Aller au contenu principal
Body

APPEL DESESPERE

Lettre ouverte à Nouria Benghebrit, ministre de l'Education nationale

Je viens par le biais de cette lettre Mme la Ministre de l'Education nationale, attirer votre attention sur mon cas. Après 40 ans de loyaux service au sein du Ministère. J'ai été responsable du Centre d'Accueil Mogador où j'ai habité aussi comme logement de fonction (pendant 23 ans).

Après ma sortie en retraite, je me vois menacé d'expulsion, on ne m'a même pas prévenu ou essayé de se pencher sur mon cas. On m'a envoyé un huissier et depuis j'ai désigné un avocat pour suivre mon cas.

La semaine passée encore une fois j'ai eu la visite de l'huissier avec un document que je devais sortir du logement. Je ne sais plus quoi faire, ni quoi penser, je n'ai vraiment pas où aller, bien qu'à l'époque on m'a promis de se pencher sur mon cas et que je devais m'installer dans ce centre provisoirement. Et depuis on m'a tout simplement oublié.

Au lieu d'être dans mon logement après ma retraite, je me vois traîner dans les tribunaux.

Est-ce juste ? C'est là la récompense ? Je pense qu'il y a des enquêtes pour voir que je n'ai pas où aller, je me retrouverai dans la rue avec mes enfants. Pour cela, je viens vous demander de bien vouloir vous pencher sur mon cas. Car je ne sais plus à quelle porte frapper, je suis vraiment désespérer.

Je sais que vous êtes une femme d'honneur et j'ai entièrement confiance en vous et à l'aide que vous apporterez à mon cas.

Veuillez croire, Madame la Ministre, à l'expression de mes salutations respectueuses.

M. Kamel Larouci

Responsable du Centre d'Accueil Mogador du Ministère de l'Education Nationale (en retraite).

Auteur
M. Kamel Larouci
 

Commentaires

Permalien

Il y a des choses typiquement Algérienne. Un logement de fonction dans un établissement scolaire doit être libéré une fois la personne quitte son travail, pour aller ailleurs ou à la retraite. C’est la logique. Dans tous les pays du monde certaines fonctions exigent un logement de fonction. À leur tête la maison blanche aux USA. Mais c'est que dans les pays de la dictature que les occupants des logements de fonction se font sortir par la force ou la mort.

L’autre aspect typiquement Algérien, il travaille 40 ans il part à la retraite il parle encore des enfants à charge, c'est quoi? Je ne comprends pas les enfants ont 40 ans ou bien, ils eu des enfants à 60 ans?

L’autres fatalité, quelqu'un qui travaille 40 ans à la fonction publique comme cadre, n'a pas réussi à acheter ou à construire sa propre maison, ce n'est pas un échec ça?

C’est quoi ces affaires insensées. Beaucoup de gens que je connais avec un salaire moyen, ils ont réussi à avoir un chez soi propre et confortable, je ne parle pas des cadres, je parle des ouvriers ordinaires.
Sincèrement je ne vois pas pourquoi écrire à un ministre pour intervenir, il n’y a aucune injustice la dedans et en plus la ministre n’est le ministre de l’habitat, ni le maire. La personne est retraitée, elle ne dépend plus du ministère de l’enseignement.
La direction de l’éducation doit récupérer le logement pour l’offrir au nouveau gestionnaire. C’est normal. Est-ce qu’il va encore demander un salaire un véhicule de fonction s’il avait un avant?

Permalien

Ce cas est parmi tant d'autres inhumain.Si madame la ministre lorgnait un peu du côté des anciens enseignants (bien saignés jusqu'à l'os)Elle en verrait un drame humanitaire.Au lieu que ces retraités soient récompensés comme il se doit,ils sont devenus des laissés pour compte.Voilà la récompense de chacun de ses retraités :LA MISE A MORT.

