Aller au contenu principal
Body

Rencontres cinématographiques de Bgayet

Le film "Fragments de rêves" interdit par le ministère de la Culture

Coup de massue sur la 16e édition des Rencontres cinématographiques de Bgayet. Le film qui devait clôturer le festival n'a pas obtenu le visa du ministère de la Culture. 

Jeudi soir en clôture des Rencontres cinématographiques de Bgayet l'indignation et la colère a prévalu sur tout le reste. "Fragments de rêves" de Bahia Bencheikh El Fegoun était programmé pour terminer cette édition. Seulement le ministère de la Culture s'est assis sur l'autorisation de diffusion du film. Donc il ne pouvait passer. 

Le film de Bahia Bencheikh traite des mouvements sociaux depuis 2011. Certains y ont vu le motif de la décision du ministère de la Culture de l'interdire.

Cette interdiction a poussé les organisateurs du festival à suspendre la manifestation. "Nous considérons ce non-octroi de visa culturel comme une atteinte à la liberté d’expression", a tonné Leila Aoudj, directrice artistique du festival.

"Nous n’avons eu aucune justification, aucune argumentation, de la part de la commission de visionnage chargée d’autoriser ou non la projection d’un film", a précisé amère Leïla Aoudj, avant d'annoncer la suspension du festival tant que "les conditions de libre exercice ne seront pas assurées".

Dans le communiqué que nous publions ci-dessous, l'association Project'heurts qui porte la manifestation confirme la suspension des rencontres cinématographiques de Bgayet.

ciné

Auteur
La rédaction
 

Commentaires

Permalien

Comme Mouloud Kacem Ait Belkacem, un kabyle,, qui défendait la langue arabe plus que les arabes, Khalida Toumi, une kabyle, ex-militante de la culture Amazighe, a vendu son âme au diable pour un bout de fromage (un salaire de ministre a vie). Lors de son passage au ministère de la culture, elle a réussi ce qu'aucun de ses prédécesseurs n'a pu faire, un grand cimetière de la culture. Mme Khalida Toumi ne sait pas qu'"après sa mort, sa progéniture n'hésitera pas de son salaire mais de sa haute trahison envers la culture et la liberté.

Permalien

Il faut caresser dans le sens du poil le nain et lâche qui nous gouverne pour voir votre oeuvre autorisée à diffusion. Tout ce qui tend à montrer les travers de ce système mafieux érigé en gouvernement d'un pays n'aura pas droit de suite. Le cloué sur le tapis a suffisamment laissé de lâches comme les harkis d'hier pour continuer son oeuvre de destruction de notre pays.

Il est temps pour que le peuple se réveille et dise basta à ces crapules qui n'ont plus honte de l'avilir et de le traîner dans la boue.

Permalien

ces rencontres sont autorisés par qui de droit, et cette association est autorisée elle aussi par qui de droit, quand d'autres sont interdites, c'est grâce aux autorisations accordées que les interdictions sont accordées, les autorisateurs et les autorisés sont complices dans ce cas,
bien avant ils savaient que ce film n'avait l'autorisation et qu'il fallait une autorisation et donc le truc normal c'est que le festival ne se déroule pas, mais c'est comme c'est le tiers monde ....... le citoyen est pris pour un con par des débiles,

Ajouter un commentaire