Aller au contenu principal
Body

NADIA MATOUB

"Défendons la mémoire de Lounès Matoub"

Dans une déclaration, Nadia Matoub, la veuve du chanteur Matoub Lounès, s'insurge contre la volonté de transformation de la maison familiale en musée par les autorités du pays. Lire la déclaration ci-après :

"Lounès Matoub incarne l’esprit de liberté, celui de la résistance, de la chanson qui éveille. C’est cet esprit que le régime algérien a combattu et combat encore par la censure, la répression, l’injustice, l’humiliation qu’il fait subir aux populations, l’instrumentalisation de l’histoire et de la langue amazighe ; Lounès ne disait-il pas « Int-iyi isem Amaziɣ ma d tilelli s tegrawla ? » (Dites-moi si “Amazigh” ne signifie-t-il pas “Liberté par la révolution” ?). Mais voilà que ce système que Lounès a combattu de toutes ses forces, système d’hier qui demeure celui d’aujourd’hui, prétend vouloir préserver sa mémoire et son patrimoine artistique et culturel en finançant un musée qui va porter son nom. Il s’agit tout simplement d’une profanation et de la volonté de neutraliser le symbole qu’il incarne.

En tant que veuve de Matoub Lounès, je suis étonnée, encore une fois, d’apprendre, par la presse, l’existence d’un projet qui concerne mon époux. Par cette déclaration, je tiens à informer l’opinion publique de ma ferme opposition à ce projet qui aura comme conséquence de dénaturer ses biens matériels : le projet tel qu’il est annoncé par les autorités algériennes prévoit même « d’intégrer la maison familiale » dans l’édifice du musée. Sa demeure qui abrite ses souvenirs les plus précieux, à l’exemple de ses instruments de musique et des prix qui lui ont été décernés, doit rester tels qu’il les a laissées, reflet de sa vie et de son parcours.

Je refuse que la mémoire de Lounès soit souillée et que son combat soit perverti et instrumentalisé. Comment oser prétendre œuvrer pour la préservation de l’héritage culturel et artistique de Lounès lorsqu’on combat la liberté d’expression, l’une des valeurs pour lesquelles il a lutté.

Lounès s’est imposé comme le poète exemple de la mémoire fidèle. Notre mémoire est condition de notre conscience et du chemin à emprunter pour préserver le souvenir du symbole de la liberté et de la résistance. La mémoire de Lounès est le patrimoine de l’ensemble des Amazighs à qui il revient de la défendre. Réflexion, discernement et vigilance sont de rigueur dans notre action de mobilisation afin d’entretenir dignement son souvenir.

Nadia Matoub,
Paris, le 9 septembre 2018

 

 

Commentaires

Permalien

Il semblerait que Matoub a arnaque sa femme du titre de propriete de sa maison. Typiquement Kabyle.

Permalien

C'est dans la tradition stalinienne que de faire tuer des opposants puis organiser leurs funérailles. Meme stratégie de recuperation avec Abane, lequel apres l'avoir traité assassiné et de traitre, on tente de chevaucher sa mémoire pourjuste gagner un mandat supplémentaire. Ce modus operandi est typique de qui occupe le pouvoir et don n'a aucune culture ni ethique sousjacente, il plie tout à son horizon. Le pouvoir de l'argent ne peut pas tout. Certe on a pas les ressources pour contrecarrer le régime par les moyens economiques et militaires, mais hisser nos symboles de lutte cela est possible et nous nous laisserons pas faire. Toute ma synpathie et solidarité.

Permalien

Le pouvoir a ses propres codes pour aspirer, annihiler, anéantir tout ce qui le gêne : l'usage de l'argent qu'il distribue pour acheter ceux qui sont à vendre. Et ces derniers temps, il y en a eu beaucoup en Kabylie et dans le monde de la musique qui par les intéressés eux-mêmes et qui par ses proches ou parents.

Le pouvoir qui assassine se rend à l'enterrement et ceux qui sont censés défendre la mémoire du mort sont ceux-là même qui finissent par mettre le genou à terre en se vendant comme une vile marchandise ( Res mobilis, res vilis disait l'adage).

Avec l'âge qui avance, certains finissent par déposer les armes et se font assurer les lendemains de leurs vieux jours.

Courage, Nadia.

Permalien

laissez cet homme dormir dans sa tombe tranquillement.

Permalien

Madame; Avec mon plus grand respect surtout pour l'âme de Lounès; je vous prie de ne pas faire de votre mari un instrument politique. Aussi si vous voulez instrumentaliser votre défunt mari à des fins que vous seulement connaissez eh bien faites le ICI en Algérie comme Lounès Matoub sans craindre de mourir pour la liberté.

