Aller au contenu principal
Body

Regard

Des vacances au pays et au bord  de ... l'amer !

C’est l’été. On l'aura remarqué, n'est-ce pas ?! Il fait une chaleur torride, au pays du soleil et aux 1300 km de côtes aux plages paradisiaques et aux paysages de toute beauté...

Vous prenez la direction de la mer pour faire plaisir à vos enfants et à vous-même, par la même occasion… Vous avez hâte d’y être, de caresser le sable fin de la plage, de se laisser flotter dans l’eau bercer par les vagues et respirer le bonheur que procurent les cris joyeux des enfants.

Vous y êtes. Enfin, pas encore, pas  tout à fait… Même à portée des yeux, la grande bleue est encore…loin. Encore du chemin à faire. Le parcours est encore pénible. Hautement périlleux… A peine descendu de votre véhicule, vous vous retrouverez nez à nez avec « quelqu’un », un gourdin à la main et qui vous « collera » au corps pour vous obliger à payer une place de stationnement, en sa qualité de "gardien des lieux"…

Et, à la moindre opposition, des énergumènes autoproclamés gérants de parkings, vous défonceraient le portrait ou, comme autre "option", ne se gêneraient pas de s'en prendre à vos enfants, sous l’œil «vigilant» des 20.000 gendarmes déployés sur « le terrain», dans le cadre du « Plan bleu » dédié  à la sécurité des plages … Ça aussi, c’est déjà fait… Non, ce n’est pas une plaisanterie !

À Annaba, en 2014, un gardien de parking présumé a bel et bien balafré le visage de Rahma, une fillette de 20 mois, en guise de représailles contre son père qui avait refusé de se plier au diktat du "prédateur" …

Mais, pourquoi remonter jusqu’à 2014  pour évoquer des exemples de tels drames ?  Des faits similaires sont d’actualité. Cette année,  le 21 juin dernier, à Skikda, un jeune père de famille a été assassiné de sang-froid par un jeune de 34 ans.  Motif du forfait: le stationnement de la victime dans un parking au niveau du lieudit  «la Place» en allant vers Skikda. C’est sous les yeux de son enfant que la victime a reçu sept coups de couteau. L’auteur du crime voulait que la victime s’acquitte d’une modique pièce de 50 dinars.

En ce début de semaine même, un estivant de 36 ans, d’El-Oued, en vacances en famille à Aokas, à Béjaia, est décédé à l’hôpital, après avoir été agressé six jours auparavant sur une plage de la commune  de Souk El Tenine, située à une trentaine de kilomètres à l’Est du chef-lieu de la wilaya de Bejaïa… Son séjour estival et celui de sa famille ont tourné au cauchemar. Il en est mort.  

Si vous arrivez à passer et à réussir « l’épreuve » du parking, l’on vous obligera à louer un parasol et d’autres accessoires de plage même si vous en avez déjà un dans vos bagages et, même si, au nom des libertés individuelles, il n’y a que vous que cela regarde, vous faites le choix de cramer au soleil et de finir au pavillon des grands brûlés de l’hôpital du coin … Ca, aussi c’est fait.

En juin dernier, un père de famille s’est fait agresser à l’arme blanche sur la plage de Coralès, dans la commune de Bousfer, dans la wilaya d’Oran, pour avoir «osé» installer son propre parasol. Qui s'en est ému ? Personne. 

Et, même si vous garez votre bagnole loin de votre destination, il vous sera signifié de mettre la main à la poche pour avoir le droit d’accès à la plage… Oui, ça aussi… Et, même si vous vous montrez légaliste et que vous croyez naïvement que vous êtes dans un Etat de droit en brandissant une copie du communiqué du ministre de l’Intérieur rappelant le principe de la gratuité de l’accès aux plages, vous vous mettez le doigt dans l’œil… Et, même si vous avez les moyens de ramener une plage avec vous et les enfants déjà dedans en train de barboter, ils vous trouveront toujours un moyen de vous « détrousser »  sous la menace.

