Aller au contenu principal
Body

EXPRESS

"Gilets jaunes": plus 65.000 forces de l'ordre pour sécuriser samedi à Paris

Le gouvernement va déployer des "moyens exceptionnels" en plus des 65.000 policiers et membres des forces de l'ordre mobilisés en France samedi pour la quatrième grande journée de manifestations des "gilets jaunes", a annoncé le Premier ministre Édouard Philippe devant le Sénat jeudi.

Le chef du gouvernement a renouvelé l'appel aux "gilets jaunes" à ne pas se rendre à Paris pour manifester, non pas pour "leur interdire de s'exprimer", mais pour "éviter qu'ils soient pris au piège que leur tendent les casseurs", alors que l'exécutif affiche ses inquiétudes sur le risque de très grandes violences pour cet "acte IV".

"Pour y faire face, le gouvernement va mobiliser des moyens exceptionnels qui s'ajouteront aux 65.000 forces de sécurité qui seront déployées dans toute la France", a déclaré le Premier ministre devant les sénateurs, sans détailler ces moyens.

Edouard Philippe a affiché jeudi son ouverture pour des mesures supplémentaires en faveur des salaires au niveau du Smic, après la mobilisation des "gilets jaunes", à la condition qu'elles ne pénalisent pas "excessivement" la compétitivité des entreprises françaises.

"Je suis prêt à examiner toutes les mesures qui permettraient d'augmenter les rémunérations au niveau du Smic sans pénaliser excessivement la compétitivité de nos entreprises", a déclaré le Premier ministre en ouvrant le débat convoqué devant le Sénat sur les mesures d'urgence prises par l'exécutif pour répondre aux "gilets jaunes".

Tensions

A l'avant-veille de "l'acte IV" de la mobilisation des "gilets jaunes", le ministère de l'Intérieur met la dernière main à la stratégie du maintien de l'ordre qui sera mis en place pour ce samedi sous très haute tension.

La violence qui est montée crescendo chaque week-end depuis le début de la mobilisation des "gilets jaunes", à Paris mais aussi ailleurs en France, comme l'illustre l'incendie de la préfecture du Puy-en-Velay, n'invite guère à l'optimisme. L'Élysée a dit redouter une "très grande violence".

Selon plusieurs sources sécuritaires, la quasi-totalité des unités de CRS et d'escadrons de gendarmerie devrait être mobilisée pour assurer le maintien de l'ordre dans le pays, samedi. 

Réclamées par les syndicats policiers, d'autres solutions sont sur la table comme le recours à des véhicules blindés de la gendarmerie ou la présence de militaires pour renforcer la garde statique des institutions.

Auteur
AFP
 

Ajouter un commentaire