Permalien

Chère Nadia,
A l'annonce de ce projet de musée par la présidence que je trouvais incongru initialement, soupçonnant une récupération du noble combat de Lounès par le pouvoir liberticide, autant que vous je me suis insurgé contre cette instrumentalisation. Seulement voilà! En réfléchissant à la dimension existentielle, à la postérité de l’œuvre poétique et à la mémoire indéfectible de notre aède, n'est-il plus raisonnable de laisser à des institutions, qui survivront aux régimes , aux clans et aux querelles subjectives, la tâche historique de transmettre aux générations futures le message "de la famille qui avance" du Rebelle;
Ne,l'enfermons pas dans dans les mesquineries temporelles de luttes de chapelles.
Je respecte votre âpre combat pour la sauvegarde de l'entité mémorielle de notre poète assassiné mais cette Algérie pour laquelle il s'est sacrifié lui doit plus qu'un monument même s'il est décidé par un régime prétendu fourvoyé. Ce fut le cas des Lorca, Maïakosky, Jara et de tant d'autres qui continuent de nous inonder de leur Humanité alors que les pouvoirs qui les ont sacrifiés, exilés, ont sombré dans l'oubli et la nuit des temps.
Thanemirthe

S. Grim, auteur de "Matoub, un poète, une voix, un combat"

Permalien

Chère Nadia,
A l'annonce de ce projet de musée par la présidence que je trouvais incongru initialement, soupçonnant une récupération du noble combat de Lounès par le pouvoir liberticide, autant que vous je me suis insurgé contre cette instrumentalisation. Seulement voilà! En réfléchissant à la dimension existentielle, à la postérité de l’œuvre poétique et à la mémoire indéfectible de notre aède, n'est-il plus raisonnable de laisser à des institutions, qui survivront aux régimes , aux clans et aux querelles subjectives, la tâche historique de transmettre aux générations futures le message "de la famille qui avance" du Rebelle;
Ne,l'enfermons pas dans dans les mesquineries temporelles de luttes de chapelles.
Je respecte votre âpre combat pour la sauvegarde de l'entité mémorielle de notre poète assassiné mais cette Algérie pour laquelle il s'est sacrifié lui doit plus qu'un monument même s'il est décidé par un régime prétendu fourvoyé. Ce fut le cas des Lorca, Maïakosky, Jara et de tant d'autres qui continuent de nous inonder de leur Humanité alors que les pouvoirs qui les ont sacrifiés, exilés, ont sombré dans l'oubli et la nuit des temps.
Thanemirthe

S. Grim, auteur de "Matoub, un poète, une voix, un combat"

Permalien

Chère Nadia,
A l'annonce de ce projet de musée par la présidence que je trouvais incongru initialement, soupçonnant une récupération du noble combat de Lounès par le pouvoir liberticide, autant que vous je me suis insurgé contre cette instrumentalisation. Seulement voilà! En réfléchissant à la dimension existentielle, à la postérité de l’œuvre poétique et à la mémoire indéfectible de notre aède, n'est-il plus raisonnable de laisser à des institutions, qui survivront aux régimes , aux clans et aux querelles subjectives, la tâche historique de transmettre aux générations futures le message "de la famille qui avance" du Rebelle;
Ne,l'enfermons pas dans dans les mesquineries temporelles de luttes de chapelles.
Je respecte votre âpre combat pour la sauvegarde de l'entité mémorielle de notre poète assassiné mais cette Algérie pour laquelle il s'est sacrifié lui doit plus qu'un monument même s'il est décidé par un régime prétendu fourvoyé. Ce fut le cas des Lorca, Maïakosky, Jara et de tant d'autres qui continuent de nous inonder de leur Humanité alors que les pouvoirs qui les ont sacrifiés, exilés, ont sombré dans l'oubli et la nuit des temps.
Thanemirthe

S. Grim, auteur de "Matoub, un poète, une voix, un combat"

Permalien

Chère Nadia,
A l'annonce de ce projet de musée par la présidence que je trouvais incongru initialement, soupçonnant une récupération du noble combat de Lounès par le pouvoir liberticide, autant que vous je me suis insurgé contre cette instrumentalisation. Seulement voilà! En réfléchissant à la dimension existentielle, à la postérité de l’œuvre poétique et à la mémoire indéfectible de notre aède, n'est-il plus raisonnable de laisser à des institutions, qui survivront aux régimes , aux clans et aux querelles subjectives, la tâche historique de transmettre aux générations futures le message "de la famille qui avance" du Rebelle;
Ne,l'enfermons pas dans dans les mesquineries temporelles de luttes de chapelles.
Je respecte votre âpre combat pour la sauvegarde de l'entité mémorielle de notre poète assassiné mais cette Algérie pour laquelle il s'est sacrifié lui doit plus qu'un monument même s'il est décidé par un régime prétendu fourvoyé. Ce fut le cas des Lorca, Maïakosky, Jara et de tant d'autres qui continuent de nous inonder de leur Humanité alors que les pouvoirs qui les ont sacrifiés, exilés, ont sombré dans l'oubli et la nuit des temps.
Thanemirthe

S. Grim, auteur de "Matoub, un poète, une voix, un combat"

Permalien

Nadia Matoub, l’épouse du défunt Lounes Matoub, a tout à fait raison de réagir à cette décision concertée entre la sœur du défunt Malika Matoub et sans en être informée. Rappelons que le président Bouteflika a (à mon avis maladroitement et gauchement) accepter de financer la réalisation d’un musée pour préserver la mémoire de Lounès ainsi que son héritage artistique et culturel, dans sa ville natale de Taourirt Moussa (Tizi Ouzou). Alors qu’aucune suite à l’enquête sur sa mort n’a été donné officiellement voilà que le pouvoir , par le biais de Bouteflika, tente de mettre une couche de vernis sur cet assassinat ! Et puis tout le monde sait les critiques, la colère et la révolte de Lounés envers le pouvoir autocratique algérien ! Même en ce moment, il doit se retourner dans sa tombe !

