Aller au contenu principal
Body

NOUR-EDDINE BOUKROUH

Révolutions citoyennes : les pièges

Le refus du président Bouteflika de quitter le pouvoir à l’expiration de son 4e mandat le 18 avril prochain, et les décisions illégales qu’il a prises pour instaurer un régime dictatorial à partir de cette date, placent l’Algérie dans une situation périlleuse.

Cet homme immobile, inaudible et invisible depuis des années a, dans une dérive mentale dangereuse, placé sa personne sur un plateau de la balance et la nation tout entière sur l’autre, prétendant la soumettre par la ruse ou l’intimidation à ses diktats irraisonnés.

L’anomalie est là, et c’est à cette anomalie qu’il faut remédier en mobilisant l’opinion nationale et internationale.

Le gouvernement en place au lendemain de l’expiration du mandat de Bouteflika le 18 avril prochain n’aura aucune légitimité, ni la «conférence nationale » qu’il essaie de mettre sur pied pour l’accompagner dans sa dérive dictatoriale. L’avenir de l’Algérie lui importe peu, seul le sien compte.

La révolution citoyenne va de nouveau scander le 15 mars 2019 son rejet du coup d’Etat, de la prolongation illégale du mandat, et des pièges dans lequel on veut l’enfermer en cherchant à lui substituer comme « interlocuteurs valables » des partis politiques et des « personnalités nationales » qui ne sont pour rien dans cette révolution.

Il y a une différence entre « partis politiques » et « opposition ». S’il y a beaucoup de partis, il y a peu d’opposants réels.

Djamila Bouhired dont l’histoire a gravé le nom en lettres d’or dans le Livre des Héroïnes qui ont combattu l’ennemi extérieur a alerté hier la révolution citoyenne contre un piège venant de l’ennemi intérieur : la dénaturer en l’« encadrant ».

Elle écrit dans son Appel :

«Des listes de personnalités confectionnées dans des laboratoires occultes circulent depuis quelques jours pour imposer, dans votre dos et contre votre volonté, une direction fantoche à votre mouvement. Il vous appartient à vous, et à vous seuls qui luttez au quotidien, de désigner vos représentants par des voies démocratiques et dans une totale transparence.

«Notre génération a été trahie ; elle n'a pas su préserver son combat contre le coup de force des opportunistes, des usurpateurs et des maquisards de la 25e heure qui ont pris le pays en otage depuis 1962.

«La colère du peuple qui l'a rejeté, leur dernier représentant s'accroche encore au pouvoir, dans l'illégalité, le déshonneur et l'indignité. Ne laissez pas ses agents, camouflés dans des habits révolutionnaires, prendre le contrôle de votre mouvement de libération. Ne les laissez pas pervertir la noblesse de votre combat. Ne les laissez pas voler votre victoire ! »

Ramtane Lamamra qui s’est publiquement enorgueilli un jour d’être le produit de l’école bouteflikienne qui ne lui a pourtant épargné aucune humiliation, est en train de devenir à grande vitesse un avatar de Ahmed Ouyahia en matière de cynisme et de stupidités. Convaincu qu’avec Bouteflika on gagne ses galons en s’abaissant jusqu’à soutenir l’insoutenable, il vient de déclarer à une radio :

1) « Quand Zeroual avait décidé de raccourcir son mandat, beaucoup de juristes avaient dit que ce n’était pas prévu par la Constitution. Mais c’était dans l’intérêt de la nation”.

On ne justifie pas un mandat indûment prolongé par un mandat raccourci, ce sont deux choses aux antipodes l’une de l’autre.

On ne compare pas une démission avec un maintien dans des fonctions électives après expiration du mandat légal.

Aucun juriste ne peut avoir tenu les propos qu'il rapporte, la démission étant bel et bien prévue par la constitution de tous les pays qui en ont une.

Enfin, il ne nous a pas éclairés sur cet « intérêt du pays » au départ de Zeroual, Bouteflika étant le seul à en avoir profité.

2) « Il ne faut pas concevoir le droit comme un obstacle... Le président a reporté l’élection en réponse à une demande pressante de la population ».

Qui a entendu cette « demande pressante » alors que personne ne s’attendait à cette décision ahurissante de reporter l’élection ? La seule demande pressante de la révolution citoyenne qu’on entend depuis trois semaines est : « Dégagez ! »

Le disciple de Bouteflika qui se cache derrière le « brillant diplomate » ignore quelque chose d’élémentaire : le droit est depuis des siècles l’unique obstacle au vol, à l’usurpation, à l’abus de pouvoir, à la dictature, à la violation de la constitution, au non-respect des délais d’un mandat et autres crimes et délits.

Cet homme a tendance à raisonner comme un « chambit (diminutif de garde-champêtre) dès qu’il a affaire aux Algériens.

