Aller au contenu principal
Body

NEGATIONISME

Torture durant la guerre de libération : L'autre question qui va déranger les officiels algériens !

Louisette Ighilahriz, l'autre suppliciée des paras du général Bigeard.

Dans ce spectaculaire mea-culpa du président français Emmanuel Macron demandant « pardon » au nom de l’Etat français à la veuve de Maurice Audin, il y a, à la fois, l'extraordinaire revanche de la vérité sur 60 années de mensonge et de dissimulation, l'impensable porte qui s'ouvre sur les réalités coloniales,

mais aussi la perspective d'une mise en lumière de la question du pouvoir, en Algérie comme ailleurs. Le passé lève le voile sur le présent.

Maurice Audin a bien été tué froidement par les militaires français au cours de son interrogatoire et le président Macron parle au nom d'une France qui a honte de son passé colonial dont on découvre qu'il n'aura été qu'une entreprise de pillage, de tueries en masse et d'actes barbares. Macron a l'âge de la jeunesse révulsée. Il n'est pas lié par les pactes du silence et du mensonge qui ont si longtemps prévalu sur la vérité.

Qu'on ne s'y trompe pas : cette fenêtre qui s'ouvre sur le vent de la vérité historique, n'aura pas seulement un effet de restitution des faits et des actes de la colonisation mais aussi, tôt ou tard, un impact sur la légitimité politique de ceux qui prétendent gouverner ou représenter le peuple en traînant un passif colonial ou, comme c'est le cas des dirigeants algériens, en instrumentant l'histoire pour mieux assouvir des appétits de pouvoir. Peut-on nourrir des ambitions politiques quand on a défendu le colonialisme par la torture, le sang et la mise à mort ? 

Jean-Marie Le Pen ne s'y est pas trompé en s'élevant contre la façon du président français de rechercher des responsabilités criminelles dans une opération confuse comme l'était la guerre d'Algérie".

Autrement dit, ladite guerre n'était pas une guerre de libération, mais une belligérance douteuse et injustifiée dans laquelle on ne sait toujours pas qui tuait qui. Eric Zemmour va plus loin dans le négationisme colonial : « On n'a rien fait de mal, c'était légal, il fallait arrêter ce terrorisme inouï », ose clamer le journaliste pour qui, on l'a compris, il y a deux catégories d'Algériens colonisés, les bons indigènes qui acceptent la loi de l'occupant, et ceux qui refusent de se taire qu'on appelle « terroristes » C'est une façon de voir...

Il n'y a pas que Jean-Marie Le Pen qui s'effraye de l'incontrôlable dynamique de la vérité historique. À en juger par le silence des officiels algériens après la sortie de Macron, il semble bien que l'on redoute ce jour pas très lointain ou pourrait surgir la détestable question : qu'avez-vous fait de l'idéal de Maurice Audin ?

Auteur
Mohamed Benchicou
 

Commentaires

Permalien

Ceux qui ont torturé de 1962 à nos jours ,tortionnaires de LA NEO COLONIALE OUROUBI ,ont ils le droit de demander des comptes aux tortionnaires de la coloniale france apratheid de 1830 à 1962 ?

Permalien

Ce sont ces héros là qui par leurs sacrifices et leurs idéaux ont révélé au monde la convention des droits de l'homme. Maurice Audin , Ben Mhidi , Maillot ,iveton,,Abane , Hassiba Benbouali, Ali la pointe etc...etc...Ce ne sont pas les salonnards de la France colonialiste.

Permalien

La vrai question qui devrait hanter ces "faux "officiels de l'apres independance (car personne n'as jamais vote pour eux) c'est les assassinations et tortures commis par eux ou sous leurs directions depuis 62. Ils ne sont pas differents des Aussaress et autres, en fait ils sont pires car commis des atrocites sur des hommes et femmes qui devraient etre leurs freres et soeurs. Et ces gens au pouvoir n'ont pas le droit de demander reparation car la plupart ont ete places par la France au pouvoir a commencer par Ben Bella, Boumedienne et son compere porte cartable bouteflika!

Permalien

Qui vas reconnaître les assassinats et enlèvement en masse en Algérie durant 10 ans :92/2002 ?.
Le chef mafieux et toujours en poste malgré qu'il est grabataire ?.
nezzar, et sa clique touati, toufik, lamari smaïn, le cardinal ?. Qui à assassiné Le Président BOUDIAF pour prendre sa place à défaut d'avoir la place de BOUMEDIENNE ?.Qui à assassiné BEN HAMMOUDA ?.Pour prendre sa place ?, il est là et en plus il demande un 5ème mandat pour le parrain ?.
Rabi Yarham nos morts par centaines de milliers .

Permalien

arrêtez de nous berner. Vous avez une excellente analyse de Mohamed Arezki Madjour sur sa page face book. selon cet expert en défense nationale, le cas maurice audin est un cas franco-français. Arrêtez ne nous bernez pas, si, je vous contais la cas de mon père disparu après avoir subi toutes les tortures imaginables de la part de ces terroristes parachutistes, le cas de maurice audin est loin de l'égaler. Nous voulons que le cas des disparus authentiquement ALGERIENS SOIENT REVENDIQUES, et des comptes doivent être demandés à ce macro-sioniste qui ne vient en Algérie pour défendre les intérêts des algériens. A bas la france colonialo-terroriste

Permalien

ok ,pour soit( disant) que les français vous ont exploite,mais vos libérateurs(leFLN)que vous ont t ils donné,ils ont tout mangé le gâteau que la France vous a laissé,et mêmes pas gardé les structures que vos frères avez construit (SOUS LES GROS COUPS DE FOUETS DES GROS COLONS?A LES VILAINS)

Permalien

REMPLACER "terroriste" par "berbériste" et vous comprendrez tout le drame post-indépendance qui perdure à ce jour dans l'Algérie "indépendante.

Permalien

le principal c'est d'avoir la santé !!! vive les hopiteaux algériens

Ajouter un commentaire