Aller au contenu principal
Body

Liberté de la presse

Monsieur le Président, on vous a compris

D’abord commençons  par un rappel : dans le  classement de la liberté de la presse 2018 de l’ONG Reporters sans frontières (RSF) l’Algérie arrive à la  136 e place sur 180 pays retenus pour ce classement. Autant dire parmi les cancres de la classe (source MSF/2018).

Elle perd encore deux places par rapport à 2017. Ce qui démontre ainsi clairement les intentions du pouvoir algérien. Il ne fait rien pour l’améliorer.

Monsieur le président, en lisant votre message à l’occasion de la journée internationale de la presse, une étrange sensation m’envahit ; ce n’était pas de la colère, du mépris, non, rien de cela ; mais plutôt de la pitié pour vous. Oui vous nous faites pitié !

Je me suis dit comment toute honte bue, on peut faire une chose et déclarer son contraire.

Monsieur le président : pour vous, la journée mondiale de la liberté de presse n’est qu’une simple date inscrite sur votre agenda vous rappelant que ce n’est qu’un geste protocolaire et il fallait donc faire semblant de la célébrer pour faire comme les autres. Et surtout pour ne pas s’attirer le courroux des organismes internationaux.

Vous vous êtes donc acquittés de cette tâche pour ne pas dire corvée !

Mais pour cela, et pour nous montrer votre attachement à cette chère liberté  vous avez préféré nous écrire, au lieu de nous parler ! Encore un geste qui trahit la pensée.

Au lieu de parler de Journée mondiale de la presse en Algérie, il faut plutôt dire journée de deuil de la presse en Algérie. Ou est cette liberté de la presse tant décriée ?

C’est en pareilles circonstances qu’on reconnait les défenseurs de la presse et des libertés.

Car si vraiment vous étiez un défenseur de la presse libre, vous  n’auriez pas agi de la sorte : un simple protocole et un message insidieux.

Et si vous aviez une once de respect pour cette liberté de presse  et aux hommes qui continuent à la défendre malgré tous les obstacles, et avec  l’épée de Damoclès suspendue au-dessus de leurs têtes, qui risquent quotidiennement leurs vies « sous votre règne» contre l’intégrisme, vivent cachés, rasent les murs , subissent l’opprobre ,les brimades de vos barbouzes et le harcèlement de votre justice , vous vous seriez adressés à eux directement et non pas par courrier et personnes interposés. 

Monsieur le président,  la parole c’est la considération, l’apaisement, elle  met un baume sur le cœur, pour l’homme épris de liberté et de justice. Quant à l’écrit, chez nous, il signifie  la dérobade, l’anonymat, le mépris, le froid ! C’est dire le peu de considération que vous avez pour toutes les libertés.

Monsieur le Président, on ne vous croit plus, on n’accorde plus de crédit à vos « écrits » alors de grâce, on vous demande de nous respecter et de ne plus nous écrire. Nous avons changé d’adresse !  On ne vous fera aucun reproche. Au contraire ! Nous savons à quoi nous en tenir.

Depuis votre venue  toutes les libertés ont régressé, les journaux muselés, (pas ceux qui propagent la haine des autres, le racisme, l’intolérance et l’exclusion bien sûr !).

Car en agissant de la sorte, vous n’avez qu’une seule et unique intention : dans la conjoncture actuelle , faire le dos rond et faire croire que vous avez changé  pour gagner du temps et surtout pour qu’on baisse la garde afin que vous puissiez mieux «annihiler » tranquillement et définitivement toutes les libertés en Algérie au moment opportun , et achever  votre travail de sape en enterrant définitivement cette presse libre qui était à l’avant-garde du combat contre le terrorisme et qui a payé un lourd tribut. Mais vous ne pouviez pas le sentir, vous n’étiez pas ici.

Non ça ne marchera pas, Monsieur le Président ! Nous savons discerner les discours (écrits) démagogiques et creux destinés à l’opinion internationale. Nous sommes pour ainsi dire immunisés maintenant !

Dans votre message indigeste car rédigé dans le plus pure style stalinien, et d’un archaïsme politique d’une époque révolue, on sent une certaine inconsistance pour ne pas dire fumisterie.

Vous écrivez, que l’Algérie  dispose de quelque deux cents journaux et plusieurs chaînes de télévisions .Mais de quels journaux parlez-vous ? Ceux qui vous prêtent allégeance et pour qui tout va à merveille? Ou ceux qui distillent le venin de l’intégrisme et l’archaïsme ; et  veulent purifier et formater la société pour une pensée unique ?