Là, vous commencez à réaliser que vos vacances commencent à tomber à l’eau. Comme plus n’étonne dans ce pays, il arrivera le jour où l’on vous fera payer même une taxe sur le soleil, lui aussi appelé à être squatté, dans le cadre de la stratégie du gouvernement  pour « l’emploi » des jeunes et la lutte contre le chômage. Et, même si vous avez le sens de l’anticipation et le réflexe de ramener un soleil dans votre sac de plage, vous serez dans l'obligation de casquer la contemplation des paysages et une taxe sur les photos que vous aurez à prendre, dans le cas où vous ne serez pas contraint de louer un appareil-photos … Si la «prestation» ne vous tente pas, l’on vous obligera à acheter un bandeau noir, un cache-yeux pour vous empêcher de voir et profiter gratuitement du panorama…

Là, vous aurez, enfin, le choix : soit vous acceptez d'acheter une photo  d’Amar Ghoul, ou de quelque autre responsable de la « bonne santé » du tourisme local, à la boutique "Souvenirs", histoire de leur rendre hommage pour tout ce qu’ils ont fait pour le tourisme national…soit, vous décidez de casser votre tirelire et prendre vos jambes à votre cou et filer tout droit en Tunisie, où le tourisme est nettement mieux, même si nos plages sont nettement meilleures et fuir cet enfer. Ou encore, comme ultime alternative, « vous nagerez votre mer » et vous vous résignerez à passer vos vacances au bord de … l’amer, en prenant le risque de vous faire couvrir de « bleus » et d’atterrir  au service de traumatologie de l’hôpital de la ville…

A Bejaïa, qu'il faut se garder de stigmatiser, ou ailleurs, nos plages sont devenues « des territoires occupés », des zones de non-droit, au nez et à la barbe des autorités, du ministère de l'Intérieur et de celui du Tourisme, des walis et des élus locaux qui se contentent de communiqués qui n’ont aucune prise réelle sur le terrain. Ils doivent assumer l'entière responsabilité des drames que se produisent au quotidien sur ces lieux censés être des espaces de détente et d'évasion...

Pour une place de parking sur une plage, un homme s’est retrouvé à la morgue. A Aokas, ou à Jijel, à Annaba ou à Mostaganem, à Souk El Ténine ou à Corso, à Boulimat ou ailleurs, sur une autre plage du pays, le drame aurait été le même. Il y a eu mort d'homme pour une histoire de parking.

La bêtise humaine aura encore frappé et « triomphé », encouragée par l’impunité, du fait de la démission inquiétante des institutions de l'Etat et des pouvoirs publics, qui sont beaucoup plus prompts à mener des "expéditions contre les militants des droits de l'homme et à les jeter en prison qu’à assurer la sécurité des citoyens et à faire respecter la loi sur les plages qui relèvent du domaine public, un bien commun. Mais, lorsque la force de la loi fait aussi défaut ailleurs, il n’y pas de raison de s’étonner de voir  la loi de la force régner et prendre le dessus aussi sur les plages.

Et même ces drames inqualifiables, il se trouvera un ministre du Tourisme qui viendra disserter devant les écrans de télévision sur le tourisme en Algérie...

«J'aimerais terminer sur un message d'espoir. Je n'en ai pas. En échange, est-ce que deux messages de désespoir vous iraient ?»  Woody Allen.
 

Auteur
Rahim Zenati
 

Commentaires

Permalien

j'habite en face de la mer à tenes (marina) il y a ses fameux parkingueurs que vous décrivez, même devant chez vous, vous payez, j'ai rouspété gentiment, les gens sont compréhensifs dès fois, je paye, dès fois , je ne paye pas, j'ai une petite retraite de 6980,00 DA, c'est la mairie qui leur loue soit disant ses parkings et même il y a un écriteau 100 da, lors de la visite d'un Wali pour se goinfrer le ventre de poissons avec ses amis, le panneau ou c'est mentionné 100 da a été enlevé, une fois celui-ci parti, ça été remis. les policiers qui dès fois sont sur les carrefours à cinq, un qui travaille et les 4 autres se regardent, il y a trop de policiers qui ne servent à rien ? pourquoi les payer ?

