Aller au contenu principal
Body

DECRYPTAGE

A qui profite cette rumeur sur le décès de Bouteflika ?

Il faut préciser d’emblée que les protestations en Algérie qui historiquement ont été pionnières dans l’avènement du printemps «arabe», continuent de l’être aujourd’hui puisque deux «hashtag» ont été lancé en Arabie saoudite et l’Egypte pour sortir dans les rues et prendre cette fois-ci l’excellent exemple de l’organisation et de la discipline de ce qui se déroule depuis le 22 février 2019 en Algérie.

Il s’agit du  Hashtag #22 March qui circule en Arabie Saoudite pour descendre comme le fond les Algériens après la prière du vendredi 22 mars 2019 dans toutes les villes du royaume. L’autre est celui de l’Egypte le hashtag #retouràTahrir revient sur les médias sociaux au moment même où Al Sissi  essaie maintenant de faire passer une loi qui lui permettrait de rester au pouvoir jusqu'en 2034. Les parlementaires qui s'y sont opposés ont été arrêtés.

Le pays est à un moment clé qui risque de le voir rebasculer vers une dictature absolue. Il y a aussi une grogne au Soudan, où on  assiste à un scénario à la syrienne. Le président Omar el-Béchir est poursuivi par la Cour pénale internationale de La Haye pour crimes contre l'humanité, crimes de guerre et génocide. Il n'a peur de rien, tout comme Bachar Al-Assad en Syrie. Si Al-Bachir le prend comme modèle, il reste en place. Grâce au soutien de l'Égypte et de l'Arabie saoudite, il peut l'envisager. Dans ce cas, le Soudan risque fort de retomber dans la guerre civile.

Ce serait la quatrième dans l'histoire du pays. En somme de par les positions stratégiques de ces centres de protestation, c’est tous les pays d’Afrique et du Moyen-Orient qui seront contaminés.

Pratiquement, la majorité de ces protestas n’ont pas d’intermédiaires politiques ni leaders qui les contrôlent. Elles sont spontanées et le contact se fait à travers les réseaux sociaux parfois même, les protestataires jouent le rôle de la presse classique et de plus en plus, elles deviennent autonomes pour faire circuler l’information dans le monde contre laquelle la répression classique des pouvoirs publics de ces pays reste impuissante.

Comme il s’agit de mouvement d’envergure et brasse large, les cyber-attaques peuvent parfois l’affecter et les exemples ne manquent pas car la plus part des artifices d’internet sont infiltrés. Cette infiltration pour divers desseins, sème la discorde, crée des dissensions dans le seul but de son essoufflement.

Pour le cas des protestations qui se déroulent en Algérie, connaissent ces attaques qu’il faut considérer comme de bonne guerre sans pour autant leur donner une importance outre mesure. Le jeune dynamique Karim Tabou qui s’est montré à  plusieurs reprises au côté du secrétaire général du rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a fait l’objet hier d’une cyber attaque par le biais du compte du porte parole de ce parti politique pour lui créer une zizanie que lui-même se disait étonné si ce n’est ce porte parole qui a réussi de mettre les pendules à l’heure.

De la même manière on entend et on voit des vidéos qui circulent sur le décès de Bouteflika. L’une dit l’avoir vu à la morgue de l’hôpital de Genève, l’autre nous parle d’une machination diabolique et complotiste pour l’avoir fait remplacer par son frère qu’il lui ressemble, enfin on l’a enterré dans le secret total au cimetière d’El Alia. Toute la question que ce « Hirak » exemplaire devra se poser : est pourquoi cette discorde ? Pour Karim Tabou, elle est claire ; c’est quelqu’un qui émerge de la réserve de l’élite politique par ces positions audacieuses, donc gagne de plus en plus en popularité et par voie de conséquence, il peut susciter des envieux pas seulement dans le cercle du pouvoir mais au sein de l’opposition elle-même voire des sources de ces appels anonymes. Il a quitté une réunion de l’opposition à l’initiative d’Ali Benflis en constatant que ces collègues prennent trop la constitution au sérieux et il n’a pas tort ce que nous démontrerons plus loin.

