Aller au contenu principal
Body

SILA 2018

Hela Ouardi signera jeudi "Les derniers jours de Muhammad" au stand de Koukou Editions

Jeudi 8 novembre à 14h, Hela Ouardi signera son livre "Les derniers jours de Muhammad" au stand de KOUKOU Editions (pavillon central, N° D 31) au Sila.

Prologue (Extrait)

"Médine, lundi 8 juin 6321 . Le soleil à son zénith enflamme l’horizon. La chaleur de cette journée d’été en Arabie semble bien clémente comparée à la fièvre qui consume le corps de Muhammad. Allongé sur son lit, Abûl Qâcim, comme aiment à l’appeler ses amis intimes, agonise. Depuis quelques jours déjà, sa famille et ses Compagnons savent que le Prophète se meurt.

Ha

Une ambiance lourde pèse sur Médine, la tension est partout palpable. Muhammad ne sait rien de ce qui se passe dehors ; cela fait un moment qu’il est devenu l’otage de son lit. Mais il devine à l’agitation de ses Compagnons et de ses femmes qu’on vient le voir pour savoir s’il respire encore. Lui est ailleurs, ne pensant qu’au moment où il sera délivré des affres de cette agonie. L’homme n’a même plus la force de gémir. En silence, il implore Dieu de l’appeler auprès de lui. Ce jour-là pourtant, l’ambiance est étrangement calme. Muhammad est seul avec sa femme ‘Aïsha.

Le père de celle-ci, Abû Bakr, ami du Prophète et futur premier calife, lui rend une visite furtive très tôt le matin puis part vers sa maison de Sonh, non loin de Médine. ‘Umar, autre Compagnon de la garde rapprochée et futur deuxième calife, est dehors dans la mosquée attenante à la chambre de Muhammad, faisant les cent pas devant la porte, en serrant son sabre d’une main tremblante.

Les Ansars de Médine, réunis autour de Sa‘d Ibn ‘Ubâda, se retirent à la saqîfa du clan des Banû Sâ‘ida où, à l’abri de la chaleur et des regards indiscrets, ils se préparent déjà à l’après-Muhammad. À la fin de la journée, la tête posée sur le giron de ‘Aïsha, le Prophète quitte ce monde. La nouvelle s’abat sur Médine comme un grondement de tonnerre qui déchire le ciel. Les musulmans accourent affolés vers la maison d’Abûl Qâcim. On se souvient des paroles du Prophète disant aux nouveaux convertis qu’il venait leur annoncer l’imminence de l’apocalypse. Les uns, incrédules, crient : « Il ne peut pas être mort ! N’at-il pas dit qu’il serait notre Témoin le jour du Jugement dernier ? » Les autres, terrifiés, murmurent : « L’Heure est arrivée. » Un tumulte s’élève devant la porte de la chambre du Prophète. On hurle, on pleure, on se bouscule ; les visages sont congestionnés par la chaleur et l’effroi. Voyant l’agitation de la foule, ‘Umar lance de sa voix tonitruante : « Gare à vous, malheureux ! L’Envoyé de Dieu est toujours vivant ! Vous allez voir le Prophète revenir et couper les bras et les jambes de tous ceux qui ont prétendu qu’il était mort ! » Tout en parlant, il bat l’air en agitant les bras et fait vibrer le sol sous ses pieds. L’exhibition de la force est pour ‘Umar un imparable moyen de persuasion."

 

Commentaires

Permalien

« ...Une ambiance lourde pèse sur Médine, la tension est partout palpable. Muhammad ne sait rien de ce qui se passe dehors ; cela fait un moment qu’il est devenu l’otage de son lit. Mais il devine à l’agitation de ses Compagnons et de ses femmes qu’on vient le voir pour savoir s’il respire encore. Lui est ailleurs, ne pensant qu’au moment où il sera délivré des affres de cette agonie. L’homme n’a même plus la force de gémir. En silence, il implore Dieu de l’appeler auprès de lui... »
Ça ne vous rappelle pas quelqu’un qui vit (dit-on) en Agérie ? Il suffit de remplacer Muhammad par Abdelaziz.

Permalien

J’aimerais bien savoir comment cette dame appuie ses thèses sur la vie et la mort de Mohamed, un homme qui pourrait très bien n’être qu’un mythe inventé de toutes pièces 200 ans après les faits supposés. Tout ce que j’ai lu le concernant nous vient de deux bons siècles après ce qu’on déclare être la date de sa mort. Tout ce qui est dit de lui dans ces circonstances devrait être rejeté tout de suite comme de la fiction. A cette époque il n’existait pas de documents historiques, pas de bibliothèques, rien, et la légende s’emparait de tout en un temps très court. Dix ou quinze ans étaient amplement suffisants pour transformer la vie réelle d’un personnage historique vrai en un mythe qui n’a rien à voir avec lui. Certains sont devenus des mythes de leur vivant même.
100 ou 200 ans sont amplement suffisants pour inventer rétrospectivement un personnage qui n’a jamais existé du tout. Il suffit d’un peu d’imagination, surtout lorsqu’elle est rémunérée par le Calife du moment, pour produire une belle petite biologie et hagiographie faite sur mesure.

