Aller au contenu principal
Body

DECRYPTAGE

Bouteflika veut rééditer le stratagème de 2011 (II)

Bouteflika a toujours pensé qu’il n’a rien à craindre dans ce bas monde, tant que Dieu prête vie aux bonnes pommes. Et nous serions tous très bonnes pommes si nous venions à donner crédit à ses promesses, dont celle du 3 mars 2019 d'organiser des élections anticipées dans moins de deux ans, et d'engager des «réformes profondes».

Des « réformes profondes » ? Bouteflika a juste laissé dire les singes savants qui lui prêtaient la grandeur d’âme de vouloir «quitter le pouvoir en 2012 après en avoir fini avec l’Etat-DRS » ; il a laissé croire. Lui seul savait qu’il ne restituerait jamais le pouvoir. Ni aux généraux, ni au DRS, ni encore moins au peuple.  Bouteflika a magistralement joué de l’obsession anti-DRS. Il a fait croire. Il a fait dire.

Aux pires instants des émeutes d’Alger et du soulèvement de Tunis, Bouteflika a su faire preuve de virtù, mot toscan que l’on peut traduire par « mérite », « vaillance » ou encore « valeur » (de racine latine virtu, la force virile) et par lequel Machiavel désigne cette force capable d’infléchir le cours des événements, d’imposer sa loi envers et contre les circonstances les plus désespérées, l’aptitude à se jouer des esprits communs, à tromper, louvoyer, pour la seule finalité qui compte, conserver le pouvoir personnel, y compris dans les moments les plus désespérés. Le vrai Prince est celui qui ne baisse pas les bras dans un contexte écrasant et qui sait donc prévoir.

«La fortuna [la chance ndlr] ne change que pour ceux qui ne savent pas se conformer au temps», a dit le philosophe florentin. 

Une façon diabolique de faire cesser la protesta et de mettre fin aux manifestations de rues.  C'est ainsi qu'il a cassé le mouvement de protestation de 2011 et pu échapper au Printemps arabe. En faisant une belle promesse aux mécontents de 2011. Le temps de laisser passer l’orage arabe. Il a fait croire. « Gouverner, c’est faire croire », a dit Machiavel. Bouteflika ne l’a jamais oublié.

Fin janvier, il fait savoir que son départ livrerait l’Algérie aux « rapaces militaires », que lui, regardez bien, lui ce n’était pas Ben Ali, mais juste un patriote prêt à démocratiser l’Algérie d’ici 2012, s’il n’y avait les « autres » …Les généraux, le DRS…Il a les bras ligotés…  Il a fait dire à Louisa Hanoune qu’il était même disposé à installer une assemblée Constituante,  à tout bouleverser, s’il avait des soutiens...Il a juste besoin d’un an…Juste un an…Rien qu’une une année pour conduire des « réformes profondes » qui libéreraient enfin l’Algérie des griffes du DRS. 

Aussitôt, la dame du PT s’enflamma et se répandit dans Alger avec la nouvelle du jour « Bouteflika, partisan de la Constituante » et, bingo !, Abdelhamid Mehri se fendit aussitôt d’une lettre émouvante à « frère Bouteflika », une lettre absolutrice qui le blanchissait de tout et qui, miracle,  le proclamait « père de la nation », lui proposant, tel un nouveau Mandela, de superviser de sa stature une « transition démocratique » durant l'année qui séparait l'Algérie du 50e anniversaire de son indépendance. Devant tant d’émotion, Aït Ahmed versa quelques larmes et se mit à rêver tout haut d’un «  cinquantenaire de l’indépendance qui verrait de nouveau le peuple algérien, fier de son passé et rassuré sur son avenir …  Bouchachi et Mehri n’ont pas observé que Bouteflika n’était intéressé que par son maintien au pouvoir et le temps à gagner.

La force de Bouteflika, c'est la force des véritables créatures de pouvoir : l'amoralité. Comme tous les vrais personnages machiavéliens, Bouteflika n'est pas à proprement parler immoral. Il est amoral en ce sens qu'il est au-dessus de la morale ordinaire. Seule compte l'efficacité. Garder le pouvoir. Le grand principe de Machiavel. 

