Aller au contenu principal
Body

APPEL

Djamila Bouhired à la jeunesse algérienne : "Ne les laissez pas voler votre victoire !"

Mes chers enfants et petits enfants.

Je voudrais d'abord vous dire tout mon bonheur d'être parmi vous, pour reprendre ma place de citoyenne dans ce combat de la dignité, dans une communion fraternelle.

Je voudrais vous dire toute ma gratitude pour m'avoir permis de vivre la résurrection de l'Algérie combattante, que d'aucuns avaient enterrée trop vite.

Je voudrais vous dire toute ma joie, toute ma fierté de vous voir reprendre le flambeau de vos ainés. Ils ont libéré l'Algérie de la domination coloniale ; vous êtes en train de rendre aux Algériens leurs libertés et leur fierté spoliées depuis l'indépendance.

Alors que les Algériens pleuraient leurs chers disparus dans la liesse et la dignité retrouvée, les planqués de l'extérieur avaient déclaré une nouvelle guerre au peuple et à ses libérateurs pour s'installer au pouvoir.

Au nom d'une légitimité historique usurpée, une coalition hétéroclite formée autour du clan d'Oujda, avec l'armée des frontières encadrée par des officiers de l'armée française, et le soutien des "combattants" du 19 mars, a pris le pays en otage.

Au nom d'une légitimité historique usurpée, ils ont traqué les survivants du combat libérateur, et pourchassé, exilé, assassiné nos héros qui avaient défié la puissance coloniale avec des moyens dérisoires, armés de leur seul courage et de leur seule détermination.

Plus d'un demi-siècle après la victoire sur la domination coloniale et l'accession du pays à l'indépendance, le système politique installé par la force en 1962 tente de survivre par la ruse, pour continuer à opprimer les Algériens, détourner nos richesses, et prolonger la tutelle néocoloniale de la France pour bénéficier encore de la protection de ses dirigeants.

Ceux qui, au nom d'un patriotisme de bazar, exigeaient la "repentance" de la France, ont fini par tomber les masques. Combien de dirigeants, à la retraite ou encore en activité, combien de ministres, combien de hauts fonctionnaires, combien d'officiers supérieurs de l'armée, combien de chefs de partis, se sont repliés sur l'hexagone, leur patrie de rechange, le refuge du fruit de leurs rapines ?

Dernier signe révélateur de ces liens pervers de domination néocoloniale, le soutien du président français au coup d'Etat programmé de son homologue algérien est une agression contre le peuple algérien, contre ses aspirations à la liberté et à la dignité.

Au nom de quelle conception bien singulière de la démocratie, au nom de quelles valeurs universelles peut-on voler au secours d'un régime autoritaire, pour prolonger, hors de toute base légale, le pouvoir d'un autocrate, de sa famille, de son clan et de leurs clientèles, massivement rejetés par la volonté du peuple algérien ?

Dans son long combat libérateur, le peuple algérien ne s'est jamais trompé de cible. Si notre génération a combattu le système colonial, elle a su apprécier à sa juste valeur la solidarité active du peuple français, notamment de son avant-garde progressiste.

Mes chers enfants et petits enfants.

Par ce rappel historique, je voudrais attirer votre attention, vous la jeunesse algérienne en lutte, sur les dérives qui menacent votre combat.

En renouant le fil de l'histoire interrompu en juillet 1962, vous avez repris le flambeau qui va éclairer le chemin de notre beau pays vers son émancipation, dans la dignité retrouvée et dans les libertés à reconquérir. Là où ils se trouvent, je suis convaincue que nos martyrs, qui avaient votre âge lorsqu'ils avaient offert leur vie pour que vive l'Algérie, ont, enfin, retrouvé la paix de l'âme.

Par votre engagement pacifique qui a désarmé la répression, par votre civisme qui a suscité l'admiration dans le monde, par cette communion fraternelle tapie dans nos cœurs et qui resurgit chaque fois que la patrie est en danger, vous avez ressuscité l'espoir, vous avez réinventé le rêve, vous nous avez permis de croire de nouveau à cette Algérie digne du sacrifice de ses martyrs et des aspirations étouffées de son peuple.

