Aller au contenu principal
Body

Economie

Le gouvernement veut revoir les subventions à l'énergie dès 2019

L'information a été donnée avec un luxe de précaution. Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, a évoqué lundi une éventuelle révision des subventions destinées à l'énergie à partir de 2019. Mais que les Algériens se rassurent, l'Etat n'opérera aucun changement sans mener une grande campagne de communication dirigée vers les citoyens indique promet le ministre.

"L'actuelle politique de subventions ne peut pas continuer comme ça pour l'équité sociale. Dans sa forme actuelle, le simple citoyen ne peut pas profiter de cette politique mieux que quelqu'un qui dispose d'un revenu plus important, ce n'est pas normal", a soutenu M. Raouya sur les ondes de la radio nationale.

"Rien ne sera fait tant que nous ne disposerons pas de l'ensemble des paramètres permettant l'identification des ménages, les montants alloués, ainsi que la manière d'y procéder", assure Rouya.

Affirmant que son département mène actuellement des études sur l'actuelle politique de subventions à travers une commission mise en place qui travaille en collaboration avec la Banque mondiale, le ministre a expliqué que ces études montrent que les ménages à bas revenus profitent des subventions allouées aux  produits de base (huile, sucre...) à hauteur de 7% du montant global de la subvention, alors que les personnes a fort revenu en bénéficient avec le double de ce pourcentage: "il faudrait y remédier", a-t-il relevé.

"Nous ne toucherons pas aux subventions tant qu'on n'a pas encore terminé nos études en la matière. Et lorsqu'on les terminera, cela va se faire avec l'ensemble des pouvoirs publics. Nous devrions nous asseoir autour d'une table, les rediscuter et, par la suite, mener une grande campagne de communication dirigée vers nos citoyens pour leur expliquer comment on doit procéder", a avancé le ministre.

N'écartant pas l'ouverture d'un "débat national" avant toute révision des subventions, le ministre a, néanmoins, évoqué une éventuelle révision des subventions destinées à l'énergie à partir de 2019 si, bien évidemment, on sera prêt à le faire". 

Par ailleurs, concernant le recours au financement non conventionnel et les éventuels risques d'inflation qu'il peut engendrer, notamment après les observations faites par le FMI,  le ministre a rappelé que "l'Algérie est souveraine de choisir cette voie", ajoutant que "cela n'est pas sans risques, mais le risque est mesuré".

"Nous prenons l'ensemble des règles de rigueur pour pouvoir maîtriser cet aspect du financement non conventionnel qui est destiné  beaucoup plus à l'investissement pour maintenir une croissance soutenue", a-t-il insisté, notant que les prévisions tablaient sur un taux d'inflation de 5,5% en 2018, alors qu'il est encore autour de 4% actuellement, et se situerait à une moyenne de 4,3% sur toute la période 2018/2020.

M. Raouya a, en outre, exclu tout recours à l'endettement externe sauf pour "certains cas" où le rendement est "assez appréciable", citant l'exemple du financement du projet du port Centre d'El Hamdania (Cherchell) "qui peut être financé par un crédit de la Chine".

 

Auteur
Avec APS
 

Ajouter un commentaire