Aller au contenu principal
Body

Energies

Le pétrole de nouveau lesté par l'offre abondante des Etats-Unis

Les prix du pétrole ont reculé lundi, tirés vers le bas par quelques prises de bénéfices après leur récent rebond et les craintes persistantes de voir la production américaine inonder le marché mondial.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a terminé à 64,95 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en baisse de 54 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat d'avril a perdu 68 cents à 61,36 dollars.

Le marché reste influencé par les réserves de produits pétroliers aux Etats-Unis "qui ont certes beaucoup baissé au cours des douze derniers mois mais commencent ces dernières semaines à remonter", a commenté Stewart Glickman de CFRA.

Ces stocks sont alimentés en grande partie par l'explosion de la production aux Etats-Unis qui a encore atteint la semaine dernière un niveau inédit.

"Les investisseurs se disent que les producteurs américains de brut vont être capables d'extraire bien plus que ne le souhaiterait l'Opep", a relevé M. Glickman.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole, pour redresser les prix de l'or noir, a conclu un accord avec plusieurs partenaires pour limiter l'offre de brut sur le marché mondial. En vigueur depuis début 2017, il est censé durer jusqu'à la fin de l'année.

Cet accord "a jusqu'à présent été étonnamment bien respecté", a rappelé M. Glickman. "Mais il semblerait que des dissensions apparaissent vraiment entre plusieurs membres de l'Opep, dont l'Iran et l'Arabie saoudite, sur le prix idéal du baril."

Bjarne Schieldrop, analyste chez SEB, observe de son côté que les positions spéculatives à l'achat sur le pétrole sont encore très élevées ce qui laisse présager "un mouvement de vente important si les conditions du marché se détériorent".

Le rebond des cours vendredi "a été impressionnant", reconnait-il, mais ces derniers sont encore en dessous de leurs plus hauts du mois de février, signe que les prix sont freinés par les craintes d'une augmentation de la production américaine.

En fin de semaine dernière, les cours étaient repartis de l'avant dans la foulée d'un solide rapport sur l'emploi américain. Ces chiffres sont "une bonne nouvelle pour la demande de pétrole aux Etats-Unis, le plus grand consommateur au monde", rappellent les analystes chez Commerzbank.

Les cours avaient été également soutenus par l'annonce de la société Baker Hughes selon laquelle le nombre de puits de pétrole en activité aux Etats-Unis avait diminué la semaine dernière pour la première fois en sept semaines.

Auteur
AFP
 

Commentaires

Permalien

Et bien dans tous les Etats sur la cote Atlantique, des avis a opinion publique, c.a.d. objection citoyenne, ont ete poste's sur les journaux... concernat l'autorisation d'exploration et exploitation dans l'atlantique. La chose est: Ou s'arrete l'atlantic, si ce n'est sur ls cotes Africaine et Eyropeenne ? et qui va empecher Donald de percer et percer et percer... c.a.d afronter la Navy ???

Ajouter un commentaire