Aller au contenu principal
Body

PATRIMOINE

Sortie de Tiwizi en Algérie : censure, obstacles et péripéties

L'ensemble des participants au projet «Chants païens de Kabylie » tient à exposer aux passionnés de musique qui espéraient l’édition de TIWIZI (ce double-album de mélodies originales et innovantes du terroir qui magnifient la beauté de dame nature, en toute osmose avec le citoyen berbère, et osent déterrer nos ascendances ancestrales avec l’Univers), les raisons qui empêchent sa sortie, dans son milieu naturel d’origine, la rebelle Kabylie. 

À moins qu’un coup de pouce « Aghelidhien » ne vienne nous faciliter la tâche pour enjamber les mille et uns obstacles qui empêchent son lancement au pays !

Pour la première fois dans l’Histoire et le monde de la chanson kabyle, des chanteurs, des musiciens, des poètes, des écrivains, et des militants d’une cause culturelle authentique en sursis, si rien n’est fait pour la défendre et la perpétuer, se sont réunis autour d'Ameziane Kezzar pour réaliser ce double album dont les bénéfices sont exclusivement destinés à la construction de théâtres en plein air en Kabylie, afin de permettre à nos villages de retrouver l’atmosphère de nos « thajma3th » d’antan, au sein desquelles la transmission de notre héritage culturel se communiquait d’une génération à la suivante, en toutes sagesse et oralité !  

Ce double-album, réalisé et finalisé grâce à l’énergie, au savoir-faire, à l’abnégation et à l’amour de l'Art de notre collectif, est sorti en France, le 9 juin 2018, en tirage limité. Le succès fût immédiatement au rendez-vous, toutes proportions ramenées à l’échelle de notre communauté, bien évidemment.  

Depuis, nous avons entamé les démarches nécessaires pour la recherche d'un éditeur implanté en Algérie. Nous avons engagé les négociations avec de nombreuses personnes, les unes connues, d’autres, tout juste débutant dans le métier de l'édition et de la distribution.

Toutes les personnes contactées ont été initialement très emballées, voire enthousiasmées, à l'idée de promouvoir un album aussi riche, substantiel et unique en son genre, en termes de Tiwizine du terroir ! Tous ceux qui l’ont écouté sont unanimes à formuler que TIWIZI regreffe en vous moult branches génétiques et vous transporte inexorablement dans la terre de vos ancêtres, à travers un pèlerinage musical des plus envoûtants !

Les discussions des termes du contrat à peine entamées, voici les exigences, ainsi que les comportements délictueux que ces pseudo-promoteurs nous ont infligés. Des attitudes qui gravitent autour de deux termes insupportables à encaisser sans broncher :  le mépris envers les artistes et la censure d’œuvres qui ne répondent pas à un cahier des charges incertain et obscur. Les voici listées pêle-mêle (certainement avons-nous oublié quelques-unes):

  • − Exigence de céder les droits de l'ensemble de l'œuvre pour l'éditeur, et ce pour une durée de 25 ans minimum. 

  • − Censurer tout simplement le titre « Igenni nnegh» sous prétexte qu'il est interprété par Ferhat Mehenni. Pour ne pas déplaire à leur maître « ONDA », nos laquais de l’édition n'hésitent pas à censurer l'une des plus belles voix de notre culture. 

  • Certains ont même osé nous réclamer de l'argent pour couvrir les frais d'achat de timbres et de pressage de l'album.

  • Deux éditeurs nous ont réclamé, sans-gêne, de falsifier des factures de studio d’enregistrements, pour les mettre à leurs noms afin de bénéficier des droits voisins auprès des autorités. 

  • D’autres promoteurs s’engagent à une sortie Nationale qui ne franchisse pas les limites d’Azazga, Yakouren et Tizi !? (C’est drôle à en pleurer, n’est-ce pas ?). Ainsi donc, on pousse la déculottée culturelle que l’on sait jusqu’à imposer des frontières à nos Tiwiziwines ressuscitées !?

  • On nous a demandé, pour finir, de retirer le titre « Agellid n’Waman » interprété par Notre sublime Idir, au motif qu'il est trop célèbre et qu'il risquerait de nuire à leur notoriété … !? 

À tout cela s'ajoute la délinquance verbale de ces fossoyeurs de l’art, qu’il est inutile d’étaler outre mesure. Nous n'attendions pas moins de leur part, vu le degré avancé d’incompétence et d'ignorance dont ils n’ont cessé de faire preuve tout au long de nos entrevues. Inconsciemment ou naïvement, peut-être espérions-nous que la sagesse du terroir finisse par s’inviter et nous faciliter la tâche ! Malheureusement ce ne fut pas le cas !

Nous avons jugé utile, au nom de notre Agellid Anzar, d’arrêter le massacre en cessant tout simplement d'abreuver cette bête immonde qui lamine et anéantis ce que nous avons de plus précieux en commun : l'Art. 

Actuellement, l'album est disponible sur les plateformes d'écoute et de téléchargement (iTunes, Deezer, Spotify, YouTube, Apple-music, etc.).

Celui ou celle qui souhaite en apprendre davantage sur cette œuvre (que nous espérons intemporelle) pourra nous contacter à l’adresse : tisnalalit@gmail.com 

Nous sommes disponibles pour échanger avec tout le monde, en toute estime, déférence, et attachement à nos pivots d’origine.

Pour l’association Tisnalalit,

Hand Ibersiene

 

Commentaires

Permalien

Mettez-le en ligne, on (Les kabyles) expatriés l'acheteront ... amazon, etc ... on le paiera en euro et dollars canadiens et américains vous en ferez un fonds pour réinvestir en kabylie dans les arenas de culture a aire ouvertes ...

Tenez bon, ne baissez pas les bras devant ces pirates arabo islamiques en attendant de libérer notre Kabylie eternelle du joug colonial algérien ....

Ajouter un commentaire