Aller au contenu principal
Body

CRISE

Démissions en cascade au FFS !

Après la série des radiations des cadres, élus et militants du FFS,  par l’actuelle direction, une série de démission d’autres cadre voir le jour. La consternation est très profonde pour les militants du FFS.  

Au moins dix responsables du FFS de différents niveaux ont déposé leur démission ces derniers jours. Il s’agit de Hamdane Hmimi, secrétaire national à la culture et préservation du patrimoine,  Achir Mohamed, secrétaire national au développement durable, Bouchafaa Abdelmalek, conseiller du1er secrétaire.

La liste ne s’arrête pas là. Chaibi Rachid, secrétaire national à la documentation, patrimoine et archives, Klalèche Mohammed, secrétaire national aux relations avec les institutions et les partis, Ménaoun Rabah, conseiller du 1er secrétaire, Hadji  Mhamed, secrétaire national au monde du travail et au mouvement syndical et Boukoucha  Youcef, secrétaire National au mouvement associatif.  

Sans oublier le journaliste Samir Ghazlaoui, membre de la chancellerie du FFS, qui a lui aussi remis son tablier et un autre membre de la même chancellerie, un certain Mougari Essaid, de la même chancellerie. Pourtant ce dernier est réputé être un proche d’Ali Laskri.

"C’est le résultat du travail de celui qui a fait exploser deux instances en moins d'une année et mit le parti en danger", nous déclara avec colère un militant du FFS à Paris. Allusion faite évidemment à Ali Laskri. 

Jamais le parti fondé en 1963 par Hocine Aït Ahmed, le colonel Mohand Oulhadj, Yaha Abdelhafidh et d’autres compagnons n’a connu un nombre aussi important de militants exclus comme cette fois-ci.

D’autres cadres, au nombre de huit, dont la plupart sont anciens et jouissent de grand respect au sein du FFS, ont été écartés de la direction nationale. 

La crise est patente au FFS qui se trouve dans une situation inédite. L’organisation d’un congrès ordinaire est la revendication principale des frondeurs. Le départ de premier secrétaire nationale Nadj Djilani est aussi exigé par une bonne partie de militants, mais il semble que l’actuelle direction continue à faire la sourde oreille. « Mais la défection de deux membres, sur les cinq  de l’Instance Présidentielle pourrait accélérer les choses », estime un militant qui connait, pour ainsi dire,  bien la cuisine interne du FFS.

Auteur
A. Igoudjil
 

Ajouter un commentaire