Aller au contenu principal
Body

Publication

«Les derniers jours de Muhammad», un ouvrage décoiffant

Hela Ouardi est universitaire, chercheuse associée au Laboratoire d'études sur les monothéismes au CNRS et professeure de littérature et de civilisation françaises à l’Institut supérieur des sciences humaines de l’université de Tunis El Manar.

Précisons d’emblée qu’en prenant le risque de tenter une approche aussi critique du récit dominant de l’histoire de l’islam dès son origine, Hela Ouardi est consciente qu’elle défie en l’occurrence les lois de la prudence qui conseillent d’éviter de traiter un sujet aussi sensible et passionnel en contexte d’islam. Rares sont, avant elle, celles ou ceux qui ont osé une approche si critique des Écritures. Ce livre est déjà interdit au Sénégal.

Les auteurs qui s’y sont frottés l’ont appris à leurs dépens. À l’occasion de la publication de son ouvrage intitulé « De la poésie pré-islamique » en 1926, le célèbre romancier Égyptien Taha Hussein a déchaîné l’ire des ûlama d’El Azhar parce qu’il a osé exprimer des doutes sur, d’un côté, la sincérité de la poésie arabe pré-islamique, n’hésitant pas à écrire qu'elle avait été falsifiée à cause des rivalités tribales. De l’autre, et c’est plus grave aux yeux des religieux, il a insinué que le Qoran ne peut constituer une source fiable pour les historiens. Les critiques dont il a fait l’objet étaient tellement acerbes qu’il a perdu son poste à l’université du Caire en 1931 et son livre interdit, puis publié un an plus tard avec des modifications.

Plus dramatique est le sort réservé au théologien soudanais Mahmoud Mohamed Taha (1909-1985) qui a distingué deux sortes de normes dans le corpus normatif islamique : les normes universelles et les normes conjoncturelles. Pour ce théologien avant-gardiste, les versets révélés à la Mecque sont le cœur même de l’islam (shahada : foi de l'unicité de Dieu et de la prophétie de Mohammed, les cinq prières quotidiennes, la zakat : l’aumône légale, le ramadhan, le hadj étant facultatif). Ils sont structurels et d’une actualité permanente, ce sont ces versets qui constituent le dogme en islam, qawaîid el ibadate, (règles de croyance). Ces versets sont donc de valeur universelle, alors que les versets médinois sont conjoncturels ; ils traduisent, selon l’auteur, le mode de vie de Yathrib, l’actuelle Médine du début du VIIe siècle, aujourd’hui largement dépassé. Par conséquent, il considère que les versets de Médine peuvent être abrogés sans inconvénient.

Pour avoir osé cette exégèse audacieuse des normes coraniques, Mahmoud Mohamed Taha a connu un sort tragique : il été pendu sur la place publique par l’ex-président Djâffar El Noumeyri en 1985.

Ainsi, l’écrivain égyptien Ismaïl Adham (1911-1940) fit scandale au début des années 1930 en mettant en doute l’authenticité des hadiths (paroles attribuées au prophète Mohamed) et en publiant Pourquoi je suis athée. Citons aussi l’écrivain saoudien Abdullah Al-Qasimi (1907-1996), qui nia l’existence de Dieu et survécut à deux tentatives d’assassinat. Plus récemment, Salman Rushdie ou Taslima Nasreen persécutés à cause de leurs écrits jugés blasphématoires ou encore le blogueur saoudien Raïf Badaoui, condamné en 2013 à mille coups de fouet et dix ans de prison pour avoir critiqué l’islam.

Revenons au livre de Hela Ouardi, il est tout simplement décoiffant, écrit dans un style clair, accessible et se lit donc sans difficulté. Près d’une centaine de pages de notes bibliographiques témoigne du sérieux de la recherche de l’auteure qui a compulsé et confronté aussi bien les archives les plus anciennes de l’islam sunnite que celles de l’islam shi’îte et des sources non islamiques.

En reconstituant les derniers jours de la vie du prophète à Médine, Hela Ouardi a retracé soigneusement la maladie, l’agonie et la mort du fondateur de l’islam, et a restitué ainsi sa vie à l’histoire, au «temps du monde», selon l’expression de Jacques Berque. Hela Ouardi a réussi, non sans risque, à extraire ce pan décisif de l’histoire de l’islam du dogme religieux. Grâce à un travail d’enquête minutieusement menée, elle a su saisir la vie de Mohammed dans son humanité, sans le désacraliser pour autant.

L’ouvrage traite, notamment d’une question très sensible, celle des conditions troubles dans lesquelles a émergé l’institution califale suite à la disparition du prophète en juin 632, quand bien même le concept de califat n’est apparu réellement qu’au VIIIe siècle sous la dynastie Abasside. Le terme utilisé antérieurement est Amr ou amir. Les conditions d’intrigues et de violence qui ont marqué la succession du prophète ont inauguré une pratique du pouvoir (modalités d’accès, exercice et alternance) en terre d’islam faite d’intrigues, d’assassinats et de renversements violents… Cette crise originelle constitue en quelque sorte la matrice des problèmes de pouvoir qui secouent violemment nombre de pays d’islam encore aujourd’hui. Les cas de l’Algérie et bien d'autres pays en sont bien l’illustration.

L’auteure montre que l’origine de ce grave conflit tient à la volonté du prophète de désigner Ali Ibn Abi Taleb, son gendre et cousin, comme son successeur. D’où les oppositions venant de son entourage et ses proches compagnons qui l’ont empêché d’exprimer ses dernières volontés. Une méfiance s’était dès lors installée entre le prophète et ses compagnons. Le premier califat, qui a vu Abu Bakr Essadiq porté à sa tête, a été inauguré dans un bain de sang. Le conflit opposant Al Ançars, c'est-à-dire les Médinois aux muhadjirines, soit les Mecquois accompagnant le prophète dans sa fuite de la Mecque à Médine en 622, fut sanglant. Le cadavre de Mohammed fut abandonné pendant trois jours sans sépulture, avant d’être inhumé nuitamment (pages 15, 206), après que sa dépouille commençait à se décomposer (page 207), alors que la tradition imposait d’enterrer sans tarder les morts.

Pour régler le problème de la succession, la dépouille du prophète fut abandonnée alors même que les températures en Arabie sont caniculaires, faisant ainsi passer la question du pouvoir avant son inhumation.

Depuis lors, l’exercice du pouvoir en contexte islamique alimente trop souvent les oppositions les plus vives, allant parfois jusqu’aux affrontements les plus violents. Les modalités d’accès, d’exercice et de transmission du pouvoir d’État, restent étroitement liées à l’appartenance tribale ou clanique, et ce fut bien historiquement Quraysh, tribu mecquoise du prophète, qui a exercé le pouvoir et fondé un proto-État après sa disparition en 632. Et c’est bien Quraysh qui a monopolisé le pouvoir pendant toute la période de règne des quatre califes bien guidés (632-661 الخلفاء الراشدون), puis celle des Omeyyades (661- 750) jusqu’aux Abbassides (750-1258), descendants directs d’un oncle du prophète, Al-Abbas Ibn Abd Al-Muttalib.

Hormis le premier calife, Abou Bakr Essadiq, âgé et fatigué, qui n’a, d’ailleurs, été calife que pendant deux ans, les trois autres califes bien guidés, originaires de Quraych, ont tous été sauvagement assassinés pour des raisons qui tiennent étroitement au pouvoir. Les prescriptions du Qoran ne répondent pas à toutes les questions que les croyants se posaient, notamment les modalités qui commandent la compétition pour le pouvoir et d’alternance. Selon la tradition sunnite, ni le prophète ni le Qoran n’ont donné de consignes organisant la succession au pouvoir d’État. On a beau compulser le Qoran, l’on ne trouve nulle trace d’une indication ou consigne claire sur la succession et les modalités d’accès au pouvoir d’État.

