Aller au contenu principal
Body

Projets du PNUD, institut français de Tizi-Ouzou, Cevital et la JSK

La Kabylie et le travail de sape du régime

Toutes les mesures arbitraires qui s'abattent sur la région ne sont pas fortuites, malheureusement, il y a comme une machination politique pour empêcher la Kabylie de prendre de l'essor et son destin en main.

Depuis 20 ans, elle est particulièrement vouée aux gémonies. À commencer par l’institut français de Tizi-Ouzou fermé depuis 1994, l'exclusion de Tigzirt et Ath-Maouche du programme de PNUD qui ont trait au développement touristique, le blocage des projets de Cevital et enfin l'acharnement que subit la JSK de la part de la LFP sous les yeux complices de la FAF sont entre autres raisons suffisantes pour comprendre que la Kabylie est visée par le régime actuel.

Tout un chacun est convaincu aujourd'hui, la Kabylie est dans le collimateur d'un pouvoir. Il y a une volonté manifeste de déconstruire ce qui constitue sa matrice socio-historique.

Les autorités ont redoublé de manoeuvres pour empêcher toute expansion économique et culturelle. Après les terribles répression du printemps noir, le citoyen kabyle d'aujourd'hui a changé de fusil d'épaule. Evitant la confrontation directe avec un régime particulièrement brutal et doté d'une capacité de nuisance avérée, les citoyens de la Kabylie investissent d'autres espaces que celui de la contestation qu'on leur connaissaient jusque-là.

Grâce à l'organisation ancestrale les villages sont en train de se métamorphoser. Il y a comme une jeunesse animée de la bonne volonté, elle a pu se réapproprier un espoir presque perdu. Et ce n’est pas un hasard si Tizi-Ouzou est toujours en tête sur le taux de réussite des examens du BEM et du Bac.

Des projets étrangement bloqués 

Historiquement, le régime n’a jamais été tendre avec cette région. De la révolte du FFS jusqu'au sanglant printemps noir, il y a comme une rupture permanente entre les deux.

L'injustice que subit cette région est valable depuis toujours, et ce n'est pas aujourd'hui que les choses vont changer. La méfiance est devenue exagérée, et l'idée de s'en prendre à elle avec tant de mépris ne fait que provoquer des sentiments de frustration. À chaque fois qu'une occasion se présente pour améliorer son sort, on s'organise, avec une extrême vilenie, à la tirer vers le bas et empêtrer ses ambitions.

On s'entend bien que derrière toute tentative vile, il existe des relais locaux bien identifiés comme des affidés capables d'effectuer la besogne sans aucun soucis. La présence énigmatique de Chakib Khelil à Tizi-Ouzou est une illustration de perfidie.

Six instituts français étaient implantés en Algérie. Sauf celui de Tizi-Ouzou n'a pas rouvert ses portes, et cela depuis 1994.

En 2015, M. Jacques Legendre, ex-député de l’UMP, a demandé au ministre des Affaires étrangères et du développement international la nécessité de la réouverture de l'institut français de Tizi-Ouzou. Comme réponse du ministère : «L'ambassadeur de France en Algérie continue d'entretenir un dialogue régulier et ouvert avec les autorités algériennes sur ce dossier.» Fin de citation. L'air de dire qu'Alger ne veut pas d'une ouverture culturel à Tizi-Ouzou. Comme une lettre morte, aucune suite de depuis trois ans.

Les deux projets financés par le PNUD et l'UE ont été bloqués par les autorités sans raison valable, notamment celui de Tigzirt pour Tizi-Ouzou et Ath-Maouche pour Bejaia. Cette décision arbitraire provoque la colère des élus et les citoyens de ces deux communes. Pour eux, rien ne peut justifier cette marginalisation.

Ce n'est pas la première fois que le pouvoir d'Alger torpille ce genre d'initiatives. On se souvient qu'en 2010, la wilaya de Tizi-Ouzou a bénéficié du même programme des Nations unies pour le développement d'un projet environnemental qui a pour but la gestion des déchets ménagers. Et c'est Ouyahia qui a confirmé que cette entrave est voulue pour une raison de fierté : c'est-à-dire l'Algérie a les moyens de subvenir financièrement à ce genre de projets et elle n'a pas besoin d'aide. L'hôpital qui se moque de la charité.

Il faut juste observer les régions où les constructeurs mondiaux de l'automobile ont posé pied pour comprendre stigmatisation programmée en défaveur de la Kabylie. Ce n'est pas que nous en voulons à ces régions. Grand bien leur fasse. Mais il y a une marginalisation manifeste de la Kabylie.

Le français Renault est installé à Oran, l'allemand Wolkswagen à Relizane, le sud-coréen Hyundai pour Tiaret, et l'autre allemand Daimler est à Rouiba. Alors que Cevital, à Bejaia, patine dans un bourbier de décisions arbitraires. Depuis plus de quatre ans que ce groupe endure une mise en demeure qu'on ne peut expliquer ni dans les textes de lois et règlements qui régissent l'investissement et le commerce, et ni dans les faits qui lui ont été reprochés.

Le dernier flagrant délit, la douane qui refuse d'appliquer une décision de justice en faveur de Cevital. Alors qu'en France, c’est avec les honneurs du président français, Emmanuel Macron que le président du groupe, Issad Rebrab, a procédé au lancement du projet fabrication d’équipements d’épuration de l’eau. Sous d’autres cieux, depuis les Ardennes qu'un message fort en enseignement est envoyé aux décideurs.