De quelles chaines de télévisions  aussi? L’unique et ses clones ? Celles, à qui vous avez refusées tout agrément ? Celles  qui sont installées ailleurs  et qui émettent ici (comble de l’hypocrisie) ? Celles des hommes d’affaires ? Est-ce ça votre bilan de la liberté de la presse ?

Et les journaux et chaînes de télévision que vous avez liquidés directement ou indirectement parce qu’ils ont refusé de se soumettre, de vous prêter allégeance, ou disaient certains vérités trop dérangeantes ? Et les journalistes emprisonnés ? Dont le cas flagrant de Mohamed Benchicou contre lequel vous avez monté toute une cabale et condamné  pour «infraction régissant le contrôle des changes et les mouvements des capitaux ».

Mais  tout un chacun savait que ce n’était nullement ça ! La vrai cause  c’était la parution de son livre : Bouteflika une imposture algérienne.

Même les journalistes du monde entier se sont mobilisés pour demander sa libération, car son  emprisonnement était considéré comme une tentative de le faire taire. Mais rien n’y fit.

Pour vous ,c’était en faire un exemple. Depuis, cela a effectivement dissuadé tous  les autres journaux d’opposition et l’autocensure s’est installée.

Alors que certains pontes du pouvoir, qui ont placé des millions d’Euros dans des comptes à l’étranger et offshores  restent intouchables (documents Wikileaks et Panama Papers) .

Alors dire aussi que la liberté d’expression est consacrée en Algérie ,c’est un artifice qui se passe de tout commentaire.

Pour éluder le vrai problème, vous écrivez qu’en dépit des  critiques « injustes » émanant de voix tendancieuses à l’étranger, que la diversité du champ médiatique nous permet d’être à l’avant-garde de l’information et de la liberté de la presse !Tout en prenant le soin de baliser et de fixer les limites ( selon votre propre vision de la liberté ) en précisant bien : dans  notre environnement islamique ,arabe et africain !!!

Monsieur le président : la presse est libre ou pas, elle s’en passe de l’environnement ou elle se trouve. Sinon ce n’est plus une liberté.

Là, je m’arrête car le reste de la lettre n’est que galimatias incompréhensibles .

Au vu du message, vous nous confirmez, que vous ne pouvez jamais admettre une presse libre ! Car pour vous, et c’est très claire ,une bonne presse libre est une presse aux ordres ,et qui ne doit être qu’un simple moyen de propagande pour asseoir davantage votre pouvoir et pérenniser ce pouvoir. Elle ne doit écrire (ou pas) que sur  vos « réalisations », les banalités et les faits divers. Les choses qui fâchent ce n’est pas son domaine .Elle ne doit en aucun cas pas parler de la corruption, des atteintes quotidiennes des droits de l’homme, des libertés, des frasques de ceux qui vous entourent, votre mauvaise gouvernance, etc .Tout cela c’est « haram ».

Il suffit de lire certains journaux, et voir ces télévisions  publiques clonées ou privées qui sont à votre solde pour s’en rendre compte sur votre vraie conception de la liberté en générale et celle de la presse en particulier !

On vous a compris monsieur le président
 

Auteur
Rachid Ben.
 

Commentaires

Permalien

Depuis qu' il est là nous n'avons connu que regression en tous les domaines.
A titre d'exemple : avant lui il n' y avait que Boumedienne qui a osé insulté les kabyles en les
traitant de racistes il s'est permis cela parce que la kabylie était dans le colimateur de ses chars et braquée par SM , aprésent n importe quel bedouin arabo-bathiste du genre otmane Sadi et n importe quelle fille de rue a linstar dela kahba Naima Salhi insulte alongueur de l année pas seulement les kabyles mais tous les berbères, leur culture leur langue, et leur identité. et lui sans brancher,jouit en les entendant aboyer comme des chiens contre l'Amazighité

Permalien

comment osez vous monsieur Rachid appeler cette chose Monsieur le president?
c'est un dictateur et c'est un tyran, il n'a aucune qualité de president, il n'est même pas élu. il est désigné par une caste de voyous, qui ravage les richesse de l’Algérie. il n'a aucun respect pour le peuple Algérien. il méprise et humilie tous les Algériens sans exception. sa police politique massacre , torture et humilie a chaque jour qui passe tout Algérien, qui lève la tête ou qui veux être un citoyen a part entière.
Ce n'est pas un pas un president!