Les germes de la fitna ont été ainsi semés du vivant même du prophète. Très affaibli par la perte de son fils bien-aimé Brahim à l’âge de 20 mois (pages 42, 46) qu’il a eu avec sa concubine Maria El Qabtia (Marie la Copte), et par les deux défaites successives contre Byzance (rums) à Mo’ta en 629, puis à Tabûk en 631, ce qui a sérieusement ébranlé son prestige (page 40). Désobéi, malmené par son entourage, il a été empêché de dicter son testament par Omar Ibn El Khatab sous prétexte que le prophète délirait. Le prophète est donc mort ab intestat par cet empêchement. Sa fille Fatima, épouse d’Ali Ibn Abi Taleb, s’étant opposée à la succession de son père par Abou Bakr Essadiq (premier calife), elle a été violemment battue par Omar Ibn El Khatab si bien qu’elle a succombé à ses blessures. Ali Ibn Abi Taleb deviendra, certes, plus tard quatrième calife, mais il sera à son tour assassiné et ses enfants, Hassane et Husein, massacrés.

En prenant le risque d’affirmer sans détours que la croyance en un prophète analphabète est une légende, une construction, Hela Ouardi tord ainsi le cou à une idée reçue et très largement répandue en terre d’islam. Pour s’en convaincre, elle invoque le pacte d’El-Hudaybia conclu en 628 entre le prophète et les Mecquois. Au moment de le parapher les païens de Quraysh refusant de mentionner la formule « Mohammed est le messager d’Allah » et Ali son cousin refusant de consigner cette modification, le prophète avait alors saisi lui-même le qalam pour mentionner son nom : Mohamed Ibn Abdellah (page135).

Le prophète, précise-t-elle, a été formé à la religion par un moine : Serge Bahara.

L’on apprend, notamment que le prophète s’appelait jusqu’à sa mort à Médine Abul Qacim et non Mohammed, celui-ci étant un lieu béni. Et la contestation du prophète par les Qurayshites ne tient pas au monothéisme abrahamique, qu’il prêchait, comme la tradition nous l’enseigne, puisque Quraych était déjà confronté au monothéisme des Chrétiens qui y habitaient et dont le plus célèbre est Waraqa Ibn Nawfal (page 99). De même que l’auteure n’omet pas de mentionner que les tombes du prophète et des deux premiers califes (Abou Bakr Essidiq et Omar Ibn El Khatab) inhumés au même endroit n’avaient pas échappé à la destruction.

El Walid Ibn El Malik, calife omeyyade entre 668 et 715, avait ordonné à Omar Ibn Abd el Aziz, gouverneur de Médine, d’acheter les chambres des épouses du prophète, mitoyennes de la mosquée, pour agrandir cette dernière. Cette décision du calife avait alors suscité une vive émotion au sein des habitants de Médine. Le plus célèbre des opposants à la démolition des sépultures du prophète et ses deux compagnons est Khubayb ibn Abdellah Ibn Al Zubayr. Le calife en personne avait exigé son passage à tabac si bien que le malheureux Khubayb n’avait pas survécu à la torture (page 219).

Dans la mesure où rien n’a été écrit du vivant du prophète, les rédacteurs du Qoran et des hadiths n’ont pas écrit des livres d’histoire de l’islam, mais des textes de propagande dans le sens où ils étaient conçus pour propager la foi. C’est pourquoi aujourd’hui plus que jamais l’islam a besoin de travaux d’historiens. C’est bien ce type d’approche historique qui fait passer la vérité avant la fable, selon le mot de Camus, restituant la vie du prophète et celle de ses compagnons à l’histoire, au temps du monde et de l’humain, qui mérite d’être encouragé parce qu’il est de nature à aider les musulmans à sortir du miroir complaisant d’un passé largement mythifié dans lequel ils aiment à se regarder.

Un livre à lire absolument.

T. K. 

N.B. : Hela Ouardi prépare un deuxième ouvrage sur pouvoir et violence en islam dont la parution est prévue, je crois, l’année prochaine chez le même éditeur.

Hela Ouardi, « Les derniers jours de Muhammad », Albin Michel, octobre 2017, 364 pages dont 88 pages de notes bibliographiques, soit de la page 273 à 361.

Auteur
Tahar Khalfoune
 

Commentaires

Permalien

J'ai lu le livre. Une recherche approfondie.
Espérons que les fous de dieu ne la lynchent pas.
Peut-être, cet ouvrage et le prochain, ouvriront les yeux à tous les muzs, au moins, en Afrique du Nord.

Merci Héla.
En Anegerie, le livre est introuvable (interdit ?)

Permalien

Je le lirais, je le lirais. Mais après ? Wamma ba3d ! isk ya3ni cela changera quoi que ce soit dans la foi de ceux qui croient. Mais non de Dieu, sans la mythologie qui les structure que seraient les religions ?

Combien de ecce homo de pourtant elle tourne de Salman Rushdie et de défroqués en tous genres l’histoire compte-t-elle pour que nous ayons encore besoin qu’on viennent nous conforter avec des versions beta de l’histoire ?

Non mais ! kikilfi le modéro , hein ? Au lieu de nous cençurationner Quelqun quand il pique un coup de gueule de travers en dehors des règles d’écriture vous auriez mieux fait d’empêcher qu’on vienne nous plagier notre Madani .

Mahsev thoura noukni tout le vinaigre qu’on a pissé à propos c’était pour de faux ?
Iben moua je ne cesserais de le ré- péter que toutes les vérités qu’on apportera pour remettre en cause les croyances des gens n’y feront rien.

Ipi nul besoin de chercher à changer les croyances. I faut laisser les gens les confronter à la praxis. A la réalité.

Ayakhouzidh celui qui veut se soigner son cancer ou son diabète avec le Rahmet Rebbi l’hidjama ou l’eau roqyé nagh s’hebet lefhama , il faut le laisser faire ya din qessam !

Ce qu’il faut c’est changer le droit. Et s’il le voulaient tous les dictateurs arabes pourraient le faire facilement. Et il faut défendre les libertés individuelles contre la dictature et le totalitarisme de la société. Et protéger ceux qui comme cette Dame rame à contre courant.

Savez vous qu’il y a une croyance que l’usage de la main ou du pieds gauches est haram. D’ayors moua je crois que je suis maudit : Boureb m’a créé avec deux pieds et deux mains gauches.

Té, une âne-ecdote. J’étais en taxi pour l’aéroport El diktatouri en Ingiri. Une voiture devant nous avec au volant un tango. Il clignote à droite mais tourne à gauche. Le taxi qui a failli lui rentrer dedans n’a même pas réagi. Comme il avait remarqué mon étonnement il me splik : Ils n’ont pas le droit d’utiliser la main gauche. Iporkawa il va à gauche, alors que je lui rétorque. Ah ça ??? qu’il me répond.

