux mais sans appel dans ses decisions

Permalien

Mr Samir Bouakouir vous ne voulez pas parler directement de la l’assemblé constituante. La question est Gaid Salah semble etre le blocage principal de l’institution militaire . Il semble se retrouver dans des habits trop grands pour lui . Lui que Bouteflika a mis à la tête de l’armée juste pour la surveiller et la controler .!

Permalien

Ce n' est plus possible qu' une dictature militaire continue. La complicité du peuple n' est plus possible.
Gloire au FFS/63 qui le premier à avoir rompu le lien sémantique entre le criminel boumediene et l' Aln.

Permalien

Plusieurs lanceurs d’alertes ont essayé de réveiller le peuple algérien depuis des décades sans succès. Aujourd’hui qu’il est trop tard, le pouvoir occulte a décidé de faire sortir le peuple dans la rue en insultant sa dignité. Le peuple sait maintenant qu’il ne lui reste que deux années avant la crise alimentaire et que l’armée a accepté qu’Ould Kaddour signe chaque jour des contrats internationaux dans l’illégalité totale, contrats qui vont sceller l’avenir funeste de notre jeunesse sacrifiée.
Le peuple est aujourd’hui dans la rue confronté à une vérité atroce : le pouvoir machiavélique et non identifié est soutenu par l’armée et veut garder le pouvoir.
La situation est grave et dangereuse.
L’auteur suggère que « les décideurs militaires » entament avec les acteurs politiques et les personnalités de la société civile crédibles un processus politique constituant qui consacrera la souveraineté populaire et fondera la nouvelle république algérienne. Hélas, il n’y a plus de décideurs militaires. Ils ont été décimés par le pouvoir occulte.
Il n’y a pas de solutions immédiates et sans souffrances. On ne peut pas reconstruire en 5 ans ce qu’ils ont détruit en 30 ans. Le pouvoir occulte à la solde de ses parrains étrangers a sonné la fin car il estime qu’il a atteint son objectif : la destruction planifiée de la nation algérienne.
Il faut relire les papiers de Sid Kaci et ses recommandations. Il faut dresser une liste de personnes pour lesquelles il ne pourrait pas y avoir d’amnistie et les mettre sur Facebook. Ould Kaddour , Ali Haddad, Ouyahia, Sellal, Ould Abbas, Saidani, (etc..) et inviter tous les PDG des banques publiques à sortir les dossiers .
Il faudra dire à Alil Hadad qu’on n’accepte pas qu’il rembourse l’argent détourné dans le cadre de Fertial.. Qu’il nous livre les noms du pouvoir occulte.