Au plus fort de la révolution du Jasmin, quand la rue d'Alger criait « Bouteflika dégage », quand le président était sous la menace de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD), le chef de l'Etat a magistralement joué de l'obsession anti-DRS pour obtenir un répit, juste un répit face à la rue endiablée. D'une nouvelle réputation qui le distinguerait de Ben Ali, une nouvelle image, bref quelque chose qui le déculpabiliserait. Le temps de laisser passer l'orage arabe. Il a fait croire. « Gouverner, c'est faire croire », a dit Machiavel. Bouteflika ne l'a jamais oublié. Fin janvier, il fait savoir que son départ livrerait l'Algérie aux « rapaces militaires », que lui, regardez bien, lui ce n'était pas Ben Ali, mais juste un patriote prêt à démocratiser l'Algérie d'ici 2012, s'il n'y avait les « autres » …Les généraux, le

DRS…Il a les bras ligotés…  Il a fait dire à Louisa Hanoune qu'il était même disposé à installer une assemblée Constituante,  à tout bouleverser, s'il avait des soutiens...Il juste besoin d'un an…Juste un an…Rien qu'une une année pour conduire des « réformes profondes » qui libéreraient enfin l'Algérie des griffes du DRS.  Aussitôt, la dame du PT s'enflamma et se répandit dans Alger avec la nouvelle du jour « Bouteflika, partisan de la Constituante » et, bingo !, Abdelhamid Mehri se fendit aussitôt d'une lettre émouvante à « frère Bouteflika », une

lettre absolutrice qui le blanchissait de tout et qui, miracle,  le proclamait « père de la nation », lui proposant, tel un nouveau Mandela,de superviser de sa stature une « transition démocratique » durant l'année qui séparait l'Algérie du 50e anniversaire de son indépendance.

Devant tant d'émotion, Aït Ahmed versa  quelques larmes et se mit à rêver tout haut d'un «  cinquantenaire de l'indépendance qui verrait de nouveau le peuple algérien, fier de son passé et rassuré sur son avenir… » 

Ce que ni Mehri, ni Louisa Hanoune, ni Ait Ahmed ne percevaient alors que Bouteflika était prêt à promettre la lune à tous ceux qui lui épargneraient le sort de Ben Ali. La lune ou quelque chose de dément, comme dirait Caligula. La Constituante, la démocratie, l'alternance, le bonheur…Enfin, quelque chose qui le déculpabiliserait. Oui, le vieil avocat savait qu'à cette opposition là, Bouteflika s'était dit prêt à être Mandela,  Mirabeau, Barnave, Cazalès et même l'abbé Maury, pourvu qu'il reste un peu Louis XVI et plus du tout « Bouteflika l'indésirable », « Bouteflika dégage ! », quelle infamie !. Oui, laissait-il entendre, il laissera les représentants du peuple décider de l'avenir, il abolira les privilèges féodaux, il réhabilitera le tiers Etat, il supprimera tous les titres de noblesse, pourvu qu'il demeure roi. Le temps que se taise le vacarme d'une révolution qui avait déjà emporté trois dictateurs arabes. 

Le temps de casser la CNCD. 

Aït Ahmed avait réagi exactement comme l'avait prévu Bouteflika. 

A la mi-février 2011, il fait savoir qu'il n'est pas pour le départ de Bouteflika. Il donne l'ordre à Bouchachi de quitter cette CNCD qui persiste à prendre Bouteflika pour cible. La coordination explose Bouchachi tient le langage que souhaitait faire entendre Bouteflika .