Je pense que Malika Mahtoub a fait une grave erreur politique de faire appel à Bouteflika afin de l’aider dans ce projet ! Pourtant elle sait la dextérité et l’ingéniosité du pouvoir à tirer à son profit une telle décision. Elle aurait du d’abord essayer de récolter le financement nécessaire auprès d’association et de ses fans avant de demander une aide au pouvoir ! Et pour finir, il est suspect que Malika Matoub ait engagé ce projet sans avertir son épouse légitime Nadia Matoub ! C’est intriguant comme attitude de sa part ! Enfin, c’est mon avis !

Permalien

Une autre connerie de l'Etat de financer un musée à la mémoire d'un traitre qu'est Matoub Laknas qui en principe meme dcd doit etre jugé pour atteinte à la sécurité nationale et lien avec l'ennemi et j'adresserez personnellement une lettre au Ministre de la culture de faire bénéficier mon chien et ma mule d'un meme projet car eux au moins ils ont participé à la révolution et ne se sont jamais frotté aux français et aux israeliens.

Permalien

traitre a votre ideologie arabo-islamiste colonisatrice en Algerie ..oui c'est ca. Mais pour son peuple Kabyle, il est un prophete. A bon khoroto salut!

Permalien

Tres chere Madame,
C'est avec un coeur lourd que je m'adresse à vous. Ces quelques phrases d'un Kabyle attristé par le comportement de Malika Boukhtouche à l'égard du rebelle dda Lounes, étancherons peut etre la soif de tout les Kabyles décus et enragés par cette derniere.
D'apres les Kabyles votre defunt mari a une place de choix dans leurs coeurs, et c'est pour cette raison que je me sent le Kabyle de toute la Kabylie qui vous soutienne et qui soit derriere vous.
A cette triste Malika qui se pavane dans les ministeres, qu'elle se taise.

Mes respects Madame.

Permalien

l 'Etat algerien tres intelligent a tout simplement renvoyé l'asscenseur a Malika soeur de Matoub qui a declaré que Matoub n'a jamais lutté pour l'independance de la Kabylie mais pour l'Algérie quand a vous Madame refaites votre vie faites des enfants et regardez devant la vie est trop courte de la gachez pas par un deuil eternel

Permalien

@RE: Maison de Matoub,

C'est dans la tradition criminelle que de salir la memoire des hommes. Sauf que votre regime minable et assassin de matoub ne grandit pas si Matoub aurait exproprié sa femme

Permalien

Ce que vient de faire Malika Boukhtouche est tres grave, c'est une atteinte à toute la Kabylie , à ses us et coutumes, à ses lois, à tajma3t n_taddart_is. En effet depuis quand la Kabylie demande-t-elle l'autorisation de construire.

A S. Grim, auteur de "Matoub, un poète, une voix, un combat", je me permettrai de vous répondre avec tout le respect que je vous doit, s'il y a nécessite de faire quoi que ce soit pour pérénniser la mémoire du rebelle Lounes, tajma3t n_taddart_is devrait s'en occupper, au besoin faire appel à L3arch_is ou monter plus haut à toute la Kabylie, et bien sur avec le consentement et la bénédiction de Madame Matoub Nadia.
N'en déplaise à certain Lounes est Kabyle. Dixit lui meme.

A Reflexion qui " prie de ne pas faire de votre mari un instrument politique". Vous sembler etre hors champs, puisque Nadia veut l'extraire de ceux qui veulent le récupérer et de ceux qu'il a combattu toute sa vie. Ceux i tyesekhnounsen di Michelet, i widh i t inghan thi thala. Tout au long de sa vie pas une seule chanson de Matoub ne passait ni à la télé , ni à la radio, chaine 2 comprise, et cela continue.
Les Kabyles savent qui est Lounes, savent quelles sont ses positions politiques.
Vous ne vous arreter pas à cela, vous dites:." Aussi si vous voulez instrumentaliser votre défunt mari à des fins que vous seulement connaissez eh bien faites le ICI en Algérie comme Lounès Matoub sans craindre de mourir pour la liberté".
Franchement vous avez le culot et vous ne rougissez pas. ( c'est un miracle si cette honorable dame est encore en vie). Shut up.

Je suis avec vous de tout coeur ma soeur Nadia et longue vie à toi. Pardonnez mon tutoiment.

Ajouter un commentaire