Aller au contenu principal
Body

Contre l’idéologie harkie, pour la culture libre et solidaire (12)

Les harkis dans l’économie

 

Unique dans les annales : l'UGTA et le patronat unis par les intérêts du pouvoir.

Dans la toute première partie de cette étude fut affirmée la constatation d’un lien d’interdépendance entre activité culturelle, politique et économique, et le fait que cette dernière, en fin de compte, détermine, conditionne et explique les deux premières.

Quelle que soit la manière dont on examine une société quelconque, l’observation objective, sans lunettes idéologiques, montre que toute société humaine a comme enjeu fondamental le contrôle du pouvoir de l’État, parce qu’il est l’instrument principal par lequel s’affrontent les minorités oligarchiques dominantes-exploiteuses et les peuples dominés-exploités. Même dans les pays dits « libéraux », les thuriféraires du non-État ou du moins-État possible recourent toujours à ce dernier, quand il sert leurs intérêts. Exemple significatif entre tous : quand les banquiers font de « bonnes » affaires (entendez des profits), ils sont partagés uniquement entre les actionnaires privés, mais si une banque privée fait faillite et qu’elle est assez grosse, les dégâts sont payés par...l’État, autrement dit l’argent des citoyens, plus exactement la plus-value extraite de leur force de travail.

Ceci étant précisé, en Algérie, qui sont les harkis dans le domaine économique ?… Eh bien, simplement tous les agents, algériens ou d’origine, dont l’activité consiste à contrecarrer la capacité productive algérienne au profit d’entreprises capitalistes étrangères, lesquelles « paient » convenablement les services rendus par leurs harkis.

Pour y parvenir, ces derniers font tout pour causer des obstacles dans les entreprises algériennes étatiques afin d’en réduire les performances. Ainsi, ils justifient la vente de ces entreprises à des privés étrangers : des Occidentaux ou des Moyen-orientaux, notamment le Qatar. Ces harkis économiques parviennent même à vendre à ces privés étrangers des entreprises qui ont une activité économique positive, tel, par exemple, la SNTA (Société Nationale des Tabacs Algérienne). Quant à l’entreprise stratégique du pays, la Sonatrach, la presse actuelle expose les faits concernant les tentatives de la brader aux multinationales états-uniennes (1). Enfin, concernant la politique de privatisation d’une manière générale, là aussi, la presse signale les méfaits (2).

Dernièrement, on a constaté la tentative de faire renoncer l’Algérie au principe 51/49, à savoir la détention de la majorité par l’État, afin de maintenir un contrôle administratif sur l’entreprise. Une levée de boucliers au sein de l’oligarchie dominante algérienne a fait renoncer à ce bradage(3). Cependant, les forces qui ont intérêt à le concrétiser continuent leur action (4).

Pourquoi ces agents se comportent en harkis, au service d’entreprises étrangères ?… Simplement parce qu’ils y trouvent leur profit financier, fourni par les dirigeants des entreprises étrangères. Notons qu’il s’agit de « miettes » par rapport aux profits engrangés par les entreprises étrangères ; cependant, ces « miettes » sont suffisamment rémunératrices aux harkis économiques. Elles consistent principalement en « pots-de-vin », fournis dans des comptes off-shore, lesquels permettent l’achat de biens immobiliers ou de créer des entreprises. La presse les signale régulièrement.

Par contre, les entreprises de Chine et de Russie se distinguent par un comportement moins rapace : contrairement aux entreprises occidentales et moyen-orientales, elles ont plus de respect des règles du jeu, et tiennent un meilleur compte du secteur étatique algérien (5).

Notons également un autre fait. Un patron capitaliste privé, qui se distingue par une réelle volonté d’investissement économique dans le pays, rencontre des difficultés administratives : Issad Rebrab. Curieux, n’est-ce pas ?

Encore un autre fait. Le chef d’une association de patrons, Ali Haddad, a montré des velléités dans le domaine politique. Étrange ?… Pas du tout. En Amérique latine, la mode est aux chefs d’entreprises de se faire élire comme chef d’État, selon le principe : on n’est pas mieux servi que par soi-même. L’un d’eux fut le dirigeant de Coca-Cola au Mexique, Vicente Fox, Président de 2000 à 2006 (6). Il ne serait donc pas surprenant de voir, en Algérie, un certain type de patrons privés viser à la conquête du pouvoir politique. Ainsi, ils se serviront directement, sans passer par des harkis administratifs intermédiaires. Et, vu leur profil de « carrière », il est très probable que ces patrons privés, devenus maîtres directs du pouvoir étatique, ne tireront pas leur profit d’un développement autonome de l’Algérie, mais de sa subordination aux multinationales impérialistes. Voilà encore une mentalité harkie à reconnaître. Ce genre d’individus semblent avoir le vent étatique en poupe : preuve en est le comportement de l’État envers Ali Haddad, contrairement à Issad Rebrab.