"La démission  d'Abdelaziz Bouteflika n"est pas nécessaire…  Je pense qu'il faut être pragmatique : c'est un changement qui peut se faire avec le pouvoir. On peut envisager la mise en place d'un gouvernement de coalition nationale qui organise de vraies élections dans lesquelles tout le monde participera". Mehri surenchérit : « Non, je ne demande pas le départ de Bouteflika. » 

 En pleine émeutes arabes, alors que la rue algérienne bouillonnait, Bouteflika trouvait des avocats à sa cause. Et des avocats crédibles pour l'opinion internationale et la Maison Blanche. A l'heure où les tyrans chutent face à la rue survoltée, quoi de plus salutaire qu'une gloriole dite par les plus anciens, les plus subtils, en tout cas les moins suspects de collusion avec le pouvoir ? "Voyez, même l'opposition me soutient" C'est cela, le but de la politique, pour Machiavel, ce n'est pas la morale mais la réussite. Obtenir et conserver le pouvoir ! Le prince n'a pas à être juste. Il suffit qu'il le paraisse. La politique est un art de la dissimulation au nom de l'efficacité. Et l'efficacité, ici, c'est s'assurer de sa propre succession pour 2014 ! 

Quelques jours avaient suffi pour enterrer les promesses, oublier l'Assemblée constituante, la démocratisation de la vie publique...On n'en était plus là... 

« Il avait pourtant promis… » disent, aujourd'hui, médusées, ses  dernières victimes, Louisa Hanoune,  Abdelhamid Mehri, Hocine Aït Ahmed, Mostefa Bouchachi, politiciens  pourtant pas nés de la dernière pluie mais qu'on a vu tomber des nues en entendant, le 15 avril, Bouteflika sonner le clairon ! Réveil pour tous ! Fini de rêver !  Il ne concèdera rien, surtout rien du pouvoir, rien de l'édifice totalitaire par lequel il exerce un pouvoir absolu, peut-être un peu de droits, juste un peu, enfin, on verra… 

M.B.

La CNCD est créée le 21 janvier 2011, lors d'une réunion à Alger, regroupant des syndicats autonomes (Snapap, CLA, Satef et CNES), des organisations de défense des droits de l'homme, parmi elles la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme (LADDH avec Ali Yahia Abdennour, Mustapha Bouchachi), des associations estudiantines et de jeunes (Algérie Pacifique, le Collectif des étudiants), le collectif des chômeurs du sud (CNDDC), des associations (SOS Disparus, réseau Wassila, l’association de défense des droits des enfants), le mouvement des archs, le Collectif national pour la liberté de la presse (CNLP) autour de Rabah Abdallah, des journalistes comme Fodil Boumala, Mustapha Benfodil, Zoubir Khlaïfïa, Hassan Moali, Houari Barti, Ali Cherarak, Zouaimia El Hadj Larbi ou encore Amine Esseghir, des partis politiques (RCD, MDS,FFS,PLD), des députés indépendants (Tarek Mira, Ali Brahimi) et des citoyens avocats, enseignants, cadres actif ou en retraite et des comités de quartier2,3,1. Et le 25 janvier 2011 un Manifeste pour les droits et libertés est rédigé par certains membres et signé par de nombreuses personnalités.

Auteur
Mohamed Benchicou
 

Commentaires

Permalien

Un Juda qui veut gagner du temps pour nous préparer une autre traîtrise. Il s'en fout du peuple et de ses revendications.

Permalien

Bouteflika vient de faire connaitre au peuple algérien un certain nombre d'engagements qu'il promet devant Dieu et ses prophètes de mettre en oeuvre - sous réserve naturellement qu'il soit reconduit pour un 5ème mandat consécutif.

Mais à tous ceux et celles qui pourraient être frappés d'amnésie, relisons Bouteflika dans le texte:

« C'est avec la volonté résolue de renforcer notre entente nationale et faire franchir de NOUVELLES ÉTAPES QUALITATIVES A LA DÉMOCRATIE, que je relancerai sous peu, le chantier des RÉFORMES POLITIQUES qui aboutira à une révision constitutionnelle consensuelle. »

« La révision de la Loi fondamentale sera notamment destinée au RENFORCEMENT DE LA SÉPARATION DES POUVOIRS, à CONFORTER L'INDÉPENDANCE DE LA JUSTICE et le RÔLE DU PARLEMENT, à L'AFFIRMATION de la place et des DROITS DE L'OPPOSITION, et à GARANTIR les DROITS ET LIBERTÉS des citoyens. »