Une Algérie libre et prospère, délivrée de l'autoritarisme et de la rapine. Une Algérie heureuse dans laquelle tous les citoyens et toutes les citoyennes auront les mêmes droits, les mêmes devoirs et les mêmes chances, et jouiront des mêmes libertés, sans discrimination aucune.

Après des semaines d'une lutte pacifique, exemplaire dans l'histoire et de par le monde, votre mouvement est à la croisée des chemins ; sans votre vigilance, il risque de sombrer dans le catalogue des révolutions manquées.

Tapis dans l'anonymat et la clandestinité, des manipulateurs déguisés en militants, des agents-provocateurs en service commandé, des serviteurs zélés du système fraîchement repentis, tentent de détourner votre combat, pour le mener vers une impasse, dans le but de donner un sursis aux usurpateurs et de maintenir le statu quo.

Des listes de personnalités confectionnées dans des laboratoires occultes circulent depuis quelques jours pour imposer, dans votre dos et contre votre volonté, une direction fantoche à votre mouvement.

Mes chers enfants et petits enfants.

En quelques semaines, vous avez révélé au monde, surpris, ce que le peuple algérien avait de plus beau, de plus grand, malgré des décennies d'oppression pour vous imposer le silence.

Il vous appartient à vous qui luttez dans les universités pour une formation de qualité, dans les entreprises pour imposer vos droits syndicaux, dans les tribunaux pour faire reculer l'arbitraire, dans les hôpitaux pour exiger des soins de qualité pour tous ; il vous appartient à vous les journalistes, qui traquez la vérité pour démasquer le mensonge et la manipulation, et dont certains d’entre vous l’ont payé de leur vie ; il vous appartient à vous les artistes, qui mettez de la lumière dans l'obscurité de notre quotidien, il vous appartient à vous qui résistez contre la déchéance pour imposer de l'éthique ; il vous appartient à vous tous de dessiner votre avenir, et de donner corps à vos rêves.

Il vous appartient à vous, et à vous seuls qui luttez au quotidien, de désigner vos représentants par des voies démocratiques et dans une totale transparence.

Notre génération a été trahie ; elle n'a pas su préserver son combat contre le coup de force des opportunistes, des usurpateurs et des maquisards de la 25e heure qui ont pris le pays en otage depuis 1962. Malgré la colère du peuple qui l'a rejeté, leur dernier représentant s'accroche encore au pouvoir, dans l'illégalité, le déshonneur et l'indignité.   

Ne laissez pas ses agents, camouflés dans des habits révolutionnaires, prendre le contrôle de votre mouvement de libération.

Ne les laissez pas pervertir la noblesse de votre combat.

Ne les laissez pas voler votre victoire…

Auteur
Djamila Bouhired
 

Commentaires

Permalien

Depuis quelques années (2011) les prétendus dirigeants ont la peur au ventre, mais ils ne sont pas le systéme, il y a aussi
-une coalition de gens invisibles algériens et étrangers qui commandent ce systéme,
-les profiteurs en général des ex hauts responsables, qui vivent de la grande corruption, même après avoir quitter leurs postes, ils forment leur propre réseau(x), pour faciliter et faire aboutir les affaires de la première caste,
-les responsables des partis politiques, des syndicats, des associations, le bouclier contre les espérances du peuple,
-les élus à tous les niveaux pour duper, protéger les deux premières catégorie, et empêcher tout changement ou faire perdurer le plus longtemps possible ce systéme de rente,
-les pistonnés, des minables, qui occupent des postes de responsabilités dans les administrations et les entreprises publics pour servir les précédentes catégories,
-les ratons, de petits fonctionnaires, des membres des divers partis et associations, pour donner une bonne image du systéme et ils vivent de la petite corruption,
il y a beaucoup de monde, des millions, et le changement par le haut ne les neutralisera pas, ce sont eux qui font revivre ce systéme de rente depuis toujours,
une partie des ces catégorie vient de quitter le systéme, une bonne chose, mais il en reste beaucoup, en embuscade et qui essayeront de reprendre le dessus, y aussi la mise à l’écart de tous les partis politiques qui doivent se mettre en veilleuse, en attendant leurs dissolution et la refonte du paysage politique sans tous ces partis et leurs responsables,
et pour leurs neutralisation totale, il faut quelqu'un de l'intérieur, pour le moment y en a un, et il vient de faire des promesses dans ce sens, faudra patienter une année ou deux ans tout au plus,
et là, le peuple va faire l'arbitre et chaque fois qu'on essaye de faire entrer quelqu'un qui ne le mérite pas, c'est le carton rouge,

Permalien

Merci pour ce message émouvant, sincère et réaliste !
Ça nous donne du courage pour continuer la lutte.
Vive l'Algérie libre.