Pour Bouteflika, il est bien vivant, et les images diffusées par l’ENTV sont bien réelles pour au moins deux raisons : la première est que les techniques de montage et de traitement d’images en vigueur, ne sont pas encore parvenues à créer une photo virtuelle de Nouredine Bedoui que le président n’a jamais reçu dans la forteresse de Zéralda. La seconde est sans doute le rapprochement des anciennes images de Bouteflika avec les nouvelles, est sans aucun doute éloquent.

Dans les dernières, Bouteflika paraît bien maigri, fatigué et avec un gonflement de ses joues. Non seulement, il est bien vivant, il reste la clé de voûte de tout le système pour ne pas employer le terme « parrain ». En effet, ce n’est pas lui qui panique mais les ailes qui partagent avec lui le pouvoir qui s’affolent face à une situation qui les a surprise. Ils n’ont pas réussi à lui trouver un successeur et le mouvement populaire en cours l’a compris. L’évolution de sa revendication demeure cohérente. Elle est passée d’un « non au cinquième mandat » à « un changement du système ».

Toutes les offres de Bouteflika, convergent vers une mise en œuvre d’une  succession et il sera contraint de revenir à la revendication populaire tant les vendredis su succèdent et confirment la transition.                                                                                                 

Ces rumeurs justement visent un vide institutionnel  

C’est dans ce vide institutionnel que se brouillent les cartes, il éloigne les protestataires de leur objectif homogène, au demeurant réalisable. Bouteflika, même mourant, doit être responsabilisé politiquement jusqu’au 28 avril. Il a très bien fait d’arrêter la mascarade des élections et il a parfaitement raison d’invoquer « l’état d’exception » car lorsque des centaines de milliers de citoyens sortent chaque jour dans la rue, les défections se multiplient dans les institutions administratives, politiques et sociétales, on en est plus dans un « état normal ».

Ensuite qu’est ce qu’il l’empêcherait de le régulariser par l’application de l’article 107 de cette constitution. Il lui suffit uniquement de consulter le président du conseil constitutionnel, ceux des deux chambres et réunir le parlement qu’ils lui sont tous acquis.

Donc le traiter de putschiste c’est s’accrocher au vide et dévier de sa revendication qui doit être « ferme » et « déterminée » : remplacer Noureddine Bedoui, Ramdane Lamamra et Lakhdar Brahimi par  des personnalités neutres non structurés dans les partis politiques avec lesquelles Bouteflika devra impérativement « cohabiter » pour préparer la transition vers une rupture définitive avec le système en étudiant en détail toutes les conséquences qui en découlent.

 

Auteur
Rabah Reghis
 

Commentaires

Permalien

La main étrangère est identifiée :
Ils ont pour certains la double nationalité
Ils ont des logements dans les quartiers chics de Paris et d'ailleurs
Ils ont des comptes devises à l'étranger
Ils ont un régime de retraite différent de celui du peuple
Ils ont des villas au club des pins
Ils ont infestés le gouvernement , l'APN et le sénat

Permalien

Je me pose une autre question. A qui profite la A A A qui profite la rumeur sur la maladie très grave de saïd Bouteflika? Ce type comme son frère de président, sont deux mauvaises graines. Et la mauvaise graine ne meurt jamais.

Permalien

Y a Addi Lahouari vôtre régression est pâtente toujours chiatte de
Bouteflika quelle régression inféconde cette fois.
Aucun problème vivants tes Bouteflika ils leur ferons la peau leurs pseudos protecteurs car inutiles et finis
Fantasmer toujours aux USA qui sait.....

Permalien

Y a Addi Lahouari vôtre régression est pâtente toujours chiatte de
Bouteflika quelle régression inféconde cette fois.
Aucun problème vivants tes Bouteflika ils leur ferons la peau leurs pseudos protecteurs car inutiles et finis
Fantasmer toujours aux USA qui sait.....

Permalien

Je n'insulte pas le passé , je passe juste le tamis de l'histoire ! Ceux qui ont participé à la Hezma doivent paritr du Koursi et rendre des comptes devant la justice . Rien ne sert de courir ,le peuple gronde et son ressac sera à la mesure de vos méfaits . Pensez y si vous étes de braves gens ?

Ajouter un commentaire