Aller au contenu principal
Body

REGARD

L'agonie du système Bouteflika

De nos jours, les Algériens ne vivent pas seulement sous la pression de l'oukase de l'austérité, mais aussi sous l'embargo des rumeurs de toutes sortes. Une culture nocive, pire que le cancer du poumon que provoque la nicotine à la santé des fumeurs ! Alors que les officiels laissent planer le doute sur le destin de tout un peuple de quarante millions d'âmes, la blogosphère, les journaux et la rue se répandent en pronostics flous sur l'avenir. Et quel avenir mon Dieu ?

En attendant, il est permis de penser qu'il y a quelque indécence à célébrer ainsi l'agonie de la logique en Algérie. Que dans un pays difficilement remis des déchirements de la violence de la guerre civile, d'aucuns instrumentalisent encore le spectre du chaos, comme paravent contre toute velléité de changement, cela paraît étrange et reviendrait à dire que l'éclaircie dans ce grand embrouillamini algérien ne sera pas pour demain, à moins d'un idéalisme impénitent. 

C'est ce que chacun peut déduire, d'un côté, du concert des «faux chauvinistes», plus soucieux d'entretenir la rondeur de leurs ventres que l'intérêt de leurs compatriotes, lesquels croient que l'Algérie n'est qu'un bien vacant, propriété exclusive de groupes claniques concentriques en lutte au sommet de la pyramide de l'État et, de l'autre, du cortège des «fatalo-pessimistes» qui, avec leurs avis déprimants, ont réduit cette Algérie-là à «une start-up de déceptions», incapable du moindre saut dans la modernité. 

Et le peuple dans tout ça ? Il semble que, selon ces deux visions-là, ce dernier n'a plus aucune influence ni poids dans l'échiquier : on décide à sa place, on parle à sa place, on ordonne à sa place, on place les élus et même les «présidents» à sa place. Autrement dit, le peuple n'est qu'un «double-blanc», dans le piètre jeu de dominos qui se joue à son insu. Or, ce qu'on oublie souvent, c'est que ce double-blanc, aussi négligé et inutile soit-il, est important dans le jeu et que, sans lui, on pourrait «perdre la main» : le pouvoir. 

En résumé, bien qu'il soit le cadet des soucis des élites dirigeantes, le peuple pourrait être la pièce maîtresse dans l'architecture électorale de la présidentielle du printemps prochain. Bien entendu, la phrase étant construite au conditionnel ! Cela est d'autant plus plausible que les temps ont changé et la redistribution traditionnelle des rôles au sein de la nomenklatura, fortement chamboulée après que la DRS a été privée de ses prérogatives, ne fera qu'accélérer les tensions internes au cœur du «Système».

Ce qui pourrait retarder ou plutôt éloigner la perspective du consensus habituel et obligerait les décideurs à recourir aux services du peuple ! Un fait inédit qui sera inscrit aux annales ! Espérons-le ! 

Auteur
Kamal Guerroua
 

Commentaires

Permalien

The regime will not go away by itself. The regime will disintegrate when Algerians are no longer afraid to stand up and be willing to sacrifice for freedom and democracy. If that happens, the the Bouteflika house of cards will fall, and with it every institution that he created. The chances of this taking place are good. One sign that will tell all of us that the process of the end of this diabolic regime has started is paying attention to the men and women in his cabinet who happen to take long vacation abroad, or all of a sudden, their families, children included start to fly out of Algeria in droves....the fall of the junta in place will happen soon after that........Stay tuned !

Permalien

Ce que vous écrivez sur l'Algérie, n'importe quel quidam dans le douar le plus reculé du pays en a fait le constat et le sait, probablement beaucoup mieux que vous.

Alors, de grâce, arrêtez de rabâcher la même chose et de servir la même soupe fade, cessez vos jérémiades qui n'apportent rien, ne disent nulle chose nouvelle et que vous poussez chronique creuse après chronique vide.

Ecrivez quelque chose d'original, apportez un éclairage inédit, formulez une proposition intelligente, sinon épargnez-nous de grâce avec vos bavardages stériles qui ne font qu'ajouter une couche à la cacophonie nauséeuse actuelle faite de chroniques boiteuses, articles foireux, rumeurs, fausses nouvelles, fantasmes et autres manipulations fumeuses.

Permalien

Bientot le naufrage, le bâreau Algérie à naviguer de lexistance de l'Algérie meoderne a vu d'oeil ,trés bientôt le naufrage,préparer vous.

Permalien

Dans le code de la route il ya une plaque signaletique qui porte l'inscription: "Une train peut en cacher un autre"...dans le meme ordre d'idée, après Bouteflika, tous les detenteurs d'un pouvoir quelconque au sien de cette Republique bananiere, auront la meme presence d'esprit, le meme caractere, le meme raisonnement, le smemes croyances, et certainement le meme comportement vis a vis du reste de la...population (pour ne pas dire Peuple). Alorsm que ce soit SAid Bouhadja ou quiconque que l'on ne voit pas sur l'echiquier politique, ils a des milliers, et peut-ere bien des millions qui sont comme Bouteflika, Said Bouheddja, GAid Salah et bien d'autres......

Permalien

Bouteflika a construit un ocean de misere et de mediocrite en Algerie. En 20 ans..on des milliers de mosquees et meme pas un pays capable de ramasser les ordures. Bravo Bouteflika et ton system qui n'a fait que d'enrichire tes amis et d'apovrire le peuple. Je te souhaite une longue vie de torture. La mort sera un cadeau pour toi...Non..je veux que tu vive...et continue a chier dans tes couches.

Permalien

Pourquoi Boutef ne part il pas rejoindre ses 72 vierges ? je n'ai rien compris a ces allahoukbaristes". Leur dieu les appelle a les rejoindre mais ils vont chez les koufars pour se soigner et echapper a ses ordes. Si vous y comprenez quelque chose, moi je ne pige que dale!

Ajouter un commentaire