Aller au contenu principal
Body

Débat

Pourquoi la société algérienne reste otage du conservatisme ?

Un grand chambardement idéologique secoue depuis des décennies la société algérienne, qui n'arrive toujours pas à trouver sa voie. Coincée entre l'obsession d'un conservatisme irréductible et la volonté d'un progressisme irréfutable, cette société se voit vaciller au gré des uns et des autres. La condition de la Femme en Algérie comme dans les pays du Maghreb est marquée par une lutte entre conservatisme progressisme.

Ces dernières semaines, elle a occupé, une place prépondérante dans la presse et les réseaux sociaux, aussi bien pour des événements violents et dramatiques que pour des annonces politiques chargées d’espérance. Dans un autre registre, les démocrates tentent vaille que vaille de préserver les quelques acquis qui leur restent, nonobstant les exactions qu'ils subissent et du pouvoir en place et des "gardiens de la morale".

L'agression d'une jeune joggeuse, Ryma, à Alger a pris une tournure que d'aucuns ne s'attendaient. Violentée, rouée de coups, la jeune Ryma s'est dit horrifiée des suites de son agression, de surcroît, ses assaillants l'ont sermon de rejoindre l'espace qu'il lui est réservé, en l'occurrence la cuisine. Cependant, d'autres scènes de violence sont enregistrées au quotidien, où des jeûneurs sont malmenés, des femmes violées. Comment interpréter ces différents événements intervenus en Algérie ?

Dans ce cadre culturel séculaire, le statut de la femme relève de la charia du point de vue des conservateurs qui se sont investis dans un islam politique appuyé sur une vision salafiste qui fait de la femme une question politique centrale en préconisant un retour aux seules dispositions de la charia. Ceci a eu pour effet de cristalliser les pesanteurs sociales et culturelles que le développement avait quelque peu bousculées et d’induire des comportements individuels et collectifs rétrogrades qui tentent de réduire le rôle social de la femme dans la société et de limiter sa présence dans l’espace public tout en lui imposant un habit standard.

Le hic, des femmes soutiennent ce retour au rigorisme moral quitte à ce qu'elles deviennent "l'esclave" de l'homme (mâle). Signes de cette tendance sociale moralisatrice à vouloir limiter l’espace public aux femmes, à leur imposer un type de tenue vestimentaire ainsi que de nouveaux codes islamistes rigoristes et puritains laissent entrevoir un retour à un conservatisme béotien. Dans l'univers des conservateurs, la femme est l'épicentre du séisme humain.

Le corps féminin est un péché, la voix de la femme est un appel au viol, son regard est synonyme de sorcellerie…Autant de sobriquets qui visent à cantonner la femme dans un milieu restreint qu'est la maison.

Dans cette béate indifférence des autorités, des démocrates soucieux de leurs acquis ne veulent pas baisser les bras devant ces égorgeurs d'hier, devenu des héros d'aujourd'hui. Noyés dans un discours herméneutique, les conservateurs ne démordent pas qu'une certaine frange de la société aspire à meilleur lendemain où tout un chacun s'émeuve pleinement dans ses droits, loin des carcans de l'obscurantisme. Les thématiques usuelles des islamistes basées sur l'hostilité au "Grand Satan" qu'est l'occident, et plus largement sur le rejet de la laïcité, se nourrissent de la misère du bas peuple, rongé par la misère.

Le marché religieux, en sus revitalisé, joue davantage sur les affinités spirituelles et la misère sociale pour se repenser comme acteur de la vie. Protestation sociale et innovation religieuse communient ainsi en un même élan. L'idéologie du conservatisme s'arcboute sur un discours social qui se conçoit sur la transformation des réalités et non pas sur le compte-rendu, le reflet, la traduction des réalités.  Un discours social qui se révèle séducteur, mais en réalité réducteur.

Mais qu’est-ce qui explique un tel retour au conservatisme ? Le problème est lié à notre élite et à notre système politique dont la doctrine est devenue plus rétrograde et conservatrice. Ces dernières années, y'a une influence accrue par le conservatisme et la religion qui dépasse l'entendement. Il suffit de constater le taux de port du foulard des filles et des femmes de nos responsables. Faire une Omra (petit pèlerinage) plusieurs fois par an et le Hadj (le grand pèlerinage) chaque année fait désormais partie des rituels des nouveaux riches, notamment ceux de la classe politique. «Stérilité » de l'esprit, « monolithisme » de la pensée, « omniprésence » de la moralisation sont autant de maux qui secouent l'Algérie d'aujourd'hui.