Permalien

Bonjour,je ne comprends pas comment vous arrivez à mettre à jour des histoires qui ne valent pas un rond..la dame qui fait de la fiction sur le prophète de l une des plus grandes religions sur terre ,rejoint la vision moribonde d une pensée rétrograde et sans avenir...vous n arriverez jamais à atteindre la plénitude de notre foi et encore moins le soleil de la vérité..seriez vous capable d écrire quelque chose sur le vrai malade avant son éclipse finale? Je dirai que non ,vous n aurez jamais le courage de le faire..moi je ne peux pas le faire par respect à ceux qui nous quittent...je suggère à cette dame de revoir ses écrits bidons..le prophète à quitte ce monde jeune et en plein santé..enfin je me demande si quelqu un va vraiment lire votre delire

Permalien

Nighak a kichi,

ll ne manque que sa courbe de température. Hela Ouardi était son infirmière , sauf qu'elle ne nous dit pas comment elle lui a pris sa température avec sont term-où-mettre. Mais on a déjà eu ce débat.

Permalien

Magnifique ouvrage historiographique sur la vie du Prophète QSSL qui restitue et remet dans leur contexte les NON-DITS (le coté humain) d'un homme et de son époque.

Permalien

Il est plus aisé de documenter la vie d'un obscur paysan nord-africain du VIe / VIIe siècle que d'écrire la biographie d'un prophète de l'Arabie centrale de la même époque. Tout ce qui est écrit sur le personnage de Mahomet ne s'appuie sur aucun document scientifique (sauf le Châar de Ouargla) et relève du registre de la fiction louange - vénération - adoration. Ceci rend utile toute fiction qui extrapole à partir des connaissances documentées.
La vie du personnage de Mahomet se serait déroulée au VIe - VIIe siècles, c'est à dire juste après l'effondrement des royaumes sud-arabiques. A ce dernier évènement s'ensuivirent la multiplication des actes razzias, la généralisation de l'insécurité notamment sur les chemins des caravanes commerciales - le coran, parait-il, en parle et la poesie arabe en a consigné bien des épopées. Les grands commerçants de l'époque sentirent la nécessité de rétablir l'ordre dans la région. C'est le contexte économique, sécuritaire et politique qui a poussé ces grands intérêts à dresser un ordre nouveau.
Les bons vieux récits sumériens de la genèse qui ont déjà fait leurs preuves au menu des bibles, ont encore bien rendu service, avec un léger toilettage aux couleurs locales. C'était largement suffisant pour convaincre une population païenne, qui n'a jamais entendu ces récits, qu'il s'agit bien là d'un récit tombé du ciel.

Permalien

Cette dame doit avoir une machine à remonter le temps je me demande si elle ne pourrait nous éclairés sur l'âge exacte de aïcha avant son union avec Muhammad .

Permalien

Les musulmans lambada connaissent tres peu de choses sur la vie du Prophète de l’islam et la plupart pensent qu’il s’est eteint naturellement après l’accomplissement de sa mission prophetique. En realite, il eut une mort brutale et violente puisque les historiens, aussi bien sunnites que chiites, l’ont fait mourir d’empoisonnement precede d’une lente agonie. Le plan de l'assassinat fut planifie et execute par une juive prenomme Zaynab dont le grand- pere, le pere, le mari, l¡oncle avaient ete egorges par Muhammad durant la bataille. Ibn Ishaq rapporte cet épisode dans la premiere œuvre islamique SIRAT RASSOUL ALLAH. Les ouvrages qui ont etes ecrits apres completeront avec precision l’affaire de la mouton empoisonne..Lorsque, Muhammad a pris le controle de Khaybar, Zaynab bint al-Harith, lui fit cadeau d’un agneau grille. Elle s’etait informée auparavant sur la partie de l'agneau que Mujammad aimait le plus, et on lui dit que c’est l'epaul. Alors elle pose du poison a l'endroit indique, l’apporta et quand elle la mit entre les mains de Mohamed, il prit le bras de la brebis, il en mâcha un morceau qu’il ne trouva pas facile a digerer. Avec lui se trouva Bishr b. al-Barâ’ b. Ma’rur, qui en a pris comme lui mais il l’avala. Quant au prophete de l'islam, il rejeta le morceau qu’il avait pris, et dit : « cet os m’informe qu’il est empoisonne ». Il appela Zaynab bint al-Harith et la questionna ; elle avoua. Il lui dit : « qu’est-ce qui t’a amene à faire cela ? » Elle repondit : « tu as egorge mes proches, mon peuple ce qui n’est pas cache a toi. Alors je me suis dit : s’il était un roi, je me serai debarrasse de lui ; et s’il était Prophète, il serait averti .L’inactivité de la toxine dans l’organisme du Prophete souleva tant de doutes que plusieurs traditions furent fabriquees dans le but d’occulter les veritables causes de la mort et d’appuyer le recit d’Ibn Ishaq : « O ‘Aicha, je sens toujours la douleur provoquée par la nourriture que j’ai mange a Khaybar, et maintenant, c’est comme si le poison avait sectionné mon ventre », Aicha a rapporte : « quand le Messager de Dieu tombait malade, il récitait les Mou’awwidhat (les sourates 113 et 114) et soufflait son haleine sur lui-même et il se frottait les mains sur son corps. Et lorsqu’il fut atteint de sa maladie qui le fit mourir, je récitais les Mou’awwidhat et je soufflais de mon haleine sur lui et passait ma main le Prophete »..Mais sa plus grande désillusion fut la mixture infecte qu’il s’était concocte, une sorte d’antibiotique hijazien, qui ne fit guere de miracle : « au nom de Dieu, l’argile de notre terre melangee a la salive de quelques-uns d’entre nous guerira nos maladies avec la permission de Dieu ». N’ayant plus aucun espoir, ses proches et lui-même s’en remirent à Dieu. ‘Aicha invoquait le Seigneur pour son retablissement, de meme que l’ange Gabriel qui était persuade que le Createur répondrait a sa supplication : « au nom de Dieu, je chante pour te defendre contre tout mal qui t’atteint et contre les envieux et le mauvais œil et Dieu te guérira ». A suivre.....

Ajouter un commentaire