La couardise du personnel politique est dévoilée au grand jour, et l'État algérien est acculé au pied du mur.

Abordant, aussi, un autre sujet qui tient en haleine toute une région. Celui de la JSK, le club phare de la Kabylie. Cherif Mellal, le président du club, vient de provoquer un séisme dans les milieux sportifs du pays, il est devenu un exemple de révolte. Le football algérien est pris dans un engrenage lié à une maffia avec des ramifications tentaculaires et entretenues par des affairistes qui font la pluie et le beau temps dans cette discipline. Il a fallu qu'une enquête faite par la BBC, un média anglais, pour nous montrer que la faillite est générale. Elle a duré trois ans, de 2015 à 2018, elle a jeté le pavé dans la marre en mettant les responsables dans une situation embarrassante. Donc la réaction de Mellal est plus que légitime.

Du jamais vu dans l'histoire du foot en Algérie, un président d'un club qui a tenu tête sans aucune concession aux dirigeants de la LFP et la FAF. Il est devenu la fierté de tous les amateurs de la balle ronde du pays. En même temps, l'image positive que les supporters de la JSK diffusent dans un fair-play exemplaire suivi de la présence des familles dans le stade est un signe d'un succès qui inquiète les antagonistes.

La suspension que vient de recevoir Mellal est une aberrante décision, pour celui-ci est une occasion d'aller plus loin dans son combat. Il veut même saisir la FIFA. Les relations entre la JSK et le pouvoir sont empreintes de vieilles rancunes. 

Rappelons-le, qu'en 1977, la finale de la coupe d'Algérie, JSK-NAHD, pour la première fois que la dictature de Boumediene venait de subir une réaction populaire. Des milliers de spectateurs scandaient des slogans hostiles au pouvoir. Et depuis, elle est devenue un symbole de lutte pour les libertés. Et l'ennemi à abattre pour le régime.

 

Auteur
 Mahfoudh Messaoudene
 

Commentaires

Permalien

Nous attendons les commentaires de ceux qui degainent plus vite que leurs ombres quand il s'agit de critiquer le MAK. Allez messieurs, a vos claviers, on attend de vous lire.

Permalien

Arreter de participer a la falsification de l'histoire. Cessez d'appeler (le Pays Kabyle, Tamurt leqvayel, Bled Leqbayel) region. Quand deux Kabyles se rencontrent en dehors de la Kabylie et a la question de quelle region est tu, et l'autre de repondre, je suis de la region de Michelet, de la region de Hizer ou de la region de Tazmalt. Meme Meme les arabes algeriens appellent mon pays par bled Leqbayel.
Quand au comportement de l'Algerie envers la Kabylie, il n ya que ceux qui ne veulent pas voir qui font semblant de ne rien comprendre. La Kabylie subit le meme programme que toute les autres contrees
berberophone d'Afrique du nord( appauvrissement , islamisation-arabisation, pousser la population a l'exode etc), jusqu'a l'aneantissement total.
Seul le recouvrement l'independance perdu en 1857 pourra redonner espoir.

Permalien

moi je trouve que c'est un discours de jouer le rôles des victimes que nous le connaissons depuis tjrs , l’objectif est de pousser les algériens à se révolter contre eux mêmes etfaire la pression sur le pouvoir c'est un article raciste qui exhorte à la haine des restes des Algeriens, moi je trouve normalement qui est le reste des algériens qui sont lésés à l'instar des wilays pauvres de Taref , Mila , Khenshela ain defla, El beidh , la Kabylie vous vivez dans le paradis et vous etes les favoris dans tous, vous etes partout dans entreprises nationales , vous etes dans les syndicats , dans l' Adminstration ; allez vister les autres wilayas et vous allez voir la misères, moi j'ai vu la Kabylie et j'ai trouvé le goudron et les poteaux d’électricité dans les djebels , cessez vos palabres , cessez vos dires racistes , le peuple vous connait

Permalien

dans ce cas , dis nous donc pourquoi vos n'avez des haragas kabyles ?
dis nous pourquoi vous étés les premiers au Bac et au Bem alors que vous maîtriser pas la langue arabe , et toutes matières sont en arabe ?
pourquoi Rebrab investis seulement dans la région de Kabylie?
dis nous comment on trouve les persoones qui nous gouvernent sont des kabyles Ouyahia, Sid said, trabrab tahkout , touati etc

Permalien

La Kabylie a bcp souffert , elle a sacrifié ces enfants pour ceux qui profite de la guerre , cessez vos nuisances et vos allumettes , Basta la Kabylie ne tombera pas dans vos piéges de propagande pour énième soulèvement , Basta il faut chercher ailleurs en Algerie et ce torchant de drapeau culturaliste
appartient aux autres Amazighs de l´Afrique du Nord , chercher en dehors de la Kabylie ( la violence et les soulèvement ) . Fakou

Permalien

La déconstruction de la Kabylie, c'est dans l'ADN de l'Algérie. N'oublions pas que les premières mesures prises par des autorités algériennes était d'interdire nos assemblées, détruire ou transformer nos temples en casernes. Par ces mesures, elle entendait effacer nos lois et nos références. C'était déjà les années 1870.
L'Algérie d'aujourd'hui, couleur arabe musulmane, garde toujours le même pédigrée. Sénile sans les sagesse inhérente, elle ne fait que perpétuer les réflexes de sa prime enfance.

Ajouter un commentaire