Aller au contenu principal
Body

Débat

"L’indépendance confisquée" de l'Algérie

A défaut de président on promène son cadre à Alger

« Etre libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres ». Nelson Mandela

« La pauvreté dans la liberté est préférable à la soumission dans l'opulence ». Ahmadou Kourouma

La célébration officielle de l’indépendance nationale qui a marqué les esprits des Algériens sur des générations et qui devait ouvrir la voie vers la fondation d’un Etat démocratique moderne, respectueux de toutes les libertés, est venu, le 5 juillet 2018, pour confirmer encore que le pays est entré dans une nouvelle ère : non pas celle du culte de la personnalité qu’il a pratiquement toujours connu mais tout simplement celle de la servilité et de l’iconolâtrie !

Aux antipodes des idéaux de cette indépendance, ce jour-là, de hautes personnalités politiques de ce pouvoir, se mirent en garde à vous devant un portrait de Bouteflika !

Cela me rappelle 1984 de George Orwell ou le portrait d’un certain Big Brother, omniscient et omniprésent qui surveille la cité ou nul ne peut échapper à sa vigilance.

Ensuite, une oraison dithyrambique des plus marquantes fut prononcée par un imam en l’honneur de Bouteflika ! Tels ces courtisans dont la spécialité était de chanter les éloges du calife ! Cet imam apologiste ne tarit pas d’éloge sur Bouteflika, et ne demanda pas moins au bon Dieu que de protéger notre très « cher président guide», de guider ses pas et de lui procurer santé et longue vie et d’être parmi ses gens justes, et j’en passe !

Et l’indépendance ? La liberté ? Le peuple dans tout ça ?

Algériens vous êtes ainsi comblés, Dieu vous envoyé un bienfaiteur ! Alors de grâce, soumettez-vous au risque d’encourir le courroux divin ! Vous ne pourrez jamais avoir mieux. Vous êtes indépendants mais pas libres !

Même ce pauvre imam ignore sûrement que pendant l’extermination de centaines de milliers de gens (Oran, Marrakech, etc ) par les Almohades, un Imam estimé, El Iyadh (Abdul fadhl Alquadhi ), très connu et auteur du célèbre al-Shifa bita'rif Houqouq al-Mustafa, préféra mourir, transpercé par des lances plutôt que de rédiger une lettre où il devait simplement dire qu’Ibn Tumert est infaillible ! Il répondit : je ne trahirais pas ma raison !

Malheureusement les nôtres n’ont plus cette raison !

Lors de la cérémonie de ce 5 juillet, le président Bouteflika était là, assis sur sa chaise roulante, hébété, totalement absent, les yeux hagards, ne saisissant pratiquement pas ce qui se passait autour de lui. Il marmonnait. Il arrivait difficilement à joindre ses mains et à les porter ensuite à sa bouche pour clore la Fatiha, et se délivrer enfin de cet exercice combien si éprouvant pour lui.

Puis péniblement, avec une force surhumaine, il saisit et embrassa enfin le drapeau national !

C’était ça l’image forte que transmettait l’Algérie au monde ! Un pays pétrifié, prisonnier d’une oligarchie gérontocrate malade, et au crépuscule de sa vie.

Qui fera donc confiance à un tel pays ?

Ce pouvoir s’est approprié tous les symboles, et a confisqué cette indépendance. Il s’agrippe, tel un vieillard à sa canne, au passé et aux mythes, pour justifier son existence et sa raison d’être à défaut de regarder vers l’avenir et relever les défis du siècle ! Il reste au stade des forfanteries dont il en a fait son programme politique.

Les Algériens s’attendaient avec cette indépendance à être enfin vraiment libres, en sécurité, dans une Algérie démocratique et plurielle, mais ils déchantèrent assez vite.

Depuis 1962, ce ne fut qu’une suite de luttes de clans pour le pouvoir ! En 2018, ils sont toujours emprisonnés de leurs opinions, leurs idées, leurs cultes et surtout considérés comme mineurs et à la merci d’un pouvoir arbitraire.

Ce dernier a tout balisé. L’Algérien n’est rien d’autre qu’un simple sujet au lieu d’être ce citoyen à part entière. Il vit dans la terreur et la hantise, avec l’épée de Damoclès suspendue sur sa tête ! Au moindre mot, critique, parole il est arrêté !

Le pouvoir, en détournant cette indépendance de son but final frustre terriblement les Algériens ! Et l’enthousiasme du début, a vite laissé place au désenchantement.

Qui a un instant pensé sous la colonisation qu’après l’indépendance, les enfants (même les compétences) de l’Algérie ne penseraient qu’à la fuir en risquant leur vie en mer, sur des barques de fortune ? C’est plus qu’un signal de détresse : un désaveux !