Permalien

112. Ainsi, à chaque prophète avons-Nous assigné un ennemi: des diables d'entre les hommes et les djinns, qui s'inspirent trompeusement les uns aux autres des paroles enjolivées. Si ton Seigneur avait voulu, ils ne l'auraient pas fait; laisse-les donc avec ce qu'ils inventent.Chapitre 6 . .Comme s'il pressentait que son heure était proche,
Grave, il ne faisait plus à personne une reproche ;
Il marchait en rendant aux passants leur salut ;
On le voyait vieillir chaque jour, quoiqu'il eût
A peine vingt poils blancs à sa barbe encore noire ;
Il s'arrêtait parfois pour voir les chameaux boire,
Se souvenant du temps qu'il était chamelier.
Il semblait avoir vu l'Eden, l'âge de d'amour,
Les temps antérieurs, l'ère immémoriale.
Il avait le front haut, la joue impériale,
Le sourcil chauve, l'œil profond et diligent,
Le cou pareil au col d'une amphore d'argent,
L'air d'un Noé qui sait le secret du déluge.
Si des hommes venaient le consulter, ce juge
Laissait l'un affirmer, l'autre rire et nier,
Ecoutait en silence et parlait le dernier.
Sa bouche était toujours en train d'une prière ;
Il mangeait peu, serrant sur son ventre une pierre ;
Il s'occupait de lui-même à traire ses brebis ;
Il s'asseyait à terre et cousait ses habits.
Il jeûnait plus longtemps qu'autrui les jours le jeûne,
Quoiqu'il perdît sa force et qu'il ne fût plus jeune.
A soixante-trois ans une fièvre le prit.
Il relut le Coran de sa main même écrit,
Puis il remit au fils de Séid la bannière,
En lui disant : " Je touche à mon aube dernière.
Il n'est pas d'autre Dieu que Dieu. Combats pour lui. "
Et son œil, voilé d'ombre, avait ce morne ennui
D'un vieux aigle forcé d'abandonner son aire.
Il vint à la mosquée à son heure ordinaire,
Appuyé sur Ali le peuple le suivant ;
Et l'étendard sacré se déployait au vent.
Là, pâle, il s'écria, se tournant vers la foule ;
" Peuple, le jour s'éteint, l'homme passe et s'écroule ;
La poussière et la nuit, c'est nous. Dieu seul est grand.
Peuple je suis l'aveugle et suis l'ignorant.
Sans Dieu je serais vil plus que la bête immonde. "
Un cheikh lui dit : " o chef des vrais croyants ! le monde,
Sitôt qu'il t'entendit, en ta parole crut ;
Le jour où tu naquit une étoile apparut,
Et trois tours du palais de Chosroès tombèrent. "
Lui, reprit : " Sur ma mort les Anges délibèrent ;
L'heure arrive. Ecoutez. Si j'ai de l'un de vous
Mal parlé, qu'il se lève, ô peuple, et devant tous
Qu'il m'insulte et m'outrage avant que je m'échappe ;
Si j'ai frappé quelqu'un, que celui-là me frappe. "
Et, tranquille, il tendit aux passants son bâton.
Une vieille, tondant la laine d'un mouton,
Assise sur un seuil, lui cria : " Dieu t'assiste ! "
Il semblait regarder quelque vision triste,
Et songeait ; tout à coup, pensif, il dit : " voilà,
Vous tous, je suis un mot dans la bouche d'Allah ;
Je suis cendre comme homme et feu comme prophète.
J'ai complété d'Issa la lumière imparfaite.
Je suis la force, enfants ; Jésus fut la douceur.
Le soleil a toujours l'aube pour précurseur.
Jésus m'a précédé, mais il n'est pas la Cause.
Il est né d'une Vierge aspirant une rose.
Moi, comme être vivant, retenez bien ceci,
Je ne suis qu'un limon par les vices noirci ;
J'ai de tous les péchés subi l'approche étrange ;
Ma chair a plus d'affront qu'un chemin n'a de fange,
Et mon corps par le mal est tout déshonoré ;
O vous tous, je serais bien vite dévoré
Si dans l'obscurité du cercueil solitaire
Chaque faute engendre un ver de terre.
Fils, le damné renaît au fond du froid caveau
Pour être par les vers dévoré de nouveau ;
Toujours sa chair revit, jusqu'à ce que la peine,
Finie ouvre à son vol l'immensité sereine.
Fils, je suis le champ vil des sublimes combats,
Tantôt l'homme d'en haut, tantôt l'homme d'en bas,
Et le mal dans ma bouche avec le bien alterne
Comme dans le désert le sable et la citerne ;
Ce qui n'empêche pas que je n'aie, ô croyants !
Tenu tête dans l'ombre au x Anges effrayants
Qui voudraient replonger l'homme dans les ténèbres ;
J'ai parfois dans mes poings tordu leurs bras funèbres ;
Souvent, comme Jacob, j'ai la nuit, pas à pas,
Lutté contre quelqu'un que je ne voyais pas ;
Mais les hommes surtout on fait saigner ma vie ;
Ils ont jeté sur moi leur haine et leur envie,
Et, comme je sentais en moi la vérité,
Je les ai combattus, mais sans être irrité,
Et, pendant le combat je criais : " laissez faire !
Je suis le seul, nu, sanglant, blessé ; je le préfère.
Qu'ils frappent sur moi tous ! Que tout leur soit permis !
Quand même, se ruant sur moi, mes ennemis
Auraient, pour m'attaquer dans cette voie étroite,
Le soleil à leur gauche et la lune à leur droite,
Ils ne me feraient point reculer ! " C'est ainsi
Qu'après avoir lutté quarante ans, me voici
Arrivé sur le bord de la tombe profonde,
Et j'ai devant moi Allah, derrière moi le monde.
Quant à vous qui m'avez dans l'épreuve suivi,
Comme les grecs Hermès et les hébreux Lévi,
Vous avez bien souffert, mais vous verrez l'aurore.
Après la froide nuit, vous verrez l'aube éclore ;
...LA..SUITE.... http://www.facebook.com/1HuzunLuGuRBeT

Victor Hugo, le 15 janvier 1858. Hela OUARDI Peut être fait-elle partie de ceux-ci 41. Ô Messager! Que ne t'affligent point ceux qui concourent en mécréance; parmi ceux qui ont dit: ‹Nous avons cru› avec leurs bouches sans que leurs coeurs aient jamais cru et parmi les Juifs qui aiment bien écouter le mensonge et écouter d'autres gens qui ne sont jamais venus à toi et qui déforment le sens des mots une fois bien établi. Ils disent: ‹Si vous avez reçu ceci, acceptez-le et si vous ne l'avez pas reçu, soyez méfiants›. Celui qu'Allah veut éprouver, tu n'as pour lui aucune protection contre Allah. Voilà ceux dont Allah n'a point voulu purifier les coeurs. A eux, seront réservés, une ignominie ici-bas et un énorme châtiment dans l'au-delà. Chapitre 5

Permalien

au pays des aveugles;le borgne est R O I.

Permalien

Pour preuve:

Après virifikasyou , j’ai le livre que j’ai emprunté à la médiathèque sous les yeux, Ce livre est paru en swassatdiset. Et il est passé inaperçu comme un pet dans l’eau dans sa salle de bain en solo. Il a kamim pas fait auta de brwi que " les versets chitanesque de Rushdie".
Enfin koul 3outla fiha khir, kamim.

H.U

Permalien

Un compte rendu qui, venant d'un membre de la confrérie politico-religieuse dénommée FFS, n'aurait certainement pas plu à Zizi Ahmed.

