Aller au contenu principal
Body

Contrairement à ce que rapporte l'APS

Libertés en Algérie: graves accusations du département d'État américain

Incroyable déni que celui des autorités algériennes, pour qui, un rapport accablant devient comme par magie, dans ses organes officielles un rapport qui « encense l’Algérie » !. En tout cas c’est  ce qu’on pouvait lire sur l’APS pour qui « le département d’Etat américain a mis en avant vendredi le respect de l’intégrité des personnes et des libertés individuelles en Algérie, soulignant les mesures prises par le gouvernement pour promouvoir les droits de l’homme. ». La dépêche APS est ainsi élogieuse sur le département d’État sur plusieurs paragraphes et parle d’un rapport qui encense le gouvernement, alors qu'ils ne l'ont pas lu ou pas voulu divulguer son vrai contenu.

En effet, le rapport pointe des insuffisances criardes dans tous les domaines, avec un ton accusateur, de la justice à la liberté de la presse en passant par les libertés individuelles, politiques et syndicales. Au fait c’est un tableau très sombre que dresse le département d’État américain de la situation politique du pays.  Ci-dessous un résumé de ce que le rapport du département d'État soulève comme problèmes en Algérie.

Justice et procédures judiciaires

Le pouvoir judiciaire n'est pas toujours indépendant ni impartial en matière civile et manquait d'indépendance dans certaines affaires de droits de l'homme. Les liens familiaux et le statut des parties impliquées ont influencé les décisions. Les individus peuvent intenter des poursuites, et les processus administratifs liés à l'amnistie peuvent fournir des dommages aux victimes ou à leurs familles pour des violations des droits de l'homme et une indemnisation pour les torts allégués. Les individus peuvent faire appel des décisions défavorables auprès des organes internationaux des droits de l'homme, mais leurs décisions n'auront pas force de loi.

Interférence arbitraire ou illégale avec la vie privée, la famille, le domicile ou la correspondance

Selon des militants des droits de l'homme, les citoyens croyaient largement que le gouvernement effectuait une surveillance électronique fréquente de citoyens, y compris des opposants politiques, des journalistes, des groupes de défense des droits humains et des terroristes présumés. Les responsables de la sécurité auraient fouillé les maisons sans mandat. Les forces de sécurité ont effectué des visites inopinées à domicile.

En 2016, le gouvernement a créé une agence anti-criminalité chargée de coordonner les efforts anti-crise et de mener une surveillance préventive des communications électroniques dans l'intérêt de la sécurité nationale. Relevant du ministère de la Justice, l'agence a le pouvoir exclusif de surveiller toutes les activités de surveillance électronique, mais le décret n'a pas précisé les limites de l'autorité de surveillance ni les protections correspondantes pour les personnes soumises à la surveillance

Liberté d'expression, y compris pour la presse

Les actions du gouvernement comprenaient le harcèlement de certains critiques; application arbitraire de lois vaguement formulées; pressions informelles sur les éditeurs, les éditeurs, les annonceurs et les journalistes; et le contrôle d'une part importante des capacités de publicité et d'impression du pays. Certains médias ont affirmé  que le gouvernement utilisait préférentiellement le contrôle de la plupart des imprimeries et de grandes quantités de publicité dans le secteur public, et que l'absence de règles claires sur ces pratiques lui permettait d'exercer une influence indue sur les organes de presse.

Liberté d'expression: 

Alors que le débat public et les critiques du gouvernement étaient répandus, les journalistes et les activistes pensaient qu'ils étaient limités dans leur capacité à critiquer publiquement le gouvernement sur des sujets qui traversaient des «lignes rouges» non écrites. Les fonctionnaires et les institutions de l'État, et les citoyens ont fait preuve de retenue dans l'expression de la critique publique. La loi criminalisant le discours sur la conduite des forces de sécurité pendant le conflit interne des années 1990 est restée en place, bien que le gouvernement ait déclaré qu'il n'y avait jamais eu d'arrestation ou de poursuites en vertu de la loi. Une loi distincte prévoit une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à trois ans pour les publications qui «peuvent nuire à l'intérêt national» ou jusqu'à un an pour diffamer ou insulter le président, le parlement, l'armée ou les institutions étatiques. Les représentants du gouvernement ont surveillé les réunions politiques.