Extrême pauvreté, inégalités sociales, chômage de masse chez les jeunes, mainmise des dirigeants et de leurs proches sur les richesses nationales, poids du clientélisme et persistance de l’autoritarisme : c’est la conjonction – et la persistance – de ces facteurs qui expliquent ces frictions perpétuelles et pas uniquement l’absence de démocratie politique.

Au milieu de ces blessures béantes, des progressistes tentent vaille que vaille de "sauvegarder" les acquis démocratiques, sérieusement menacés. Le cœur des Algériens basculent entre la volonté de jouir de la liberté et celle de se recroqueviller sur frileusement sur la couverture religieuse. Un dilemme !  N'a-t-on pas les facultés cognitives pour transcender tous ces clivages idéologiques charriés depuis des lustres ? Au-delà des apparences, aujourd'hui, comme il y a des décennies auparavant, la divergence des aspirations et des mentalités parmi les agents sociaux est intense. Dans les deux cas, cependant, par suite d'une disposition d'esprit particulière, les perceptions globales de l'Algérie de demain restent équivoques. Conservatisme, progressisme puis indépendantisme, des aspects de la situation idéologique et politique qui ne se concordent guère. Dans ce tourbillon politico-idéologique, moult interrogations restent soulevées. Comment rendre compte de ce comportement insolite ? Peut-on aller au-delà de ces divergences ?

Mais au milieu de ce stock des idéologies dont on dispose, quelle voie de secours pour l'Algérie de demain ? Comment se fait-il qu'une série entière d'idéologies reste toujours sous-utilisée, voire même ignorée au plan global, et que les idéologies qui paraissent activer le cours des choses fassent généralement partie elles aussi d'une seule et même série d'idéologies ?

Auteur
Bachir Djaïder (journaliste, écrivain)
 

Commentaires

Permalien

Ce n'est pas l'islam politique qui relègue la femme au statut qui est le sien aujourd'hui, c'est l'islam tout court. La différence entre les "intégristes" et le reste des musulmans, c'est que ces derniers (y compris les femmes; surtout les femmes j'ai envie de dire!) sont dans le déni total de cette réalité tandis que les premiers assument cela et foncent à la conquête des récalcitrants. Si vous ajoutez à cela les régimes autocrates qui surfent sur cette vague, vous comprendrez bien que l'équation aboutit à l'infini....

Permalien

je pense que la propagation (remise à "l'honneur") des idées archaïques correspond à l’arrivée à des postes de responsabilité d'éléments incompétents (pour ne pas dire ignares) suite à la politique clientéliste et à ses corollaires : la corruption et à l’impunité (non respect de la loi).
La médiocrité appelant la médiocrité, les gens ainsi installés font appel à des collaborateurs du même acabit sinon encore moins compétents pour pouvoir les dominer. Ce travail a commencé malheureusement par l'école où la rationalité a disparu petit à petit.

Permalien

Quand on enseigne que ça et que tous les sujets tournent au tour de la foi, la croyance, la charria, et bien on pense qu’il n’ y a que ça.
Et contredire ces sujets est une grosse affaire une ligne rouge à ne pas franchir un délit grave. Et tous les Algériens pensent par la suite détenir la vérité absolue, et que ce sont les individus qui divergent sur droit chemin et non pas leur croyance. Et le cercle est bouclé. Les fantasmes des plus fous et des plus zélés deviennent des règles de conduites, des lois à respecter. Et c’est un phénomène qui s’accélère et qui gagne du terrain surtout dans le monde occidental. Maintenant même les Européens pose la question : pourquoi cette femme n’est pas voilée, si sa couleur ou son origine est visible.
Si vous faites une commande au restaurant , ila vous avisent de la présence du porc dans la nourriture, si vous manger pendant le ramandan, ils sont choqués ils posent la question: comment ça se fait que tu te ne fait pas le ramadan?
Moi je crois que le rôle des médias est très important dans ces cas là , il faut juste regarder le nombre de chaîne de TV qui débarquent chez vous avec des thèmes religieux. Sans oublier les mosquées dans les quartiers le mouvement associatif, la publicité...
Et de plus en plus les gouvernements ferment les débats sur ces sujets. Blasphèmer est un délit criminel. Ceux qui peuvent faire la différence sont écartés, en prison, tués ou exilés.

Permalien

L’entreprise islamique…en partenariat avec l’État…fait de cette usine publique qu’est l’école…sa tête de pont…pour pénétrer le marché à bestiaux algérien ! Les Musulmistes et les Généraux…ont trouvé un deal…en fin de compte !

Permalien

De quelques vérités connues mais bonnes à dire, ou pourquoi tu tousses mon général !