« Nous ouvrirons d'autres chantiers aussi, notamment pour AMÉLIORER LA QUALITÉ DE LA GOUVERNANCE, FAIRE RECULER LA BUREAUCRATIE au bénéfice des citoyens et des opérateurs économiques, et pour promouvoir une décentralisation appuyée sur une DEMOCRATIE PARTICIPATIVE qui associera mieux la société civile à la gestion locales. »

« La RÉFORME DE LA JUSTICE sera poursuivie pour adapter nos lois aux défis rencontrés sur le terrain. »

« Il en sera ainsi en ce qui concerne la LUTTE CONTRE LES CRIMES ECONOMIQUES, à leur tête le fléau de la CORRUPTION. »

« Avec votre concours, je veillerai à la poursuite du développement et à l'avènement d'une ECONOMIE DIVERSIFIÉ, DE PLUS EN PLUS FORTE, complémentaire à notre potentiel en hydrocarbures.

Et vous savez quant ce compendium de réformes politiques, institutionnelles, économiques et administratives a été solennellement énoncé par Bouteflika ? Faites un saut de 12 ans en arrière, plus précisément à son discours d'investiture prononcé en avril 2004 après avoir été reconduit pour un second mandat.

Auhjourd'hui, près de 12 ans et 3 mandats présidentiels plus tard, nous pouvons évaluer les résultats de ces engagements solennels, qu'il s'agisse de la nature de la révision de la constitution, de la réforme de la justice et du rôle du parlement, de l'affirmation des droits de l'opposition, de la lutte contre la corruption, du renforcement des droits et libertés individuelles, ou encore de la diversification de l'économie nationale.

Du déjà vu ?

Permalien

Khouya Mohamed, votre plume est délicieuse; vous dites que Bouhazka a mystifié des ténors de la politique avec des promesses jamais tenues mais pour la vérité historique le nabot léon avait sorti l'atout maître (que n'avait ni Benali ni Moubarak) qui est le chéquier pour faire taire la rue en 2011. Si on revient à 2009-2010; le monde du travail grondait car ces gens voyaient qu'ils gagnaient beaucoup moins que les salariés au Maroc et en Tunisie; pays qui n'ont pas les ressources de l'Algérie. Ouyahia 1er sinistre (et ses semblables) tout en ouvrant les coffres de l'argent public à leurs enfants, femmes, maîtresses claironnaient qu'on ne peut augmenter les salaires sans contre-partie de production mais quand la révolte grondait et que les dictateurs tombaient, Said Raspoutine souffle à l'oreille de Joe Dalton pour ne pas écouter le valet K.D.S et qu'il fallait donner l'argent au peuple pourvu que les fils de Ma Dalton s'éternisent au pouvoir.
En ces années, des gens dormaient paisiblement et au matin ils vont au C.C.P ils trouvent de 50 à 150 millions de rappel dans leur compte : le salaire a été multiplié par 2 ou 3; les jeunes désœuvrés ont vu l'état débloquer pour l'équivalent de 4,5 Milliards de $, cette masse de gens en colère ont été calmés (achetés?) et c'est comme ça que le petit nain a blousé ces ténors dont vous parliez, il n'y avait plus grand monde pour bousculer le ARCH de Joe Dalton et continuer la protesta.

Permalien

ELECTION PRESIDENTIELLES 2019.

Mesures (Suggestions) aux FUTUR Président de la République.