Permalien

calife, khalifa, c'est simplement successeur, et califat, khilafat, c'est succession, et ça existe dans toutes les civilisations depuis la nuit des temps, en 632, partout dans le monde le successeur du chef était désigné, que ce soit chez les pharaons, les romains, les perses, les grecs, les chinois, les mongoles, les indiens, les indous, les qoreichis, les africains,et quand il y avait un parlement ou un sénat il y avait aussi les intrigues, apparemment ont reproche aux arabes de médine de ne pas avoir organiser des élections transparentes avec 19 candidats,
les assassinats politiques existent depuis cain et abel et c'était le quotidien de toutes les civilisation que ce soit chez les maharaja d'indes, les chefs amérendiens, les romains, les perses, les chinois, les africains, ou les extraterrestres, on voudrait que la arabes de médine ne soit pas des êtres humains,
il se trouve que aboubakr fit face à une rébellion interne comme ça se passe partout dans le monde et de tout temps,;
il se trouve que omar fut assassiné par un perse, parce que ce omar, qui n'avait ni palais ni chateaux ni armée moderne, ni garde prétorienne, ni garde du corps, a mis a genoux l'empire perse avec toutes ses puissances, et ses technologies, et mis à genou aussi byzance, et pris jérusalem sans la détruire, comme l'ont fait tous les conquérants du monde avant lui et après lui,
il est connu que aboubaqr, omar, otmane, ali ont conquis le monde, alors qu'ils vivaient le plus simplement du monde dans des maisons simples, il n'avaient ni garde du corps, ni suite, ni forteresses, ils vivaient avec leurs citoyens et circulaient librement sans cortèges ni accompagnateurs, leurs familles et leurs enfants n'avaient de privilèges particuliers,
et en plus les citoyens étaient protégés et personne ne pouvait prétendre à avoir ce qu'il ne doit pas avoir,
et ces successeurs de mohammed, ont érigés des états modernes ou il y avait l’égalité de tous devant la justice, ce qui n'existait pas ailleurs, et ils ont conquis le monde avec moins d'armes et d'hommes et sans les connaissances et les techniques avancés de leurs adversaires;
les idiots et les imbéciles sont ceux qui interdisent ce livre,

il se trouve

Permalien

Ce que je trouve impressionnant, comment ce système sanguinaire a traversé tous ce siècles pour arriver à nos jours, encore plus féroce et plus sauvage?
Est ce que c’est l’endoctrinement des le jeune âge? Ou parce que à un moment donné ce système avait évolué positivement dans d’autres régions, et c’est maintenant qu’on a l’impression de retourner vers cet âge des ténèbres. Beaucoup de question, mais c’est épeurant ce qui suit.

Permalien

On n’en a rien à battre…rien à secouer…de sa vie ! Le problème…est la graine de pavot…qu’il a semée ! Un peuple islamisé…est un peuple camé qui s’agenouille…dès qu’il apprend à marcher ! Il n’aura jamais la Niaque…le Grit…pour avancer ! Là est la question…

Permalien

Je ne connais aucune source islamique ou non-islamique qui date de moins de 50 ou 60 ans qui atteste de Mohamed et de l’islam. Toute son histoire est une fiction. Il peut avoir existé ou non, mais s’il a bien existé, ce personnage n’avait rien à voir avec l’islam et son essor. Son nom et certains détails de sa vie et de ses paroles auront été utilisés par d’autres 50, 60 ou 200 ans après sa mort. Personnellement, je doute sérieusement qu’il ait existé du tout, tout comme Jésus.
Facile de fabriquer des histoires rétrospectivement.

Permalien

Très intéressant ,j espère qu il n y aura pas de fatwa sur sa tête...parce qu avec nos lobotomises par le salafisme ,le livre ,le Coran ,est tombé du ciel....allez savoir par quel miracle ,et donc il ne faut rien changer ni expliquer même s il y a des incohérences.

Permalien

Stone…raide…stupide et absent…le musulman rentre…avec sa béquille…dans le néant d’où il est sorti…dès sa profession de foi !

Permalien

L’auteure écrit : « Le prophète, précise-t-elle, a été formé à la religion par un moine : Serge Bahara. »
Ce que cette auteure ne mentionne pas est que ce moine Chrétien Levantin, si l’on peut dire est un des ancêtres de ce qu’on appelle aujourd’hui les Palestiniens.
En effet, le prophète lors d’un de ses voyages d’affaire qui duraient des mois voire des années avait été introduit à ce prêtre. Celui-ci affecté à la vue de cet homme ignorant et païen venant du sud-ouest de la péninsule arabique, s’était par pitié obligé de l’introduire au monothéisme comme pratiqué dans la Palestine historique qu’est aujourd’hui Israël, les territoires palestiniens, la Syrie et le Liban. Ce que les Français christianisés avaient dénommé le LEVANT.
Le prophète apprit que quelques 2000 ans avant lui, un certain Moise enfant adoptif d’un pharaon d’Egypte avait fait référence a un Dieu tout puissant auquel avait été précédemment annoncé par Abraham presque 3000 auparavant. Il avait su aussi que Jésus, 620 auparavant, avait conquis les cœurs et les âmes au grand malheur des potentats des suiveurs du premier cité. Ceux-ci qui prétendent aujourd’hui que Jésus est un des leurs, l’avaient en ce temps bien vendu à la puissance de l’époque que fut Rome.
Il reste que la leçon n’était pas tombée dans l’oreille d’un sourd car quelques années plutard et de retour dans son patelin du désert d’Arabie, la chose lui est revenue lors d’un de ses innombrables virées solitaires. La suite, tout le monde la connait. Il me manquait ces détails contenus dans ce livre, sujet de cet article, merci pour le soumettre a mon attention. J’ai bien apprécié.
Conclusion : l’Islam venu plus de 600 ans après Jésus n’est qu’une autre version du christianisme tel qu’interprété par les élites de 2 villages inconnus du sud-ouest du grand désert d’Arabie. La première mosquée était orientée vers la colline de Jérusalem la ville sainte ou Jésus mourut, cloué a des poutres en bois planté pour être bien vu par tous au sommet de cette colline.
C’est sur cette colline que le Calife Omeyade Abdul Malik Ben Marouane construisit sa mosquée d’Al Aqsa avec son dôme d’or pour enrober le rocher sacré ou Juifs et Chrétiens a des périodes différentes, avaient fait des prières. C’est la aussi que Mohamed avait fait connaissance de Dieu tel que défini par le Judaïsme et plutard la Chrétienté.

Permalien

Obnubilé par le danger de l'islam...j'a oublié de saluer la publication de son livre...et son courage ! Voilà qui est fait...

Permalien

Tout mensonge finit par être éventré. Il arrivera le jour où les musulmans se rendront compte qu'ils se sont trompés de religion et que ceux qui l'ont prêché les ont induits en erreur ou carrément conduits droit dans le mur.

Permalien

tellement de ce dogme que je me donne même pas la peine de lire ce livre, de crainte de voir une énième tentative de réhabilitation de l'arabité sous le prisme de l'islam. vive la libre pensée....

Permalien

Bismi allah errahmane errahim

Au début j'ai cru que ce titre était pré-nomitoire ? Au fait j'avais raison il n'est que cela. J'avais compris que c'était la fin des mouhoucheries. Koumkwa sifini . Les derniers jours de MUhammad siça, non? MI finalma on n'est pas sorti de l'auberge . On va encore se farcir les moumouhiens pendant des siècles.

Permalien

vous dites Omar a tabassé fatima jusqu’à sa mort et ali son époux n'a rien fait ça c'est du délire

Permalien

Qu'elle écrit ce qu'elle veut, qu'on l'applaudisse ou qu'on la maudisse elle n'aura affaire qu'à son dieu celui qui veut l'entendre recule, celui qui s meut avance, Allah est bien grand plus grand et son prophète a été toujours protégé depuis ghar vHira jusqu'à sa mort et son message y vivra jusqu'à l'éternité mais seule erreur elle n'a pas prononcé mot de l'ange Gabriel pour en citer un chrétien "Levantin" qui lui avait enseigner tout ce livre alors pourquoi ne pas se demander que les chrétiens comme cette femme n'avait pas suivi ce bon chemin? et ainsi prendre un homme et sa mère pour des dieux alors qu'il est l'unique sur terre et les cieux.

