Aller au contenu principal
Body

DIGRESSION

Moi, Bouteflika, je serai toujours président après le 18 avril sans élection !

Moi, Président Abdelaziz Bouteflika, je serai toujours là ;

Moi, Président, je prolonge sine die le 4ème faute de briguer le 5ème ;

Moi, Président, je ne me présenterai plus au 5ème, je maudis ce nombre qui m’a porté la poisse, « d’ailleurs il n’en était jamais question», mais, je prolonge le 4ème ;

Moi, Président, « il n’y aura pas de cinquième mandat et il n’en jamais été question » si le 4ème n’était pas arrivé à son terme, il y aura donc à la place un 4 bis, car je vois que mon peuple est allergique au nombre « 5 ». Je ne ménage donc aucun effort quoi qu’il ne m’en reste plus pour  prolonger le 4ème et cesser de parler du 5ème ;    

Moi, Président, en toute fidélité aux serments des Barbares que je me suis fait, je ne me déboulonnerai pas de mon fauteuil roulant et présidentiel : j’y suis, j’y préside, donc  j’y reste ;

Moi Président j’invoque la grâce et le soutien de Dieu le Tout-Puissant pour me donner de l’assistance et de la santé afin de rester au pouvoir voir mon peuple manifester pacifiquement ;

Moi, Président, je reporte l’élection présidentielle, je suis trop vieux et malade pour m’amuser à ce genre de mascarades avec des jeunes,

Moi, Président, je remercie le peuple pour son cri du changement et j’ai l’honneur de me charger de conduire ce changement tout en me reconduisant à la présidence après le 18 avril,

Moi, Président, je vous ai compris, j’ai compris vos appels au changement, j’ai ainsi remplacé Ouyahia par Bedoui et j’ai gratifié Lamamra pour ses services loyaux en lui créant un poste de vice-premier ministre ;

Moi Président, je n’ai besoin de soutien de personne maintenant, merci le peuple, ni de Sellal, ni de l’alliance présidentielle ni de fraudeurs, ni de courtisans, je prolonge directement mon mandat et j’y reste.

Moi, Président qui n’a jamais été élu, malade et incapable de présider un Conseil des Ministres, de prononcer deux ou trois phrases, je préside le changement faute de présider le pays,

Moi Président hors la loi, jamais élu, jamais respecté la limitation des mandats, jamais respecté l’article 102 de la Constitution, je serai un président hors-la loi après le 18 avril ;

Moi, Président haraga, je me maintiens au pouvoir en dépit de l’illégalité du séjour ;  

Moi, président, j’ai compris votre slogan «  makench el Khamsa y a Bouteflika ! », je refais le 4 alors ;

Moi président, je vous envoyé une lettre de Genève pour vous dire que je suis encore vivant et je vous écoute ;

Moi, président, de retour hier en Algérie, malgré mon état de santé et mon âge avancé, je me suis mis au travail dès mon retour et je vous ai écrit une lettre ;

Moi président, je serai toujours président, je ne me vois mal sans ça ! La mort n’étant pas encore venue, ma  mosquée n’étant pas encore terminée, mon frère Said n’ayant pas encore fini de faire les poches de l’État, qu’est-ce que vous voulez je fasse ? Je vais être un haraga à mon âge et aller vendre des cigarettes à Barbès ? Il y a des jeunes qui sont faits pour ça, et les rues algériennes en regorgent, j’ai vu les manifs, il y a finalement beaucoup de jeunes que ce que je croyais ! Tellement je croisais que des vieux, je pensais que c’est un pays de vieux ! C’est aux jeunes alors de prendre le risque de haraga, moi je resterai président !

Moi, président j’ai fait parler Macron sur l’Algérie qui a salué ma transition en me demandant d’être raisonnable ! J’ai bien compris, ça sera le dernier mandat que soutiendra la France ;  

Moi, président, je salue le peuple algérien qui, à travers les manifestations pacifiques a œuvré à faciliter mon maintien au pouvoir, je n’aurais donc pas à faire courir mon pauvre lièvre Ali Ghediri pour rien ! L’état de ma santé et mon âge ne permettent pas de courir comme un général, ça va se voir, ce n’est pas trop crédible, le peuple algérien finalement très éveillé et intelligent  s’en rendra compte ! Même un Gaid Salah à 84 ans courra plus vite que moi ! Donc, c’est mieux comme ça, je reste endormi chez moi et je me réveillerai le lendemain toujours président après le 18 avril ! C’est chouette ! Il n’y a à rien à valider, j’ai validé mon ticket de retour à l’avance !

Moi, président, je reste toujours président !

 

Auteur
Omar Tarmelit
 

Commentaires

Permalien

Moi président, je dis non au 5 ème mandat car je ne pourrais pas prêter serment après mon élection, épreuve impossible et insupportable depuis que j'ai totalement perdu la parole. Merci à tous les manifestants

Ajouter un commentaire