-A.Bouteflika n'est que l'ombre de lui-même, et tous ses visiteurs sont des fieffés menteurs appointés pour leurs mensonges et leurs faux témoignages.

-Said Bouteflika a lui tous les pouvoirs (choisit les ministres, dirige les renseignements, la police, les généraux, nomme,dégomme,octroit les licences, les prêts, les terrains. Il signe les décrets. Dispose d'une police parallèle. Contrôle les marchés avec les sociétés étrangères (Général Electrique, SNC Lavallin ,etc..).En un mot, il a tous les pouvoirs sans être élu ! De qui tient-il ce pouvoir usurpé ? Honte et malheur aux généraux corrompus qui les ont ramenés lui et ses frères. Honte et malheur aux généraux corrompus qui rampent devant lui !

-La cocaïne (et toutes les drogues) fait partie du business des généraux hamel n'est qu'un bouc-émissaire, mais qui a lui-aussi trempé dans la schnouf,

-La justice, les douanes, l'université, la télé publique et privée sont corrompues.
- La pourriture est telle qu’un autre Novembre 54 ne réussira pas à nettoyer ces écuries …

Mais cette affaire kamel el bouché est révélatrice et démystificatrice : elle a mis à nu la grande truanderie au pouvoir, et a démystifié pour toujours le « capitaliste » algérien, Chaque fois, que je vois un »homme d’affaires « l’image d’elbouché s’y superposera immanquablement.

Permalien

C'est toute la partie arabisée de la société qui sombre dans l'idéologie de DAECH, je connais des cadres supérieurs (arabisés) qui épousent les idées d'EL-BAGHDADI, alors qu'ils exercent dans les structures névralgiques de l'Etat........!!!
80/100 des sujets de discussion entre Algériens sont d'ordre religieux....!!!

Permalien

Est-ce que tous les moyens mis pour islamiser la. Sociétét algérienne ne sont pas suffisants l'école, la radio, les mosquées, la télé , l'Université, un ministre, des directions régionales, des zaouïas, de la violence, du terrorisme, du maraboutisme. Alors il faut se poser des questions.

Permalien

Azul

Ne pas confondre conservatisme et tradition . se focaliser sur la tenue de la femme c'est se tromper de cible , car la Femme Algerienne a porté tout le temps une tenue conservatrice et a été tout le temps tenue à l'écart de la gestion de la société , le mode vestimentaire avait changé aprés l'occupation francaise et particulierement les annees 60 et 70 , et ne pas l'affirmer est malhonnete intelectuellement . La société kabyle ou la femme jouissait de plus de liberté par rapport aux autres régions a toujours cantonné la femme à des roles de ménagère , absente de Tajma3t , elle se couvrait la tete et portait une robe assez logue et dieu merci , ces femmes existent encore dans nos villages et les archives aussi.

Cependant , ce virage assez conservateur est du essentiellement au choix du type de gouvernance adoptée à l'époque et toujours en vigueur , caractérisée par l'absence de la démocratie et décreter une mono culture codifiée pour formater le peuple de manière à pouvoir le controler et annihiler toute rébellion .

Permalien

Quoi qu'il s'agit d'une question plus qu'idiote la réponse pourtant est très simple car le peuple algérien est musulman et la Kabylie elle meme compte des millions de musulmans et ce n'est pas une poignée de crétins, de chrétiens qui vont y changer la donne. Je demande au journal de me donner la parole puisque je suis le seul musulman à y répondre sur ce journal. merci de votre démocratie et la libre expression.

Permalien

il faut écrire kamel el bouchi et non kamel el bouché (obsruté).voire larousse en ligne.

Permalien

Ce qui nous arrive n'est pas tombé du ciel mais c'est notre silence coupable, notre passivité légendaire et le côté barbare de la majorité de notre peuple à se mettre toujours du coté du plus fort du moment qui nous ont conduit droit dans le mur et ce n'est pas demain la veille de notre cauchemar car il continuera tant que tous les ingrédients mis en place par les usurpateurs de l'armée des frontières et les collaborateurs de FAFA qui se sont ralliés au FLN à la veille de l'indépendance à savoir : une école sclérosée, une religion omniprésente , une justice aux ordres, une armée attendant le virement de fin de mois, une police juste bonne à réprimer le "bon peuple", un système de santé des plus moribonds et des ignares à la tête de nos institutions au point de faire apparaître un charlatan comme BOUTESRIKA comme une lumière dans un pays de ténèbres...

Le monde musulman a montré toutes ses limites et ses tares et cela depuis 15 siècles et des gens qui ne vivent que de "ça" viennent crier sur les toits toutes les inepties contenues dans un bouquin qui ressemble à l'industrie du mensonge et qui prône la soumission à un usurpateur élève de WARAQA.