Il croit avoir affaire à des indigènes alors que si, en lui, dort toujours un « chambit », les bougnoules auxquels il croit s’adresser sont en train de réaliser une spectaculaire révolution citoyenne qui l’emportera, lui et son maître, comme elle a emporté son prédécesseur en vilenies abjectes, le ci-devant « Assas dalia » répondant au nom de Ahmed Ouyahia.

La crise que traverse l’Algérie est le fait d’un homme, entouré d’une vingtaine de complices, sur 44 millions.  Il suffit qu’il applique le droit pour que tout rentre dans l’ordre et que l'Algérie redémarre sur de nouvelles bases. Les moyens légaux existent ainsi que les hommes et femmes - infiniment plus compétents que ceux qu’il nous a imposés tout au long de son règne - capables d’engager immédiatement le pays dans une nouvelle ère.

Auteur
Nour-Eddine Boukrouh
 

Commentaires

Permalien

Moi ce qui force mon admiration c'est la modestie avec laquelle Son Ministre du commerce à l'autre nous gratifie de ses fracassantes illuminations.

On aurait cru qu'avec son aura internationale , Boukrouh aurait permuté les pôles rien qu'avec ses contributions. Au lieu de cela il gâche son érudition avec des coups d'épée dans la marre. C'est peu mais c'est suffisant. Tout ce qu'on mérite.

Et nous avec nos mémoires de poisson rouge qui ne lui avions, malgré son insistance , pas encore reconnu sa contribution à la débandade de Boutef et des ses affidés.

D'aucuns croiraient que ce sont les millions de gens toutes rikiki qui leur auraient forcé la main.

Et non, bande d'ingrats, c'est Boukrouh , son coup de pied de l'âne, son expérience, qui fait accoucher les montagnes.

Et n'allez surtout pas dire , vous autres , que Boukrouh branle des veaux nagh il pisse dans son violon ou tire sur des cadavres.

Permalien

Monsieur Lakhdar Brahimi,
Avec le minimum de respect que je n’ai guère envie de l'accorder à toi et à ton passé douteux jalonné d’opportunisme et à la limite d’actes de machiavélisme, il en ressort de ton intervention à l’ENTV la journée du 13 mars 2019, que tu nous prends pour des cons. Outre le fait que tu veux nous faire croire qu’un type ayant subi un AVC accompagné de déficience grave garde 100% de ses facultés mentales tu enchaîne par des arguments pathétiques ayant pour but de sauver les meubles d’un système pourri et tendre une perche à une bande de crapules pour faire perdurer un système bâti sur la traîtrise et la dilapidation des deniers publics. À supposer qu’il existe un brin de sincérité dans ce que tu dis, peux-tu nous expliquer pourquoi un président ayant toutes ses facultés mentales comme il l’avance et toutes les prorogatifs, n’a pas débarqué toute la saloperie qui l’entoure? Ould Abbas le menteur, Gaïd Salah l’idiot, Haddad le voleur, Bedoui le fraudeur, Sidhoum Saïd le traître , Bouchareb le pantin, Ben Salah le marocain, son frère Saïd le diable personnifié, etc , tout le monde garde son poste et la quasi totalité reste dans les centres de décisions , et tu veux nous faire avaler que ton employeur a de bonnes intentions et qu'il veut changer le système!!!, arrête donc de prendre le peuple algérien pour des cons, je sais Monsieur Brahimi que tu veux être payé pour tes actes de trahison envers le peuple peuple algérien et que t’a tant envie de réussir, je sais que tu te dis, que j’ai hérité dans mes gênes toute la roublardise et ''inintelligence'' me permettant d’embobiner un peuple d’idiots, mais crois moi, cette fois-ci, c’est toi l’idiot, le peuple algérien est peut-être bon, mais n’a jamais et ne sera jamais dupe, même s’il ferme l’œil sur tes racines collaboratrices avec l’ancienne puissance coloniale et dans laquelle tu possèdes une partie de tes biens.
Si tu porte de l’empathie envers ton ami de longue date comme tu le prétends, pourquoi ne pas lui demander avec insistance d’éviter une fin humiliante et indigne, enfin, je sais que tout ce qui t’intéresse c’est le chèque que t'a reçu pour exécuter ce sale boulot, vous faites pitié quand vous vous attelez à justifier l’injustifiable, ceci dit, je n’ai pas compris ton intervention et l'interview que tu a donné à l'ENTV? en quelle qualité? Quelle fonction occupez-vous présentement ? Est-ce le président t’a mandaté pour parler en son nom et transmettre un message aux algériens? À la fin je te conseille juste de rentrer chez toi en France ou ailleurs et laisser le peuple algérien tranquille.

Permalien

Sans vous dédouaner de vos responsabilités politiques de l’ère Bouteflika et dont il va vous falloir vous expliquer sans détours (autrement dit, faire votre mea-culpa), je suis absolument d'accord avec votre réquisitoire sur ce harki de service paré d'habits (sainte nitouche!) de diplomate. ses ancêtres, je suis sûr, à commencer par ses parents doivent se retourner dans leur tombes des bassesses de ce rejetant sans nif! et sans même aucune logique politique sinon celle de servir ses maîtres (comme un CH.....) au mépris de sa dignité et celle de ses ancêtres "amazighs= hommes libres".