Permalien

et les livres sur les derniers de moise, et les derniers de jésus,
c'est pour quand? et qui sont les universitaires chercheurs professeurs qui vont les écrire?
pour moise et jésus aussi les mystères demeurent et pour leurs morts et pour leurs enterrements,

Permalien

Le fait que l'auteure questionne des archives et des documents d'époque donne un crédit certain à ce livre.
Bien entendu, il est tout à fait légitime d'opposer une autre interprétation de ces documents, pour peu que les contres arguments respectent la démarche de l'Historien. On pourrait également remettre en cause l'authenticité de certains d'entre eux en apportant des preuves scientifiques et non des arguments de foi. D'autres chercheurs pourraient reprocher à l'auteure de ne pas avoir utilisé d'autres documents authentiques concernant ce sujet (s'il devait y en avoir). La méthode reste néanmoins salutaire sur ce sujet accaparé par les prosélytes, les rentiers de cette religion ou ceux qui l'utilisent pour conforter un pouvoir politique ou économique.

Permalien

MOMOH était un usurpateur et un véritable escroc au sens propre et figuré du terme et il avait berné tout son monde mais quel monde? Un monde d'incultes, d'escrocs et de gens qui ne se meuvent que pour leur ventre et il leur a trouvé l'astuce avec la sourate n° 8 verset 41 qui parle du butin (80% des produits de la razzia pour la troupe et 20% pour le prophète). Elle n'est pas bonne la vie avec une telle trouvaille, vous levez une armée capable d'envahir le monde avec des têtes des arabes et des esclaves qui ont suivi le faux prophète.

Permalien

si momoh est un usurpateur et escroc qui berna son monde comment l'écrit quelqu'un, moise l'est aussi et jésus le serait aussi, sinon ce raisonnement ne serait pas logique et n'a pas de sens et ne tient pas la route, c'est pas bien et pas juste que sur les milliers de prophètes et messagers on tape tout le temps seulement sur le dernier d'entre eux,
si cette chercheuse ou une autre ou un autre pouvait écrire le même genre de livre sur moise, jésus, abraham, daniel, eli, david, salomon ça serait équitable et ça éclairera les lanternes,
il quasiment certain que personne n'osera écrire un livre insultant sur david, salomon, moise ou jésus, parce que les juifs et les chrétiens sont les maitres du monde actuel, et que pour des raisons alimentaires aucun chercheur ou chercheuse ne prendra le risque de se mettre les juifs et les chrétiens sur le dos, ça coutera cher, carrière professionnelle et confort de vie,
mustapha elakkad le producteur réalisateur du film le message paya de sa vie, son projet de faire un film sur saladin, ça veut tout dire et ça explique tout,

Permalien

L'islam a plombé les sociétés musulmanes. Celles-ci sont liées pieds et mains pour l'éternité. Elles resteront primitives et à la traine.

Permalien

Pour avoir lu cet ouvrage, je salue le travail remarquable de cette dame qui a abouti à un résultat très intéressant, produit de recherches poussées et à sa démarche comparative consistant à s'appuyer sur les témoignages historiques des traditions sunnite et chiite. Notablement, elle expose avec beaucoup de clarté les intrigues des plus proches des compagnons de Moumouh à la veille de sa disparition. Ces compagnons qu'on présente et vante comme des exemples ou des parangons de probité, d'intégrité et d'honneur, jusqu'à aujourd'hui d'ailleurs (ils sont dits ''Khoulafa, chorafa et mourchidine'') alors qu'en réalité ils ont vécu et cajolé les mêmes travers et les mêmes faiblesses humaines comme n'importe quel tartempion, sinon pire, au vu de leurs positions. A titre d'exemple, parmi les reproches faits à Othman le 3e khalife, est d'avoir donné en dot à sa fille la moitié du butin rapporté d'Afrique du Nord. Ce sujet, sensible, comme tous ceux qui touchent au dogme religieux musulman, dû au fanatisme conjugué à l'ignorance crasse de la majorité des bigots et de l'héritage entretenu de la chape abrutissante qui les enveloppe. Or, sachant tous les croyants dopés par une foi aveugle, il est impossible de faire passer ce genre de message et de faire profiter la masse, de l'éduquer, de réformer et l'extraire aux ravages de la pensée magique. Il n'y a qu'à lire certains des intervenants ici même, fervents croyants sans doute, pour constater les dommages des religions, principalement celles dites monothéistes. Elles ont réinventé le monde à travers des légendes et des mythes anciens, sacralisés ensuite pour s'imposer en dogmes immuables, encore plus, divins prétendent-ils. Comme si Dieu, s'il existe, avait besoin d'un mortel imbécile pour faire passer son message. En vérité, ces légendes ne sont bonnes qu'à faire endormir les enfants avec, ainsi que l'a dit Einstein. Rappelons-nous que la légende d'Abel et Caïn n'est qu'un remake du mythe égyptien d'Osiris tué par son frère Seth. Le Déluge de Noé est puisé de l'épopée de Gilgamesh où un certain Uta Napishtim avait eu pour mission de construire un grand bateau pour sauver des créatures. Le sacrifice d'Abraham (Isaac chez les judéo-chrétiens, Ismaël chez les musulmans) n'est que le mythe dit ''Molkomor'' mésopotamien. Les dix commandements de Moise, supposément reçus de Dieu himself, étaient déjà consignés dans le Code de Hammourabi. La sourate dite de ''la caverne'' du coran est une vieille légende grecque dite ''la légende des sept dormants'' etc. etc. Ceci sans parler des contrevérités scientifiques ou historiques rabâchées par les monothéismes particulièrement. Comme on sait, dans le passé déjà, les esprits les plus éclairés et parmi les plus brillants ont eu à découdre avec les autorités religieuses , dont certains l'ont payé de leur vie tel Giordano Bruno, prison Diderot, exile Descartes entre autres chez les chrétiens, excommunication Spinoza, Maimonide chez les Juifs, prison Averroes (Ibn Rochd), Ibn Toffayl (Abubacer) etc.
Si l'djem3a ar l'djem3a ad-yas Boudjem3a... La rigrission ficonde...Ledjwama3 salafistes... ou khelli Ddenya temchi ya bou l'fouchi !
DR

Permalien

Réponse à « Le dome du rocher »... Tu dis : « Le prophète apprit que...Moise ...avait fait référence a un Dieu tout puissant...précédemment annoncé par Abraham presque 3000 auparavant. » C’est faux. C’est un mythe répandu de nos jours que le dieu des trois religions était perçu comme un dieu tout-puissant. Seul le Coran le dit. Dans la Bible ce dieu n’est jamais présenté comme « tout puissant » ni omniscient, ni tout de bonté. Bien au contraire, c’était un dieu très limité dans ses pouvoirs. Il ne savait rien de ce qui se passait sous son propre nez. Le mythe de Sodomme et Gomorre raconte que ce dieu est allé à pied pour confirmer de ses propres yeux les rumeurs qui lui sont parvenues sur les débauches qui reignent dans ces villes. Il lui avait fallu marcher pour vérifier de visu.
Moïse lui-même doute fortement de ses pouvoirs. Lorsque le peuple israëlien en marche dans le désert se plaint d’avoir faim, ce dieu promet à Moïse qu’il fera pleuvoir des cailles en abondance et que chacun se régalera jusqu’à ce que la viande leur en sorte par les oreilles (véridique, c’est dans la Bible.) Loin de se réjouir, Moïse en doute : « Il y a 600 000 bouches à nourrir. Et comment vas-tu faire pour leur donner de la viande à manger à tous ? » Et ce dieu se met en colère que Moïse doute de son pouvoir.
Même physiquement il n’était pas si fort que ça. Il a lutté avec Sidna Yacoub tout une nuit sans réussir à le vaincre. Et c’est de là que vient le nom d’Israël : celui qui a vaincu Dieu, ou celui qui a lutté contre Dieu et a prévalu.
Dans le passage Juges 1:19 ce dieu est incapable de vaincre des hommes munis de chars de fer : « L'Eternel fut avec Juda; et Juda se rendit maître de la montagne, mais il ne put chasser les habitants de la plaine, parce qu'ils avaient des chars de fer. »
Le mythe du dieu omnipotent, omniscient et bénévole est né 400 ou 500 ans après la mort de Jésus, qui, soit dit en passant, n’a probablement jamais existé. Ceux qui ont écrit le Coran se sont approprié ce mythe et l’ont renforcé.

