Aller au contenu principal
Body

Opinion

La langue, cette fille majeure d’une histoire ancienne

La graphie de tifinagh, l'une des plus anciennes  du bassin méditerranéen.

’Nous vivons avec quelques  arpents du passé, les gais mensonges du présent et l’escalade furieuse de l’avenir’’’. (René Char)

Le titre de cet article n’est pas une simple figure de style. Il veut signifier que la parole/langue est la première conquête du savoir de l’être humain. Ainsi la langue, comme tout savoir est-elle liée au mouvement de la vie, c'est-à-dire à l’Histoire. Et qui dit Histoire dit le Politique au sens noble du terme qui organise et influe sur le réel. Aussi pour la langue amazigh, dorénavant nationale et officielle, sachons la lire et la défendre avec les armes du Politique et de l’Histoire. Mettre l’accent sur ces deux concepts, signifie les découpler de la vulgaire idéologie et de la gestion politicarde de la société. Ceci pour dire que la langue trouve ses nourritures pour grandir dans et grâce à la dynamique de la société. Insistons donc sur la complexité de cet organe vivant appelé langue, elle-même se mouvant dans une réalité tout aussi complexe.

Il faut répéter ces évidences pour neutraliser les auteurs de stériles polémiques qui s’alimentent à des préjugés imbéciles ou bien victimes de l’ignorance de l’histoire des langues ou bien encore esclaves de la frilosité d’une partie de la société rétive à tout changement. Cette catégorie de gens ne savent pas qu’une langue ne vient pas de nulle part, qu’elle n’est pas un simple outil de communication. Comme fille de l’histoire, elle est une mémoire pour percer les secrets du passé, des yeux pour saisir le présent et une intelligence pour anticiper l’avenir. D’où l’importance de cerner son rapport à l’Histoire où l’on découvre qu’une langue (à travers notamment la littérature) mesure le temps. De ces deux paramètres ‘’objectifs’’ (Histoire et mesure du temps) naissent des subjectivités comme la vision du monde, l’esthétique de la beauté, le rythme des sons et de la musique, toutes ces belles choses qui caractérisent une civilisation.

1° La rapport à l’Histoire. Un simple voyage à travers l’histoire des langues nous indique la nature des chemins sinueux qu’elles ont emprunté, les rencontres amoureuses qui les ont enrichit et les nécessaires séparations qui les ont fait grandir. Voilà pourquoi des milliers de langues-mères ont disparu quand d’autres se sont adaptées en glanant ici et là chez autrui des armes pour résister au bulldozer du temps qui s’écoule. Beaucoup de langues actuelles ont biberonné aux mêmes sources et avec le temps, ont acquis leur autonomie aussi bien dans le domaine de la parole, de l’alphabet, de la grammaire, de la syntaxe etc… Ainsi l’Histoire des langues est une sorte de chaudron où se mijotent les meilleurs recettes des langues avec les meilleurs ingrédients et à l’aide d’un filtre dont l’Histoire a le secret, celle-ci se débarrassant des ingrédients amers ou durs à cuire pour garder des recettes uniquement délicieuses. Ajoutons que l’un des cuisiniers de ces recettes,  la littérature joue un rôle de premier plan. On pense évidemment aux grands textes de langues qui labourent l’imaginaire de l’humanité et qui ont fait de la littérature un art sublime. Citons quelques noms, Homère, Apulée, Shakespeare, Dante, Cervantès, la Bible, le Coran etc etc…

2° le rapport au temps. On le sait moins mais le rapport au temps fait partie du génie d’une langue. On sait que toutes les langues ne conjuguent pas de la même façon le passé, le présent et le futur. Certaines, comme le français ont introduit des nuances dans la conjugaison à l’intérieur même de ce passé, de ce présent et de ce futur. Le rapport au temps donne une idée de l’influence de la langue sur la littérature, sur le mode de vie, bref sur telle ou telle civilisation. On le voit et on s’alarme aujourd’hui sur les conséquences ‘’néfastes’’ des SMS sur les langues bousculées par la technologie du numérique. Du reste, les Américains qui courent depuis longtemps derrière le temps n’ont pas attendu le numérique pour aller au plus rapide avec leur OK et autre by. Le rapport au temps nous renseigne sur la manière d’appréhender l’espace. Il est des langues qui mesurent le temps en fonction de leur vision de l’espace, d’autres font plus ‘’confiance’’ au tic tac de l’horloge. Devenu un bolide en roue libre, le temps a aujourd’hui imposé son horloge. On ne dit plus je fais un voyage de 100 ou 500 kms mais j’ai X heures de voyage en fonction de la puissance du bolide utilisé… Une langue donc ‘’formate’’ d’une certaine façon notre rapport au réel.

