Aller au contenu principal
Body

La chronique Naufrage

Prier Allah au métro d’Alger

Place des Martyrs. Une des merveilleuses places d’Alger, reliée récemment au métro. En haut, la Casbah fait sentinelle, non pour guetter l’ennemi, mais pour compter ceux qui partent. En face, il y a la Méditerranée troublée plus par le désespoir du pays que par la pollution.

En descendant les marches pour prendre le métro depuis cette station, les regards attentifs tombent sur des étiquettes collées çà et là. Elles affichent des phrases qui incitent le citoyen à prier Allah, l’invoquer et Lui faire des louanges.

Ces publicités islamistes ne sont pas étrangères au pays. Dans d’autres villes d’Algérie, les affiches sont plus claires et plus attirantes, collées souvent sur les panneaux de signalisation et les poteaux de feux de circulation.

Les auteurs de ces affiches invitent le citoyen à citer davantage le nom d’Allah pour accéder au Paradis. Pour les islamistes, l’essence de l’Homme est la prière. Il est sur terre pour prier Allah, non pour vivre. La vie vient après la mort. Ceux qui travaillent et calculent le temps sur terre  sont des mécréants parce que la vraie vie est ailleurs, dans l’Au-delà. Il faut donc se recroqueviller et invoquer Allah chaque instant et partout, au restaurant, au volant, au métro…Le reste du monde est une vanité.  

Dans la station  ou en ville, il n’y a pas des affiches qui sensibilisent l’Algérien à protéger la biodiversité, à ne pas cracher par terre, à respecter la femme…Non. Cela n’a pas d’importance. Alger est sale. Sa blancheur n’est qu’un ample mensonge tiré des cartes postales.  Pour les islamistes, jeter un déchet dans la poubelle ou planter un arbre ne sont pas un passeport pour le Paradis.

Coller ces affiches islamistes est d’abord un acte de grande hypocrisie.  A quoi servent des millions d’invocations affichées sauvagement dans un pays où  mentir, insulter, harceler, violer, polluer, pisser dans la rue, corrompre…sont devenus des gestes simples et quotidiens que personne ne dénonce ?  

Un exemple : au tramway d’Alger, il y a une dizaine d’agents qui montent et descendent dans les compartiments  pour vérifier si les passagers ont vraiment acheté des tickets. Il y a des citoyens qui montent sans payer le trajet de quelques dinars.  Et ni les caméras, ni les agents, ni les barrières, n’ont pu résoudre ce problème. Voilà la preuve qu’afficher le nom d’Allah dans une station de   transport ne peut même pas régler un problème de quelques dinars. Alors comment construire un pays en invoquant Allah, les bras et les jambes croisés?  

C’est ensuite une atteinte à l’Islam lui-même. L’Islam qui véhicule   une philosophie profonde et universelle, est réduit à des invocations. Pour sauver son fils du déluge, Noé le sollicitait  de monter sur l’arche, non de s’asseoir et psalmodier les noms d’Allah.

Les islamistes ne lisent pas le Coran, ils le récitent en admirant la sonorité : réciter jusqu’à rendre l’âme, le nom d’Allah figé sur la langue. Le Coran est un Texte qui s’adresse à l’Homme : il n’est pas le trésor des Barbus, mais un trésor universel que tout humain a le droit de découvrir. Le Coran invite son lecteur à lire, comme le prouve le premier mot envoyé du Ciel : « Lis ». Lire, et ne pas réciter. Lire c’est déconstruire les mots pour en trouver le sens ; réciter c’est utiliser ses yeux et son larynx sans chercher à comprendre.

Souvent, tout au long du Coran, des  versets récurrents incitent le lecteur à investir son intelligence pour mieux se découvrir, découvrir l’univers, et le Créateur : « …pour ceux qui sont doués d’intelligence », « pour les gens qui réfléchissent… » (Les sourates ne sont pas précisées  car ces versets sont récurrents dans le Coran). En collant des affiches, les islamistes invitent l’autre à réciter, à utiliser sa langue, et à voiler son esprit.