Les vingt ans de règne de Bouteflika ont gravement compromis les derniers espoirs de plusieurs générations. La jeunesse a décroché et se désintéresse de tout. Certains ne savent même pas ce que signifie le 5 juillet ! Et c’est la triste vérité. Il suffit de faire un petit sondage dans son entourage pour s’en rendre compte !

A trop tirer sur la corde, ce pouvoir a fini par la rompre !

Ainsi, toute commémoration a fini par être assimilée, dans le subconscient des Algériens, à une fête du pouvoir !

Comme on dit, chat échaudé craint au froide. L’Algérie a fini par devenir otage d’un certain passé mythique, sciemment entretenu et imposé, afin que la léthargie persiste assurant ainsi la pérennité du système et arrangeant ses affaires.

Ce pouvoir utilise les mêmes méthodes que celles des extrémistes religieux : mensonge, diversion, falsification, culpabilisation du citoyen pour qu’il ne prenne pas conscience des vrais enjeux politiques et ne puisse remettre en causes leur logique.

En culpabilisant l’Algérien, en utilisant le sacré, en le désinformant et en cultivant un nationalisme biaisé et chauvin, on l’isole des autres cultures et peuples. On lui ôte toute capacité de résistance et d’analyse objective des faits et évènements.

Ces «fabulateurs » se targuent de mener l’Algérie à bon port, vers un avenir radieux ! Bien sûr en se partageant ses richesses !

Bouteflika, en s’exposant (ou exposé) dans ce piteux état, a ainsi donné le coup de grâce à cette journée mémorable ! Il a éteint le flambeau sacré de tout idéal rêvé par la jeunesse.

Vous avez tout falsifié ! Et vos mensonges se transmettent à certains et s’incrustent doucement mais sûrement dans leurs mémoires par le biais de l’école, la mosquée, la redondance de vos « exploits » si « grands » !

Tout vous est permis ! Vous avez « l’immunité » du passé, vous pouvez donc faire ce que vous voulez, même vous installer en France ! C’est normale pour un simple Algérien pas pour vous. Car vous avez floué le peuple!

Pour vous, nous sommes les damnés ! Nous garderons le temple pour vous, quand vous serez loin ! Bien loin ! Ou dans un hôpital français ! Nous crèverons ici dans le dénuement total et que vive l’indépendance ! C’est ce que vous vouliez qu’on répète ici à votre place !

Messieurs, vous n’avez pas le monopole de l’indépendance ! Ni de la guerre de libération ! Car vous avez trahi les idéaux du 1er Novembre !

Que certains ne joue pas à la vierge effarouchée ou les patriotes invétérés !

C’est ça l’Algérie d’aujourd’hui, celle de ces jeunes qui se noient au large du pays. Mais vous, vous n’existez déjà plus, même en détenant le pouvoir et la baïonnette.

En considérant tous les Algériens comme des moutons de Panurge, et pas comme des citoyens «indépendants » et libres, en les traitant comme des mineurs, avec arrogance, mépris, injustice et en entretenant la corruption, le blanchiment d’argent et maintenant même la cocaïne, vous ne pouvez que les pousser soit vers le nihilisme, le terrorisme islamiste ou la fuite de ce pays !

Mais résumons. Si l’indépendance n’avait pas été confisquée et les vrais héros évincés, il n’y aurait jamais eu d’adorateurs de portrait, ni un président impotent et aphone, ni des jeunes qui fuient leur pays, ni des intellectuels qui s’installent sous des cieux plus cléments, ni des milliardaires grâce à la dilapidation des richesse et à la corruption, ni, ni etc. Car nos vrais héros sont jaloux et honnêtes pas des « affairistes » !

Dans tous les pays oligarchiques et particulièrement arabes et ceux qui se disent arabes, les dirigeants ne quittent le pouvoir que morts ou chassés par leurs peuples. Ce n’est donc qu’une question de temps.

Auteur
Rachid B.
 

Commentaires

Permalien

De quel 5 juillet parle t-on ? celui de 1962 ? Pour moi c'est celui de 1830 avec d'autres gérants, sous d'autres chapeaux, d'autres vêtements…Sillonnez le pays, voyez nos villes, nos villages nos campagnes, ils ont perdu leur lustre d'antan cinquante ans après cette pseudo indépendance.
Le pays est ruiné, notre monnaie ne vaut plus rien, nos terres sont confisquées par une engeance qui se prétend détentrice de la légitimité historique, notre école forme des chômeurs, notre société à muté dans le mauvais sens, il n'y a plus de civisme, l'Algérien a perdu sa personnalité celle qu'il avait et qui lui avait permis de prendre les armes contre l'ancienne puissance et arraché son indépendance, seulement quelques heures.la primauté du civil sur e militaire a abdiqué, nos lois défendent l'injustice, et la gabegie qui ont enfanté deux fléaux graves, la drogue et la fausse monnaie !
Où allons nous, qui pourra sauver ce qui reste de nos institutions gravement gangrénées !