1. Enlever l’influence des Janissaires d’Alger sur le pouvoir politique par la construction d’une Capitale Politique au centre du pays (par exemple : EL-GOLEA située à 1000 Km d’Alger et de Tamanrasset)
2. Retirer l’Algérie des Organisations Régionales à caractère ethnique (U.M.A & Ligue Arabe)
3. Révision de la constitution :

a- Supprimer les dispositions à caractère ethnique (comme Algérie terre Arabe).
b- Instauration d’un système confédéral
c- Remplacement des Wilaya par 21 Régions autonomes, avec des parlements et gouvernements régionaux, dotés de tous les Ministères sauf ceux des Affaires étrangères et de la Défense qui seront du ressort exclusif du Gouvernement Confédéral.
d- Suppression des DAIRA.
e- Insérer une disposition dans la constitution (séparation de la religion de l’Etat) et suppression de la disposition (Islam religion de l’Etat).
f- Mettre sur un pied d’égalité l’arabe Algérien avec le Tamazight.
g- Consacrer les langues (Français + l’Anglais) comme langues de travail dans les domaines économiques et la recherche universitaire et scientifique.
h- Arrêter en urgence l’enseignement des matières scientifiques en langue Arabe à tous les niveaux.
i- Introduire dans la constitution une disposition qui consacre l’interdiction de l’utilisation des appartenances raciales, religieuses ou linguistiques à des fins politiques.
j- Protéger les symboles de la guerre d’indépendance (le Chahid + le Moudjahid, le FLN et l’UGTA) de toute utilisation politique ou syndicale. (rattacher le ministère des Moudjahidines au Ministère de la Defense…..)

4. Suppression du Ministère des Affaires religieuses.
5. Inscrire parmi les grands projets à réaliser en urgence : une autoroute doublée d’une ligne de chemin de fer Alger / nouvelle Capitale / Tamanrasset.
6. Faire de Tamanrasset le Dubaï de l’Afrique par la création d’une zone franche et de deux HUB terrestre et aérien, elle deviendra un carrefour entre l’Afrique et l’Europe dans les domaines commerciaux et touristiques.

Permalien

Le rat qui s'est invité en Algérie par effraction doit payer pour tout le mal qu'il a fait à notre pays et à son peuple.

Homme sans scrupules, sans honneur, amoral au sens propre et figuré du terme, il pensait se jouer du peuple tout le temps.

Le minus voulait mourir comme président et avoir des funérailles nationales.

Il finira dans les oubliettes de l'histoire comme traître qu'il a toujours été lui " le grand maquisard des boites de nuit marocaines".

Permalien

ALERTE!ALERTE! Les bouteflika nacer et said utilisent l 'avion dit présidentiel ,LES BIENS DE NOTRE PATRIE SPOLIEE ET VOLEE,pour faire évader des valises "bourrées" de millions de dollars et de lingots d'or.Destination :Genéve,riad,dubai,luxembourg....
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bouteflika :Les vices qui avilissent l humain
Bouteflika ,c est la luxure,la corruption,la hogra,la rapine ....Tous les vices nauséabonds qui avilissent L ÊTRE HUMAIN!
Bouteflika et son parrain boukharouba ,sont derriére TOUT LE MAL QUI EST FAIT A L ALGERIE ALGERIENNE ,depuis AULNOY EN 1961 JUSQU A ce jour saint du vendredi 22 février 2019 où commence LE DEBUT DE LA CHUTE DE CE PREDATEUR DE L ALGERIE ALGERIENNE et où le boutefliskisme rejoint les égoûts nauséabonds de l histoire ravageuse des "ennemis "de l'algérie algérienne
Le chemin de l' algérie algérienne amazigh n'aurait jamais dû croiser celui néfaste de ce natif de oujda et de son parrain boukharouba qui ont ravagé ce pauvre pays par la prédation et une main mise maffieuse sur son devenir
Quel est ,donc,ce rapport ambigu et peut être scandaleux ou non avouable qui liait ce "marocain de coeur et de naissance" ,qui déteste l'algérie,au panarabiste boukharouba dit boumédienne,ce djidjelien NATIF DE AIN AHSSAINIYA(guelma) de souche amazigh formaté par le panarabisme colonial qui avait "la HAINE DE SOI " de son identité amazigh comme le sont "ces djidjeliens" amazighophobes, pour que "ptit mario hauts talons" obtienne toutes les faveurs de ce sanguinaire assassin boukharouba et pour qu il lui permette toutes ses frasques de play boy de la luxure , vivant au crochet de l'algérie algérienne en détournant des sommes colossales des AE ?
Pourquoi "p'tit mario hauts talons" était il JALOUX DE ANISSA BOUKHAROUBA BOUMEDIENNE jusqu'à presque la bannir lorsqu IL A ETE intrônisé" président ,sous traitant maffieux ",par ses indignes sanguinaires parrains,nezzar,belkhir,medienne mohamed,"ex caporaux de l'armée française" autoproclamés généraux ,grades qu ils ont gagnés dans des "champs d horreur et de massacres" de populations algériennes désarmées de bébés,d enfants,de vieillards,de femmes et d adultes à bentalha,rais,benimessous,mascara,tissemsilt,ain defla.....avec la complicité de la vermine intégriste islamoarabowahabiste algérienne
L histoire nous l apprendra un jour.Mais ,déjà, nous pouvons affirmer que ces deux traîtres à l algérie algérienne ,ces 2 prédateurs de l avenir de générations d algériens ,dont ils sont les 2 acteurs à aulnoy ,là où commence leur ravage contre l'algérie indépendante ,déjà,l un comme émissaire ,l autre comme donneur d ordre avec son chef boussouf ,auraient été capables des pires scandaleuses liaisons!

