Aller au contenu principal
Body

Alors que MBS est à Alger

L'Iran veut aider l'Algérie à sortir de la dépendance au pétrole

L’Iran veut aider l’Algérie à sortir son économie de sa dépendance accrue aux hydrocarbures en lui transférant son expérience en la matière, a déclaré le 2 décembre, le jour de l’arrivée du prince Mohammed ben Salmane en Algérie, l’ambassadeur iranien à Alger.

Le 2 décembre, le jour de l'arrivée du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane Al Saoud en Algérie dans le cadre d'une visite officielle, que le gouvernement algérien a tenu à circonscrire dans un cadre de coopération économique, Reza Amiri, l'ambassadeur d'Iran à Alger, a annoncé dans un entretien avec le site d'information Tout sur l'Algérie que son pays était prêt à aider cet État nord-africain à résoudre le plus épineux problème de son économie, à savoir sa diversification hors hydrocarbures. 

«Nous constatons en Algérie une dynamique positive en ce sens où sont prises des décisions politiques visant à diversifier les exportations et à diminuer le taux de dépendance aux hydrocarbures», a déclaré le diplomate. «L'Iran est disposé à transférer à l'Algérie son expérience importante dans ce domaine de la diversification de l'économie et de la réduction de la dépendance aux hydrocarbures», a-t-il encore affirmé.

Tout en rappelant que son pays avait réussi la prouesse de transformer son économie qui était dépendante des hydrocarbures à 95% au lendemain de la révolution islamique en 1979, en une économie où le pétrole et le gaz assurent actuellement uniquement 30% des revenus de l'Iran, l'ambassadeur a souligné que «nous avons enduré de nombreuses crises et problèmes pour parvenir à ce résultat». «Nous avons dû pour cela compter sur le développement de l'industrie, de l'agriculture, de la pétrochimie et sur la limitation des importations qui n'étaient pas nécessaires».

Identifiant le potentiel d'une coopération économique intense entre les deux États, le responsable iranien a souligné que «l'Algérie a une situation géographique et stratégique importante en Afrique du Nord». «C'est la porte du continent africain et sa proximité avec l'Europe et d'autres pays accroissent son importance commerciale et économique», a-t-il encore expliqué.

Dans cette optique, évoquant à titre d'exemple un possible partenariat industriel entre l'Algérie et l'Iran, M. Amiri a dévoilé que «de nombreuses grandes entreprises iraniennes qui ont de grandes capacités de production ont annoncé leur disposition à investir sur le marché algérien». «L'Algérie a besoin de beaucoup de matières premières produites actuellement en Iran, tout comme les services techniques et d'ingénierie diverse qui sont également éligibles à l'exportation vers le marché algérien», a-t-il encore ajouté en précisant que «le côté iranien est, de son côté, en train d'identifier les marchandises produites localement en Algérie pour les importer en Iran».

En conclusion, tout en rappelant que l'Algérie et l'Iran avaient des relations politiques historiques fraternelles, Reza Amiri a souligné qu'«il y a une volonté forte chez les dirigeants des deux pays à resserrer et renforcer encore plus les relations bilatérales dans tous les domaines».

Pour rappel, à trois jours de l'arrivée du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane Al Saoud en Algérie dans le cadre d'une visite officielle, l'Iran a dépêché le mercredi 28 novembre Abbas Araghchi, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, à Alger pour discuter des relations bilatérales entre les deux pays et les moyens de les développer davantage, a annoncé l'Agence de presse de la République islamique (IRNA), en affirmant que ces entretiens étaient habituels entre les deux États. Cependant, n'étant pas annoncée par l'Algérie Presse Service (APS), la visite du diplomate iranien a suscité des interrogations quant à son enjeu.

Auteur
Avec Sputnik
 

Commentaires

Permalien

L'economie de l'Iran n'est que 30% dependant des hydrocarbures a cause du boycotte qui lui a ete imposee par certains pays occidentaux et non parceque les Iraniens sont plus intello que qui que ce soit ce qui n'est pas le cas. Ce pays controlles par les Ayatollahs est dans une crise economique aigue et a ma connaissance n'as rien a apporte a l'Algerie

Permalien

L'economie de l'Iran n'est que 30% dependant des hydrocarbures a cause du boycotte qui lui a ete imposee par certains pays occidentaux et non parceque les Iraniens sont plus intello que qui que ce soit ce qui n'est pas le cas. Ce pays controlles par les Ayatollahs est dans une crise economique aigue et a ma connaissance n'as rien a apporte a l'Algerie

Permalien

notre pays devrait suivre les démarches entreprises par des pays comme la Turquie et l'Iran qui peuvent l'aider à développer son économie et créer des millions d'emplois peut être même supprimer le chômage mais malheureusement les importateurs c'est à dire les vrais maîtres de l'Algérie n'en veulent leur devise est : " ne rien produire localement mais tout importer"

Permalien

Que cherche ce Qureshi des temps modernes en Algérie?
La coïncidence c'est que lui il représente son père le roi malade et grabataire et Armimez représente son altesse Aziz aussi malade que grabataire. ayimghiden ahaw sen yubass!!!

Permalien

l'iran ne respire que grâce à son utilité (pour les occidentaux) dans les conflits du moyen orient, et trump le prouve en allégeant son embargo contre les ayatollahs, puisque il permet à ses alliés, turquie et chine de s'approvisionnaient en iran, drôle d'embargo tout de même,
y a pas une seule économie dans le monde qui ne dépend pas des hydrocarbures, celles des pays comme l'allemagne, la france, la turquie, la suisse, la norvége, la chine, la hollande,
pour produire et exporter on a pas besoin d'un autre pays , il suffit de s'y mettre, et maintenant y a beaucoup de produits algériens qui sont commercialisés à l'étranger, amérique, europe, afrique, asie, le probléme s'est d’avoir toujours des produits concurrentiels avec un bon rapport qualité/prix, tout en sachant qu'il y a des pays qui exportent pour des dizaines de milliards de dollars, des produits de mauvaises qualités, spécialement la chine, et pour ça y a pas de savoir-faire particulier,
l'algérien n'est pas fait pour le travail, à la fin des années 70, l'algérie disposait d'un tissu industriel important et moderne, des millions d'ha de terres agricoles fertiles de première qualité, et d'importantes resserves de pétrole et de gaz, et ça n'a servit à rien du tout,
même avec les extraterrestres ça restera comme ça,

Ajouter un commentaire