Aller au contenu principal
Body

LITTERATURE

Nicolas Mathieu remporte le prix Goncourt avec «Leurs enfants après eux»

Ce n’était pas le favori des critiques littéraires avec pignon sur rue, en revanche, il profitait depuis un bon moment du coup de cœur de la blogosphère et des réseaux sociaux. Avec Leurs enfants après eux, Nicolas Mathieu a remporté mercredi 7 novembre le prix Goncourt, la plus prestigieuse distinction littéraire en langue française. Le prix Renaudot a été décerné à Valérie Manteau pour son deuxième roman Le Sillon.

« C’est à la fois fantastique et assez déstabilisant », a déclaré l’heureux élu encerclé de journalistes et de caméras après avoir remporté le plus grand prix littéraire en France au quatrième tour par 6 voix devant les 4 voix de Paul Greveillac pour Maîtres et esclaves et ayant aussi écarté le grand favori, le Franco-Sénégalais David Diop. « Je ne sais pas jusqu’à quel point ce prix va me faciliter ou compliquer la vie, a réagi Nicolas Mathieu, mais cela va me la changer très profondément. »

Comme son livre, il a dédié le prix à son fils Oscar, 5 ans et demi, avant d’avoir une pensée à la ville où il est né et aux personnages du livre. Car c’est aussi le roman de sa vie. Né à Épinal en 1978, il a étudié l’histoire et le cinéma avant de monter à Paris et finalement s’installer à Nancy pour partager son temps entre l’écriture et le salariat. Et depuis Aux animaux la guerre, son premier roman autour de la fermeture d’une usine dans les Vosges, publié en 2014, il est considéré comme l’un des plus grands talents littéraires.

Trois jeunes et quatre étés dans le pays des hauts fourneaux

Dans Leurs enfants après eux, il raconte le choc de l’arrêt des hauts fourneaux et la fin d’une France industrielle dans l’est du pays. Dans ces années 1990, il ressuscite la rage de trois jeunes, deux garçons et une fille, prêts à tout pour s’en sortir.

Ces ados coincés dans une vallée devenue trop petite et sinistrée rêvent de quitter la région où ils sont nés. On partage leur premier été, leur premier amour... Entre l’âge de 14 et 18 ans, on suit le jeune Anthony, la belle Stéphanie, leur apprentissage sentimental, amoureux, professionnel et politique. Loin des personnages d’un Houellebecq ou des problèmes des grandes villes, de la banlieue ou de l’immigration, c’est le roman de la génération 1990 des villes moyennes et des zones pavillonnaires et des ZAC bétonnées dans l’Est de la France. Celle ayant vu ses parents perdre leur emploi et subir l’effondrement de leur existence sociale.

Une France démunie, entre rêves galopants et bagnoles en panne

Ce roman d’initiation vit de la justesse des dialogues, de la finesse du regard et de la tendresse pour ces personnages à la fois exaltés et malmenés, confrontés au désenchantement de leur environnement. Une fresque nostalgique dotée d’une écriture contemporaine pour peindre sans jugement une France démunie entre pauvreté et dépression, entre rêves galopants et bagnoles en panne.

Le livre se referme avec une demi-finale de la Coupe du monde 1998 et ses mirages d’une France « black-blanc-beur ». Nicolas Mathieu ne choisit pas de camp, n’écrit pas un roman pour ou contre quelqu’un ou quelque chose. Il se met simplement à la place des gens qu’il raconte et réussit ainsi une chronique sociale remarquable… et plein de désillusions.

Auteur
RFI
 

Ajouter un commentaire