https://www.lematindz.net/news/24939-peut-on-encore-sauver-lalgerie.html
Mohamed Boudiaf, l’un des pères de la révolution algérienne, a été assassiné le 29 juin 1992 parce qu’il voulait s’attaquer à la corruption de généraux véreux. Cette exécution sur une scène, devant un auditoire où d’importants officiels brillaient par leur absence, a été diffusée en direct à la télévision dans des millions de foyers comme pour intimider tout un peuple et marquer son inconscient collectif par la terreur. Depuis, l’Algérie est tombée sous le joug d’une voyoucratie qui a utilisé la corruption et l’arbitraire pour provoquer la déliquescence de l’Etat et de ses institutions.
../..
Cette démarche politique et économique suicidaire, sans aucune vision de long terme, n’a inquiété ni les acteurs algériens de la société civile, ni les organes de sécurité à qui on a fait croire que la rente des hydrocarbures sera au rendez-vous jusqu’en 2030, voire 2040. Même les Baltaguiya alliés au clan d’Oujda ne comprennent pas cette politique autodestructrice car personne ne leur explique pourquoi le commandant du navire (qui ne peut ni se mouvoir, ni parler, ni recevoir) maintient le cap vers une zone de tempête en faisant régulièrement escale pour renouveler son équipage. Sur le pont supérieur, les "gardiens du temple" de la grande muette fument leurs cigares et scrutent l’horizon, satisfaits de l’opération de "décervelage" du peuple qui facilite l’atteinte de leurs objectifs idéologiques et maintient la paix sociale. Même eux ne savent pas encore que la mission secrète du commandant, malgré son incapacité physique, est de les faire couler avec le navire après son départ devenu imminent.
La crise financière liée à la baisse des prix du pétrole est venue créer une situation nouvelle qui a bousculé la campagne d’endormissement du peuple. L’arbitrage du partage de la rente entre les alliés et la pègre se gère au jour le jour car le gâteau ne suffit plus à nourrir tout ce beau monde. Le FMI prédit "une crise lancinante et dangereuse" dans 19 mois lorsque les réserves de change vont se tarir.
Le dernier exploit de Bouteflika, une mission théoriquement impossible, a consisté à imposer à la tête de Sonatrach un fidèle lieutenant de Chakib Khelil, un repris de justice de nationalité française condamné pour trahison. Cette décision, à elle seule, aurait dû convaincre les plus sceptiques sur les véritables objectifs du commandant: précipiter le navire vers les récifs. ../..
Le défi majeur de l’Algérie, c’est l’instauration d’une démocratie véritable et le recours à un modèle économique qui nous permettrait de gérer l’après-pétrole. C’est l’œuvre d’au moins une génération.
Les recommandations en ce sens relèvent du bon sens: il faut récupérer l’école et former des ressources humaines compétentes, rétablir la justice, promouvoir notre potentiel agricole, encourager le développement d’industries stratégiques et des services créateurs d’emplois et de valeurs ajoutées et surtout, redonner l’espoir à nos jeunes. Mais pour que tout cela se réalise sans violence, il y a un prix à payer que le peuple va exiger avant d’accepter de se serrer la ceinture: il faut lui rendre justice en faisant la lumière sur tous les scandales et les actes de corruption et de trahison du clan présidentiel et de leurs complices cachés derrière le rideau. Les crimes de corruption sont imprescriptibles et régis par des accords internationaux. Il faudra juger et condamner ces criminels pour pouvoir saisir leurs biens et rapatrier les centaines de milliards de dollars qui ont été volés.
En conclusion, il faut reformuler la question différemment: l’Algérie ne devra-t-elle pas trouver rapidement un nouveau guide intègre qui redonnera de l’espoir au peuple et fera l’économie d’une autre décennie noire ou devra-t-elle attendre que l’anarchie et la guerre civile s’installent durablement à l’épuisement des réserves de change en 2019 ?
Sid Kaci

Permalien

Ma parole, Ils prennent le peuple pour des moins que RIEN ou comme des analphabètes ; car sans se rendre comptent ils donnent la preuve dans sa SOIS DISONS lettre explicative de feuille de route « Alors qu’un cinquième mandat N’EN A JAMAIS ÉTÉ QUESTION ???». Ce qui démontre aussi que l’autorité du Président de la République n’a « JAMAIS ÉTAIT PATENTE ???» y compris sur des questions qui relèvent de sa volonté et qui ont engageaient sa responsabilité sur ce qui a été décider en son NOM « DEPUIS sa maladie» et cela me semble t.il est immensément très GRAVE et mérite des RÉPONSES AU PEUPLE : donc « QUI DÉCIDER EN SON NOM JUSQU’À CE JOUR »

Permalien

Les forces de sécurité de notre pays doivent clairement confirmer par la pratique leur engagement de rester au coté du peuple et d’écarter définitivement les prédateurs et leur système de la gestion du pays: Seuls des hommes de l'envergure de l'avocat Mustapha Bouchachi, de Benyoucef Mellouk , de Ait Larbi Mokrane, de Karim Tabou etc ... apporteront la crédibilité pour l'Algérie . Aller notre chere ANP le peuple attend beaucoup de vous ! lavez l'affront fait à nos martyrs et à la glorieuse ALN.

Permalien

Les forces de sécurité de notre pays doivent clairement confirmer par la pratique leur engagement de rester au coté du peuple et d’écarter définitivement les prédateurs et leur système de la gestion du pays: Seuls des hommes de l'envergure de l'avocat Mustapha Bouchachi, de Benyoucef Mellouk , de Ait Larbi Mokrane, de Karim Tabou etc ... apporteront la crédibilité pour l'Algérie . Aller notre chere ANP le peuple attend beaucoup de vous ! lavez l'affront fait à nos martyrs et à la glorieuse ALN.