Tant que les gens se rendront en masse dans les mosquées, tant que des quidams feraient la quête non pas pour construire des écoles mais des mosquées, tant que le médecin, le spécialiste en tout genre ne sera pas écouté mais pire mis au ban de la société frappée et saoulée de religiosité, tant que des voleurs et des violeurs élisant domicile dans des madrassas coraniques et des zaouias continueront à sévir, notre société courra à sa perte et ne fera qu'élargir pour devenir béant le fossé qui ne cesse de séparer les sociétés civilisées et nos sociétés où encore on dit que 1+1 = 2 avec l'ordre et la bénédiction de dieu et de son prophète analphabète.

Permalien

La vérité est là toute brute telle une lourde pierre.Le pays est géré par une bande de personnes qui ne voient que leurs intérêts personnels et ceux de leurs proches immédiats.Leur soucis de la nation et du peuple est inexistante.La notion de chkara a envahi leur esprit au point où aucune trace d’intelligence n’est décelable dans leur QI.C’est écrit dans leur gènes et celui de leur descendances qui a pris la relève selon les règles de l’hérédité.Ce qui explique toutes ces histoires louches où sont engloutis leurs enfants et leurs petits-enfants.La révolution algérienne,La guerre de libération nationale,le million et demi de chouhadas,le peuple héroïque ; que c’est loin tout ça !
Un chahid tombé au champ d’honneur vaut 1000 généraux vivants.
Comment peuvent ils laisser toute une nation historique et valeureuse se diriger vers l’abîme sans aucun sursaut de bravoure et de dignité.Ils ont tout le pouvoir de redresser la situation mais ils ne font pas .Est ce que leurs instincts sont ils inhumains au point où aucun rapace ne peut les égaler.
Doivent ils savoir que nous sommes aujourd’hui une nation de 42 millions d’habitants avec des ressources qui peuvent nous permettre de devenir une puissance mondiale réspectable dans l’arène internationale !
Peut-être que les intérêts personnels priment avant l’interet Suprême d’une nation.
Quel constat !
Les valeureux chouhadas morts pour ce pays doivent se retourner dans leur tombe.paix pour leurs âmes.
Moi je pleure pour mon pays et je ne pardonnerai jamais à ceux qui ont détruit ce pays si chère .
Mon respect à tous les algériens honnêtes qui portent dans leur cœur une belle Algerie.
A tous ceux qui font leurs devoirs quotidiens dans le silence et qui grâce à eux donne cet aspect d’un
Pays debout même avec des béquilles.

Permalien

Ça commence et ça perdure tant les enfants de 3-5 ans seront formattés dans les mosquées 7 j / 7 !!

Permalien

ce n'est pas une poignée de crétins, de chrétiens qui vont y changer la donne de la composante de la société algérienne musulmane. si vous n'aimez pas ça buvez l'eau de l'océan bande de B....ou quittez ce pays ...

Permalien

on a chassé le fis pour être remplacé par le fln-fis. Le gouvernement a fait un deal avec les islamistes et qui est le suivant:ne touchez pas au pétrole, a la défense et au pouvoir restreint et vous êtes libre de rendre les algériens des zombis. Que vous les fassiez marcher su la tête on en a cure. La société (le ghachi comme l'appelle Boukrouh) est votre butin et faites en ce qui vous plait. Un ministre de l’éducation qui négocie avec un imam pour régler un conflit de travail, une mosquée pour 5 milliards de dollars et un ministre qui gifle une journaliste voici le fonctionnement d'un pouvoir aux abois. Les islamistes ont fait main basse sur la societé (ghachi) et aucune ligne rouge ne lui a été tracée. En Algérie on parle 5% de la vie sur terre et 95% de l’au-delà. La foi n'est plus basée sur une croyance libre et assumée mais sur la peur. Et dans tout ça les femmes le maillon et sexe faible paient l'ardoise. La cuvé du fis est aujourd’hui aux commandes des entreprises, des ministères et surtout des écoles. Leurs assauts répétés contre Benghbrit n'est pas fortuit car ils savent quand que tu tiens les rênes de l’école, tu tiens en main l'avenir d'un pays. La famille qui avance de feu Djaout est devenue une espèce en voie de disparition et la régression a touché toutes les strates de la societé.

Permalien

"la régression féconde"!! Et bien, pour sûr, c'est sûr qu'elle est féconde. La démographie ne s'est jamais aussi bien portée et allah pourvoira...

Ajouter un commentaire