Permalien

Lors de la guerre d’Algérie (1954-1962), les partisans de l’Algérie française bénéficient de sympathies actives en Suisse et parmi les Suisses établis en terre algérienne, comme il y avait aussi des militants de l'indépendance qui trouvent en Suisse un lieu d'accueil ou de passage.

Novembre 1960, des contacts secrets ont abouti aux accords d’Evian qui ont mis fin à la guerre de libération.

La Suisse fait partie –et c’est tant mieux- des premiers Etats à reconnaître l’indépendance algérienne le 4 juillet 1962.

Le cours de l’Histoire, rompu subitement vers la fin des années soixante-dix, reprend son cours et c’est en Suisse qu’un autre séisme, autre que ceux enregistrés en Algérie ces dernières années, se produit dans la continuité de l’énorme bouleversement de l’ordre des choses que Paris semble –et c’est tant mieux tout aussi- en mesurer toute la portée historique des événements qui vont donner lieu à une nouvelle configuration des relations géopolitiques pour un système international qui soit conforme aux aspiration des peuples.

L’Algérie saura reconnaître ses amis.

Permalien

L'armée ANP qui a pris le relai de la valeureuse ALN a fait le sermon de PROTEGER l algérie contre tout ceux qui essayeront de la détruire.

Pourquoi soutient elle alors bouteflika et son clan qui ont organisé sa faillite?!

Pour L 'ANP, bouteflika et sa famille "marocaine" sont ils plus importants que l algerie?!

Permalien

Le makhzen du clan de oujda, c 'est le systéme imposé en algerie, depuis 1962 à ce jour, par le cartel du clan boussouf-boukharouba, pour empêcher une ALGERIEALGERIENNE de voir le jour aprés l'indépendance.

L histoire nous révélera les dessous criminels anti algeriealgeriens de la relation, par l'entremise des services secrets français dont oufkir était L ELEMENT PRINCIPAL de sa politique au maroc et à oujda, que le colonel marocain entretenait avec le cartel du clan de oujda boussouf-boukharouba-bouteflika. Celà expliquera les débuts du malheur des peuples d algerie qui ont combattu l'armée coloniale française durant 7 sanguinaires années et qui se sont retrouvés privés d indépendance et de liberté par le cartel des planqués à oujda sous les ordres de bousssouf et de son bras armé mohamed boukharouba.

Pourquoi les services secrets français avaient ils mis en avant, avec une publicité soutenue, LE GENIE BOUSSOUF comme ils avaient rendu populaire benbella suite à son arrestation, alors qu il était un grand inconnu de la population algérienne de l'époque?

Boussouf a assassiné "abane" et son cadavre a disparu. AUCUNE TRACE. les methodes d oufkir, à l'exemple de l'assassinat et la disparition de mehdi benbarka, ont elles servi pour BOUSSOUF -boukharouba dans l'éxécution de abane?