Le rapport entre l’écrit et la parole. L’homme a d’abord parlé, c’est une lapalissade. Bien qu’elle fût la matrice d’une langue, la parole aussi a subi les ‘’outrages’’ du temps. Les hommes d’hier et d’aujourd’hui ne parlent pas de la même façon. Ni le timbre de la voix, ni l’articulation de mots ne sont pareils. On ne connaît pas le son de la parole de l’homme de l’antiquité mais on est sûr qu’il y a une énorme différence entre cet homme et l’homme ‘’agité’’ d’aujourd’hui. L’exemple des Français débarquant au Québec au 16e siècle parlant encore une langue comme les paysans du centre de la France alors que le Titi parisien est friand du langage imagé et urbain. Entre ces deux façons de parler, c’est le jour et la nuit.

L’étude de l’histoire des langues permet d’identifier leurs influences réelles dans le quotidien d’une société. Elle incite à ouvrir les yeux sur l’impérieuse nécessité de ne pas répéter les erreurs de l’arabisation, fruit d’une précipitation qui trahit l’ignorance à l’encontre de la complexité des langues que je viens de relever dans cet article. Ne faut-il pas étudier sérieusement les expériences des autres pays dont certains ont changé d’alphabet alors que d’autres ont gardé un alphabet hérité d’une autre culture… Les expériences de la Turquie, Iran, Vietnam nous aident à évaluer les contraintes à surmonter pour ne pas porter atteinte à la beauté et au génie d’une langue. Ceci dit, la prise en charge des langues par la société elle-même est une condition sine qua non pour assurer leur épanouissement. Cela implique dans un premier temps la nécessité de sortir du cercle des ‘’spécialistes’’ et mettre sur la place publique toutes les raisons légitimes de faire vivre toutes les langues du pays (1) pour nourrir et renforcer les liens historiques existants entre les régions et faciliter les échanges de toutes natures à l’intérieur de la société. Une adhésion populaire suscitée par de larges débats contradictoires loin des chapelles du conservatisme ou du rejet de l’Autre, peut faciliter le travail ‘’technique’’ à mettre en œuvre sur le terrain. Cette aventure nécessite un travail sérieux, rigoureux qui repose sur la notion de la longue durée. En un mot, une telle entreprise fait appel à la prise de conscience du peuple d’où sortiront des gens habités par la passion de leur mission et de l’intérêt du pays aussi bien sur le plan culturel que politique. Le pays a suffisamment souffert de l’incompétence mais aussi de cet oubli du temps qui fait payer cher ceux qui croient qu’on peut le berner ou l’ignorer.

Aussi pour ne pas aller plus vite que la musique il faut simplement mettre en pratique la constitution. La langue Amazigh est nationale et officielle, elle doit donc être enseignée sur tout le territoire national en même temps que l’arabe. Pour l’heure et en fonction de la complexité  et de la langue et de son extension dans une société en bute à tant de problèmes, cette langue doit trouver sa place dans l’enseignement en adoptant le dit enseignement à une pédagogie novatrice. Cet enseignement ne portera ses fruits que si cette langue sorte dans les rues, dans les marchés mais qu’elle serve aussi de vecteurs dans tous les domaines artistiques. Pour l’heure, il s’agit de ne pas tomber dans le piège de gens de mauvaise foi dont le sinistre secret est de ghettoïser une langue populaire par haine de l’Autre ou par ignorance crasse de l’Histoire. Il ne s’agit pas non plus de laisser croire qu’une langue est l’unique paramètre de l’identité d’un pays ou d’une société, ouvrant ainsi la porte à l’oubli du fleuve du temps, ce fleuve qui fait saliver tous les Algériens devant un couscous ou bien se déhancher au son des musiques multiples de leur vaste pays. Enfin ces Algériens se sont retrouvés dans la même tranchée face à des conquérants qui eux ne faisaient aucune distinction entre leurs adversaires. La preuve ? Dans l’imaginaire, les noms de l’Emir Adelkader, de Mokrani, de Ben M’hidi, Abane Ramdane, Ben Boulaïd, Amirouche, Boudiaf, et ces centaines de milliers de combattants font leur fierté du pays. Ils reposent aujourd’hui dans le Panthéon de chacun de nous. Ils ont eu un même rêve et l’ont concrétisé pour tous ceux qui voulaient inscrire leur nom sur la carte d’identité d’un pays libre.  