Presse et liberté des médias: 

L'Agence nationale pour l'édition et la publicité (ANEP) contrôle la publicité publique pour la presse écrite. Selon l'ONG Reporters sans frontières (RSF), la publicité privée existait mais provenait fréquemment d'entreprises ayant des liens étroits avec le parti politique au pouvoir. Bien que l'ANEP ait déclaré en septembre qu'elle ne représentait que 15% du marché publicitaire total, des sources non gouvernementales ont estimé que la majorité des quotidiens dépendaient de la publicité autorisée par l'ANEP pour financer leurs opérations. Le manque de transparence du gouvernement quant à l'utilisation de la publicité financée par l'État lui a permis d'exercer une influence indue sur la presse écrite. Le 14 novembre, Hadda Hazem, rédacteur en chef du journal El Fadjr, a entamé une grève de la faim pour protester contre ce qu'elle a décrit comme la pression du gouvernement sur les annonceurs publics et privés pour priver El Fadjr de recettes publicitaires en représailles de ses critiques du gouvernement.

La police a arrêté le blogueur Merzoug Touati le 25 janvier sur des accusations liées à la publication d'une interview d'un ancien diplomate israélien. Le 13 septembre, Touati a entamé une grève de la faim. Il est resté en détention à la fin de l'année.

Des journalistes de la presse écrite et audiovisuelle indépendante ont exprimé leur frustration face à la difficulté de recevoir des informations de la part de fonctionnaires. À l'exception de plusieurs quotidiens, la majorité des organes de presse écrite dépendaient du gouvernement pour le matériel d'impression physique et les opérations.

La Direction des médias du ministère est responsable de la délivrance et du renouvellement des accréditations aux médias étrangers opérant dans le pays. Bien que cette accréditation soit requise pour fonctionner légalement, la grande majorité des médias étrangers n'étaient pas accrédités. Alors que le gouvernement tolérait leurs opérations par le passé, le ministère de la Communication a déclaré qu'en 2016, le nombre de chaînes satellites privées serait limité à 13 et que les chaînes de télévision étrangères non accréditées seraient fermées. 

Censure ou restrictions de contenu: 

Certains grands médias ont fait l'objet de représailles directes et indirectes pour avoir critiqué le gouvernement.
Du 5 au 28 novembre, Tout sur l'Algérie (TSA), site d'informations en ligne, était inaccessible via Algerie Telecom, le fournisseur d'accès Internet traditionnel (ISP), et via Mobilis, l'ISP mobile public. Algerie Telecom n'a pas fourni à TSA les raisons du blocage. En octobre, le ministère de la Communication a nié toute implication, affirmant que la question revenait à Algerie Telecom. Le directeur de la TSA, Hamid Guemache, a déclaré à RSF que les explications fournies par les autorités "ne sont pas convaincantes" et qu'il soupçonnait un "blocage politique".

Diffamation: 

Les ONG et les observateurs ont critiqué la loi sur la diffamation comme étant vaguement rédigée et ont déclaré que les définitions utilisées ne respectaient pas les normes internationalement reconnues. La loi définit la diffamation comme «toute allégation ou imputation d'un fait portant atteinte à l'honneur ou à la considération d'une personne ou de l'organisme auquel le fait est imputé». La loi n'exige pas que le fait allégué ou imputé soit faux ou déclaration doit être faite avec une intention malveillante de nuire à la réputation d'un autre individu. La diffamation n'est pas un crime mais entraîne une amende allant de 100 000 DZD à 500 000 DZD (877 $ à 4 385 $). Les lois sur la diffamation précisent que les anciens membres des forces armées qui font des déclarations réputées avoir porté atteinte à l'image de l'armée ou avoir «nui à l'honneur et au respect dus aux institutions de l'État» peuvent faire l'objet de poursuites.

