Aller au contenu principal
Body

Stratégie

Pourquoi le projet SH2030 de Sonatrach ne sera qu’un effort vain (I)

"La Sonatrach, c’est l’Algérie et l’Algérie c’est la Sonatrach", n’arrête pas de marteler Dr Abderrahmane Mebtoul.  Historiquement, chaque cadre qui a étudié ou exercé à l’étranger et à qui on confie la charge de la société nationale, commence sans diagnostic, profond et crédible, sur la base d’une simple opinion à lui imposer des critères économiques en violant sa démarche qui reste et demeure primordialement politique. Le résultat, observable d’ailleurs, ne sera que sa fragilisation sur tous les plans.

Ainsi, à en croire la presse, le nouveau PDG, Abdelmoumen Ould Kaddour, qui était en visite à Hassi R’mel lundi dernier devait profiter de l’occasion pour annoncer d’emblée que la nouvelle « stratégie du groupe » pourrait être finalisée avant la fin de l’année. S’agit-il d’une nouvelle feuille de route prête à la mise en œuvre ou un simple projet qu’il soumettra au propriétaire de l’entreprise pour un débat ?

Pour lui, il s’agira de définir d’ici la fin de cette échéance ce que Sonatrach va devenir et avec quels moyens et organisation va-t-elle y parvenir. Il est facile de comprendre par là qu’en un peu plus d’une décennie et avant même que tout le pays mette une stratégie de diversification qu’il peine même à visionner clairement, Abdelmoumen Ould Kaddour, réorientera les objectifs de la mamelle de tous les Algériens pour en faire une entité à sa taille qui respecte « de délais, de coût et de la qualité » des projets. C’est là un concept qu’il maîtrise bien dans sa vie professionnelle antérieure.

Pourtant, l’approche du redéploiement d’une « National Oïl Company (NOC), est devenu un cas d’école. La dernière en date est celle de Saoudi Aramco dont le lifting est éminent si l’on croit les déclarations du prince héritier Mohamed Ben Salmane à l’agence Reuters. D’abord son assainissement a commencé voilà plus de 10 ans pour qu’en 2018, elle rentre en bourse pour une valeur estimée à 2000 milliards de dollars. Pour crédibiliser sa cotation en bourse, elle cédera, 5% de ses actions et à qui ? A celui qui non seulement dispose de l’argent et concurrence les Etats-Unis : la Chine. L’annonce même n’a pas manqué de donner la sueur froide aux grands groupes pétroliers qui font pression sur l’Etat Fédéral pour empêcher ce projet à tout prix, d’ailleurs en vain. La raison est simple, la Saoudi Aramco par son envergure menace l’emprise des réserves des hydrocarbures par les sept sœurs. Mais en parallèle, Mohamed ben Salmane a également évoqué le projet de mégapole de l'Arabie saoudite, un chantier de 500 milliards de dollars que Ryad souhaite également introduire en Bourse. Cette opération s'inscrit aussi dans le cadre de la diversification de l'économie saoudienne, baptisée Neom, cette zone d'activité, qui devrait s'étendre sur 26.500 km2, se déploiera au bord de la mer Rouge, sur trois pays, l'Arabie saoudite, l'Egypte et la Jordanie. Tout cela se fera sur la même échéance, c'est-à-dire 2030. Ryad espère y attirer des entreprises spécialisées dans les énergies renouvelables, les biotechnologies et le divertissement et permettre la création de millions d'emplois. Cet exemple devrait inspirer les responsables des grandes entreprises algériennes pour comprendre que la stratégie est globale et n’a aucun effet si elle s’opère par itérations successives pour ne pas l’appeler carrément « essai » Quelles sont les circonstances de la naissance de Sonatrach ? Quelles en sont les étapes de sa décadence ? Et par qui? A suivre

 R. R.                                                                                                 

Partie II : La restructuration de début 80 a effrité le savoir faire de Sonatrach  

Partie III : L’impact  du passage de Chakib Khellil à Sonatrach                         

Auteur
Rabah Reghis, Consultant et Economiste Pétrolier
 

Commentaires

Permalien

64% DES CHIFFRES D'AFFAIRES DE TOUTE LA CHINE SONT DETENU PAR DES OCCIDENTAUX,
LE QATAR, LES EMIRATS, LE KOWEIT, ET POUR CE REDEPLOIEMENT DE L4ARBIE SAOUDITE CA SERA LA MEME CHOSE,
LES MAITRES DU MONDE DEPUIS LA NUIT DES TEMPS CE SONT LES OCCIDENTAUX ET ILS LE RESTERONT JUSQU'A LA FIN DU MONDE,
LA CHINE DEVENANT LA PREMIERE PUISSANCE MONDIALE, C'EST UTOPIQUE, L'URSS EST DISPARUE DEPUIS 30 ANS, C'ETAIT LA VRAIE PUISSANCE SUIVANT, SES POPULATIONS, SES SUPERFICIES, SES C CULTURES, SES NOMBREUX SAVANTS LE PLUS IMPORTANT AU MONDE, SES TECHNOLOGIES, MAIS SON DEFAUT CE SONT SES IDIOLOGIES NEFASSTES A LA LIBERTE ET A LA JUSTICE,
LES BASE DE LA PUISSANCE SONT LA LIBERTE ET LA JUSTICE, ET CA Y'EN A PAS NI EN CHINE NI EN ARABIE SAOUDITE NI EN RUSSIE NI AU BRESIL,
AVANT C'ETAIT LES MISERABLES QUI IMMIGRAIENT VERS L'OCCIDENT MAINTENANT CE SONT LES MILLIARDAIRES (ENTRE AUTRES CHINOIS) QUI LE FONT ET POUR LA MEME RAISON, UNE VIE MEILLEURE,
EN CHINE LE PAUVRE ET LE RICHE VIVENT LES MEMES PRIVATIONS EN CE QUI CONCERNE LA
EN ARABIE SAOUDITE, DES HOMMES PUISSANTS SONT MIS EN CAGE COMME DE VULGAIRES DELINQUANTS PARCE QUE L'EMIR HERITIER VEUT CONSOLIDER SON POUVOIR,
LA CHINE ET L'ARBIE SAOUDITE DISPARAITRONT SUITE A DES GUERRES CIVILES,
LES BASE DE LA PUISSANCE SONT LA LIBERTE ET LA JUSTICE,

Permalien

les richesses des pays sous developpés continueront à etre exploitées par l'occident car plus puissant militairement ,economiquement et technologiquement
en plus leur democratie renforce le pouvoir de leur dirigeant et assure une stabilité à leurs pays

Ajouter un commentaire