Au-delà de la carte d’identité, une langue c’est aussi un trésor inestimable, un miroir où l’on peut regarder nos rides comme des passeurs de sagesse à nos chérubins. Je terminerai par la phrase de Kateb Yacine : "Ainsi avais-je perdu tout à la fois ma mère et son langage, les seuls trésors inaliénables – et pourtant aliénés’’ (in Le Polygone étoilé)… Retenons cette leçon de Kateb qui a souffert de voir sa mère dépossédée de sa langue et par ailleurs un des grands ciseleurs des mots.

A. A.

Note

(1) Chez une catégorie de notre ‘’élite’’, on sent le mépris aussi bien pour l’arabe populaire que pour l’Amazigh. La dite ‘’élite’’ ignore que des chefs d’œuvres de la littérature regorgent de mots et d’images des langues populaires.

Auteur
Ali Akika, cinéaste
 

Commentaires

Permalien

Qui sont MASSINISSA Yugurtha KAHINA KOCEILA ? Qui était Okba bnou NAFA et d'où et pourquoi est-il venu et comment ?

Permalien

Moi cite: "... La langue Amazigh est nationale et officielle, elle doit donc être enseignée sur tout le territoire national en même temps que l’arabe. ... "

-> La langue Amazigh est aussi bien un don qu'un imperatif de la providence...POUR LES AMAZIGHS
-> La langue ARABE est aussi bien un don qu'un imperatif de la providence...POUR LES ARABES

Pourquoi toutes les langues ont leur chambres et lits prive's et Tamazight a besoin de partager les siens. Pute, soumise ou les 2 ?

Pas besoin de re-reciter.... c'est a cause des imperatifs du pedophile, psychopathe, assassin, ignard, ... et son rab. Je les emmerdes toutes les deux, ainsi que leurs potes et tout ce qui s'y rapportent... particulierement les cancers incestueux, qui nous imposent ca chez nous... Vous pouvez pensez des algeriens, comme des FDP, qui huile la niquade sans nom - pas moi ! C'est les moyens qui me manque, je les finirais autrement !

Au passage, le temps c'est rien, sinon une mesure de l'espace qui lui a une existence reelle.
Et le francais et l'arabe n'ont d'avenir,c.a.d. de destination en Afrique du nord - tot ou tard, a force de prostitution, c'est les autres qui viendront tirer leur coup, particulierement l'Anglais ! C'est a ce moment-la, que vous vous rendrez compte que l' identite', a besoin d'une colonne vertebrale, sinon elle s'ecroule. Celle-ci est la langue qui anime l'ame ou l'espace et territoire qui anime son corps. La ou il y a des hommes, c'est la deux...
Vous n'allez tout de meme pas donner un droit de parole a des alliene's, non ? Faut plutot les aider c.a.d. les aider a en finir avec eux-meme qui ne leur convient a l'evidence pas !

Du coup, tout ce charabia se resujme a ca - un rapport de force !
Meme en Tunisie, des gens qui ne savent pas le moindre mot et qui s'exprime en arabe disent: Tunisie Amazigh point barre' ! Les Touaregs et Lybiens, qui se sont reveille's ne parlent du tout, ils TIRENT !

Et vous voulez faire une partie de the' avec des gens dont la seule raison de vivre est de finir ! Et la je ne parle pas des arabes, je parle des KHRAbaise's !

Permalien

Toute une danse du ventre pour tenter en vain de dissimuler une démagogie infinie, mais très obstinée dans son fort entêtement non seulement à sauter aux yeux mais même à redonner d'une façon circonstancielle la vue aux non-voyants! Toute une panoplie de propos sur l'histoire qui forment une coquille ... vide! Vide de sens, exsangue par tant d'hypocrisie. Toutes ces images d'un cinéaste en mal de création, passant à une vitesse vertigineuse et nous causant des vertiges, un « mal de cœur », accompagné de haut-le-cœur et un mal de mère-patrie!