Enfin, c’est par de simples mots, de simples gestes que naissent les extrémismes et les guerres comme le témoigne l’Histoire. L’islamisme envahit davantage le pays. Il a déjà envenimé la rue, la télé, l’école, et prend même le métro aujourd’hui. Demain, il revendiquerait une géographie, un drapeau, et une loi à lui.

L’islamisme est la nouvelle forme de la  colonisation. Et toute colonisation nécessite un soleil d’indépendance.

Auteur
Tawfiq Belfadel, écrivain-chroniqueur
 

Commentaires

Permalien

Choukren ya Si BELFADEL pour ce magnifique papier. La société chargée de la gestion du métro doit enlever en extrême urgence.ces affiches de l'hypocrisie.

Permalien

Une enigme qui m'as toujours trotter dans la tete: si un musulman male (avec un Zi**) croit vraiment au paradis et ses 72 vierges, comment se fait t il que quand il est malade, il fait tout (*) pour eviter de rejoindre ce monde tant decrit par les arabo-islamistes comme l'ultime recompense.
(8) : inclus , aller chez les koufars pour se soigner. a l'example de Boutef ou l'incroyable contradiction.

Permalien

ta parole est toute la vérité concernant le comportement négatif des musulmans ignorants de leur propre religion, mais je vois que ton vrai ennemi n'est pas le musulman ignorant mais l'Islam lui meme car dans ta critique qui se cache derriere ton hypocrisie je vois ta haine envers l'Islam.

Kalimatou haq ourida biha batel

Permalien

Les islamistes ne lisent pas le Coran, ils ne le récitent même pas, ils achètent des Iphone pour écouter par et admirer la sonorité.

Permalien

Exact belfadel. G toujours faut la remarque: pendant ramadan on organise concours de " RECITATION du Coran "!! RECITATION. L'enfant récite par cœur mais quant à la compréhension,l'interprétation....?? On ne cherche pas à comprendre. Et l'école actuelle c pareil malheureuse,pas d'esprit critique,pas de doute,pas de questionnement.

Permalien

Lorsque j'entends "ils lisent comme ci ou comme ça, ils ne lisent pas le coran comme il faut, ...", comme si la compréhension et l'assimilation du coran a, un jour, garantit le bon citoyen, la bonne moralité, le choix du bien, le positif quoi.
Ouvrons les yeux sur le monde d'aujourd'hui et regardons un peu celui d'hier !! Voyons si les sociétés heureuses sont celles qui lisent le coran et la bible. Regardons si leurs lois sont tombées du ciel ou si ce sont celles qu'elle se donnent elles mêmes, celles sur lesquelles s'entendent leurs citoyens, celles qu'elles remettent en question et améliorent continuellement. Tout le reste n'est que pur fétichisme, mimétisme, déni de la réalité.
Attendre du coran qu'il nous dicte notre moralité, c'est reconnaitre que nous ne somme pas un peuple, que nous ne pouvons nous donner nos propres lois façonner nos valeurs.

