Aller au contenu principal
Body

Energie

Le marché pétrolier fait plus confiance à Trump qu’à l’OPEP

Trump et le roi de la monarchie saoudienne.

En dépit de l’interruption de la  production de la mine canadienne de sables bitumineux Syncrude  il y a quelques jours du fait d'une panne électrique et qui en principe restera ainsi jusqu’à fin juillet, qu’en Angola, le secteur pétrolier agonise par manque d’investissements.

Selon le dernier rapport mensuel de l’OPEP sur les performances de ses membres, il a été révélé qu’au premier trimestre, le pays lusophone a produit 1,574 million b/j, contre 1,633 million b/j au dernier trimestre de 2017, que les factions armées ont arrêté la production des champs pétroliers de Sharara et de Waha, ce qui fait chuter de 252.000 barils la production quotidienne du libyenne à moins de 500.000 barils, enfin la menace qui pèse sur le brut iranien à partir du 4 novembre, deadline arrêté par Trump pour avertir les principaux partenaires de ce pays de l’entrée en vigueur effective des sanctions suite à son écart de l’accord de 2015, les prix du baril du brut après un petit rebond à 79 dollars ont commencé à chuter progressivement.

Est-ce un nouveau paradoxe ? Pourtant les faits en disent autrement. Le centre des décisions passe désormais entre les mains du président américain. En préparation intensif de son mi-mandat en novembre prochain, Donald Trump ne veut pas que son électorat roule avec une essence chère dans les Etats américains et en même temps reste conscient et se prépare pour les conséquences de la décision qu’il a prise de quitter les accords de Joint Comprehensive Plan of Action» (JCPOA) signé par les six puissances mondiale le 14 juillet 2015.

En demandant à l’Arabie saoudite d’augmenter sa production de 2 millions de barils par jours, Trump vise le court et le moyen terme. En tout cas, selon le communiqué, le conseil des ministres du royaume a pris connaissance, au cours de sa réunion, de la teneur de la conversation téléphonique du roi Salmane avec le président Trump à ce sujet. Elle reste disposée à travailler à la stabilité du marché « en coordination avec les autres pays producteurs », sous-entendu les non-OPEP dont leur chef de fil, la Russie. En termes simples, elle produira les deux millions dont un million tout de suite et le teste au début des sanctions en novembre prochain. Cela selon toute vraisemblance donnera assez de temps pour se préparer techniquement à cette éventualité.

Contrairement à ce qui est dit ici et là, le calcul est fait avec une précision par le département américain de telle sorte à résorber le déficit de l’offre causé par les incidents des pays cités plus haut afin de maintenir le prix du baril au niveau décidé par la Maison Blanche, c'est-à-dire autour de 75 dollars. Contre toute attente et prévision d’experts, les réserves américaines de brut ont augmenté la semaine dernière, selon les données publiées jeudi par l'Agence américaine de l'Energie (EIA), alors que les marchés et les analystes tablaient sur une nouvelle baisse d’environ 5 millions de barils par jour.

Cette hausse était principalement due à une montée des importations nettes d’autant plus que les exportations ont légèrement reculé de leur sommet. Ceci n’a pas empêché le président de lancer dès vendredi les hostilités commerciales avec la Chine en imposant des droits de douane sur des dizaines de milliards de dollars de produits chinois. Une telle mesure qui devrait appeler la réciprocité de la Chine sur les produits américains. Cette realpolitik que mène Trump tout azimut semble donner ses fruits en consolidant son électorat. Même ses opposants  applaudissent tout bas le contraire de ce qu’ils clament tout haut.

Auteur
Rabah Reghis
 

Commentaires

Permalien

...J'ai lu "Trump est le roi de la monarchie saoudienne"!!!!
Trump pense à satisfaire d'abord ceux qui l'ont élu.

Ajouter un commentaire