Permalien

Entre autres merveilles bâties par les romains, le pont du Gard reste, après deux milles ans, debout et fier comme au premier jour. Cette entrée amène ma question : Combien d’années durerait l’autoroute livrée par les chinois et les milliers de logements de carton-pâte ? Déjà des écroulements sont signalés le long de l’A1 ; les fissurations des immeubles, bâtis à la va vite, annoncent elles des effondrements meurtriers.
C’est que chez nous tout est fait avec pour seule échéance : le provisoire ! Le souci de la durabilité est aussi absent de nos mœurs que ne l’est celui du travail bien fait. Ce n’est pas l’obsolescence programmée, c’est l’obsolescence immédiate ! Slek est notre alpha et notre oméga .Regardez les fils téléphoniques qui pendouillent, les trottoirs qui s’enfoncent, les arbres qui s’arrachent du sol, les chiens errants au centre de villes, les villages laids, j’oubliais les hôpitaux qui puent la mort, etc…
Des plans quadriennaux aux programmes scolaires en passant par la dilapidation du milliard d’euros en fanfreluches, tout y invite (ou pousse).La faute incombe toujours à ceux qui violent les constitutions : premier geste vers le désordre ; et la manière gauche du maçon n’est que le pendant parodique des agissements criminels de ceux qui vous savez.
Au demeurant, à quoi ont servi ces programmes pharaoniques par le coût, mais lilliputien par le résultat ? A pousser presque tous les algériens à vouloir en bénéficier ; cela rapporte des millions sans le moindre effort. L ‘une des astuces, entre mille, consiste à improviser des taudis aux alentours des villes et bénéficier ipso facto d’un appartement qui sera aussitôt revendu sans même y mettre les pieds. Bien sûr, pour d’autres : être un proche d’un wali, d’un ministre, d’un général donne droit au précieux sésame. Le népotisme est devenu La Souna ; malheur à ceux qui naissent en dehors des castes qui se partagent le pouvoir. Il en des logements comme de tous les autres biens. J’ai pour voisine la sœur d’un général ; et aucun des 4 fils de la dame en question n’a accompli le service national (malgré le fait d’avoir fait des « études universitaires « ), et comme par miracle, ils ont tous été recrutés par des entreprises publiques alors que chômage…
Le constat est connu, et chacun, hormis la couche prébendière, mesure les conséquences du ressentiment d’une jeunesse qui n’a droit à rien, et dont l’espoir est de mourir en méditerranée plutôt que de vieillir ici au pays des gérontes cancéreux et apoplectique.
Mais que font les héritiers du Malg ? Ils observent, comme tous les algériens, que les agissements criminels sont annonciateurs de sombres lendemains pour tout le pays. يا دبايلي أنا على زبانة et les milliers d’autres qui sont morts pour que le clan de oujda et pour que le tonitruand(sic) ouldabbès tienne la haut du pavé.

Permalien

Le pays a énormément régressé, sur tous les plans, économique, politique, social, culturel, cultuel.
Nous n'avons pas d'homme d'état capable d'avoir une vision clair sur la construction, d'un état, d'une nation, d'un pays. Un président déclarait avec un évident manque de sincérité, que les états démocratiques ont mis des siècles pour bâtir leur démocratie, laissez-nous alors le temps de le faire (cad sans se presser). Les siècles dont parle cette personne n'avaient pas atteint le niveau de progrès, de développements et de moyens de communications d'aujourd'hui l'internet, les médias, facebook et tous les réseaux sociaux d'aujourd'hui.
Il faut le dire sans ambages, notre pays a été livré à toutes sortes de prédateurs, d'incompétents, de voleurs, de voyous. Sinon comment expliquer un tel bilan catastrophique avec toutes les richesses humaines et naturelles dont disposent le pays. Et quel pays, 1600 km de littoral, une superficie qui fait 5 fois la France regorgeant de matières premières de valeur. De véritables et honnêtes hommes auraient fait de ce pays un Eldorado ! Oui, où toutes les couches de la société seraient satisfaites en matière de logement, de santé, de loisirs, la qualité de vie aujourd'hui ne concerne qu'une infime catégorie. Que voit-on aujourd'hui de prétendus managers, hommes d'affaires à la tête de fortunes colossales, fortunes acquises en un laps de temps très court ! Personne ne demande l'origine de cette richesse, ni le fisc ni la justice ! Une richesse exhibée sans honte de manière ostentatoire, blessant rudement la misère des gens ! Chacun d'eux avait eu sa part d'exploitation octroyée par des contrats bien faits. Un exemple édifiant, les travaux des routes, des rues se font sans respects des normes, au point où les gens ne disent plus "monter sur le trottoir" mais descendre sur le trottoir, à force de superposer des couches, les crevasses les nids de poules, des carrelages cassés la plus part, ce qui entraine des chutes de personne, plus encore, allez voir la stagnation des eaux de pluies ou d'arrosage, les caniveaux en majeure partie n'existent pas !! Est-ce normal qu'un maire se taise ses ces malfaçons..
Notre jeunesse fout le camp elle a raison, tout est cher, les loisirs, le loyer, le mariage, les plages sont livrées aux voyous ! Nos service ont-ils à ce point peur d'affronter ces hors la loi ? Incroyable. Toutes les conséquences de cette mauvaise gestion se répercute sur notre vie, notre avenir et surtout nos générations ! Il est temps que le bateau ou le fleuve reprenne sa voie originelle !! Il ne faut pas attendre
que les choses dégénèrent !!