Permalien

À partir du moment où nos nababs s'auto-approprient les meilleurs terres, les forêts, certaines parties du littorales , pourquoi les voyous n'en feraient de même, ils ont l'exemple de personnalités vip.
Ce pays à ce rythme là il pourrait ressembler au grignotage de la Palestine occupée !
À mon humble avis toute personnalité a le droit d'acquérir une parcelle quelle qu'elle soit du territoire nationale mais à la conditions que cela réponde à la règlementation et aux lois, connues par tous et non seulement des hommes de loi !
Pour en revenir à ces agressions récurrentes cela n'a qu'une seule raison la démission et la permissivité des autorités. Je me demande si la peur ne serait pas devenue un moyen politique.
Le pays a trop souffert faut-il croire qu'il doit encore passer par d'autres périodes difficiles pour qu'enfin le citoyen puisse vivre comme tous les citoyens du monde avec un état veillant à respecter ses attributs. Enfin s'il y a encore une autorité dans ce pays, à propos justement de la sécurité des plages outoute partie du territoire national, cette autorité devrait s'exprimer par des actes et non par des paroles ou langue de bois !

Permalien

c'est ce qui arrive au peuple ignare, et les prix exorbitants que pratiquent les producteurs locaux les grossistes et les commerçant de détails, depuis les limitations sur les importations,
ce qui est bien c'est que la bêtise s'est généralisée partout dans ce pays de voyous,

Permalien

Il fait "bon" vivre en Algerie. Les gens ont affaire a des gangs qui a coups de couteaux ou de barres de fer font la terreur sur les plages, dans les rues et, en general, tous les espaces publiques. Le maire de Souk Letnine, a cote de Aokas (Vgayet) a fait un constat de defaitisme de cette situation sur les plages de sa commune: la gendarmerie s'occuperas de la securite sur les plages a sa maniere et aucune police locale n'est permise.
Seule des communes avec leur propre police pourront y remedier a cette anarchie ; pas besoin de gendarmerie ou des militaires. Point final.

Permalien

Pour moi la presse n'a pas fait son travail ( je dirai mémé n'a jamais fait son travail) un sujet sensible comme celui la aurait du être rapporte et mentionne par tous les journaux CHAQUE JOUR jusqu' au jour ou vous obtenez un gain de cause.
Alors comme la police /la gendarmerie avec leur ratissage de quelques jours vous vous contentez d’écrire un article sur cette sauvagerie une fois par an sans allez au fond du problème. Pour moi c'est simple si un wali a le pouvoir et l'autorise de limoger des gens responsables alors c'est lui le premier et le seul responsable de cette catastrophe. Pour le gouvernement, Bedoui peut jeter cette responsabilité sur le ministre du tourisme, qui la jette sur celui de la défense et ça ne finira jamais. Alors One person to blame Le WALI

