Aller au contenu principal
Body

MARCHE

Le pétrole baisse, vers une position moins dure de Washington sur l'Iran

Les cours du pétrole reculaient lundi en cours d'échanges européens, le marché espérant une réduction de l'offre iranienne moins marquée alors que Washington envisage de laisser certains pays importer, selon des sources citées par la presse financière.

Vers 14H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 83,71 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 45 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de novembre cédait 24 cents à 74,10 dollars une heure après son ouverture.

Alors que la Maison Blanche avait adopté une ligne dure sur les sanctions infligées à l'Iran, qui viseront directement les exportations de pétrole du troisième plus grand producteur de l'Opep à partir de début novembre, l'administration de Donald Trump est toujours en discussion pour accorder des exemptions à certains importateurs, ont affirmé à l'agence Bloomberg deux sources proches du dossier.

"Les sanctions américaines sont très importantes pour le marché, et la raison première de la hausse récente des prix" qui a propulsé les cours à leur plus haut niveau en quatre ans début octobre, ont commenté les analystes de JBC Energy.

Les investisseurs se focalisaient donc sur ces informations, "contradictoires avec l'idée de réduire à zéro les exportations iraniennes" comme l'avait affirmé le conseiller à la sécurité nationale du président Trump John Bolton en août, a souligné Tamas Varga, analyste chez PVM.

Selon cet analyste, "les actions pèsent plus lourd que les mots" et les prix pourraient repartir à la hausse si les exemptions ne se matérialisent pas.

"Le plus gros des sanctions est déjà intégré aux cours", ont en revanche jugé les analystes de JBC Energy, qui estiment que la baisse récente des exportations iraniennes va être compensée par d'autres producteurs.

Auteur
AFP
 

Ajouter un commentaire