Permalien

Il n'y a que Gaid Salah et quelques généraux larbins du clan de Bouteflika

Ne rêvez pas l'armée a fait son choix au sommet de l'état major celui de Bouteflika et de la trahison du peuple d'Algérie.
L'autre armée majoritaire des soldats sous officiers et officiers subalternes ou généraux des régions militaires et de commandement opérationnel des divisions et brigades de combats silencieux mais absents...
Les services de Tartag n'existent plus et Gaid Salah est heureux.
Il faut d'abord que ces décideurs militaires ne soient pas corrompus et sans intérêts particuliers ou familiaux

Ensuite ayant un sens Moral politique élevé et patriotes non claniques.
Ils existent mais dans l: attentisme...
Car s'ils interviennent c'est déposerai Gaid Salah le traître avec possibilité d'accrochages avec les Larbins peu nombreux du clan Gaid Salah Bouteflika.
La gendarmerie et la police sontt aussi à interpeller puisque leurs commandements sont inféodés à Gaid Salah et Bedoui qui trahissent la patrie explicitement.
Le choix des camps de chacun est inéluctable dans les prochains jours entre sauver le pays ou le brûler.
Regardez même celui qu'on nous présente comme de grands diplomates Lamamra et ibrahimi défendent leur Satan président et en collaboration éhontée avec les Imposteurs destructeurs bouteflikistes.
Décideurs de quoi et de qui.....?
Le pacifisme risque de se tarir par l'impudence insolente des Bouteflika et l'arrogance menaçant le peuple des valets Gaid Salah et cet arriviste zélé de Bedoui pourtant le premier est chaoui ET le second des "harratines" d'ouargla bien sûr né à Ain benian banlieue est d'Alger.
Enfine la trahison et l'imposture est partout en Algérie.
Veulent ils brûler le pays ?
Croient ils que la france est un bon conseil ?
Ou le peuple idiot et incapable ?

..

Permalien

M Bouakouir, pour un ancien du FFS, il est particulièrement déplorable que vous citiez le face à face avec l'armée en octobre 88 à Alger en occultant les affrontements entre les jeunes Kabyles et les gendarmes et cns durant le Printemps noir qui a embrasé toute la Kabylie pendant des mois et des mois. A moins que vous ne pensiez que la Kabylie se situe hors d'Algérie. CQFD.
Quant à l'armée, vous êtes bien naïf d'en attendre quelque chose. Dans aucune révolution populaire, l'armée n'a joué un rôle important. Demandez-leur plutôt de bien rester au chaud dans les casernes et leurs palaces d'Alger et de ne sortir qu'en cas d'agression par un pays étranger.

Permalien

Arretons de pauser des questions, arretons des revendications, tout en continuons nos protestations , ils trouvés des solutions : dans voicis une. Nos chaine sde TV libres qui sont a l extérieur du pays peuvent nous aidés a solutionnés nos revendications , a constitués un groupes d intelectuels algerin , (et di eu sait qu il y en abeaucoup ) pour les negociations pacifique avec lautorité Militaire au pouvoir, afin d assurer la securité de la commission de transition dumant désignée jusqu a l éléction présidentiel.