Des historiens ont avancé que les "tueurs à gage" de Boussouf qui ont étranglé 'Abane Ramdane étaient en réalité des agents du CAB1 (la DST marocaine), des hommes d'Oufkir, en d'autres termes. De même que la ferme où ils ont accompli leur forfait serait un ancien camp désaffecté ayant appartenu aux services secrets français. On cite parmi ces historiens un ancien officier français ayant appartenu au 11° Choc, unité d'élite des services secrets français.

L histoire et les archives des services secrets français en afrique du nord le réveleront, peut être, un jour. Cependant, un fait troublant peut être affirmé : la disparition du corps de 'Abane n'est pas sans rappeler celle du cadavre de Mehdi Benbarka.

Bien sûr, cela rappellera également à beaucoup la séquestration du cadavre de 'Amirouche ET DU SAGE SI ELHOUES par BoukharrouBA dit BOUMEDIENNE.

Question: Qui AURAIT CRU un jour que l'on decouvrât LES DEPOUILLES de amirouche et de sielhoues séquestrées par boumédienne et ses sbires?!!!

Et pourtant... !

"Boussouf disait un ancien du MALG ne sait faire qu une seule chose, liquider et assassiner!

-Beaucoup ne savent pas que boussouf avait condamné boukharouba à mort. Ce dernier a été sauvé et a trouvé refuge chez le "chawi, comme lui, zegar, qui habitait casablanca!

Boussouf voulait sa tête. Car lorsqu il a quelqu un dans son collimateur, sadam est un pietre éléve à côté de lui!

Amirouche et le sage et brave si elhoues, n ont pas eu la chance de boukharouba, d avoir "oufkir" comme protecteur à casablanca et à oujda.

Oufkir sauva la vie à boukharouba dit boumédienne. Boussouf ANNULA LA SENTENCE!

LA CREATION DU POLISARIO par boukharouba mohamed est ce pour punir hassassin2 d avoir éxécuté, son protecteur oufkir, celui qui le sauva de boussouf?!

En effet, la suite des événements montrera que Boukharrouba était très proche d'Oufkir à qui il a donné sans aucun doute son accord au projet de coup d'état que ce dernier préparait contre le roi Hassan II (1972) et qui échoua, lui coûtant la vie.

On en veut pour preuve ce que rapporte le fils d'Oufkir dans son livre:

un émissaire secret de Boukharrouba est venu présenter ses condoléances à la veuve d'Oufkir et lui offrir de se réfugier en Algérie. Y a-t-il preuve d'amitié plus grande ? Et a-t-on suffisamment noté la continuelle dégradation des relations algéro-marocaines depuis l'assassinat d'Oufkir?

D'autres questions que l on commence à se poser, 54ans aprés "l indépendance confisquée"de l'algérie algérienne et dont AULNOY était la premiére étape de cette confisquation:

Alors, Oufkir parrain de Boussouf, de Boukharrouba ?.

Ces deux derniers l ont ils subi à leur insu et pas de leur propre et plein gré?!

Difficile à croire tant la méfiance de Boussouf et de Boukharrouba était d un temperament maladif!

La france coloniale a t elle préparé les rails de la france neocoloniale en algérie et le premier acte du scénario DE la trahison de l'algerie algerienne et de ses peuples aurait il été éxécuté au château D'AULNOY par l'émissaire de BOUSSOUF-BOUKHAROUBA, bouteflika abdelaziz QUI PERPETUE systémiquement CETTE TRAHISON A CE JOUR?!

Autrement dit, ce que la France a fait au Maroc -en plaçant Oufkir et ses hommes aux postes stratégiques de l'État-, pour "garder la maonarchie marocaine", l'a t elle réédité avec l'Algérie?!