Permalien

Muhammed s'etait enrichi en s'autoproclamant Prophete et vivait dans la luxure, en contradiction avec des versets du Coran indiquant qu'un Prophète ne doit pas mener ce type de vie (voir, Coran 6/90, 12/104 etc.…). Muhammad, aurait vu en cette entreprise un bon moyen de s'enrichir notamment par le biais de conquetes et de pillages. Il a dit dans hadith rapporte par Sahih Muslim : " Dja3la Allah Rizqi tahta thali roumhi " ( Dieu a mis mes biens sous l'ombre de mon epee (ma lance). Il parle de l’enorme butin amasse au cours de ses innombrables expropriations et Gazaouettes. Il est devenu tres riche.Dans le coran Dieu dit : « Ils t'interrogent au sujet du butin. Dis : «Le butin est a Dieu et a Son messager.» Craignez Dieu, maintenez la concorde entre vous et obeissez a Dieu et a Son messager, si vous etes croyants ».(S8V1) Il n’est pas seulement un chef religieux, il est aussi un homme d’affaires et chef de guerre. Afin de satisfaire son gout effrene pour la guerre et le gain, il a invente "la fabrication de l'islam") avec l'aide de khadidja, comme un moyen de dominer les tribus bedouines et gagner sa vie. La verite historique, dit que Muhammad a ete faconne et propulser au devant de la scene par Khadidja, c'est elle qui a eu l'idee a travers ses partenaires juifs avec laquelle elle faisait du commerce, qui lui ont conseille de suivre l'exemple des juifs qui ont elu David comme roi pour unir les 12 tribunes juives sous le meme etandard. A suivre...

Permalien

Pour etre designe Khalifa de la Umma Islamiya, la premiere condition : Il faut etre un descendant de Ahl-Koreiche pour les sunniteS. Pour les chi'ite, pour etre designe un Ayatollah, il faut etre un descandant de Fatima (fille du prophete et epouse de Ali Ibn Mutalib).

Permalien

Vous croyez qu'il y avait des vrai prophètes avant !

Permalien

Si j'ai decide de vous repondre ce n'est pas pour defendre le christianisme, mais juste pour remettre les pendules a l'heure afin de vous aider (si vous le permettez) a comprendre le vrai sens de la trinite. Il n'y a aucun chretien, qu'il soit catholique, orthodoxe, protestant...qui croit que Jesus est un DIEU comme disent les chouyoukhs pour tromper ceux qui leurs tendent l'oreille. Ies chretiens croient que Jesus est un etre-humain , il mange, il dorme, il fait ses besoins comme tous le monde. Mais, il est possede une exception, c'est un etre qui est habite par l'esprit saint de dieu. D'ailleurs, le coran le reconnait bien dans Sourate Al-Nissa 171. Un exemple, si quelqu'un vous dis, vous etes un digne fils d'algerie, est-ce que cela signifie que c'est l'algerie qui vous a enfante ?. Puisque Jesus a ete mis au monde par une mere vierge, c'est prq les chretiens l'appellent fils de dieu.

ﭟ ﭟ






ﭿ








ﭿ








ﭿ



Permalien

@ @ Calif, khalifa, c'est...
53 pays sont gouvernés par la famille de sa majesté qui à pris une poule pondeuse (kate) pour lui assurer la succession du trône, elle en est à sa troisième portée, aux usa ce sont les descendants irlandais qui gouvernent sauf pour obama, en france ce sont les gaulois, sauf pour sarko, en algérie ce sont les nedromis, partout c'est pareil il y a une tribu qui prennent le dessus sur les autres, en chine ce sont les han qui gouvernent depuis 206 av jesus, dont le dernier empereur est xi jinping en poste actuellement, dans chaque de scandinavie y a une famille qui est maitre des lieux,

Permalien

Il est bien de réfléchir , de lire et découvrire l'histoire des religions en particulier la notre. La religion musulmane s'est transformée en un instrument de domination, d'acculturation et d'exclusion. DOMMAGE.

Permalien

Toutes les religions se valent à des degrés divers dans les violences et le déni des libertés et la domination de leurs croyants.

Tous les prophètes, à quelques exceptions près, sont à l'origine des malheurs et des guerres humaines.

Permalien

@El Imane fi El Gouloub ; Détrompez vous mon ami et relisez votre Coran et de dire " Le père le fils et le ssaint esprit" tout ceci se résume qu'ils prennent bien Aissa Alih salem tout comme Mariem Aliha Salem " comme des Dieux . Dans un verset il est dit " O Issa as-tu dis aux gents que tu es un dieux " il lui répondu (à allah) Si je l'aurai fait vous l'aurez su du fait que vous connaissez ce qui est en moi et que je ne connais pas ce qui est en vous et un fois décédé c'étaiat bien vous qui était leur veilleur., dans un autre versez il demande carrèment aux chrétiens de cesser de lui associer Aissa Ali Salem et Sa mère ( talatha talatha comme il le fait noter. voila la vrai version et merci de m'avoir répondu. en ce qui concerne le chrétiens. Pour ce que dit cette bonne femme HELA que Mohamed ali salat ou Salem savait lir,e mais certainement le Coran est bien clair car la première des sourats était ' Iqura bismi Rabika" "Lit au nom d'Allah" et celui qui apprend à lire certainement doit savoir écrire. En tous les cas j'ai vu son intervention mais elle meme reconnait que tout ce qu'elle avait écrit n'était que supposition et ceci est aussi signalé par le Coran en ce qui conerne ceux qui s'oppose à l'Islam par les faits et leurs écrits " ils doute toujours mais le doute n'a jamais été vérité " " Ma yatba3ouna ila dhane ou dhane mai ya ghni min el hak chia". mais comme il le sougne aussi in la ta3ma el absar oulakine taama el gouloub" et à mon sens cette bonne femme devait bien écrire un roman, une pièce de théatre ou un compte d'enfant avec ses que de se livrer à ce qui la dépasse de loin et qui pourra lui porter préjudice sur terre et encore plus dans l'au-delà. Ceci n'est que mon propre sentiment.

Permalien

J'ai lu tous les commentaire mais ce texte n'apporte rien à personne et comme dit le Coran man amana ila nafsih ou man kafar alih kofroh. Moi personnellement je crois beaucoup à ce prophète et en son Dieu Allah car pour pour un homme illettré, bedouin qui n'est jamais connu que le désert nous apporte dans un moyen age toutes ses révélations dont la science découvre chaque jour après plus de 15 siècles, n'est-ce pas si suffisant ?