Le ministère de la Communication a interdit la vente du numéro d'août de Le Monde Diplomatique, publication mensuelle française, qui contenait un article intitulé "Mémoire interdite en Algérie" sur les conséquences du conflit interne dans les années 1990. Le ministère a déclaré que la discussion de l'article sur la santé du président Bouteflika était préjudiciable au président et a déclaré que la publication ne faisait pas appel de la décision.

La loi criminalise les déclarations dénigrant l'Islam ou insultant le Prophète Muhammed ou «messagers de Dieu». En 2016, la police de Sétif a arrêté Slimane Bouhafs, chrétien converti, pour avoir publié sur sa page Facebook des déclarations mettant en cause la moralité du Prophète Mahomet. 

Corruption: 

Les détracteurs de la loi sur la corruption  ont affirmé la loi protège la corruption de haut niveau du gouvernement et favorise l'impunité.

Les reportages dans les médias et l'opinion publique ont considéré l'absence de charges contre le plus haut fonctionnaire du gouvernement comme une indication de l'impunité pour les responsables gouvernementaux.

En 2016, le Consortium international des journalistes d'investigation a publié un article basé sur les «Panama Papers», documents divulgués par le cabinet d'avocats Mossack Fonseca au Panama, concernant des allégations de pots-de-vin dans le cadre de contrats attribués par Sonatrach, la compagnie pétrolière nationale. Les fonctionnaires du ministère de la Justice ont déclaré que les enquêtes liées aux révélations sur les «Panama Papers» étaient en cours, mais n'ont pas pu fournir de détails supplémentaires en raison des restrictions sur la discussion des enquêtes actives.

La corruption au sein du gouvernement découle en grande partie d'un manque de surveillance transparente. L'Association nationale pour la lutte contre la corruption a noté l'existence d'une loi anti-corruption efficace, mais a déclaré que le gouvernement n'avait pas la «volonté politique» d'appliquer la loi.

Divulgation financière des responsables: 

La loi stipule que tous les fonctionnaires élus et ceux nommés par décret présidentiel doivent déclarer leurs actifs le mois où ils commencent leur emploi, s'il y a un changement substantiel dans leur richesse pendant leur mandat, et à la fin de leur mandat. Peu de représentants du gouvernement ont rendu publique leur richesse personnelle et il n'y avait aucune application connue de la loi.

Les Nations Unies ou d'autres organismes internationaux: 

Le gouvernement a adressé une invitation au Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées ou involontaires en 2014 et de nouveau en 2015, mais aucune visite n'a eu lieu. Le pays a rejoint le CDH en 2014 mais a continué de refuser les visites des rapporteurs spéciaux des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires (pendantes depuis 1998), le contre-terrorisme et les droits de l'homme (en attente depuis 2006) et le groupe de travail sur la détention arbitraire. ). 
Organismes gouvernementaux des droits de l'homme: En mars, le gouvernement a remplacé la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l'homme (CNCPPDH) par le CNDH. Ce nouvel organe des droits de l'homme a l'autonomie budgétaire et la responsabilité d'enquêter sur les violations présumées des droits de l'homme, commente officiellement les lois proposées par le gouvernement et publie un rapport annuel. À la fin de l'année, la CNDH avait présenté son premier projet de rapport au président Bouteflika, mais le rapport n'avait pas été rendu public à la fin de l'année. Au cours de l'année, la CNDH a organisé des séminaires et des ateliers sur des sujets tels que la réforme pénitentiaire et la traite des personnes. Un représentant de la CNDH a déclaré que l'organisation considérait que les préoccupations les plus graves en matière de droits de l'homme constituaient des limites aux droits socioéconomiques, ainsi que des limites à la liberté d'expression.