Permalien

Pleure O pays bien aime ! j'ai la chaire de poule lorsque je pense a l'avenir de mon pays, pour lequel se sont sacrifie des hommes et des femmes pour le liberer du joug du colonialisme, pour finir entre les mains des charlatans qui utilisent la religion pour abrutir le peuple afin de le manipuler a leur guise. Pour arriver a leur fin, ils ont applique a la lettre la tactique qu'il leur a laisse leur maitre penseur Hasan Al-Banna dans son volume " Djama'a Al-Rassa'illes" ( l'ensemble des lettres), ou il dit pour arriver a mettre la main sur un pays musulman, il faut d'abord que les militants s'infiltrent dans les rouages du Ministere de l'education, et de la culture, afin de propager l'ideologie musulmane, le reste viendra seul, c'est-a-dire le pouvoir. L'ecole est considere comme une usine a fabriquer des militants. Le plus grand danger qui menace l'algerie provient de son ecole qui a formee des zombies a la chaine. Ils ont tronque la vie terreste contre celle de l'au-dela Dans le Coran, le paradis celeste est un lieu de plaisirs infinis. Le mythe des 72 vierges est exploite par la propagande djihadiste pour encourager les combattants au sacrifice, les elevant au rang de martyrs. Ils ne s’identifient pas a la nation algerienne, ils se considerent comme des citoyens d’un Etat irreel et inexistant, ils sont convaincus qu'ils appartiennent a des elus d'une communaute fantasmagorique. Ils courent eperdument derriere un mirage sans etre conscients que jamais il ne prendra forme. Un musulman n’a aucun moyen de savoir s’il a ete agreable a Allah, jusqu’au jour du jugement. Muhammad lui-meme a declare qu’il ne savait pas ce qui adviendrait de lui le jour du jugement. Un musulman n’a aucun moyen de savoir s’il a ete agreable a Allah, jusqu’au jour du jugement. Muhammad lui-même a declaré qu’il ne savait pas ce qui adviendrait de lui le jour du jugement. Un hadith reconnu raconte que le prophete de l'islam alla visiter une maison ou reposait le corps d'un musulman qui etait decede. Une femme s'adresse au defunt :Qu’Allah ait pitie de toi. Je témoigne qu’Allah t’a honore. » Muhammad demanda a la femme: «Comment sais-tu qu’Allah a honore cet homme? » « Je le sais, par Allah, » dit-elle. Muhammad repondit: « Cet homme, la mort l’a frappe et je lui souhaite le meilleur au nom d’Allah. Par Allah, bien que je sois le messager d’Allah, j’ignore ce qui m’arrivera, tout comme toi. » (L’Authentique de Boukhari, vol.9, livre 87, n°145. Raconte par Kharija bin Zaid bin Thabit). A suivre....

Permalien

Vous avez parfaitement raison : le problime n'est pas le musulman (à l'instar de tous les humains, il cherche un salut post-mortem à son âme), le problème est le dogme musulman totalement à l'encontre de la véritable spiritualité. c'est, pour ainsi dire, sans issue pour l'humanité en général, et pour ses ouailles en particulier...

Permalien

votre reponse a Tewfik Belfadel, l'auteur de l'article " Prier Allah dans le metro" n'a apporte aucune preuve qu'il a raconte des mensonges. Il a dit la verite rien que la verite sur le comportement des islamistes qui veulent s'afficher sur les lieux publique, afin de propager leur ideologie.. Vous dites, je cite: " je vois que ton vrai ennemi n'est pas le musulman ignorant mais l'Islam lui meme car dans ta critique qui se cache derriere ton hypocrisie je vois ta haine envers l'Islam.". Sachez, cher lecteur, ON JUGE L'ARBRE A SES FRUITS. Les raisins ne poussent sur un buisson d'epines ou des figues sur un houppier. Ainsi tout bon arbre produit de bons fruits, mais l´arbre malade produit de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut pas porter de mauvais fruits, ni un arbre malade porter de bons fruits. Tout arbre qui ne produit pas un bon fruit, on le coupe et le jette au feu. Ainsi donc, c´est a leurs fruits que nous les reconnaîtrons.

Permalien

Allez faire un tour en Angleterre, en Allemagne, c'est une pratique courante dans de tels endroits, même au front des autobus, on loue les super-qualités du Prophète de l'Islam. L'auteur de cet article est un ignorant notoire et un dénigreur de notre noble religion. Ecoute ya kvayli mghendef il faut sortir de ton village. Tu as le cerveau sclérosé. nos ancêtres kabyles s'ils revenaient ils te renieront d'avoir blasphémé. Allah yehdik.

Ajouter un commentaire