Aller au contenu principal
Body

Loi anti-corruption mardi à l'APN

L’Association algérienne de lutte contre la corruption interpelle les médias

L'association algérienne de lutte contre la corruption (AACC) lance un appel à l'occasion du passage de la loi anticorruption mardi devant l'APN.

1.- Le projet de loi amendant la loi du 20 février 2006 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption est programmé en plénière à l’APN demain mardi 5 février 2019. Passage en catimini, presque à huis clos….

Journalistes, soyez présents en grand nombre

2. - Le gouvernement est en train de réussir le passage en force à l’APN pour son projet de loi relatif à des amendements de la loi du 20 février 2006 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption : avant la fin de cette semaine, il sera adopté… Puis le projet sera aussi vite liquidé par le Sénat !

3. - Ouf ! Vite avant que n’arrivent les experts des Nations-Unies pour évaluer l’Algérie par rapport à l’application de la Conventions des Nations-Unies contre la corruption

4. - Pas de place au débat sur la législation anti-corruption ! Circulez, il n’y a rien à voir !!!!

5. - Le projet de loi amendant la loi du 20 février 2006 de prévention et de lutte contre la corruption a été adopté par le Conseil des ministres le 27 décembre 2018, puis déposé à l’APN quelques jours plus tard, la 1ère semaine de janvier 2019. La « Commission des affaires juridiques, administratives et des libertés » de l'APN liquide ses auditions et ses consultations en 48h, les 21 et 22 janvier dernier, consultations limitées et restreintes où les représentants de la société civile n’ont pas été invités !

6. Puis les députés en plénière consacreront à peine 2 jours - mardi et mercredi 5 et 6 février 2019- à ce projet de loi, 2 jours où il y aura très peu de place aux débats puisque qu’il y aura d’abord la présentation du projet par le ministre de la justice et la lecture du rapport de la « Commission des affaires juridiques, administratives et des libertés » de l'APN…

Puis après le « vote » à mains levée... Il est à parier que très peu de députés seront présents.

 

 

 

Auteur
Djilali Hadjadj, AACC
 

Ajouter un commentaire