Personnes handicapées

La loi interdit la discrimination contre les personnes handicapées, bien que le gouvernement n'ait pas toujours appliqué efficacement ces dispositions. Peu de bâtiments gouvernementaux étaient accessibles aux personnes handicapées. Peu d'entreprises ont respecté la loi selon laquelle elles réservent 1% des emplois aux personnes handicapées. Les ONG ont signalé que le gouvernement n'a pas imposé le paiement d'amendes. Le Ministère de la solidarité nationale, de la famille et de la condition féminine a fourni un certain soutien financier aux ONG axées sur les soins de santé, mais pour de nombreuses ONG, ce soutien financier représentait une petite fraction de leur budget. Le gouvernement a fourni des prestations d'invalidité aux personnes handicapées qui se sont inscrites.

La majorité des programmes du ministère pour les enfants handicapés sont restés dans des centres sociaux pour enfants handicapés plutôt que dans des établissements d'enseignement formels. Les groupes de défense des droits ont signalé que les enfants handicapés fréquentaient rarement l'école après le secondaire. Beaucoup d'écoles manquaient d'enseignants formés pour travailler avec des enfants handicapés, menaçant la viabilité des efforts visant à intégrer les enfants handicapés dans les écoles publiques.

De nombreuses personnes handicapées ont eu des difficultés à voter en raison de centres de vote dépourvus de fonctions accessibles.

Actes de violence, discrimination et autres abus fondés sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre:

La loi incrimine les relations sexuelles consensuelles homosexuelles entre hommes et femmes et l'indécence publique avec des peines qui comprennent une peine d'emprisonnement de six mois à trois ans et une amende de 1 000 à 10 000 dinars (9 à 92 dollars). La loi prévoit également des peines de deux mois à deux ans d'emprisonnement et des amendes de 500 à 2 000 dinars (4 à 17 dollars) pour toute personne reconnue coupable d'avoir commis un «acte homosexuel». Si un mineur est impliqué, l'adulte peut à trois ans d'emprisonnement et à une amende de 10 000 DA (87 USD). Les activistes LGBTI ont rapporté que le vague libellé des lois identifiant les "actes homosexuels" et les "actes contre nature" a permis des accusations massives qui ont abouti durant l'année à de multiples arrestations pour relations sexuelles entre personnes du même sexe mais pas de poursuites connues. Des personnes LGBTI auraient été arbitrairement détenues et abusées physiquement et sexuellement par des policiers au cours de l'année. 

Autre violence ou discrimination sociétale

Des universitaires et des militants ont déclaré que les migrants d'Afrique subsaharienne étaient parfois victimes de discrimination et qu'il existait des tensions dans certaines communautés entre les populations autochtones et les populations migrantes.

Droits des travailleurs

Le gouvernement a affirmé qu'il y avait 101 syndicats et organisations d'employeurs enregistrés. Aucun nouveau syndicat n'a été enregistré entre janvier et septembre, et le gouvernement a déclaré qu'il n'avait reçu aucune demande.  Les tentatives des nouveaux syndicats de former des fédérations ou des confédérations ont été confrontées à des défis similaires. Les représentants du Syndicat national autonome de l'administration publique (SNAPAP) ont déclaré que le syndicat continuait de fonctionner sans statut officiel. Le gouvernement a continué à refuser la reconnaissance à la Confédération autonome générale des travailleurs d'Algérie (CGATA), une confédération syndicale indépendante qui comprend des syndicats et des comités du secteur public et économique. Les membres de la CGATA comprenaient des travailleurs des syndicats représentant les administrateurs du gouvernement, du personnel diplomatique, des employés de l'électricité et du gaz, des professeurs d'université, des travailleurs des transports publics et des postes, et des avocats. La confédération comprenait également des migrants travaillant dans le pays. Le SNAPAP et d'autres syndicats indépendants ont été confrontés à l'ingérence du gouvernement tout au long de l'année, y compris l'obstruction officielle aux réunions de l'assemblée générale et le harcèlement policier lors des manifestations de sit-in. En outre, le gouvernement a restreint les activités syndicales et la formation de syndicats indépendants dans certains secteurs critiques des services publics, tels que le pétrole et le gaz et les télécommunications. 