Ali Akika n'échappe pas à la règle et n'a pas non plus le privilège d'être l'exception: il est comme tous ces Algériens qui viennent de découvrir Tamazight, la langue berbère que l'état-voyou a d'abord nationalisée pour l'officialiser ensuite. Tamazight, "l'intouchable" et "la lépreuse" d'hier, a été reconnue comme telle par décret présidentiel et non par voie référendaire comme l'avait juré, celui qui nous voyait de loin comme des géants et pour qui nous étions de prés des nains et qui était spécialement venu pour crever notre ballon de baudruche ! Il connaissait ses Arabes, ses sujets et il savait que ceux-là ne souilleraient jamais la désormais conquise (par l'épée!) terre numide, où la langue du Coran et celle du paradis, la houri, la vierge éternelle, ne pourrait tolérer de concubine...

Ali Akika, comme tant d'opportunistes, qui se disent de gauche pour camoufler leur idéologie "l'arabo-islamisme", mettent les mains à la pâte et chantent à tue-tête dans une atroce cacophonie leur appartenance à l'amazighité et revendiquent avec vacarme leur droit de réserve quant à l'avenir (qu'ils veulent noir!) de Tamazight. Ils se sentent concernés par sa transcription qu'ils ne peuvent accepter, eux que l'islam a arabisés, que si celle-ci est en caractères arabes.

Pour eux, Tamazight devrait faire ses ablutions pour se prosterner devant la langue arabe, celle du Coran et de leur paradis. Elle ne pourrait jouir des bénédictions d'Allah que si elle embrassait l'islam et s'arabisait dans son esprit comme dans son âme ! C'est ainsi qu'elle irait étancher sa soif à Bir Zemzem et vouer aux gémonies tout ce qui rappelle en elle l'impie et la mécréante! C'est ainsi qu'elle trancherait la gorge à cette éphémère langue d'ici-bas pour prêter allégeance à cette immortelle et éternelle langue du monde et du ciel!

Il n’y a de Dieu qu’Allah ! Il n’y a de livre que le Livre ! Il n’y a de langue que l’Arabe !

Permalien

Toute une danse du ventre pour tenter en vain de dissimuler une démagogie infinie, mais très obstinée dans son fort entêtement non seulement à sauter aux yeux mais même à redonner d'une façon circonstancielle la vue aux non-voyants! Toute une panoplie de propos sur l'histoire qui forment une coquille ... vide! Vide de sens, exsangue par tant d'hypocrisie. Toutes ces images d'un cinéaste en mal de création, passant à une vitesse vertigineuse et nous causant des vertiges, un « mal de cœur », accompagné de haut-le-cœur et un mal de mère-patrie!

Ali Akika n'échappe pas à la règle et n'a pas non plus le privilège d'être l'exception: il est comme tous ces Algériens qui viennent de découvrir Tamazight, la langue berbère que l'état-voyou a d'abord nationalisée pour l'officialiser ensuite. Tamazight, "l'intouchable" et "la lépreuse" d'hier, a été reconnue comme telle par décret présidentiel et non par voie référendaire comme l'avait juré, celui qui nous voyait de loin comme des géants et pour qui nous étions de prés des nains et qui était spécialement venu pour crever notre ballon de baudruche ! Il connaissait ses Arabes, ses sujets et il savait que ceux-là ne souilleraient jamais la désormais conquise (par l'épée!) terre numide, où la langue du Coran et celle du paradis, la houri, la vierge éternelle, ne pourrait tolérer de concubine...

Ali Akika, comme tant d'opportunistes, qui se disent de gauche pour camoufler leur idéologie "l'arabo-islamisme", mettent les mains à la pâte et chantent à tue-tête dans une atroce cacophonie leur appartenance à l'amazighité et revendiquent avec vacarme leur droit de réserve quant à l'avenir (qu'ils veulent noir!) de Tamazight. Ils se sentent concernés par sa transcription qu'ils ne peuvent accepter, eux que l'islam a arabisés, que si celle-ci est en caractères arabes.

Pour eux, Tamazight devrait faire ses ablutions pour se prosterner devant la langue arabe, celle du Coran et de leur paradis. Elle ne pourrait jouir des bénédictions d'Allah que si elle embrassait l'islam et s'arabisait dans son esprit comme dans son âme ! C'est ainsi qu'elle irait étancher sa soif à Bir Zemzem et vouer aux gémonies tout ce qui rappelle en elle l'impie et la mécréante! C'est ainsi qu'elle trancherait la gorge à cette éphémère langue d'ici-bas pour prêter allégeance à cette immortelle et éternelle langue du monde et du ciel!