Permalien

Pour accompagner à bon port le Hirak populaire et l aider à mener à bien sa construction d’une Algérie propre et moderne à la hauteur des espérances des vrais moudjahidines qui ont libéré le territoire avec comme symboles hier feu Larbi Ben m’hidi Et aujourd’ hui notre belle Djamila Bouhired, il faut que notre armée joue son rôle en s’inspirant par exemple de la révolution des œillets au Portugal .Ces jeunes officiers qui ont garanti la stabilité de leur Pays et sa transition vers une vraie démocratie et la modernité après s les dégâts occasionnés par le dictateur Salazar et sa clique.
Il faut nommer à la tête de notre armée des jeunes officiers intègres et modernes et propres et qui comprennent les enjeux du mode d’aujourd’hui.
Les officiers qui ont dépassé 65 ans doivent partir à la retraite .
Il faut aussi veiller à ce qu’il n y ait pas de chasse aux sorcières mais mener une lutte sans pitié pour récupérer les biens et richesses pillées durant ces dernières décennies.Il vaut mieux que les usurpateurs acceptent de rembourser ce qui a été volé et ensuite enclencher un processus de réconciliation sur la base du pardon et de repentirs sincères.
Il faut aller de l’avant et construire une grande nation moderne en Algérie.
Les usa après leur guerre de sécession ont réussi une ascension qui les a menés sur le toit du monde jusqu’ après la seconde guerre mondiale.Mais depuis l’assassinat de Kennedy, il ont amorcé une lente mais inexorable descente suite à leurs politiques folles et à la sequestration de leurs richesses par une petite clique oligarchique et leurs multinationales qui ont ni foi ni loi.
Soyez des hommes des vrais, nos frères soldats et continuer le travail de nos grands moudjahidines authentiques qui voulaient forger une Algérie libre belle et forte moderne.
Le peuple Algérien a toujours étonné le Monde .
Soyez nos frères soldats vous aussi à la hauteur de ce peuple.
Il faut accompagner la construction de ce grand pays en protegeant le gouvernement de transition et de salut qui devra être composé de personnes qualifiées jeunes maximum 50 ans avec une composante équitable au niveau de la représentativité régionale et aussi autant de femmes que d’hommes.
Il faut aussi qu’ils soient accompagnés par un comité de sages dont l’age Ne devrait pas excéder 65 ans et bien entendu des personnes n’ayant jamais occupé de poste dans les gouvernements précédents ni ayant appartenu à aucun parti politique, surtout pas le FLN ( en réalité il est mort en 1962 une fois l’ indépendance acquise ce qui était son objectif), ni RND, ni RCD, Ni FFS, ni les partis islamistes.
Le pouvoir devra être séparé de la religion.Le peuple Algérien est dans son immense majorité musulmam mais la religion doit rester une affaire strictement personnelle, pas être instrumentalisée.
Un islam comme celui des générations jusqu’ au début des années 70s, un islam tolérant et non ostentatoire.
Nous ne voulons pas de l’islam PakistanoWahaboCIAopaysdugolfoiste.
Il faut plutôt s’inspirer de l’islam qui a réussi à pénétrer des régions comme l’indonesie , la Malaysia et consorts sans guerre ni conquête.
Un islam des lumières pas l’obscurantisme vendu par les wahabites et leurs mentors occidentaux pour soumettre les pays et les exploiter.
Il est temps de faire aboutir la révolution Algérienne après la longue traversée du désert que le pays vit depuis 1962 et la confiscation du pouvoir des vrais combattants du GPRA par les soldats de la 25 émerge heure comme les décrit si bien notre belle et glorieuse Sidatna Djamila Bouhired.
Gloire aux vrais martyrs et aux vrais moudjahidines et gloire au peuple grandiose et à cette magnifique jeunesse Algérienne qui est en train de donner une leçon à toute la planète Terre.
Un exilé de la diaspora Algérienne dont on a gâché la vie et volé le rêve de construire une belle Algérie.
Les générations nées juste au moment de l indépendance et premiers diplômés en quantité appréciable mais que la mafia régnante en Algérie a chassé directement ou indirectement et marginalisée.On nous a éparpillé un peu partout en Occident et ailleurs et se retrouver à faire profiter des pays tiers et parfois ennemis de l’Algerie de notre savoir faire.
Toute la diaspora honnête et elle est majoritaire se reconnaîtra dans ce message.Tahya el djazayer ou les jeunes ta3 el youm.

Permalien

L'ANP est une armée nationale et non une milice au service d'un clan, même chose pour la police qui est une police nationale et non une milice pour defendre un clan. ces corps de sécurité issu du peuple doivent se démarquer des clans qui minent l'Algérie et defendre uniquement notre nation !

Ajouter un commentaire