L'intimidation anti-syndicale était monnaie courante et plusieurs grèves ont été déclenchées en réaction au refus du gouvernement d'étendre la reconnaissance officielle aux nouveaux syndicats naissants et à sa pratique de ne s'engager qu'avec l'UGTA.

Auteur
B. Karima
 

Commentaires

Permalien

Les USA , en tant que première puissance impérialiste , avec un palmarès unique dans l'Histoire , les USA donc sont mal placés pour jouer aux arbitres ! Cela revient à une institution internationale libre et impartiale . Mais ... où la trouver ?
Mr Ali Missouni US Goulag in Algeria .

Permalien

Nous vivons sous une dictature avec une mafia au pouvoir. Boudiaf l’a dit...allah yerahmou....finalement c’est mieux que les autres nous le rappellent. Ils peuvent faire mieux, les expulser avec leurs familles et saisir le fric volé, jusqu’à ce que justice soit faite. Pauvre peuple!

Permalien

A relativiser...car Il n'y aura de suite ni d'un cote ni de l'autre

Permalien

Les grandes puissances ne se meuvent que pour défendre les intérêts de leur pays et c'est ainsi qu'ils "placent" des "pantins" dans des pays domines pour mieux asseoir leur hégémonie. Tous les Tartarin de Tarascon qui gouvernent dans le tiers-monde sont à la solde de ces puissances qui font tantôt du cinéma, tantôt du théatre pour amuser la galerie mais qui n'omettent jamais de reconduire dans leurs fonctions les sbires qu'ils nomment.
Au départ des turcs, HUSSEIN DEY n'a pas rendu compte au peuple algérois ou algérien de sa gestion pire, il a abdiqué et négocié son départ en sauvant ses biens et sa fortune en remettant la clef d'Alger.
Les Français ont fait de même en 1962 pour ceux qu'ils avaient préparé pour ce faire (les planqués de l'armée des frontières). BENBELLA le marocain n'a jamais rendu compte de sa gabegie, BOUMEDIENNE de même, CHADLI, idem et j'en passe et ce ne sera pas l'homme à la charrette qui rendra des comptes au peuple qu'il méprise. Tous les grands voleurs de ce peuple finiront par être volés par les voleurs qui les ont mis sur le koursi mais personne ne rendra des comptes au trésor algérien tant que le peuple de toutous que nous sommes craignons pour nos vies croyant que nous vivons alors que nous sommes morts depuis bien longtemps, le jour où nous avions perdu notre âme en devenant peureux des lâches et des tyrans qui nous gouvernent.

Ne dit-on pas : "Aides-toi et le ciel t'aidera"?

Alors, cessons de tout balancer sur dieu et prenons-nous en charge: la peur doit changer de camp.

Permalien

ajouter ceci : on oblige les algériens de souche vivant a l etranger a se faire inscrire dans les ambassades et d avoir un passeport algerien pour pouvoir venir visiter la famille en algerie. pour dire que le gouvernement ne reconnait pas votre identité et lieu de naissance.
l algerien n est pas mieux que jean/paul/leon/enrico/jacqueline, etc...
pour obtenir un visa pour votre propre pays (l algerie) il faut payer 60euro et faire un dossier ... il est même passible de refus de visa si jamais votre compte Facebook n est pas a leur gout ou pour toutes autres raisons qu ils ne vous feront jamais savoir ...

Ajouter un commentaire