Permalien

"La bêtise humaine aura encore frappé et « triomphé »..... Il me semblait que mon enfant fait des bêtises quand il joue dans la boue, renverse par inadvertance la tasse de lait.... Mais là! des citoyens assassinés par les BALTAGUIAS et l'on ose écrire la bêtise humaine a encore frappé....
Dans ce qui se passe dans ce triste pays, il n'y a pas de place pour les bêtises, les erreurs mais il s'agit d'un plan machiavélique bien pensé et exécuté comme une partition de Beethoven. Une baltaguia a squatté le semblant d'état national qu'on avait avec l'arrivée du plus "meilleur", merveilleux président que le monde entier nous envie, il a commencé par installer sa famille et fratrie aux ors de la république , il ramène la racaille comme lui de son douar leur donne les clefs de l'économie, la justice, ministères et autres institutions de la république, il travaille à enrichir des baltaguias comme lui en leur offrant marché, crédit (non remboursables) et protection contre tout ennui et eux retournent une partie du pactole au parrain des parrains dans un vrai schéma mafieux; à l'extérieur le baltaguia en chef ouvre les coffres de la république aux multinationales des pays qui comptent et les membres du G7 offrent en retour la paix au petit nain déguisé en président, pas de menaces de TPI, ni poursuite pour avoir ruiné son pays, il est vrai que FAFA n'a jamais digéré sa déroute en Algérie par la main des braves alors quoi de mieux que de disloquer ce pays et par qui??? les baltaguias nationaux et FAFA fait semblant de ne rien y voir. Maintenant si le fric du pétrole est siphonné par les multinationales, les baltaguias locaux... que restent il pour les jeunes sans travail? c'est une menace pour le système mafieux au sommet de l'état que BOUHAZKA et sa fratrie ont résolu en donnant instruction aux sinistres de l'intérieur de laisser faire cette frange de la jeunesse turbulente, ayant fait plusieurs fois la taule pour divers larcins pour squatter trottoirs de la république, les airs de stationnement dans les cités dortoirs, les plages etc..... Savez vous chers compatriotes combien peuvent gagner les 2 ou 3 baltaguias qui squattent un espace commun de stationnement en une nuit?? 5 à 10.000 DA pour rêver assis avec un joint!!! Vas toi faire des études de génie mécanique, électrique avec zéro perspectives de travail en bout de ligne mais l'état baltagui n'a rien à faire pour toi mais si tu fais "les études supérieures" de la taule, tu manipules couteau et gourdin Bouhazka te donne un trottoir, un bout de plage et un espace d'une cité pour y investir à coups de couteaux et gagner mieux qu'un médecin. D'ailleurs regarder bien la réaction épidermique du système des baltaguias: au médecin qui revendique des conditions de travail dignes, on lui envoie les flics niveau d'éducation primaire bastonner BAC plus 7 ans......
Peut-on encore penser et écrire "la bêtise a frappé" quand il y'a complot contre la nation en faisant la promotion en haut lieu de la pire racaille et promouvoir la petite pègre dans les cités, les plages et autres lieux publics? c'est un double effet qui est atteint: les gens s’entre tuent entre eux baltaguias Vs braves gens en bas de l'échelle sociale faisant oublier au peuple ce qui se passe la haut, second effet escompté de cette racaille du lumpen prolétariat c'est de défendre un système qui leur a permit de se faire une petite place au soleil sans effort ni à étudier, les mobilisant même pour l'illusion démocratique dans des élections bidouillées à l'avance où un gars ne peut aller au petit coin par lui même ni se torcher le popotin sera élu "triomphalement" dira le keddab Ouel abbes

Permalien

Ces gens là du Sud, des hauts plateaux jusqu'à Tebessa se permettent d'effectuer des centaines de Kilomètres pour se rendre jusqu'à Bejaia, et dans le même temps ils risquent leurs vies pour 200,00 DA. Ils passent des nuits dans leurs voitures ou sur les plages qui plus est en famille. Les villes côtières ont besoin de vrais touristes, correctes, polis, éduqués, civilisés, ayant les moyens qu'il faut pour leur vacance etc. Or, malheureusement ce sont des hordes d'El- Hamadj et des tous-risques qui envahissent les plages du nord sans disposer d'un minimum de moyens financiers pour pouvoir séjourner convenablement. Si les lois étaient appliquées vigoureusement, ces tous risques ne pourraient se permettre de dormir sur les plages pour des raisons de sécurité et d'hygiène. D'ailleurs on ne comprend pas le manque de réaction des habitants limitrophes qui tolèrent ces dépassements au seuil de leurs portes. Que reste t-il des plages des côtes Algériennes depuis qu'elles sont infestées par les bédouins et les intégristes islamistes dont les femmes se baignent avec tachador, djelbab, hidjab et ce, en présence d'hommes en petites tenues. Cette engeance n'a pas besoin de plages, mais de planter leur tentes en plein désert comme le faisaient leurs ancêtres. D'ailleurs c'est pour toutes ces raisons que les habitants des villes côtières ont pour la plupart pratiquement déserté les plages. Quand on n'a ni les moyens ni la culture pour passer des vacances de manière digne on reste chez soi pour éviter de polluer l'atmosphère. Ceci dit, l'acte barbare et tous les actes similaires perpétrés ici et là partout en Algérie sont à condamner fermement. Cette violence gratuite démontre à quel point la situation de ce pays est déplorable. C’est tout simplement inquiétant pour l’avenir si cela devait persister.