Permalien

La liberté s'acquière par des luttes contre ce système militaro-arabo-islamo-baa3thiste qui nous a été imposé à la veille de la pseudo indépendance par l'armée des frontières... Dire que nous sommes indépendants je ne l'ai jamais pensé, car pour être indépendant c'est être libre de ses mouvements or l'Algérie n'est toujours pas libre puisque la France politique dirige depuis l'Élysée, nous qui sommes contre nous le vivons encore, il faudrait que nous soyons tous unis et avoir la capacité de le déraciner pour ne plus qu'il ne se régénère. Ce régime en question est à l'agonie, il faut l'achever sans merci parce qu'il nous a fait beaucoup de torts. Quant à ceux qui ont la mémoire courte je les plains.

Permalien

Monsieur Rachid B votre texte est vide parce que ce que vous racontez est vieux et deja connu.
Nous les Algeriens sommes nes pour etre traites ainsi, traites avec mepris et arrogance. Nous sommes laches et nous le savons nous manquons de courage.
Vous aussi vous manquez de courage la meilleure preuve vous avez peur d'ecrire Votre nom complet (your full name).
Je vous defie TOUS, Fakhamatou sera reelu et la vie contunuera comme au 1ier deuxieme, 3ieme et 4ieme mandat.

Nous sommes devenus symboles de
LACHETE, SALETE, ET CORRUPTION

Permalien

Quand on a affaire à un président objet sans honneur c'est normal qu'on trimballe son cadre un peu partout dans la rue ,dans la mosquée ,un jour peut être dans les hammams et les bordels.

Permalien

Le problème central du pays et avec toutes les conséquences qui en découlent sur le pays c'est la santé du Président que l'on ne voit plus et que l'on n'entend plus depuis des années, ceci dans le cadre de sa fonction. Il faut absolument imposer à ceux qui parlent sans honte au nom de président de reconnaitre que le Président ne gère plus sinon qu'il s'adresse directement à son peuple ! Cette imposture a assez durée !

Permalien

Malheureusement c'est la triste vérité !Ils continuent de dilapider l'Argent du pays en toute impunité et nous faire vivre avec le passé !Mais personne n'est dupe.Ce qui est desolant c'est que pratiquement il n'y a plus de partis d'oppositions .Ils ont peur de se mouiller et affronter ce pouvoir!

Permalien

L’indépendance confisquée depuis le Congrés de Soumam , qui a placé des gens régionalistes de la trempe de Abbane , qui a fait devier le trajet de la revolution en negociant avec la france, le mauvais sort a commencé avec le putch qu'il fait au Soumam .

Permalien

L'Algérie a besoin de vrais députés, de vrais politiciens, d'un vrai peuple éduqué, civilisé, émancipé, responsable, instruit, tolérant, laïc comme celui de la Norvège pays de 300.000 habitants qui ne pense jamais et à son sachet de lait et à sa baguette de pain. Ce petit pays était en crise durant et aujourd'hui devenu prospère et ce grâce à leur mentalité de Viking. Nous aussi nous pouvons faire pareil mais à condition que les vrais Kabyles aient le pouvoir élus démocratiquement. C'est ainsi qu'on pourra sortir de cette situation macabre. Je répugne le régime et les islamistes, je me rappelle et je rappellerai toujours de la décennie noire... Les Lindjas étaient venus chez nous, ils ont fait pleuré mon beau frère décédé aujourd'hui, ont même pris de l'argent en devise à mon frère, etc... Moi je suis pas de cette Algérie quoique vous fassiez, quoique vous pensiez... L'Algérie a besoin d'un grand changement radical... Mais pour ce faire faudrait que nous ayons un peuple très loin de l'ignorance... L'ignorance c'Est la sagesse... C'est un interprète qui me l'avait apprise à l'école durant mon service national que je regrette de l'avoir passé car deux années perdues.

Permalien

Ce n'est pas normal d´écrire "c'est normale" avec un "e" à la fin.

Ajouter un commentaire