Aller au contenu principal
Body

EXPRESS

Italie: arrestation du nouveau chef de la mafia, coup dur pour Cosa Nostra

La police italienne a procédé mardi à l'arrestation de dizaines de membres de la mafia sicilienne dont Settimo Mineo, considéré comme le nouveau chef de Cosa Nostra à Palerme et successeur désigné du parrain Toto Riina.

Quelque 46 personnes soupçonnées d'appartenir à Cosa Nostra ont été arrêtées à l'aube lors d'un vaste coup de filet des carabiniers de la direction antimafia du district de Palerme, a indiqué le procureur de la capitale sicilienne, Francesco Lo Voi, lors d'une conférence de presse.

Les personnes interpellées, grâce à des écoutes téléphoniques, sont accusées notamment d'association de malfaiteurs de type mafieux, d'extorsion, port d'armes, ou incendies, fruit de quatre enquêtes pénales distinctes.

Parmi elles figure Settimo Mineo, un joaillier de 80 ans, chef du district de Paglarelli (près de Palerme) et considéré par la justice comme le nouveau parrain de la mafia palermitaine.

Surnommé "zio Settimo" ("tonton Settimo"), il avait été élu pour succéder à Toto Riina (décédé l'an passé en prison) le 29 mai lors d'une réunion sécrète de la Coupole, commission de chefs mafieux dont le rôle est d'assurer le respect des règles de la Cosa Nostra et régler les différends entre les familles.

Selon les enquêteurs, il s'agissait de la première réunion de ce type depuis 1993, année de l'arrestation de Riina, afin de choisir les nouveaux chefs de la Pieuvre et de réorganiser ses activités de trafic de drogue et de paris en ligne.

"Par la teneur des phrases interceptées, il a été facile d’identifier cette rencontre comme étant le première réunion de la commission renouvelée de Cosa Nostra au cours de laquelle il a été surtout discuté des règles", a déclaré Francesco Lo Voi. 

Lors de la réunion s'est exprimée "la nécessité de rétablir certaines des règles que Cosa Nostra avait un peu perdues en route et dont l'application s'était délitée dans la désorganisation globale de la mafia", a-t-il ajouté.

"Mafia décapitée"

"La journée commence bien!" a commenté le ministre de l'Intérieur et chef de file de la Ligue (extrême droite) Matteo Salvini, son collègue vice-premier ministre Luigi Di Maio, chef du Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) qualifiant l'opération comme "l'un des coups les plus durs infligés par l'Etat à la mafia". 

Durant l'incarcération de Toto Riina, qui avait duré près de 25 ans, la Coupole "avait été décapitée" et n'était plus parvenue à se réunir, une situation qui avait fini par susciter "l'impatience" des membres de la mafia, ont précisé les carabiniers palermitains dans un communiqué.

"Par certains côtés, les interceptions font penser aux déclarations faites, en son temps, par Tommaso Buscetta", boss palermitain, décédé en 2000 à New-York, a souligné Francesco Lo Voi. Il fut le grand rival de Toto Riina, chef du clan des Corléonais du nom de sa ville natale de Corleone en Sicile, avant d'accepter de collaborer avec la justice.

Selon le procureur national antimafia, Federico Cafiero de Raho, Settimo Mineo a été choisi pour prendre les rênes de l'honorable société parce qu'il était le plus âgé, ce critère objectif permettant d'éviter toute compétition pour la prise de pouvoir entre chefs mafieux.

Parmi ceux-ci figure Matteo Messina Denaro, 56 ans, condamné par contumace à la réclusion criminelle à perpétuité pour meurtres et qui était considéré depuis la mort de Riina comme chef suprême de la mafia sicilienne.
 

Mais en fuite depuis 25 ans, il aurait vu son influence diminuer au sein de l'organisation criminelle en raison de sa condition de mafieux le plus recherché d'Italie, expliquaient mardi les médias italiens.
 

Décrit comme un homme charismatique et doté de qualités de médiation, Settimo Mineo était en revanche considéré comme une figure de référence au sein d'une mafia sicilienne affaiblie à la suite de nombreuses arrestations.

Pour le parquet antimafia, sa désignation a également "permis de démontrer la centralité de la ville de Palerme alors que le pouvoir était auparavant détenu par le clan des Corléonais".

Auteur
AFP
 

Ajouter un commentaire