Permalien

First, it is a sad reality that every Algerian knows that you can neither write nor think . That freedom of the press in Algeria propaganda article you distributed to be read on your behalf is an insult to every journalist in my country. Journalists have suffered unspeakable violence , imprisonment under your regime and even death. And please, save us that Muslim and Arab argument. Every time you make that statement, free men and women throughout the country want to vomit. Before you die, and die you will, whether you like it or not ( The only true democratic event in life ) , know that you have destroyed the soul of an entire people. You are responsible for so many crimes against your citizens that it would take literally years to go through them all. You are a failure on every level. You turned a beautiful country, with terrific human potential , tremendous economic opportunities, and a decent peaceful cultured citizenry, into the abyss of mediocrity . You made and are still making sure that we reach the point of no return. Health care is a disaster, education is worse than one can imagine ( Again, Thanks to your fascination with a language that is scientifically poor ), and your insistence of branding us all Muslims, a choice that an individual should be free to make on their own and not a blanket rule that you impose on us. Please know Mr President that your " Bilan" is full of incompetence, corruption, waste, and brutal police repression. You are a dismal failure.

Permalien

Cet homme est faux en toute chose et dans tous ses compartiments. Il n'use que de ruse et d' esbroufe pour mieux tromper son monde et lui-même en même temps.

Toutes les libertés ont régressé durant son règne malsain puant le chiqué, le faux-semblant et l'arnaque.

Un voleur ne peut devenir du jour au lendemain, un honnête homme. Un escroc , un sain et j'en passe.

Si la presse algérienne était libre, il ne tiendra pas une journée au palais d' EL MOURADIA lui et les escrocs et traîtres qui l'entourent.

J'ai perdu tout espoir pour notre pays le jour où on nous montra à la télévision des images de ce sbire sans honneur en pyjama en plein hôpital du val de grâce parisien. Ce jour-là j'ai compris ce que voulait dire le général de Gaulle en parlant des 142 000 collaborateurs de la France qu'il nous a fourgué.

Permalien

Il faut savoir d abord a quelle presse il jette des fleurs c est surtout a celle du pouvoir et qu il a sous la main a cette qui détourne la réalité et maquille le mensonge a cette presse qui fait et refait des montages et remontages pour cacher ce qui ne peut etre caché l autre presse vous n éprouvez meme pas le petit respect envers elle au contraire vous lui ordonné le bâillon sinon la fermeture combien de chaines tv et journeaux ont pliés bagages sous votre regne a combien de chaines et journalistes algeriens avez accordé une interview rien du tout la liberté de la presse c est avant tout un respect et une condideration jamais le chantage et les magouilles cette presse ne merite pas le baillon que vous avez ordonné en jouant sur les mots et que vos differents soutiens incrimines juste parce qu elle n est pas de votre côté les presidents raisonnables au contraire aime la critique et reconaissent l erreur vous jamais vous invalide et inapte pour le poste de chef d etat la presse que vous aimez accepte le mensoge et fait tout pour le cacher la presse libre ecrit juste la réalité qui helas semble vous fuir vous et votre entourage habitué a la culture du mensonge ridiculr

Permalien

Il est en train de passer la pommade aux journalistes. Il les caresse dans le sens du poil pour qu 'ils soient gentils de le vanter et ne pas critiquerla mediocrité de ses realisations durant les mois qui précèdent la campagne électorale pour le 5 ème mandat auquel il aspire corps et ame sans
l' ombre d'un doute ,en dépit des quelques infos contradictoires qui circulent ça et là , et qui n' ont pour objet que de freiner l 'opposition et les tenir tranquilles pour gagner quelques mois encore,comme il a toujours fait. il est specialiste du wait and seeet de la magouille electorale ila lexperience en la matière maintenant il est devenu expert dans lart de magouiller les elections.

He knows how to cook the boooks !!!

Permalien

De grâce ne citer jamais reporters sans frontières qui a parler de qui tue qui durant la décennie noire lorsque les terros assassinent les citoyens et que ces anti algeriens mettaient tout sur le dos de notre glorieuse anp digne héritiere de l ALN .à bon entendeur salut.

Permalien

Bouteflika n'a jamais était élu sans triché il ne mérite même pas le titre de président.

Permalien

Le seul Hic dans cet article c'est Monsieur Rachid ,que vous le nommiez Monsieur le Président !

Ajouter un commentaire