Encore ceci. Tous les services publics, notamment éducation et santé, ont subi et continuent à subir une dégradation. Elle est programmée car, connaissant les règles du système politique dominant dans le pays, il est impossible de croire à la thèse de l’«incompétence» des dirigeants de ces secteurs, pour la simple raison que ces dirigeants sont, au contraire, très compétents dans la politique menant à la privatisation, laquelle leur fournit, sinon est susceptible de leur fournir des profits financiers personnels. Cette politique économique d’une caste capitaliste privée mais « compradore », autrement dit harkie au service d’entreprises étrangères, est favorisée par une partie consistante, bien que non encore totalement hégémonique, parmi les gérants administratifs du pays. Nous avons cité Ali Haddad et Issad Rebrab.  D’où les contradictions, hésitations, conflits et changements de décisions au niveau étatique. En fin de compte, les disparités de classes sociales augmentent en Algérie au profit d’une minorité, et au détriment de la majorité (7).

Écartons un malentendu. Ces observations ne tendent pas à faire croire que le secteur étatique profite directement et pleinement au peuple algérien (8). Voici la réalité : bien que le secteur étatique soit tenu et profite d’abord au membres de l’oligarchie régnante, la transformation des entreprises sous contrôle étatique en une gestion privée aggravera certainement : 1) l’exploitation de la main-d’œuvre locale, 2) celle des ressources naturelles au profit des nouveaux propriétaires privés étrangers, 3) empêchera ou fera régresser la possibilité de l’Algérie en matière de développement économique autonome.

Bien entendu, les agents harkis algériens ou d’origine masquent leurs activités et projets sous le plus flatteur des motifs : contribuer au « progrès » économique de l’Algérie (9).

Il est incontestable que le secteur étatique, dit « national », depuis sa création après l’indépendance, a  profité essentiellement et principalement à l’oligarchie contrôlant l’État (et à ses partisans), le peuple ne se voyant concédé que l’indispensable en matière d’ « amortisseur social », pour éviter sa révolte. Il est également incontestable que la seule expérience où le peuple prit le contrôle direct de la production, pour servir ses intérêts propres, cette expérience fut très vite éliminée : à savoir l’autogestion industrielle et agricole (10), au profit d’un capitalisme d’État, présenté comme « socialisme », et défendu comme tel par un parti d’ « opposition critique », se réclamant du « socialisme marxiste ». Il est encore incontestable qu’actuellement, si des entreprises nationales, même très petites, du genre moulin de blé ou briqueterie, manquent d’efficacité économique, suite à une gestion volontairement, - soulignons l’adverbe -, défaillante de leurs dirigeants, le premier ministre M. Ouyahia ne trouve pas d’autre solution que d’opter pour la privatisation de ces entreprises, au lieu de les confier à une gestion directe par les travailleurs. Alors que l’autogestion industrielle et agricole post-indépendance, par les travailleurs eux-mêmes, avait fourni de bons résultats !

Certains dirigeants politiques de l’opposition ne cessent d’avertir sur ces agents algériens ou d’origine qui assument le rôle de harkis afin de livrer l’économie algérienne à des multinationales occidentales ou moyen-orientales, dont on connaît la rapacité exploiteuse. Le plus redoutable est que celle-ci est défendue et soutenue par un système militaro-industriel pour lequel toute opposition à l’hégémonie économique doit être sanctionnée par l’agression militaire. Et, pour légitimer celle-ci, quoi de mieux que prétendre lutter contre le « terrorisme », puisque le prétexte « communiste » n’existe plus ?

Ajoutons à ces faits un autre : les actions répressives de l’État contre les syndicats autonomes, uniques représentants authentiques des intérêts des travailleurs, au profit de syndicats harkis (11). C’est là une politique étatique qui encourage objectivement l’action harkie au détriment d’une économie algérienne au service réel du peuple.

Un autre fait d’action harkie est à signaler. Ses agents sont certains dirigeants actuels de l’État. En effet, le projet de loi sur le code du travail a tout l’air d’avoir été rédigé par des harkis au service du patronat privé. Ce code «  confirme la régression en matière de protection des travailleurs et des libertés syndicales » (12).

Pour neutraliser les harkis dans le domaine économique, les appels aux gérants de l’État ne donnent visiblement pas les résultats escomptés. Par conséquent, le moyen le plus efficace n’est-il pas de convaincre les travailleurs à créer le maximum de syndicats libres et solidaires, et à établir le maximum de solidarité entre eux ? En effet, ne sont-ils pas les premiers intéressés à une économie algérienne autonome, capable de nourrir dignement le peuple ? Certes, cette solution est la plus difficile, mais ne dit-on pas : aux grands maux, les grands remèdes ? À suivre.