Permalien

Il faut mettre fin à la folie de celui qui avait déjà avoué son tab djnanena dans son discours de Sétif en 2008.

Permalien

Qu'elle plaisir cet article. Djamila Bouhired.....La maman de l'Algerie qui insoire ce peuple...Merci Madame!

Permalien

Merci de tout coeur pour votre appel, chère soeur ! Il est très précieux !

Permalien

Bravo madame la vraie Moudjahida et la fierté de notre glorieuse révolution de libération nationale. J'ai toujours rêver vous voir raconter la vraie histoire de la prise du pouvoir en Algérie par la force par le clan d'Oujda que j'ai pû comprendre moi-même par la recherche personnelle et voilà que vous me confirmer ce que je savais déjà. J'ai toujours rêver aussi de vous voir un jour parmi des personnalités propres et intégres qui gèrent le pays, mais hélas je reconnais que s'était impossible et voilà que l'occasion se présente pour vous dans cette nouvelle révolution naissante pour le vrai redressement révolutionnaire et la construction d'une deuxième République basée sur de vraies institutions indépendante et la séparations des pouvoirs. Je vous salue madame la Moudjahida, je suis très fier de vous en tant que Algérien digne de ce nom. Merci à vous, bon courage , longue vie inchallah et très bonne continuation pour nous aider et éclairer à bâtir une Algérie forte et conduire cette nouvelle révolution vers des fins sûres pour qu'elle ne soit pas encore une fois spolier et détourer à des fins de personnes.
Vive l'Algérie libre démocratique populaire et enfin indépendante.

Permalien

le départ de bouteflika maintenant ne sera qu'un remake de ce qui s'est passé en 1964 avec benbella qui voulait ce changement, puis avec boumédiénne en 1976, ensuite sous chadli en 1988, en 1992 avec boudiaf, et enfin zeroual en 1998,
et à chaque fois les tenants et profiteurs du systéme de rente ont réussis leur hégémonie sur le pays pour pérenniser le système de rente instaurer par les héritiers du colonialisme turco-français,
maintenant le peuple doit devenir le seul interlocuteur du pouvoir en place et le seul tuteur des ses revendications de changement du systéme,
le peuple n'étant ni un parti, ni un syndicat, ni une association, ni un fonctionnaire, ni un élu,
ce changement passe par la mise à l’écart de tous les partis politiques, de tous les syndicats, de toutes les associations, qui ont cautionnés volontairement ou pas le systéme de rente,
dans tous les secteurs y en a les profiteurs et les privilégiés de ce systéme de rente, et il faudra les neutraliser, en les empêchant de nuire et de torpiller ce processus de changement, comme ils l'ont fait en 1998 en poussant zeroual à la démission,

Permalien

Tanemmirt a Massa Bouhired. Votre appel est très émouvant; il restaure la liaison rompue entre les jeunes d'aujourd'hui et ceux, dont vous étiez, qui ont défié il y a 60 ans le système colonialiste français. L'ennemi d'aujourd'hui est le régime néo-colonialiste algérien qui a hérité de ses mentors français les techniques de falsification des élections, de la répression aveugle et de la division. Votre témoignage et votre appel à la vigilance sont d'une grande importance. Votre attitude par rapport à ce régime vous honore contrairement à ceux, nombreux, qui sont passés à la mangeoire. Merci encore. Souhaitons que la transition vers une véritable république démocratique se fasse sans effusion de sang et que cette nouvelle république soit respectueuse de l'Histoire et de la volonté des peuples d'Algérie à décider de leur destin. Et particulièrement, les enfants de la wilaya 3 historique, trahis, martyrisés, appauvris, doivent retrouver l'honneur spolié de leurs ainés et voir leur désir de vivre leur culture et leur identité accompli dans une Kabylie indépendante dans la voie du progrès et de la paix.