Permalien

Monsieur, loin de moi de vous juger, mais une seule question me taraude l'esprit? Qu'avait vous fait toute votre vie pour ne pas avoir un logement pour votre retraite? Ce que vous occuper est un logement de fonction qui devrait servir un votre successeur. C'est clair qu'une solution s'impose pour vous, je vous souhaite de tout coeur que. En trouviez une. Mais il faut en finir avec cette mentalité de s'approprier les biens collectifs.a bon entendeur...

Permalien

Les enfants du makhzen ,cartel de oujda ,de ahnaya et de tlemcen et leur vache à lait ,la pauvre algérie!

ALGERIE (Tamurt) – Les dirigeants de l’Algérie s’acharnent sur le peuple et offre en catimini des privilèges des plus inespérés à leurs enfants. En effet, au moment où Nouria Benghebrit, la ministre de l’éducation nationale de l’Algérie ne cesse de déverser son venin sur les enseignants contractuels et sur les enseignants retraités occupants des logements de fonction, son fils d’à peine trente ans vient d’être propulsé à la mission permanente de l’Algérie auprès de l’Organisation des Nations Unies à New York.

Le fils de la ministre de l’éducation algérienne, Nouria Benghebrit, à savoir Mehdi Remaoun, devient ainsi par le miracle du système algérien pourri et corrompu, diplomate à l’âge, tenez-vous bien, de trente sans aucun parcours à faire valoir. Il s’agit comme on peut le deviner d’une promotion clandestine dont semble exceller le pouvoir algérien, maffieux et assassin. Le fils de la ministre algérienne de l’éducation occupe de surcroit la fonction de premier secrétaire.

Ces passe-droits se déroulent où moment où Nouria Benghebrit a envoyé des milliers de mises en demeure à des enseignants retraités occupant des logements de fonction puisque n’ayant pas où loger ailleurs. Benghebrit n’a pas hésité à menacer de jeter dans la rue ces pauvres enseignants retraités, qui ont travaillé durant toute leur vie pour un salaire de misère, sans jamais avoir bénéficié d’un privilège quelconque contrairement aux ministres et autres responsables du pouvoir algérien dont les biens immobiliers sont impossibles à cerner.

Ca se passe aussi au moment où des milliers d’enseignants contractuels sont en grève de la faim à Boudouaou parce qu’ils veulent des postes permanents. Un droit des plus élémentaires dans les pays qui se respectent. Il est vrai qu’il y a deux Algérie, celle de Benghebrit et son fils Mehdi Remaoun et celle des enseignants contractuels et des retraités humiliés et offensés. Mais jusqu’à quand ?

Lyès Medrati pour Tamurt

Permalien

But if you live in club des pins...do not worry...you can keep your beach house for life....and get it for basically free too. A tragedy and a travesty of justice !

Permalien

Si personne ne quitte son logement de fonction des établissements d'état tels que les écoles, lycées, colleges etc. combien de logements supplémentaires seront necessaires pour les autres générations ? Imaginez des villages complets dans des lycées ! Normalement un logement de fonction est un logement a utiliser durant la fonction, pas a vie. Ces logements ne peuvent pas etre vendus car d'autres nouveaux fonctionnaires, enseignants etc. viendront les occuper.

Permalien

Mogador, n'est pas un établissement scolaire, c'est une sorte d'hôtel pour les fonctionnaires de l'éducation travaillant à Alger et habitant dans une autre wilaya ou pour les fonctionnaires de l'éducation des différentes wilaya en mission à Alger et donc de passage.
Les logements de fonction sont affectés par gabegie et copinage, tout le sérail a obtenu de beaux logements dans les établissements des hauteurs d'Alger et retapés à des millions de centimes, alors que les proviseurs et censeurs n'en sont pas bénéficiaires, sachant que les premiers ont tous eu des logements dans leur secteur d'origine cad le Supérieur: la capitale reste toujours attrayante!!!!
Un logement de fonction appartient au fonctionnaire en exercice qu'il doit quitter par la suite....

Ajouter un commentaire