Aller au contenu principal
Body

EXPRESS

La question de la transcription de tamazight sera tranchée par l’Académie

La question de la graphie à adopter dans la transcription de Tamazight sera tranchée par l’Académie algérienne de la langue amazighe (AALA), a indiqué mercredi à Tizi-Ouzou le professeur Mohamed Djellaoui, président de cette instance récemment créée.

"La question de la graphie sera tranchée par l’AALA qui est la seule habilitée à le faire", a-t-il souligné, un travail qui, a-t-il assuré, sera "purement scientifique et académique sans aucune interférence politique ni idéologique" et qui ne peut intervenir "sans qu’il y ait des commissions qui vont faire les recherches nécessaires".

S’exprimant lors d’une table ronde ayant pour thème "Culture et langue amazighe : renforcement identitaire et linguistique algérien", organisée à l’occasion du troisième anniversaire de l’officialisation de Tamazight, le Pr Djellaoui a précisé que la première priorité pour l’AALA est "l’élaboration d’un dictionnaire référentiel de Tamazight".

"L’objectif premier de notre académie est l’élaboration d’un dictionnaire référentiel de la langue tamazight avant d’aborder les autres questions qui sont toutes aussi importantes pour son développement", a-t-il soutenu, ajoutant que cette "lourde tâche" sera menée par des spécialistes en linguistique.

Traitant de "la collecte du terrain et de la sauvegarde du patrimoine immatériel amazigh (parcours et perspectives)", il a précisé que cette entreprise  s’appuiera sur "l’ensemble des travaux déjà existant qui en constitueront le socle".

Cet avis est partagé par Guerchouh Lydia, membre de l’AALA, qui a estimé qu’il existait une terminologie "abondante" que ce soit de langue courante ou dans des domaines spécialisés qu’on gagnerait, selon elle, à exploiter et à développer dans ce travail.

Un programme varié a été élaborée à l’occasion de la célébration du 3eme anniversaire de l'officialisation de Tamazight, par la direction de la culture dont des expositions de livres et d’arts plastiques, un salon de livres ayant trait à la culture et à la langue amazighe ainsi qu’une table ronde autour du "passage de la littérature berbère de l’oralité à l’écrit".

Auteur
APS
 

Commentaires

Permalien

Et qui vous as place vous les gens qui ne comprennent rien a la culture Amazigh et Kabyle en particulier pour decider de quoi que ce soit ? Aller oust!

Permalien

La société kabyle est toujours là pour défendre ce qu'elle pense être bon pour elle et sa langue n'en déplaise à ce petit donneur de leçon qui doit d'abord en recevoir...

J'ai beau fouillé dans mes souvenirs d'homme de 3ème âge, je n'ai jamais entendu parlé de ce gus comme ayant été un fervent défenseur de notre cause identitaire.

Par contre, j'ai de douloureux souvenirs de gens qui s'ingénient en donneurs de leçon dans des divers domaines qui ont fini dans le fin fond des oubliettes.

Permalien

Vous allez creuser un grand tranchée avec le peuple Algerien en tranchant sur le haaf latin, vous allez au mur avec votre extrémisme, et vos fanatiques berbéristes, vous allez vous dissocier des chaouis , des Touaregue, des Mzabes, vous allez être dénuder devant tous le monde, et vos plans de faire la primatie du dialectique Kabylie vont échouer parce que vous ne pouvez pas 'allé tous seul sans la cause tamazighité que tous son histoire s'est déroulée dans les terres des chaouis et des Touaregues.

Permalien

Sans être socio-linguiste ou linguiste toukour , je suis tout à fait d'accord avec vous. J'ai toujours été opposé au MCB qui se voulait hégémonique et qui voulait imposer sa vision de l'amazighité à l'ensemble des amazighs qui eux n'en voulaient pas.

Que chacun transcrive sa langue comme il veut . Avec les moyens modernes de traduction orale simultanée , on peut tout.

Et la technologie va plus loin, on peut même se passer de l'interface langagière en plaçant des électrodes qui traduisent les pensées en langage. Gageons que le processus inverse soit bientôt possible pour qu'on puisse penser ce qu'on dit et dire vraiment ce qu'on pense.

Inna lillahi wa illayhi radji3oun

H.U

Permalien

Le peuple Kabyle a déjà tranché depuis longtemps. Il n'acceptera jamais un retour en arrière et passer par perte et profits plus d'un siècle de travaux et de recherches des pionniers devanciers, depuis Boulifa, pour satisfaire les lubies de bâathistes dont la seule contribution est de vouloir effacer à jamais notre langue.

Permalien

La question de la graphie est tranchée depuis plus d'un siècle par ceux qui écrivent dans leur langue.
Aucune institution n'est habilitée à trancher ce genre de question. C'est les écrivains dans leur langue qui tranchent.

Permalien

Tamazight n'est pas à vendre et ni à acheter ,cette langue bannie par les ennemis du de l'humanité ,combattu par les envahisseurs depuis leurs arrivées sur notre terre .Mouloud Mameri s'est sacrifié avec son savoir faire dans ses recherches à nous tracer la plus belle voie que peut avoir notre pays pour retrouver notre identité linguistique et historique de notre peuple amazigh .Tamazight en latin point barre .