Sinon, pourquoi De Gaulle aurait-il donné l'ordre d'ouvrir les portes à l'armée des frontières à l'indépendance, à Boukharrouba et à ses hommes et un peu avant aux DAF (déserteurs de l'armée française qui allaient jouer un rôle MAJEUR auprés de boukharouba dit boumédienne avant et aprés sa mort (suite à une maladie vraiment?!) ? L'amiral P. De Gaulle a, du reste, répété à maintes reprises que son père avait placé des milliers d'éléments fidèles à la France dans les rangs de l'Insurrection.

L'algérie a t elle été trahie depuis l'éxécution du prémier acte à AULNOY, en 1961, par l'emissaire, présentement, malade et en chaise roulante qui en est "son chef étatique" par la fraude des urnes, comme depuis 1962, premier acte d un scénario neocoloniale français qui n'a jamais permis qu elle soit ALGERIEALGERIENNE ?!

Les péripéties DU VAL DE GRACE. Les visites qui ont un caratére D AVAL NEO COLONIAL du président français hollande à son ALACRITE pourtant malade et en chaise roulante sont elles inscrites dans l'avenant suite de ce scénario mise en branle à AULNOY?!

Le général DEGAULE agacé par le comportement extrémiste de ceux qu'on a affublés de "pieds noirs" et qu il n'aimait pas, ces maltoitalogitanoespagnols", disait il, confia à l un de ses anciens premiers ministres, à la fin d une entrevue conscarée AUX EVENEMENTS D ALGERIE, comme on disait à l'époque, pour ne pas dire LA GUERRE D ALGERIE:

..... L'ALGERIE française, c 'est fini!

quant à l'algerie algerienne.....,?le général se leva de son siége, étira ses 2 métres de stature de "chti natif de lille",les bras en l'air, sans finir sa phrase, me regarda vaguement et s en alla.. en me saluant d un ' A DEMAIN MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE!
Et la suite ,hélas, de cette indépendance confisquée par le FLN ,Les soldats indigénes DAF de DEGAULLE ET DES MERCENAIRES PLANQUES A OUJDA,GHARDIMAOU,TUNIS ET du perfide NACER....on la connait dans le sort misérable fait à ce pays par tous ces mércenaires depuis 1961 à ce jour saint du début de la LIBERATION DE L ALGERIE ALGERIENNE LE 22 FEVRIER 2019
Elvezelbaz n'tmurth i yéchféne!

Permalien

Jamais deux sans trois. Mais ça ne marchera plus cette fois. Ce qu'il lui reste à faire c'est de plier bagages et de partir. HADDAD, SELLAL, BENYOUNES, le loup, l'escroc de l' U.G.T.A seront les premiers à le lâcher pour sauver leurs peaux

Permalien

Les séismes les inondations les virus les accidents crash d’avion des avertissements d’ ALLAH pour les algériens et les généraux en particulier donc ces élections a la poubelle de l’histoire aux généraux de mettre en prison la mafia les voleurs civiles et militaires l’argent de pétrole des algériens de 1962 a ce jour le 5.3.2019 pour éviter la guerre civil un fort séisme les inondations comme Bab El Oued 2001 a Alger et d’autres wilayas.

Permalien

Pour le plouc génial qui propose des solutions
"Mesures (Suggestions) aux FUTUR Président de la République."
Quel est le format de la principauté qu'il désire occuper?

Permalien

Impossible que bouteftoufa ait écrit cette lettre. Sous assistance respiratoire ininterrompue (et ininterrompable) il ne pourra jamais prononcer un seul mot et à plus forte raison écrire une lettre de cette consistance. A l'approche de l'échéance électorale pour la présidentielle ils ont voulu le doper pour qu'il fasse bonne figure devant les caméras de l'ENTV....Au final, les séances de "dopage" pour une rééducation fonctionnelle ont achevé Bouteftoufa. Les effets secondaires se sont manifestés....et les contrôles de routine (de 48 h annoncées) ont viré au cauchemar pour la fratrie prise de court loin de Zéralda. A distance ils continuent à gérer le pays comme une Mamlaka où ils seraient les régents avec l'appui de ceux qui ont du T'Ben dans le ventre.

Ajouter un commentaire