Permalien

Des parquingueurs sauvages classes poste de travail par Ouyahia pour reduire son taux de chômage national. Idirou tawil proclamait il un jour. Vivre d'expédients est considéré comme des emplois dans les statistiques de ce coco. Des emplois de tueurs , des prolétaires sous humanisés qui servent les intérêts de la bourgeoisie campradore d'état .

Permalien

Comme il a dit lui,entre discours et réalité...c jour et la nuit. Tout est écrit dans la constitution,mais derrière ya des lois qui vident tout sens aux libertés: justice indépendante?? La carrière du juge est entre les mains du pouvoir. Libertés individuelles ? Des lois permettent de vous lettre en taule pour atteinte à ceci,à cela... Conseil constitutionnel ? Tous ses membres sont désignés directement ou indirectement par le pouvoir! Accès libre aux plages? Pareil,le pouvoir a peur des jeunes! Activité informelle,change parallèle...idem,le pouvoir a peur des jeunes..

Permalien

drôles sont les immigrés algériens et africains qui supportent les chaleurs de 40° 45° quand ils sont en afrique mais ne supportent pas des chaleurs de 34° et 37° quand ils sont en france ou ailleurs en occident, ils ne sont pas des mutants tout de même,

Permalien

Durant la colonisation la pègre en tout genre régnait un peu partout en Algérie, dans les grandes villes surtout, allant des proxénètes aux petits dealer, bien sûr la France coloniale nettoyait les quartiers européen, mais la casbah à titre d'exemple était infestée de cette pègre qui sévissait avec arme blanche, il a fallu que le FLN en charge de la Casbah durant la révolution y mette un terme définitif (FLN originel pas celui d'aujourd'hui !)
Allons nous supporter ce fléau après le terrorisme ? Qui se nourrit de ces cancers sociaux ? Et pourquoi cette passivité ? Les agents de sécurité n'intervienne pas comme il se doit même au niveau de la circulation. Que veut dire tout cela, le ministère en charge de la sécurité en général contrôle t-il leur travail ? Il est plus que nécessaire que cela change afin que le citoyen ait le sentiment que sa protection est visible et surtout dissuasive !

Permalien

J'aurais aimé (peut-être que nos facebookeurs le feraient ) dédier la "gênante" (gênante pour certains) et MYTHIQUE CHANSON "YA DZAYER YAL ASSIMA" de notre cher Meskoud à tous les membre de notre cher gouvernement. Eux et leurs copains ; leurs quartiers huppés de Dzayer sont bien propres, la commune y veille. Pas pour tous les Algériens devenus cerfs. Bien sûr nous aurions voulu avoir des ministres qui veillent sur tout, comme ceux de l'Europe dont beaucoup habitent des apparts au milieu de gens, sans garde particulière. Ils prennent le métro, le vélo… Ils sont heureux, dorment bien avec une conscience bien tranquille..AH MESSIEURS QU'AVEZ-VOUS FAIT DE CE PAYS !

Permalien

Il y a quelque chose qui m'échappe dans l'attitude des pouvoirs publics. Je m'explique.
Ces parkingueurs de malheur puisqu'il y a mort d'hommes (au pluriel) ne trouvent aucune opposition de la part de l'état quant à leur intrusion indue dans la gestion des plages par contre lorsque des citoyens veulent exprimer pacifiquement leur droit de manifester ils sont bastionnés et risque même la mort en recevant des coups de bâton de la part de policiers, voir la manifestation de nos médecins revendiquant pacifiquement leurs droits.
Est-ce que l'état a besoin de ces voyous parkingueurs ? futurs baltagia si affinités….
Est-ce que l'état est faible ?
L'Algérie est en train de sombrer tout doucement dans l'anarchie, qui apparemment devient dangereuse.

Ajouter un commentaire