 

  1. Kaddour Naïmi,

  2. Email : kad-n@email.com

  3. Notes

_____

(1) Voir entre autres http://www.elwatan.com/edito/la-dignite-bafouee-09-06-2018-369818_171.php

(2) Voir http://www.algeria-watch.org/fr/article/eco/privatisations/bradage_temmar.htm

(3) Voir Said Rabia, « Politique des privatisations : Les preuves irréfutables du bradage de Temmar », http://www.algeria-watch.org/fr/article/eco/privatisations/bradage_temmar.htm

(4) On lit : « La déstabilisation de Sonatrach, société étatique faut-il le rappeler, devient dès lors un mantra pour ces ennemis de l’Algérie. Lui créer des problèmes à l’interne pour l’empêcher de s’employer sur les gisements du bassin de Touadeni (à cheval entre la Mauritanie, l’Algérie et le Mali) et créer une zone d’instabilité relèvent du plan de déstabilisation. L’instabilité chronique dans la région remet en question le tracé des pipelines et une politique néocoloniale, visant à privilégier les sociétés étrangères, neutralise la profondeur stratégique de Sonatrach et ses projets de forage et de développement. » Al-Hanif, https://www.algeriepatriotique.com/2018/04/27/lobsession-algerienne-de-labominable-beau/

(5) Voilà le motif des critiques de l’Union Européenne à la politique algérienne, « coupable » de ne pas se réduire à jouer au harki en faveur des oligarchies économiques européennes. Voir  Sadek Sahraoui, « Le culot européen », https://www.algeriepatriotique.com/2018/04/27/culot-europeen/ et Ali Titouche, « Les non-dits d’une mésentente commerciale », http://www.algeria-watch.org/fr/article/pol/dz_ue/non_dits_mesentente.htm,  https://www.algeriepatriotique.com/2018/04/30/djellab-repond-a-ue/ et https://www.algeriepatriotique.com/2018/05/02/lalgerie-mise-chine-diversification-de-exportations/

(6) Voir Miguel Serna : « Les patrons latino-américains prennent le pouvoir », Le Monde Diplomatique, mai 2018, https://www.monde-diplomatique.fr/2018/05/SERNA/58620

(7) Dans ce processus, également, l’occultation et le dénigrement de la guerre de libération nationale, notamment de ses objectifs de démocratie sociale, favorise la domination oligarchique économique plus pesante sur le peuple.

(8) Voir Rabah Reghis: « UGTA : de quelle souveraineté économique parle-t-on ? »

http://www.lematindalgerie.com/ugta-de-quelle-souverainete-economique-parle-t

(9) Cependant, l’un d’entre eux, Chakib Khelil, pour assurer ce « progrès », rend visite à certaines « zaouias » qui lui fournissent une certaine « légitimité » Les administrateurs coloniaux français employaient la même méthode pour légitimer leur présence « bienfaitrice » en Algérie : voir  par exemple http://www.lematindalgerie.com/les-zaouias-appellent-lenrolement-des-algeriens-sous-le-drapeau-francais. Nous avons dit « certaines » zaouias ; d’autres eurent l’honneur, dans le passé, et ont l’honneur, aujourd’hui, de ne pas jouer ce rôle de supplétif. Cet ex-ministre de l’énergie, pourquoi ne reprend-il pas sa légitimité en démontrant l’infondé des accusations contre lui, formulées par un tribunal italien à Milan, concernant des malversations financières durant son exercice ministériel ? Le rôle de Chakib Khelil comme harki économique est clairement exposé et analysé par Hocine-Nasser Bouabsa in https://www.algeriepatriotique.com/2018/06/04/contribution-sonatrach-20-ans-denfumage-dapproximatif-de-bricolage-i/

(10) Voir http://www.lematindz.net/news/23652-belle-comme-un-comite-dautogestion.html, http://www.lematindalgerie.com/retour-vers-le-futur et http://www.lematindalgerie.com/questions-sur-lautogestion-en-algerie-et-dans-le-monde

(11) Voir http://www.algeria-watch.org/fr/article/pol/syndicat/syndicats_interdits_dexercer.htm  et http://www.elwatan.com//une/l-activite-syndicale-frappee-d-interdits-29-04-2018-367181_108.php

(12) Voir Salima Tlemçani, http://www.elwatan.com//une/menace-sur-les-acquis-sociaux-30-04-2018-367233_108.php

 

Auteur
Kaddour Naïmi
 

Commentaires

Permalien

Normalma le mot « solidaire » signifie : être lié , dépendant , soudé…

Alors , sefhemli yarhem babek comment une cul-ture pourrait être à la fois libre et solidaire ?

Toute votre démonstration vise à insinuer que la solidarité est une obligation, un devoir, pour tout citoyen. Or la liberté implique la possibilité de choisir sans contrainte ou de ne pas choisir. Votre cul-ture à vous est une culture soumise à la dictature du prolétariat. . Ayrouh ay efk le prolétariat !

Ajouter un commentaire