Permalien

@si momoh est un usurpateur…
D'abord, l'auteure est mal placée pour parler des religions des autres, sauf à titre d'un regard externe qui, du coup, n'est pas très proche des réalités. Et ce ne sont pas les maitres de l'église qui empoisonnent la vie des gens dans nos pays mais ceux de la mosquée.
Secundo, si tu lisait ce qu'ont écrit et écrivent encore les auteurs, je dirais de culture ou de naissance juive ou chrétienne (car réduire un individu à sa religion est un pire mépris) sur Moïse, Abraham, David, ... et sur Jésus, les apôtres, saints, ... tu changera vite d'avis sur ce point.
Tertio, les auteurs qui subissent l'islam sont plus à même de parler de l'islam; ceux qui subissent ou ont subi le judaïsme et le christianisme sont plus à même de parler de ces religions. Sur ce point, il est utiles de lire sur les vies des savants les plus éminents sous les empires de l'islam et les misères qu'ont subi de la part des religieux et des Etats)
Et puis, faire ce parallèle, froidement, entre les religions, c'est témoigner d'une ignorance totale des autres religions; le christianisme et l'islam sont des religions de croyance; le judaïsme est une tradition; le bouddhisme c'est le perfectionnement de la personne. Comparer de cette façon, c'est gesticuler dans le noir; et il y a des centaines de religions qui sont tout aussi respectables que celles qui dominent le monde par le simple fait que les hasards de l'histoire leur ont été favorables à un moment ou à un autre de l'histoire.
Alors, pour une fois, regardons-nous en face, regardons de temps à autre ce que dit l'Histoire (avec un grand H) et cessons de vouloir noyer le poisson, par paresse intellectuelle, par ignorance, par formatage ou par esprit sectaire en plein 21e siècle.

Permalien

Après la mort du prophète de l'islam les koreches ont compris qu'il est vital d'instrumentaliser cette religion pour assoire leur pouvoir, alors que pendant son vivant ils l'ont toujours combattu. Que dire maintenant de ces pseudo religieux. Que dire du monde arabo-musulman où l'ignorance, l'acculturation, l'exclusion entre dans les programmes scolaire, les mosquées, les partis politiques.

Permalien

Vous dites, je cite: " je crois beaucoup à ce prophete et en son Dieu Allah car pour pour un homme illettre, bedouin qui n'est jamais connu que le desert nous apporte dans un moyen age toutes ses revelations dont la science decouvre chaque jour apres plus de 15 siecles, n'est-ce pas si suffisant ?. Si vous permettez, est-ce que vous pouvez nous citer ces REVELATIONS SCIENTIFIQUE OU MEME LES EXPLOITS (Mou'3djizattes) du prophete de l'islam ?. Peut-etre vous faites reference aux vertus de l’urine de chameaux,que le prophete de l'islam a recommande aux musulmans ? ou le fameux hadith de la mouche :D'apres Abu Hurayra : « Le Prophete a dit : « Si une mouche tombe dans le verre de quelqu'un d'entre vous, il doit le tremper (dans la boisson), car dans un cote il y a une maladie et dans l'autre le remede à la maladie. » (Sahih Bukhari, Volume 4, livre 54, numero 537).
Pour ce qui concerne, les exploits du prophete de l'islam, peut-etre vous faites reference al-Isra wa'l-miraj :L'isrâ' (en arabe إسراء « voyage nocturne », venant du verbe سرى [sara'a], « voyager la nuit ...il s'est envole du Masdjid-oul-Harâm jusqu’a
a la Masdjid-oul-Aqsa de Jerusalem), la nuit, personne ne l'a vu, aucun temoignage n'a ete mentionne dans le coran, ni dans les livres islamiques. Pour ce concerne les revelation scientifique qu'il y a dans le coran : Je vais vous citer quelques-unes :"c'est Allah qui vous a fait de la terre un tapis… « (Coran, 71 :19). Tous les Ulemas de l'islam affirment que la terre est plate, ce qui est contraire a la science. Le Coran dit que le soleil se couche dans une source boueuse (Coran 18/86). Aujourd'hui, au XXIe siecle, un etre humain sense ne peut plus croire en ce genre de choses, Le diamètre du Soleil est 109 fois plus grand que celui de la Terre. Vous dites aussi : je crois beaucoup a ce prophète et en son Dieu Allah car pour pour un homme illettre
, bedouin qui n'est jamais connu que le desert". Sachez, que Muhammad etait entoure d'une armada de scribes, je vais vous citer quelques uns : Othman Ben Hassanah, Abdullah Ben Sa'd Ben Abi Sarah, Affan, Ben Chu'bah, Ma'adh Ben Djabal, Zaïd Ben Thâbet, Hanzalah Ben Ar Rabi', Ubayy Ben Ka'ab, Djahim Ben Salt et Haçin Al Hamiri ". C'est eux qui ecrivent ce que leur dicte Muhammad. Laisons la suite pour la prochaine fois, si vous voulez bien.

Permalien

Je signe et je persiste, il y a aucun Chretien, qu'il soit catholique, Orthodox, Protestant...Qui croit que Jesus est un Dieu au sens propre du mot. Les chretiens croient que Jesus est habite profondemment par l'ESPRIT SAINT DE DIEU. D'ailleurs, le coran l'affirme bien dans sourate Al-Nissa 171. A propos de Marie (Meriem) Le Coran dit : Les anges dirent A Marie : Dieu t'a choisie, il t'a rendue exempte de toute souillure, il t'a elue . Elle a ete citee 34 fois dans le coran...un modele pour les croyants parce qu’elle a preserve sa virginite, si bien que Dieu a insuffle en elle de Son esprit, parce qu’elle a declare véridiques les paroles et les livres de Dieu et parce qu’elle a etedu nombre des personnes pieuses” (66, 12). Pour ce qui concernne les exploits de Jesus, lisez le coran et vous allez les connaitre. Il a transforme une poignee de boue en un oiseau, il a rendu la vue a un aveugle, il a rendu la vie a quelqu'un apres sa mort etc...Est-ce que vous pouvez me citer 1 exploit de Muhammad ?.

Permalien

@AZUL
"Hela Ouardi est universitaire, chercheuse associée au Laboratoire d'études sur les monothéismes au CNRS et professeure de littérature et de civilisation françaises à l’Institut supérieur des sciences humaines de l’université de Tunis El Manar."
donc cette dame est aussi capable de faire des ouvrages sur moise, jesus, bouddha,
pour le 21éme siècle y a peu qui y sont, les autres milliards ils ont perdus dans les autres siècles,
et merci pour ignorance, formatage et esprit sectaire,

Permalien

Un travail de recherche n'est pas fait pour faire plaisir ni pour injurier. Ce n'est pas du "med'h" ni du "hidj'a".
Un travail de recherche (ou de quelle que nature que ce soit) se fait parce qu'on estime que ce travail est nécessaire. Nécessité est le maitre mot.
Les travaux critiques sur les religions juives et chrétiennes sont abondants; les thèmes sont creusés de long en large, de haut en bas, dans tous les sens par les chercheurs, depuis des siècles: histoire, histoire de l'art, archéologie, peinture, musique, contes, théologie, littérature etc... Les travaux complètement contradictoires se côtoient sur les rayons des bibliothèques, des librairies, les émissions des média réunissant des visions diamétralement opposés abondent, etc.
Les travaux sur l'islam se limitent à la seule approche religieuse, prosélyte. L'approche critique est inexistante. Qu'est ce qui inciterait donc un chercheur nord-africain à aller sur des thèmes surexploités alors que des champs entiers sous ses pieds sont en jachères ?
Pour l"'ignorance, formatage et esprit sectaire", hélas, on ne peut que le constater tous les jours. Les gens modérés de confession musulmane sont réduits au silence, où sont obligés de s'autocensurer par ceux là même avec qui ils prient ou par les autorités. Regardez les profils et les discours de ceux qui peuplent les écrans télés, les thèmes qu'on y diffusent, les tons et les contenus des émissions. Sans parler des journaux, de certains sites et forums sur internet, des prêches dans les mosquées, des contenus des manuels scolaires, etc. C'est facile à constater, à la portée de tout le monde.