Il n’y a de Dieu qu’Allah ! Il n’y a de livre que le Livre ! Il n’y a de langue que l’Arabe !

Permalien

L'islam à la Mecque et les arabes avec. RAOUSS Y'A DINE ERRAB . Nous sommes chez nous THAMAZGHA

Permalien

Okba bnou NAFA n'est pas venu avec des présents mais avec ESSIF..... KAHINA et KOCEILA ne l"ont pas invité. ...mais l'ont combattu et zigouillé. ....alors ses descendants enfants de BAKHTA , KHEIRA KHADIJA FATIMA etc....savent ce qui attend les INTRUS COLONISATEURS comme les ROMAINS VANDALES BYZANTINS TURCS FRANÇAIS.. ... chacun chez soi et la paix régnera........CAPITO ???

Permalien

Pendant la révolution algérienne, les résistants de l'intérieur avaient sué bec et ongle avec FAFA et ses mercenaires alors que ceux de l'extérieur jouaient au ballon au Maroc et en Tunisie ainsi d'ailleurs qu'en Libye et leurs responsables passaient leur temps à comploter comment prendre le pouvoir à la fin de la guerre pour laquelle ils n'avaient rien contribué sinon à donner l'ensemble des responsables de l'intérieur et toujours par radio. L'actuel "président" était l'envoyé spécial du hold up opéré à AULNAY en ramenant un Marocain qui a donné tous les responsables de l'OS avant de recevoir une gifle comme président de l'Algérie indépendante.
La suite tout le monde la connait : le peuple est toujours mineur de 1962 à ce jour et ces messieurs qui ont confisqué l'indépendance du pays continuent à tenir le pouvoir que seule la mort du dernier d'entre eux pourra en séparer.

Pour la langue berbère, c'"est le même scénario qui se répète: Ceux qui ont payé le lourd tribu pour la tenir en vie- les Kabyles- se sentent aujourd'hui dépassé et débordé de tous les côtés par ceux qui combattaient hier encore cette langue ancestrale qui est la nôtre et non la leur puisqu'ils ont renoncé à leurs origines ou pris une autre basée sur l'esprit de la razzia tirée de la sourate 8 du coran dite du "butin" ou "anfal".

La langue berbère s'écrira comme elle s'écrit aujourd'hui et jamais en caractères arabes que ces fossoyeurs de l'histoire le veuillent ou non. OKBA le sanguinaire a été descendu par KOCEILA bien que l'Algérie actuelle honore l'envahisseur et non le preux chevalier autochtone qui l'a buté. C'est ainsi que des gens qui ne savent même pas se servir d'un pistolet se sont crus assez malins pour confisquer les corps des colonels Amirouche le Kabyle et Si Haouès le Chaoui parce que n'ayant pas d'histoire révolutionnaire à leur opposer.

De la lecture d'un message adressé au Calife OTHMANE par OKBA lors de l'expédition devant aboutir à la prise de CONSTANTINE par les hordes arabiques que seul le butin intéresse, il ressort de ce message qu'il n'a jamais été question à aucun moment de la religion mais simplement de la verdure des plaines et des prairies, la richesse des contrées et j'en passe ainsi que des cadeaux et autres que ces gens-là se font sur le dos des envahis (Voir Histoire de la prise de Constantine par les Arabes d'orient en 654 " gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57893956").

Le sectateur des arabes (prophète) ne savait même pas comment se nomme le pays de la Numidie, ni ce que veut dire l'Afrique septentrionale qu'il "qualifiait" de pays lointain.
Notre langue fait partie des plus vieilles du monde et nous n'allons pas accepter que des imams de mosquées viennent nous dicter leur dictat en la matière.
Mais je remarque avec une certaine amertume que ce sont toujours les mêmes ennemis de l'autochtone qui reviennent en charge : les descendants des arabes envahisseurs, les descendants des turcs dont le nom est à lui seul évocateur de leur origine non algérienne, les collaborateurs religieux des confréries et zaouias des Français qui ne demandaient à l'époque coloniale que l'assimilation et j'en passe.
Après avoir inventé un chiffre des martyrs pour se donner bonne conscience, après avoir essayé de nous rattacher au Yémen pour justifier leurs invasions infâmes, ils reviennent aujourd'hui pour nous imposer d'écrire le tamazight en arabe: ce qui est le comble puisque son alphabet actuel ne peut même pas prendre le tiers de la moitié du quart des sons de notre langue.

Ajouter un commentaire