Permalien

N'essayez pas de nous intimider ou de nous harceler comme d'habitudes avec certains gestes bédouins qui signifie que cette terre n'a pas de propriétaire ou bien n'a pas de propres enfants ,comme aussi nous faire croire que la religion peut se transformer en engin niveleur et les autre derrière récupèrent les terrains .La langue appartient au pays et ses enfants .Comment etre contre sa propre identité linguistique si vraiment y'a profondément ce sentiment d'appartenance à ce pays .Je trouve que non ...Un peuple dans son histoire se reconnait envahisseur porteur d'un message qui lui permet dogmatiquement utiliser la force pour faire passer le contenu de l'oral utilisé lui indiquant de faire la guerre jusqu'à la victoire car l'Islam est la parole de Dieu .Je ne comprends pas comment notre créateur autorise ce monde dans son message de nous prendre nos terres notre pays et nous massacrer au nom d'Allah .Tamazight comme le pays ainsi que le peuple sont bien les trois qui font le socle de notre identité .La décision de la graphie de notre très chère langue est scellée depuis l'ère romaine alors cessez de nous harceler ou de nous conseiller ,nous sommes un peuple qui sait bien où trouver ses traces autant que les autres savent bien qui sont-ils .Laissez nous travailler et continuer dans la voie bien tracée de notre très cher Mameri Mouloud Que Dieu ait son ame .

Permalien

Qu'ils se taisent ceux qui n'ont jamais levé le petit doigt pour défendre la langue de leurs ancêtres, ceux qui s'agenouillent devant les arabo-bathistes, les descendants des BANOU HILLAL et autres sectes étrangères à notre pays.

Les Kabyles ont été les seuls à avoir payé un lourd tribut par le sang de leurs enfants pour défendre cette langue qui est la notre et personne ne peut nous dicter la manière de l'écrire ou de la transcrire.

Si on vous écoute bien, on doit parler le "le kabyle" ou le "tamazight" en "arabe" pour que vous soyez d'accord.

Nous avons supporté 15 siècles de mensonges, de divagations, de détournements en tous genres mais maintenant basta.

Permalien

Ne donner pas assez d’importance à ce faux débats. Et pour celui qui ne met en garde contre le risque de nous voir séparer des autres communautés chaoui set Touareg qu’il sache c’est eux qui ont fait cet choix. Les kabyles ont tout essayé de les ramener dans leur camp pour le bien de notre identité mais Hélas ce qui était à faire devait être fait. Les sacrifices étaient venus et viennent toujours des kabyles. Aujourd’hui on ne fait rien pour personnes on fait tout pour cette identité millinnaire pour la sauvegarder et la protéger.
Faire balayer un ciecle de tentatives de recherches et de travail faites en Latin rien que pour plaire à quelques personnes qui n’affichent même pas cet intérêt pour leu identité relève de la folie.
Et autre chose plus technique. Tamazight est une langue qui exige une transcription avec des caractères alphabétiques comme le latin pas connsanatiques comme l’arabe.

Permalien

Et pourquoi pas en latin ! on y gagnerait en temps et en technologie. Si cela réveille les démons, il faudra revenir aux lettres berbères ou le Tifinagh. Mais ceux qui sont responsables de tant de temps perdu devraient savoir se taire cette fois-ci.

Permalien

De par sa composition d'illustres inconnus opportunistes et aplatventristes et son rattachement au légume qui a juré que "abaden" Tamazight ne sera jamais officielle , cette "académie" n'a aucune légitimité à décider de rien. Les Kabyles n'en attendent absolument rien comme ils n'ont rien attendu du tout aussi burlesque HCA.
Quant à ce faux problème de la graphie, créé de toutes pièces par le pouvoir et les nombreux revanchards pour freiner l'avancée de Tamazight, cette question a été tranchée depuis plus d'un siècle par les vrais défenseurs de cette langue. Les honorables écrivains et chercheurs tels que Boulifa, Feraoun, Amrouche, Ouary, Mammeri, Kateb, Mezdad, Alliche et tous ceux qui depuis les années 60's ont sacrifié leur carrière pour la défense de Tamazight et dont le combat à fini par triompher, ont tracé la voie de manière sincère, probe et scientifique. Les très nombreux ouvrages dans divers domaines publiés depuis le Printemps berbère ont permis à Tamazight de s'épanouir et de sortir de l'étau du pouvoir algérien pour se répandre aux quatre coins de la planète. Cela a été possible parce que le choix tout naturel de l'écrire dans l'alphabet phonétique international, moderne et répandu, comme cela a été fait depuis plus d'un siècle, était judicieux.
Le seul intérêt que peut avoir cette institution fantoche, caisse de résonance du pouvoir d'Alger, est de creuser un peu plus le fossé entre la Kabylie et le régime algérien et de convaincre les quelques réticents à l'indépendance à rejoindre les rangs du MAK. On peut leur dire merci d'avance.

Permalien

Je l'ai apprise oralement et je la trouve très belle. Je reste très heureuse de comprendre les membres de ma nouvelle famille berbère, leur façon de penser, la mentalité, leur culture si riche et surtout leur droiture et leur franchise.

Ajouter un commentaire