Permalien

Pourquoi aucune religion ne se repète plus ? Parce qu’elles sont sont toutes des tartufferies qu’on ne pourra plus repèter. Pourquoi toutes les religions monotheistes viennent du même endroit, d’un desert ? Parce que chacun a copié sur l’autre. Sauf que pour decider quand il faudrait prier, les musulmans ont grillé la chaine même s’ils sont arrivés les derniers. Les juifs ont pris samedi comme jour férié, suivis des chrétiens qui ont pris le jour suivant, c’est a dire le dimanche. Arrivent les arabes, ils ont choisi comme jour de prière, le vendredi alors que la logique des jours qui se suivent voudrait que ce soit un lundi. Mais comme toujours les kharabes passent toujours les premiers même pendant 4 mandats successifs. Sauf exception ? A cette époque il n’y avait pas de jours de semaines. Les gens mangent, dorment et se reveillent pour s’entretuer et violer les femmes.

Permalien

Vous dites :"aux usa ce sont les descendants irlandais qui gouvernent sauf pour obama", Donald TRUMP, est d'origine allemand, Roosevelt, Martin Van Buren sontd'origine neerlandais. Pour vous citer que ces 3 presidents, il y a encore d'autres qui ne sont pas des descendants des immigres irlandais comme vous dites.

Permalien

Sur le même sujet Je vous suggère un livre sur jésus et le christianisme de Jose Rodrigues Dos Santos, un écrivain portugais, intitulé : L’ULTIME SECRET DU CHRIST.
Des hypothèses intéressantes.

Permalien

Bismi allah errahmane errahim

Je viens de finir l’ouvrage en question, sans la bibliographie qui occupe le tiers de l’ouvrage. Ya3ni ontarnous, je ne peux pas vous dire qu’il m’a surpris par des révélations. Ce que dis cette Dame , nous l’avions mainte fois rapporté ici et ce que je ne savais pas, je le subodorais. Que Muhamat , Abu El Qacim ; je ne savais pas que c’est son vrai nom, Dégainait des versets à tout berzing contre tous ceux qui lui faisaient de l’ombre, je le savais : Tebet yadda Abbu lahabi, contre son oncle Abu Lahab , dont il était jaloux et qu’il n’avait pas réussi à racketter. Que Momoh n’avait laissé aucun Coran constitué. Il reste que ce livre ne prêche qu’à des convertis. Les musulmans eux n’ont pas besoin de savoir. Je vous rappelle que jadis , peu de musulmans étaient capables de réciter autre chose que la fatiha et que certains prieurs ne la connaissaient même pas. C’est juste que ça m’a conforté dans ce que je croyais savoir de l’islam et que la lecture de ce livre m’a été beaucoup utile. Par contre j’attends la suite sur les jours d’avant. Peut-être que celui-là sera vraiment truculent !

Inna lilahi wa ilayhi radji3oun.

Hend Uqaci

Permalien

Ra aytou elladhina youkadibou bi dini.

Té je m’en va, bande de mécréants, vous livrer quelques passages du livre en son « épilogue ».

« Apres la mort de Muhamed, nous sommes face au moment fondateur d’une religion qui désormais sans prophète était confrontée à l’épreuve de sa propre survie, épreuve d’autant plus périlleuse que Muhammad n’a laissé aucune institution de nature politique, aucun document de quelque nature que ce soit pour servir de point de départ à une structure politique ou théologique même embryonnaire.
Au-delà de l’autorité du maitre absolu l’islam devait se réinventait et même s’inventer. Deux hommes alors ont joué un rôle de premier plan : Abu Bakr et Umar. »
« ….Durant la fin de la vie de Muhamed on a vu comment le Coran apparaissait en filigrane au fil des récits, de sorte que du verset dévoré par la chèvre au verset cite par Abu Bakr au moment de la mort de Muhammad que personne ne connaissait on a observé quelle mutation profondes »est opérée dans la conception mem du coran, passant de texte »superflu »(abandonné négligemment sous le lit du Prophète et mangé par une chèvre) à un texte sacré nécessaire » Pgs 232/233.

Résultat de tout ça, Umar et Abu Bakr concoctèrent une religion à leur mesure avec des versets , chacun de son coté , de leur propres cru, et dont les autres n’en avaient pas entendu parler du temps du Prophète . Et même Aisha la favorite du Prophète s’y est mise. Et par la suite lors de la compilation du premier Coran pour sa transcription, après la mort d’Abu Bakr et de Umar , qu’il avait remplacé , chacun y est aller de ses propres versets, comme pour Si Muhand à qui on attribuait des poème que leurs auteurs n’osaient pas assumer, tellement c’était 3ib la poésie chez les kabichous de son ipouk et tellement Si Mohand qui était un paria, lui, osait. C’est à se demander avec Kichi si Muhammad avait vraiment existé !

Hassoun, inna lillahi wa illayhi radji3oun

Hend Uqaci

Permalien

Ra aytou elladhina youkadibou bi dini.

Té, je m’en va, bande de mécréants, vous livrer quelques passages du livre en son « épilogue ».

« Après la mort de Muhammad, nous sommes face au moment fondateur d’une religion, qui désormais, sans prophète était confrontée à l’épreuve de sa propre survie, épreuve d’autant plus périlleuse que Muhammad n’aurait aucune institution de nature politique, aucun document de quelque nature que ce soit pour servir de point de départ à une structure politique ou théologique même embryonnaire.
Au-delà de l’autorité du maitre absolu l’islam devait se réinventait et même s’inventer. Deux hommes alors ont joué un rôle de premier plan : Abu Bakr et Umar. »
« ….Durant la fin de la vie de Muhamed on a vu comment le Coran apparaissait en filigrane au fil des récits, de sorte que du verset dévoré par la chèvre au verset cite par Abu Bakr au moment de la mort de Muhammad que personne ne connaissait on a observé quelle mutation profondes »est opérée dans la conception mem du coran, passant de texte »superflu »(abandonné négligemment sous le lit du Prophète et mangé par une chèvre) à un texte sacré nécessaire » Pgs 232/233.

Jissipas si vous avez noté le « n’aurait » laissé… iksitira. Je vous splik : soit il a laissé et on l’a caché soit il n’y avait rien. Astaghfirou allah !

Résultat de tout ça, Umar et Abu Bakr concoctèrent une religion à leur mesure avec des versets , chacun de son coté , de leur propres cru, et dont les autres n’en avaient pas entendu parler du temps du Prophète . Et même Aisha la favorite du Prophète s’y est mise. Et par la suite lors de la compilation du premier Coran pour sa transcription, après la mort d’Abu Bakr et de Umar , qu’il avait remplacé , chacun y est aller de ses propres versets, comme pour Si Muhand à qui on attribuait des poème que leurs auteurs n’osaient pas assumer, tellement c’était 3ib la poésie chez les kabichous de son ipouk et tellement Si Mohand qui était un paria, lui, osait. C’est à se demander avec Kichi si Muhammad avait vraiment existé !

Hassoun, inna lillahi wa illayhi radji3oun

Hend Uqaci

Permalien

@Ouchen : Les livres traitant de Jésus se comptent par dizaines de milliers. Si on compte les livres religieux, ce serait peut-être des centaines de milliers. Les « analyses » sur la vie de Jésus sont de toutes sortes imaginables : ça va de ceux qui disent qu’il n’a jamais existé jusqu’à ceux qui voudraient nous convaincre qu’il était un extra-terrestre, en passant par ceux, nombreux, qui le voient comme un chef de guerre contre Rome. N’ayant absolument aucun document ou autre source vérifiable, toute « analyse » de Jésus ne peut être que pure spéculation.
Le Jésus de la Bible n’a pas existé, ça c’est sûr. La seule question est de savoir si au début il y avait un homme en chair et en os qui a inspiré cette légende ou non.

Ajouter un commentaire