Aller au contenu principal
Body

Des policiers l'avaient tabassé pour avoir parlé sa langue

Messaoud Nedjahi: "À l'époque de Boumédiène, parler chaoui menait en prison". (Vidéo)

Messaoud Nedjahi, écrivain et artiste Chaoui, universitaire spécialiste de la mythologie berbère, était l’invité de la nouvelle émission de Hicham Aboud de ce 10 janvier 2019. Venu pour parler de l’évolution de la question amazigh et plus précisément de l’identité chaoui, il a raconté toutes les difficultés et la répression qu’il a subie avec les autres militants de la cause amazigh, et des populations chaoui durant les années 1970 et jusqu’à très récemment.

« Je n’ai jamais cru voir consacrer la langue amazighe comme langue officielle de mon vivant », explique-t-il à Hicham Aboud. « J’ai été cassé par un policier qui m’a roué de coups parce qu’il m’a entendu parler ma langue en me disant, en chaoui, qu’il allait faire de moi un vrai Arabe », a-t-il raconté. Un témoignage qui montre à lui seul, la volonté politique de Boumediene, de réprimer violemment et par tous les moyens l’Homme chaoui et de l’effacer de l’existence. « À l’époque coloniale, nous avons subi les affres des autorités françaises qui nous interdisaient de chanter en berbère. On était passible d’un an de prison et de 5000 francs d’amande pour une simple chanson dans un mariage. Ils ont fini par verbaliser les organisateurs des fêtes pour faire simple. Ce qui a fait que des chanteurs comme Aissa El Jarmouni, n’ont chanté que très peu en chaoui durant toute leur carrière », racontait le psycho-anthropologue qui suggérait que la politique identitaire post-indépendance s’inscrivait dans le prolongement de la politique répressive coloniale.

M. Nedjahi a également rapporté que les chaoui ont fini par avoir peur de parler leur langue et que c’était devenu un réflexe, « surtout pour les hommes » de ne parler entre eux qu’en arabe, particulièrement lorsqu’ils descendaient de leur village. « On disait alors dans les villes algériennes, afin de nous humilier : le Chaoui Hachaq (sauf votre respect) », témoignait-il. Un "slogan" repris très recemment par un des "clowns "de la république de Bouteflika, l'ex-premier ministre Abdelmalek Sellal.

M. Nedjahi, ce militant de la cause berbère, a également expliqué qu’à cause de son activisme identitaire, il a passé plusieurs années en prison et qu’il a été privé de son passeport, et n’a pu rentrer en Algérie qu’aux alentours de 2008. Un témoignage affligeant, à écouter et à méditer.

Auteur
B. Karima
 

Commentaires

Permalien

Mr Nedhahi donnes un temoignage un peu burlesque de son experience avec la repression arabo-islamiste de la culture et peuple Amazigh. Il aurait du presenter les choses avec plus de gravite.

Permalien

ON attendant il utilise l' arabe pour signer le territoire! Fakou, il veut enraciner les migrants.
Nous vendre des berbères arabes partiellement pour justifier l' État arabe.

Permalien

Notre Amazighité est incompatible avec toute forme d'arabisation, minime soit elle! Donc cette berbérité de convenience ne marche pas. La constitution algérienne est arabe dès son architecture….

Permalien

sans les chaouis , vous allez au mur avec une cause perdante, les chaouis ont tous l'histoire des Amazighs , àpartir de Massinissa , Youba , Yougharta , de la numidie, jusqu'au Kahina, et Kousseila ,

Permalien

On est les héritiers de Dubaï massinissa jugurtha. Croire que le fait que batna serait le point géographique de la capitale politique berbère ferait de ceux que l' on nomme actuellement chaouis, qui ne le sont pas est une truffe. Le folklore dit chaoui les dances guerrieres et le vestimentaire est en réalité d' origine arabe précisément d' irak. Il faut tenir compte du fait de déplacement des populations vers les montagnes suite à l' invasion hillalienne. Les vrais chaouis ont été massacrés le reste à subi l' arabisation. En sus les valeurs culturelles juridiques architecturales sont préservées en kabylie.

Ajouter un commentaire