Permalien

Monsieur boukrouh vus étes un des premier parmi ceuix qui ont profités du départ de zeroual pour devenir ministre à vie, en réalité vous étiez le clown de bouteflika qui prend les décisions seul et ne consulte et n'écoute personne, ni ministre, ni conseiller, et ça vous le savez très bien,
Monsieur boukrouh, vous êtes soit amnésique soit malhonnête, amnésique c'est pas possible puisque vous prennez chaque mois votre salaire de ministre que vous n’êtes plus depuis 15ans, ainsi que les autres avantages liés à cette fonction virtuelle, et donc vous êtes malhonnête car vous faites semblant (comme un gamin) de ne rien avoir avec le départ de zeroual alors que vous vous êtes acharné sur lui pendant plus d'une année, et vous réclamiez son départ, et en 1995 vous traitiez monsieur liamine zeroual, d’ignare alors que sa constitution de 1996 et ses prises de positions disent le contraire,
monsieur boukrouh vous êtes ignare des règles morales, sinon vous ferez tout pour vous faire oublier,

Permalien

Samy iris
Ma parole !
🙅

Je me demandais pourquoi Lamamra pourquoi brahimi?
J'ai fini par comprendre : on nous prend pour des étrangers !
Il faut des diplomates pour négocier ce pays. A qui va-t-on le céder ?Au peuple ou à ceux
représentés par ces
Le vendredi on réfléchira en marchant !

Permalien

Dit-on qu'un probleme bien pose' est un probleme quasi resout. Je cite:
"... et que l'Algérie redémarre sur de nouvelles bases. Les moyens légaux existent ainsi que les hommes et femmes - infiniment plus compétents que ceux qu’il nous a imposés tout au long de son règne - capables d’engager immédiatement le pays dans une nouvelle ère. ..."

Tout porte donc a un nouveau demarrage, sans l'ancienne clique. Ce que l'on sait:
1. Bouteflika ainsi que son gouvernement seront des hors-la-loi. Cela veut dire que quiconque qu'il a nomme' est theoriquement hors fonction, ou du moins en attente de remplacement ou reconduction.

2. Vu la nature du regime politique Algerien, il y aura donc au matin du 19 Avril, un vide de pouvoir au sommet du Gouvernement. Il y a besoin d'une autorite', pour conduire les changements exige's par les Algeriens.

La veritable question qui se pose alors est: A qui confier cette responsabilite' et comment designer ce/cette qui ? De la decoulent plusieurs questions:
a. faudra-t-il une personne ou une petite equipe qui s'organise et se structure?
b. Quels sont les criteres de participation ?

Il me semble que le psychiatre qui a reconnu le besoin d'une mutation culturelle, c.a.d. une culture democratique est bien indique', des lors qu'il a les qualifications, comment le systeme et a un certain degre' a beaucoup contribue' dans sa(systeme) demistification. Il a le merite de savoir abandonner le pouvoir et le monopole du controle.

Permalien

Pathétique boukrouh ! 30 ans après il court toujours ! Après qui ? ... ceux qu'il a traités dédaigneusement de "lghachi". Et il y croit encore.

Permalien

La crise que traverse l’Algérie est le fait d’un homme, entouré d’une vingtaine de complices, sur 44 millions.
je tiens avant tout de te remercier pour cette contribution, assez bon!! bonne continuation!!!, néanmoins je doit te rappeler que c'est toi même qui a qualifier un jour le peuple algérien de Ghachi.

Permalien

Ceux qui se disent être de l’opposition décident unilatéralement de ne pas répondre favorablement au pouvoir, toujours en place en Algérie, quand à une période de transition apaisée où il sera question de l’élaboration d’une Constitution pérenne à soumettre au Peuple souverain, ainsi que l’organisation, dans un délai qui soit raisonnable, des élections présidentielles libres et indépendantes.

Nous citoyens du Peuple Algérien, refusons de revivre les mêmes errements qui sont survenus au lendemain de notre indépendance, confisquée par deux fois, déclarant vouloir mettre l’Algérie bien au-dessus de toutes considérations conjoncturelles ou de circonstance et par conséquence, ne pas prendre dans la précipitation de décisions qui engagent l’avenir de notre Peuple.

Oui à notre indépendance nationale pleine et entière. Restons vigilants ! ck

Permalien

Hier vous étiez avec les Loups, aujourd’hui vous voulez vous refaire une virginité pour ne pas rater le train de la révolte.

Permalien

À partir du 18 avril 2019 plus exactement a minuit une, ce gouvernement deviendra illégitime et le peuple algérien sera sous occupation, il faudra que l’Élisée et le monde entier le sachent.

Ajouter un commentaire