Aller au contenu principal
Body

Il avait repris "Ya Rayah" de Dahmane El Harrachi

Le chanteur Rachid Taha est mort

L'inimitable chanteur Rachid Taha, né  à Sig dans l'ouest algérien et figure du rock français des années 1980,est mort à 59 ans d'une crise cardiaque dans la nuit de mardi à mercredi, a annoncé sa famille. Rachid Taha est celui qui a redonné à la célèbre chanson de Dahmane El Harrachi, "Yah Rayah" une tonalité folk-rock pour la mettre au goût du jour. 

"Son fils Lyes, sa famille, ses proches, tous ses amis et son label Naïve, ont le regret et l'immense tristesse d'annoncer le décès de l'artiste Rachid Taha, survenu cette nuit suite à un arrêt cardiaque à son domicile des Lilas", indique le communiqué transmis à l'AFP.

"Que de souvenirs professionnels: le succès de Ya Rayah, le concert historique de 1,2,3 soleils et que de fêtes, de discussions et de rires jusqu'à la fin de la nuit ! Quelle tristesse ..! RIP l'ami", a réagi le producteur Pascal Nègre sur Twitter.

Rachid Taha était une des personnalités fortes et attachantes de la scène rock hexagonale dès ses débuts en 1981 avec Carte de Séjour, dont il était le charismatique leader. Avec ce groupe, Taha, né en Algérie et arrivé en France à 10 ans, se fit le porte-drapeau de la communauté française d'origine maghrébine de seconde génération.

Une chanson illustra cet engagement qui ne le quitta jamais, même bien après dans sa carrière solo, "Douce France", dont il proposa une réinterprétation un brin ironique.

Rachid Taha, qui a grandi avec le punk et le rock, ne cessa par la suite d'y rester fidèle tout en y infusant de la musique orientale, comme avec sa reprise en 2004 de "Rock the Casbah" de The Clash.

Il connut quelques années plus tôt également un franc succès avec l'album "Diwân" qui contient des chansons chaâbi et sur lequel figure le tube "Ya Rayah". Cette année-là en 1998, il avait joué dans la salle de concerts parisienne de Bercy avec les chanteurs Khaled et Faudel pour le spectacle "1,2,3 Soleil".

Légende du métissage musical, Rachid Taha s'apprêtait à sortir un nouvel album qui devait sortir chez Believe.

Auteur
Avec AFP
 

Commentaires

Permalien

Hélas,à son insu et pas de son plein gré,indigence identitaire oblige,ce "troubadour" kabyle génétiquement et identitairement,natif de l'oranie, importante communauté kabyle à l'ouest ,s 'était laissé "se faire passer" pour un arabe chantant de l arabe et de l oriental ,rajoutant,inconsciemment ou par "haine de soi" comme beaucoup de "imazighénes ,chawis surtout,à la scandaleuse SPOLIATION du patrimoine amazigh nord africain CULTUREL,TERRITORIAL,IDENTITAIRE par l'imposture araberie coloniale ,l immonde colonisation monde dit "arabe"
Qu il repose en paix sur cette terre amazigh qui n 'était,n'est et ne sera JAMAIS ARABE,quelque soit la durée du joug colonial arabe!

Ajouter un commentaire