Aller au contenu principal
Body

TRIBUNE

Les derniers jours de Saïd !

Cette chronique, j'ai dû la réécrire vingt fois mais, aujourd'hui, elle semble plus que jamais d'actualité. César régna en maître absolu, il fut assassiné par son fils, Brutus.

La version du drame qui se joue sous nos yeux est que César est trahi par la fatalité, son frère le lâche car il est mortel. Dans sa griserie du pouvoir, il avait fini par oublier cette vérité de l'humanité.

Il redoutait tant ce moment qu'il a osé l'impensable, le dernier coup de poker des désespérés, celui qu'il n'avait aucune chance de gagner. C'était le jeu de trop, celui où la mise totale d'une vie est jetée sur le tapis pour un dernier coup de chance, lui qui porte son nom.

Mais cette fois-ci, la révolte est naissante, elle se gonflera de toute la hargne que les dictatures militaires et les despotes nourrissent durant des décennies. Saïd est comme tous les assoiffés du pouvoir et de l'argent, il en est aveuglé jusqu'au suicide.

Car ces gens ont fait trembler tous ceux qui se présentaient à eux. Mais ils ont fasciné tout autant que créer de la frayeur. Un état qui paralyse et hypnotise jusqu'à les faire prosterner pour quémander la protection et la bénédiction du Pharaon. Tous savent que c'est le prix pour acquérir un pouvoir sur d'autres et d'une fortune assurée.

Oui mais Saïd en a fini par oublier que son frère était mortel. Il a désespérément voulu prolonger l'illusion en proposant comme Président, encore une fois, un vieillard grabataire qui bave et ne s'exprime plus que par des tremblements.

L'héritier au trône avait profité, comme tous les vizirs puissants qui gouvernent en coulisse, de l'impotence du souverain. C'est aujourd'hui terminé, il doit être dans un terrible désarroi. Je n'aurai pas l'ombre d'un chagrin pour ce monstre.

 

Il sait que toute sa cour l'assurera, dans un premier temps, de son soutien et de son respect. On lui rappellera qu'il est chez lui, partout où il ira, et que les portes lui seront ouvertes. C'est effectivement ce qui se passera dans les tous débuts.

 

Mais il sait également, car la peur remet parfois les esprits en place, que ces portes seront refermées assez rapidement, les rendez-vous annulés pour des excuses fabriquées et les regards fuyants.

Et c'est surtout dans les regards que le grand puissant d'hier verra la terrible marque de l'indifférence puis, petit à petit, il connaîtra ce qu'il n'a jamais connu depuis sa naissance, depuis qu'il porte ce patronyme qui fait trembler et prosterner les courtisans.

En effet, pour la première fois, il verra des regards hostiles, voire accusateurs car chacun voudra faire oublier qu'il s'était courbé devant le personnage et souhaitera retrouver sa dignité en allant se prosterner devant le nouveau maître du pays. Un maître qui sera prompt, lui aussi, à faire oublier qu'il s'était prosterné devant le petit homme.

Même chez les femmes, il ne retrouvera plus dans leur regard ce qu'il y a toujours trouvé car la puissance du pouvoir et de la fortune éblouissent jusqu'à l'aveuglement.

Saïd, je suis résolument un farouche adversaire de la peine de mort. Mais pour autant je suis pour les peines lourdes, à la hauteur des crimes. Et, franchement, ce qui va t'arriver est la plus forte des peines que peut te réserver l'humanité.

En attendant, bien sûr, celle que devra t'infliger la justice, le jour venu.  

Auteur
Boumediene Sid Lakhdar, enseignant
 

Commentaires

Permalien

encore du bousila,
tant de haines et de mépris envers quelqu'un que bousila ne connait pas, c'est bête, c'est du tiers-mondisme, du sous-développement, du primitivisme pure et simple, ça sert à quoi de vivre en occident et d'en avoir une des nationalités,
en occident on apprend à devenir un être humain qui maitrise ses impulsions, apparemment ce n'est pas le cas pour tout le monde,
les lâches, et les lèches bottes trouvent vite des boucs émissaires, les pécheurs accusent Satan et le malin de tous leurs actes,
tous les corrompus, voleurs, et profiteurs du systéme veulent la disparition des représentants de ce systéme pour continuer leurs affaires louches et garder leurs privilèges avec d'autres représentants, les mêmes mais venant autrement et si possible d'ailleurs, pour faire croire au changement,
l'avortement est l'interruption d'un processus naturel,
un jour les alliés (américains et anglais) ont voulus faire assassiner hilter dans le but de faire cesser le nazisme et la guerre, mais ils ont compris que son hitler le nazisme gagnerait définitivement parce que d'autres pragmatiques, intelligents, et plus raisonnables qu'hitler prendrait le relais pour faire durer leur systéme indéfiniment,
et c'est exactement ce que veut bousila et tous ces comateux manipulés et à qui on fait croire qu'ils sont l'élite,

Permalien

Tout à une fin dans le monde d'ici bas et les beaux sont terminés pour Saïd, SIDHOUM SAÏD ........

Permalien

Ainsi finiront tous ceux qui se croient intouchables et eternels ! La chute sera a la mesure des mefaits

Permalien

Saïd a promis à son frère qu'Il mourra sur le trône. Ouyahia et Gaid Salah en ont fait autant.
En face on entrevoit une révolte ou un chahut de gamins. Je doute que cette RÉVLOTE aboutira. Delhif!

Permalien

Ya Said...il ne te reste plus rien que de te sauver au Qatar , a Dubai ou meme mieux, en Arabie Saoudite...tous les dictateurs finissent la bas. Je souhaite une vie de soufrance. Ne pense surtout pas te sauver vers l'europe . le Canada ou les Etats-Unis......Tu finiras en prison illico-Presto. Il y'a trop d'Alegeriens qui te haissent en occident. Je souhaite a ton frere une mort pleine d' anxiete et de soufrance...et je te souhaite une vie d'enfer. On sait que tu as vole des milliards ......mais tu ne poura pas en profiter....en va the rendre la vie super difficile. Le meme sort est reserve a tous le clan de salaupards. Tous comme ils sont.
FUCK YOU !

Permalien

Cela fait 20 ans que Said volait, gérait nommait et dégommait ou étiez pour le dénoncer ou plutôt les dénoncer ( Said seul ne pourrait jamais causer tout ce mal, il y a Ouyahia L'armee de Gaid Gheir Salah sidkoum Said de l'UGTA Haddad et Sellal )
Dieu Merci le peuple s'est réveillé

Permalien

Pour l'annecdote... Il y a quelques pensées pudiques qui ont insinué que Saïd n'était pas le frere mais bel et bien le fils de. Abdeaziz...

Ajouter un commentaire