Aller au contenu principal
Body

EXPRESS

Un facebookeur poursuivi par le wali de Tiaret devant la cour de justice

Le procès en appel du facebookeur Djamel Marih, s'ouvre ce mercredi 12 décembre devant la cour de justice de Tiaret. 

Inculpé pour diffamation et atteinte à un fonctionnaire, Djamel Marih a été condamné le 12 septembre par le tribunal de première instance de Tiaret à six mois de prison ferme et une amende de 50 000 dinars pour des publications en ligne.

La machine judiciaire s'acharne sur les activistes des réseaux sociaux. A défaut d'espaces d'expression que les autorités ont d'ailleurs systématiquement fermés, voire interdits, activistes et simples citoyens sont réduits à se lâcher et à exprimer leurs opinions sur la toile. Ce qui ne va pas sans agacer les autorités qui déploie d'énormes moyens pour les surveiller.  

Ces arrestations et poursuites judiciaires, à moins quatre mois de la présidentielle, démontrent la nervosité qui règne au sein du pinacle officielle, les autorités algériennes adoptent ces derniers temps une attitude excessivement agressive envers les journalistes, les facebokeurs et les blogueurs qui expriment des opinions critiques sur internet. A défaut de couper internet, une chasse en règle est lancée contre les opinions opposées aux desiderata du régime.

Auteur
La rédaction
 

Commentaires

Permalien

Laquelle? Legale ou morale? ou est-ce regime mafieux? Vous avez peur ou est-ce les mots qui vous echappent... Soyez certains de quelque chose, repeter un mensonge ne le rendra pas reel.

Ajouter un commentaire