Permalien

Un appel très encourageant,

L'apport d'une combattante de la première révolution algérienne est un acquis considérable pour impulser un nouveau souffle au mouvement populaire pour un changement radical de régime auquel aspirent les Algériens. L'avertissement du vol de la révolution par cette dernière est une réalité qu'il ne faut pas négliger d'autant que les forces contre-révolutionnaires agissent de concert pour détourner l' élan populaire de son but c'est à dire la fin du système FLN. Voilà que les mots à eux seuls ne suffisent pas pour donner à la seconde révolution algérienne les bases d'un projet de société et à plus fortes raisons à refonder l 'Etat algérien sur des bases démocratiques. Que les gens soient vigilants est une chose, par contre mener à terme ce projet est beaucoup plus difficile parce qu'il manque au mouvement populaire, une forme organisationnelle émergente comme celle du congrès de la Soummam. Elle doit correspondre aux aspirations de la jeunesse algérienne. Il est peut-être temps que les animateurs du mouvement trouvent les bonnes formules pour faire connaître leur feuille de route. Alors que les ringards de la politique s'agitent en bons opportunistes sur les plateaux de télévision, le mérite revient à tous ces anonymes d'avoir fait vaciller le régime. Le travail n'est pas fini, il faut aller de l'avant pour une Algérie libre et démocratique.

Permalien

Les vrais moudjahidates et moudjahidines ne ravissent pas leur chance aux jeunes générations postindependance , ils ne confisquent pas leurs libertés , ils ne les poussent à la harga , à fuire la patrie qui les a vus naître.

Permalien

Les kabyles,chawis,de service et les nouveaux Nwagras

Bouteflika "elmaroki" a dans son refoulé de malade psychopathe un modéle .Le rejeton du glawi,l ex monarque HASSASSIN2 .Ce dernier détestait "ce qu il appelait "ce sujet marocain ,plus zèlé que n importe qui de nos sujets ,qui lorsqu il me faisait le baise main d allégeance ,se voyait dans ses yeux cette envie maladive de prendre NOTRE PLACE...Et hassassin 2 continua à l adresse de p tit mario de la luxure bouteflika,...Si ,par un destin funeste,l algérie ,ce pays que nous aimons,donne à "ce sujet de notre royaume" l accidentelle possibilité d en être à la tête de son destin,il essayera d établir un royaume ravageur contre cette nation si proche .Paroles prémonitoires d un monarque arabe à propos de son sujet arabe bouteflika
Hassassin 2 aimait s entourer dans son makhzen et cour d imazighens colonisés,et avait comme conseilles des imazighens marocains de confession juive(une tradition de ce royaume arabe en pays amazigh) et surtout de NWAGRA et détestait les arabes de rabat et surtout de fez,les fessis....car les autochtones colonisés ,musulmans et juifs,et les nwagra(métis et autres)sont les indefectibles soutiens des colonisations ...
On comprend dés lors pourquoi bouteflika et sa fraterie se sont entourés de vils harkis chawis et kabyles de service,ouyahia,benyounes,gaid l indignen chawi,le salop sellal,sidi l etron izane said et pourquoi les nwegra-métis ,bedwi,zoukh....ont le vent en poupe pour terroriser,l algérie algerienne amazigh multilangue REBELLE ET REVOLTEE ,encore une fois par la prolongation d un scandaleux 4e mandat ,pour le compte de cette famille de fraterie marocaine,les vils said,ce malade imaginaire qui aurait une maladie incurable,une ruse de cette famille marocaine sortie d un hamam de oujda pour soldats en rute,pour se faire oublier et de son frere nacer, qui se croient posséder l usufruit d un royaume imaginaire que leur LEGUERAIT leur frere de la luxure ,ptit mario hauts talons ,bouteflika abdelaziz "ELMAROKI" qui a organisé LA FAILLITE DE L ALGERIE ALGERIENNE

Permalien

Madame BOUHIRED, sauf votre respect mais il fallait achever le boulot en 1962. Aujourd'hui la situation est telle qu'on ne sait plus si on devrait uniquement s'en prendre à ceux de la 25ème heure. Madame vous avez certes libéré le pays des mains d'un colonisateur mais pour le remettre entre les mains d'un autre colonisateur encore plus pire.

Permalien

Sincères remerciements pour cet appel. En espérant que l’avènement enfin de l'indépendance véritable n'est pas encore trop tard comme l'appréhendait M. Benchicou.

Ajouter un commentaire